Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Valerie Paturaud

Valerie Paturaud

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Nézida » de Valerie Paturaud aux éditions Liana Levi

    Littéraflure sur Nézida de Valerie Paturaud

    Si Gallmeister a fait des trappeurs et des forêts sa spécialité, il semblerait que Liana Lévi creuse son sillon dans les champs de patates car après Alto Braco, Nézida parle encore de terroirs et de généalogie. Cette boutade mise à part, Nézida est un beau roman sur le désir d’émancipation d’une...
    Voir plus

    Si Gallmeister a fait des trappeurs et des forêts sa spécialité, il semblerait que Liana Lévi creuse son sillon dans les champs de patates car après Alto Braco, Nézida parle encore de terroirs et de généalogie. Cette boutade mise à part, Nézida est un beau roman sur le désir d’émancipation d’une femme en cette fin de dix-neuvième siècle qui se sédentarise et s’industrialise (belle description des soieries lyonnaises - p120-122). Les campagnes se dépeuplent, les enfants s’instruisent et pour les idées politiques, certains hommes sont prêts à mourir. Le progrès et la modernité, Nézida, tragique héroïne, les a ardemment souhaités - il y a une certaine ironie dans le fait qu’elle n’en disposera pas au moment le plus opportun. Pour raconter son histoire, Valérie Paturaud a choisi la formule du roman choral. Cela fonctionne à merveille parce que la vie de Nézida est subtilement déroulée à chacun des témoignages de celles et ceux qui l’ont croisée. L’écriture de Valérie Paturaud est gracieuse, efficace. Elle convient si bien aux mystères de la descendance, à la complicité des fratries, à l’incommunicabilité des sentiments.
    Nézida, c’est comme avoir entre les mains une photo de famille et s’imaginer le destin de ceux qui la composent. A ce propos, petit regret, Je n’ai pas compris l’épilogue. Amis écrivains, arrêtez de nous dévoiler vos secrets de fabrication, ça gâche tout. Chère Valérie Paturaud, il suffisait de dire : « ce roman m’a été inspiré par la photo d’une certaine Nézida, dont le visage m’avait émue ».
    Bilan :

  • add_box
    Couverture du livre « Nézida » de Valerie Paturaud aux éditions Liana Levi

    Henri-Charles Dahlem sur Nézida de Valerie Paturaud

    C'est à partir d'une photographie portant la mention «Nézida Cordeil, 1856-1884» que Valérie Paturaud a construit la trame de son premier roman pour nous raconter la vie de cette féministe avant l’heure.

    Il y a quelques années maintenant, Valérie Paturaud s’est installée à Dieulefit et s’est...
    Voir plus

    C'est à partir d'une photographie portant la mention «Nézida Cordeil, 1856-1884» que Valérie Paturaud a construit la trame de son premier roman pour nous raconter la vie de cette féministe avant l’heure.

    Il y a quelques années maintenant, Valérie Paturaud s’est installée à Dieulefit et s’est intéressée à l’histoire de sa ville et de sa nouvelle région. Elle a alors appris que coin de la Drôme était connu pour être haut lieu du protestantisme et de la Résistance. En cherchant à en savoir davantage, elle tombe un jour sur une photographie de femme portant la mention «Nézida Cordeil, 1856-1884». Intriguée par ce prénom peu usuel, elle est alors partie sur les traces de cette femme avant de choisir de la faire revivre dans son premier roman.
    Elle nous entraîne dans la seconde moitié du XIXe siècle, du Second Empire aux débuts de la Troisième République dans ce coin de France où de nombreux Vaudois venus d’Italie ont trouvé refuge. La Drôme est alors le quatrième département le plus protestant de France et compte 26 pasteurs réformés. Et s’ils «prônaient davantage le réveil religieux que le combat politique», ils n’en instillaient pas moins dans l’esprit de leurs concitoyens de petites graines d’idées nouvelles. Il n’est de ce fait pas trop étonnant de voir Nézida s’interroger sur sa vie, son rôle et ses ambitions. Mais ne brûlons pas les étapes et revenons sur les jeunes années de cette femme étonnante. À l’image de sa fratrie et de ses amis, son destin semblait tout tracé. À Comps, dans son village natal, il fallait travailler la terre, essayer de trouver le meilleur parti, avoir des enfants et s’en occuper. Son père imagine par exemple qu’elle pourrait épouser son ami Isidore qui travaille au château, «cette imposante bâtisse qui dominait à la fois le village et ses habitants.» Si l‘idée ne semble pas lui déplaire à priori, elle a dans son caractère ce que certains voient comme un vilain défaut, une insatiable curiosité. Elle veut sans cesse apprendre et découvrir. Aussi décide-t-elle de seconder son Maître d’école après avoir très attentivement suivi ses leçons.
    Et quand un jeune homme «venu de l’extérieur» tombe sous son charme, elle y voit le moyen de ses ambitions. Elle épousera André Delaitre et partira s’installer avec lui à Lyon. C’est dans une ville industrielle où les soieries vont connaître leur apogée qu’elle s’intéresse au prolétariat, qu’elle leur tend une main secourable, qu’elle veut ensuite aider en devenant infirmière, partageant ainsi le rêve de son amie Camille.
    Si ce roman est réussi, c’est parce que Valérie Paturaud a choisi d’en faire un témoignage polyphonique, donnant tour à tour la parole aux différents acteurs (Voir la liste des personnages ci-dessous), à ses parents, à ses frères et sœurs. On a ainsi un panorama riche et vivant de la société et des opinions de l’époque. On peut aussi lire certains avis tranchés entre ceux qui voient dans cette femme courageuse et intrépide un exemple à suivre et ceux qui pensent que son ambition est démesurée et qu’elle déroge aux règles patriarcales et conjugales. Comme fort souvent, on imagine que la vérité se situe quelque part entre ces deux extrêmes. Que si elle ne s’était pas autant investie durant sa grossesse, elle aurait pu vivre un peu plus longtemps. Mais grâce à Valérie Paturaud, sans doute émue par son destin tragique, elle revit aujourd’hui.

    Personnages principaux
    Nézida Cordeil
    Née le 18 novembre 1856 à Comps dans la Drôme.
    Antonin Soubeyran
    Né le 3 septembre 1853 à Dieulefit dans la Drôme.
    Suzanne Cordeil
    Mère de Nézida, née Gougne le 12 mai 1836 à Comps.
    Pierre Cordeil
    Père de Nézida, né le 12 février 1831 à Comps.
    Paul Cordeil
    Frère de Nézida, né le 19 septembre 1859 à Comps.
    Jean-Louis Cordeil dit Léopold
    Frère de Nézida, né le 10 mars 1862 à Comps.
    Joséphine
    Amie d’enfance de Nézida, née le 28 mars 1857 à Comps.
    Jean-Antoine Barnier
    Maître d’école de Nézida, né le 5 septembre 1820. Instituteur de 1841 à 1886, à Comps.
    Ovide Soubeyran
    Frère aîné d’Antonin, né le 11 avril 1851 à Dieulefit.
    Henry Soubeyran
    Frère puîné d’Antonin, né le 10 décembre 1855 à Dieulefit.
    Louise Soubeyran
    Mère d’Antonin, née Defaysse en 1816 à Dieulefit, épouse d’Antoine Soubeyran, son cousin germain.
    Éliette
    Garde-malade de Louise Soubeyran, née en 1861.
    Camille Delaitre
    Amie de Nézida, née le 30 janvier 1859 à Lyon.
    André Delaitre
    Mari de Camille, né le 20 février 1850 à Lyon.
    https://urlz.fr/dnjM

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !