Valerie Mangin

Valerie Mangin
Valérie Mangin est née à Nancy en 1973. Après avoir obtenu thèses et diplômes d'Histoire à l'école des Chartes, elle réalise que ce qu'elle préfère, c'est raconter des histoires.Elle rencontre l'auteur Denis Bajram lors d'une dédicace, et c'est aussitôt le coup de foudre ! Suivi d'un mariage en 1... Voir plus
Valérie Mangin est née à Nancy en 1973. Après avoir obtenu thèses et diplômes d'Histoire à l'école des Chartes, elle réalise que ce qu'elle préfère, c'est raconter des histoires.Elle rencontre l'auteur Denis Bajram lors d'une dédicace, et c'est aussitôt le coup de foudre ! Suivi d'un mariage en 1999, et d'une collaboration en bande dessinée : Mémoires Mortes. Sa carrière dans la bande dessinée s'ouvre également sur une collaboration avec Aleksa Gajic sur Le Fléau des Dieux, la transposition des exploits d'Attila dans l'espace, qui remporte immédiatement un grand succès. Valérie Mangin continue alors l'adaptation d'évènements historiques en space opera, avec la collection Les Chroniques de l'Antiquité galactique chez Soleil. C'est notamment la publication du Dernier Troyen, très librement inspiré des poèmes de Virgile et d'Homère.L'Histoire revient toujours dans son ?uvre, où elle croise allègrement et habilement le fantastique : avec Griffo sur Petit Miracle, un conte noir à l'époque de la Révolution française, sur Luxley, une uchronie où le peuple précolombien envahit l'Europe du Moyen Age, sur KGB, où les agents soviétiques combattent des démons diaboliques.Parallèlement en 2006, Valérie Mangin choisit de développer son activité dans une autre direction : l'édition. Avec Denis Bajram, elle fonde un nouveau département éditorial au sein des éditions Soleil : Quadrant Solaire.Space-opera, conte fantastique, uchronie... les univers développés par Valérie Mangin sont aujourd'hui nombreux et variés. L'Histoire, comme le merveilleux et la science-fiction, y tient toujours une place majeure.C'est également le cas dans ses nouveaux projets : Les Trois Christs avec Denis Bajram, Christophe Bec et Thierry Démarez ou bien Mortemer avec Mario Alberti sans oublier ses deux nouvelles Chroniques de l'Antiquité galactique : La Guerre des Dieux avec Dean au dessin et Imperator avec Stéphane Servain.

Avis (10)

  • add_box
    Couverture du livre « Alix senator T.6 ; la montagne des morts » de Jacques Martin et Valerie Mangin et Thierry Demarez aux éditions Casterman

    Lionel Arnould sur Alix senator T.6 ; la montagne des morts de Jacques Martin - Valerie Mangin - Thierry Demarez

    Chronique précédemment parue sur le blog sambabd.be


    De mieux en mieux ! Après un premier cycle de mise en route plutôt réussi, Mangin et Démarez poursuivent les aventures d’un Alix quinquagénaire avec toujours autant de brio.

    L’intérêt de ce 6ème tome, une fois de plus, réside dans le...
    Voir plus

    Chronique précédemment parue sur le blog sambabd.be


    De mieux en mieux ! Après un premier cycle de mise en route plutôt réussi, Mangin et Démarez poursuivent les aventures d’un Alix quinquagénaire avec toujours autant de brio.

    L’intérêt de ce 6ème tome, une fois de plus, réside dans le basculement d’intérêt entre les personnages principaux. En effet, depuis déjà deux tomes, on peut se demander s’il s’agit encore des aventures d’Alix Senator ou bien de celles de Khephren, son fils adoptif. Et je dois vous avouer que cette focalisation sur le côté obscur qui envahit peu à peu Khephren n’est pas faite pour me déplaire.

    Dans Alix, l’original, Jacques Martin nous narrait les aventures d’un jeune gaulois parmi les romains. Les histoires, bien que longues (64 pages), chargées et pleines de rebondissements, gardaient une trame assez classique avec des moments de tension et un retour à la « normale » en fin d’album. Dans Alix Senator, Valérie Mangin mise sur des scénarios plus complexes et en particulier sur la noirceur d’un personnage supposément positif puisqu’il est à la fois le fils d’Enak et le fils adoptif d’Alix. Ce dernier est obnubilé par des rêves de grandeur et de reconnaissance. Il ne s’est jamais senti à sa place du fait de son adoption et de ses origines égyptiennes dans un monde où cette nation est dominée et soumise par Rome.

    En revanche, je trouve étonnante la cécité, voire la tolérance d'Alix vis-à-vis de la lente mais sûre dérive de Khephren vers le camp de ses adversaires...

    Malgré tout, on reste dans l’Empire romain, après la mort de Jules César, et les aspects historiques et didactiques sont toujours de mise. Les intrigues de pouvoir à la tête de Rome sont omniprésentes à travers les différents tomes de la série. Elles sont d’ailleurs très intéressantes à observer car elles permettent de réaliser à quel point le pouvoir était instable et fragile en ces temps reculés. Alix se retrouve régulièrement en mauvaise posture du fait de cette instabilité, ce qui tend à l’humaniser. Certes, il ne meurt jamais dans les combats (c’est souvent lui le dernier survivant d’une mêlée ou il n'a pas hésité à trucider et transpercer à droite à gauche…) mais il est toujours obligé de la jouer fine et serrée quand il se retrouve face à l’empereur Auguste et sa femme Livie.

    Côté dessin, je suis partagé. Les décors sont plutôt bien travaillés mais les personnages, surtout les visages, me font un peu tiquer… Je ne saurais dire ce qui ne va pas mais il y a quelque chose qui me dérange un peu. Certaines perspectives et proportions sont également limites sur les personnages. Le traitement des couleurs est assez agréable mais c'est pareil, il y a toujours des choses qui me gratouillent, des lumières sur des visages, par exemple... Ceci dit, je dois vous avouer que la lecture du tome 3 en noir et blanc m’avait positivement scotché et que, d'une manière générale, le dessin est tout de même de bonne facture.

    En tout cas, ce Tome 6 est clairement à la hauteur de la série et mérite toute votre attention.

  • add_box
    Couverture du livre « Alix senator T.1 ; les aigles de sang » de Jacques Martin et Valerie Mangin et Thierry Demarez aux éditions Casterman

    Thierry Godelaine sur Alix senator T.1 ; les aigles de sang de Jacques Martin - Valerie Mangin - Thierry Demarez

    Belle réussite, un peu de renouveau par rapport à ces dernières histoires.
    Voir plus

    Belle réussite, un peu de renouveau par rapport à ces dernières histoires.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !