Valentine Goby

Valentine Goby
Valentine Goby est née à Grasse en 1974. Après des études à Sciences Po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoï et à Manille et commence à publier après son retour à Paris. Elle est lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002 et a reçu le prix Méditerranée des Jeunes... Voir plus
Valentine Goby est née à Grasse en 1974. Après des études à Sciences Po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoï et à Manille et commence à publier après son retour à Paris. Elle est lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002 et a reçu le prix Méditerranée des Jeunes, le Prix du premier roman de l'université d'Artois, le prix Palissy et le prix René-Fallet en 2003. V. Goby a publié plusieurs romans chez Gallimard et des livres pour la jeunesse chez Autrement (derniers titres parus : Qui touche à mon corps je le tue, Gallimard, en 2008 ; Chaïma et les secrets d'Hassan, du Maroc à Marseille, Autrement Jeunesse, en 2009 et Des corps en silence, Gallimard en 2010).

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Valentine Goby (9)

Avis sur cet auteur (138)

  • add_box
    Couverture du livre « Je me promets d'éclatantes revanches » de Valentine Goby aux éditions L'iconoclaste

    Marie-Laure VANIER sur Je me promets d'éclatantes revanches de Valentine Goby

    Que savais-je de Charlotte Delbo ? Rien ou trois fois rien : j'avais découvert son nom en même temps que mes élèves lors d'un brevet des collèges, en 2014 je crois. J'avais appris à cette occasion qu'elle était Résistante et qu'elle avait été déportée à Auschwitz en janvier 1943 puis à...
    Voir plus

    Que savais-je de Charlotte Delbo ? Rien ou trois fois rien : j'avais découvert son nom en même temps que mes élèves lors d'un brevet des collèges, en 2014 je crois. J'avais appris à cette occasion qu'elle était Résistante et qu'elle avait été déportée à Auschwitz en janvier 1943 puis à Ravensbrück. Je savais aussi qu'elle était rentrée puisqu'elle avait écrit.
    Que savais-je, moi, professeur de lettres, en 2014, de Charlotte Delbo ?
    Rien.
    J'avais lu aux larmes Primo Levi, Jorge Semprun, Simone Veil, Marceline Loridan-Ivens mais de Charlotte Delbo, aucun écrit n'était parvenu jusqu'à moi.
    Je me souviens de la lecture de Kinderzimmer de Valentine Goby comme d'un choc profond, une émotion qui s'empare du coeur et du corps. Un livre qu'on n'oublie pas.
    Voilà à peu près où j'en étais quand j'ai ouvert « Je me promets d'éclatantes revanches » .
    Ce qui m'a frappée, immédiatement, est la puissance du titre. Pourquoi ces guillemets ? Qui parle ? C'est elle, Charlotte, et je crois que l'oeuvre de Valentine Goby est là, contenue dans ce titre, dans la force qu'il dégage, dans le cri qu'il pousse. Je tourne la page de couverture : une photo. Charlotte Delbo éclate de rire. Peut-on (doit-on) encore éclater de rire quand on a été déportée ? De quand date cette photo ? D'avant sûrement… Je cherche, ne trouve pas.
    A-t-elle pu rire après ?
    Oui, nous explique Valentine (permettez-moi pour une fois d'utiliser les prénoms, je le sens mieux comme cela), Charlotte a ri après et c'est ce qui l'a rendue à la vie, cette capacité, par l'écriture, de se sortir de l'enfer, de mettre par les mots, à distance, l'horreur, l'indicible, l'absurdité, la folie.
    Reprenons.
    Valentine, pour préparer son roman Kinderzimmer rencontre Marie-José Chombart de Lauwe, ancienne déportée du camp de Ravensbrück. Elle l'interroge, veut entendre son témoignage. Marie-José sourit : « Avez-vous lu Charlotte Delbo ? » demande-t-elle à Valentine. Non, Valentine ne connaît pas cet auteur et va la découvrir, explorant petit à petit des textes éblouissants, puissants, des textes qui disent la soif, la faim, le froid, des textes qui parlent des sensations du corps. « Elle place le corps au centre, non la pensée ; la sensation pure et non la conscience de l'Histoire. C'est une expérience partagée qui est en jeu » analyse Valentine. Charlotte Delbo dit comme elle vit. « C'est une plongée directe dans le froid, la boue, les rituels absurdes qui malmènent le corps... », « elle ne veut pas faire savoir, elle veut donner à voir. Donner à voir, à sentir, à toucher, non inventorier des événements mais les incarner. »
    Pour elle, « il n'y a pas d'indicible », Charlotte sera celle par qui les autres sauront, entreront « à Auschwitz par la puissance de la langue » et Valentine sera celle par qui les autres connaîtront cette femme, elle sera le lien entre elle et nous, de femme à femme, tissant une espèce de fil incassable et infini qui nous liera à jamais.
    J'ai découvert la langue de Charlotte Delbo, elle m'a touchée au coeur.
    « … la vie m'a été rendue
    et je suis là devant la vie
    comme devant une robe
    qu'on ne peut plus mettre. »
    Pourquoi, se demande Valentine, alors pourquoi n'est-elle pas plus connue, plus lue ?
    La réponse n'est-elle pas contenue dans la magnifique photo de la deuxième page, dans ce sourire éclatant plein d'une insolente vitalité, dans les paroles d'une femme qui dit avec assurance que oui, elle est sortie de là-bas et qu'elle se « promet d'éclatantes revanches » ? Une femme dont la vie même à travers chaque éclat de rire a réduit à néant l'entreprise nazie et qui comme « un serpent regarde sa mue, sa peau morte délaissée, et retourne à la vie... » ?
    Oui, je lirai les textes de Charlotte Delbo, oui, j'en parlerai à ma famille, à mes amis, à mes enfants, à mes élèves, oui, nous étudierons ses textes et nous les apprendrons, oui, Valentine, nous serons les liens, indéfectibles, grâce à vous.
    Vous pouvez compter sur nous. Nous l'aimerons.

    Lire au lit : http://lireaulit.blogspot.fr/

  • add_box
    Couverture du livre « Je me promets d'éclatantes revanches » de Valentine Goby aux éditions L'iconoclaste

    Virginie Vertigo sur Je me promets d'éclatantes revanches de Valentine Goby

    http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2017/09/12/35620549.html

    Il est des rencontres dans la vie qui nous changent. Valentine Goby ne se doutait pas que son chemin allait croiser celui de Charlotte Delbo et qu’elle en serait marquée. Comme souvent pour toute rencontre, elle se fait par...
    Voir plus

    http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2017/09/12/35620549.html

    Il est des rencontres dans la vie qui nous changent. Valentine Goby ne se doutait pas que son chemin allait croiser celui de Charlotte Delbo et qu’elle en serait marquée. Comme souvent pour toute rencontre, elle se fait par hasard et par un intermédiaire. Valentine découvre Charlotte grâce à une ancienne résistante et déportée, Marie-José Chombart de Lauwe, au moment où elle s’apprête à écrire Kinderzimmer, son roman sur la pouponnière de Ravensbrück. Elle ne savait rien d’elle : « Je partageais l’ignorance commune qui a longtemps tenu dans l’ombre la femme et l’œuvre, comme tant d’œuvres de femmes ». Elle finit par lire les œuvres de Charlotte puis par écouter sa voix grâce à la magie d’internet. Elle se plonge dans l’histoire de cette femme mais surtout dans son œuvre, son écriture. Le constat est criant pour Valentine : la femme Charlotte est devenue l’écrivain Delbo parce qu’elle a vécu l’horreur : « Je crois que l’écrivaine Charlotte Delbo doit tout à Auschwitz, la naissance de sa vocation comme les contours de son territoire littéraire ». Et en devenant écrivain, elle a réussi à se délivrer de son histoire. Ainsi, Valentine Goby offre un livre sur l’acte d’écrire, le processus de création dans un contexte personnel et historique fort : écrire pour raconter l’indicible et pouvoir s’en libérer.

    L’ouvrage est composé de deux parties. Dans la première – Lire et entrer à Auschwitz – Valentine Goby cherche à évoquer la puissance de la langue, celle qui permet d’être saisie, de ne pas lire un témoignage mais un récit qui « quitte sur-le-champ la bibliothèque » pour entrer dans les camps. Grâce à une écriture sensorielle, Charlotte Delbo embarque son lecteur dans cet univers d’horreur.

    Dans la seconde partie – Écrire et quitter Auschwitz – Valentine Goby revient sur ce qui a forgé ce besoin d’écrire de Charlotte et sur ce sentiment de ne plus être prisonnière de ce passé grâce à cet acte d’écriture. Valentine insiste sur la voix enjouée de Charlotte, son attitude qui contrastent avec son vécu : « J’ai le sentiment que celle qui était au camp, ce n’est pas moi ». Charlotte Delbo s’est reconstruite grâce à son écriture.

    J’ai vraiment été passionnée par ce récit de Valentine sur Charlotte qu’on commence seulement à (re)découvrir depuis trois/quatre ans. On sent que la personne et les écrits l’ont profondément touchée. Elle donne envie de se pencher sur son œuvre malheureusement encore trop souvent inaccessible à tous (elle insiste sur le fait qu’il n’existe toujours pas à l’heure actuelle d’éditions en poche de ses écrits). Un bien beau récit et hommage que je ne peux que vous recommander de lire.

  • add_box
    Couverture du livre « Je me promets d'éclatantes revanches » de Valentine Goby aux éditions L'iconoclaste

    Nath Bertrand sur Je me promets d'éclatantes revanches de Valentine Goby

    Ce livre est celui d’une rencontre entre l’auteur, Valentine Goby (qui m’avait bouleversée par ses précédents écrits, notamment Kinderzimmer), et Charlotte Delbo, femme au destin extraordinaire, écrivain, poétesse, résistante, déportée et revenue de cet endroit « d’avant la géographie » que...
    Voir plus

    Ce livre est celui d’une rencontre entre l’auteur, Valentine Goby (qui m’avait bouleversée par ses précédents écrits, notamment Kinderzimmer), et Charlotte Delbo, femme au destin extraordinaire, écrivain, poétesse, résistante, déportée et revenue de cet endroit « d’avant la géographie » que fut Auschwitz.

    D’elle, Charlotte Delbo, je ne connaissais que le nom, et quelques bribes de vie. Guère plus. J’ignorais son immense talent, et sa personnalité rayonnante. J’ai découvert, au fil des pages, une femme totalement incroyable, et qui demeure hélas, dans la pénombre. J’ai cheminé avec elle, avant et après Auschwitz. J’ai été happée par cette fabuleuse force de Vie, cette capacité à dire qu’il n’y a pas d’indicible, dès l’instant où la langue devient salvatrice et par là-même, libératrice, dès qu’elle devient territoire et résistance. Ecrire et Dire.

    « Ecrire, d’abord, c’était pour les autres. Une promesse faite par Charlotte Delbo à ses camarades d’Auschwitz : rentre, et parler ».

    Comment décrire la peur, la soif , la faim, la mort, la lente agonie des déportés ? Comment faire de ces femmes, de ces hommes, de ces enfants une « constellation de visages » ? Là est toute la force de l’écriture de Charlotte Delbo.

    La langue, la transmission, l’interaction entre l’auteur et le lecteur, et l’urgente nécessité de Vivre sont au cœur de ce récit. L’admiration que porte Valentine à Charlotte est si palpable que l’on ne peut que s’en saisir, et se laisser porter, et emporter.

    « Je me promets d’éclatantes revanches » a écrit Charlotte Delbo à Louis Jouvet (dont elle fut la secrétaire), à peine libérée. Valentine Goby lui permet de tenir cette promesse, enfin

  • add_box
    Couverture du livre « Je me promets d'éclatantes revanches » de Valentine Goby aux éditions L'iconoclaste

    Amandine Cirez sur Je me promets d'éclatantes revanches de Valentine Goby

    Lien : https://livresselitteraire.blogspot.com/2017/09/je-me-promets-declatantes-revanches-valentine-goby.html

    Je fais partie de cette génération dont Charlotte Delbo était inconnue ou presque. Les programmes scolaires ne parlaient pas d’elle (j’ignore si cela a changé). C'est en filigrane...
    Voir plus

    Lien : https://livresselitteraire.blogspot.com/2017/09/je-me-promets-declatantes-revanches-valentine-goby.html

    Je fais partie de cette génération dont Charlotte Delbo était inconnue ou presque. Les programmes scolaires ne parlaient pas d’elle (j’ignore si cela a changé). C'est en filigrane que je l'ai découverte, entre autre dans le roman de Geneviève Brisac Vie de ma voisine qui l’évoque avant de centrer son histoire sur Eugénie Plocki (qui a bien connu Madame Delbo).

    Déjà alors j’avais entendu le nom de Charlotte Delbo. Ainsi piquée par la curiosité, je me suis renseignée sur son histoire, sa douloureuse histoire. Mais avec "Je me promets d’éclatantes revanches", Valentine Goby m’a dévoilée, à travers ce bel hommage qu’elle lui rend, sa littérature qui m’est encore inconnue mais un peu moins grâce à elle.

    Dans ce récit intime, Valentine Goby hisse vers la lumière Charlotte Delbo, elle évoque son histoire qui l’a poussée à découvrir cette force de la nature, mais aussi cette plume qui l’a tant touchée et nous transmet cet amour avec la sienne. Avec justesse et passion. C’est à cœur ouvert, parfois à corps perdu que j’ai plongé dans le portrait d’une femme libre, hantée mais joyeuse.
    Et si l’hommage est au cœur de ce récit, l’auteure signe également une œuvre complète alliant devoir de mémoire et enseignement. Un enseignement qui nous fait assurément prendre conscience que la littérature et les mots peuvent être salvateurs, comme ils l’ont probablement été pour Charlotte Delbo.

    Ainsi, Valentine Goby redonne voix aux œuvres de la vie de Charlotte Delbo et lui redonne vie face à l’oubli de notre siècle. A travers ce récit qui s’ancre en nous comme un tatouage, elle livre un petit geste pour justifier la grandeur qui définit Madame Delbo et lui apporte une éclatante revanche.

    J’ai désormais deux souhaits : que ce livre soit mis entre les mains de notre jeunesse (et pas que), pour qu’elle puisse découvrir l’immense talent de ces deux femmes, et que contrairement aux livres de Charlotte Delbo, « Je me promets d’éclatantes revanches » soit par la suite édité en format poche pour porter à la connaissance de tous la voix de celle qui fut incontestablement une grande dame.