Truman Capote

Truman Capote
Abandonné à cinq ans par sa mère, le jeune Truman Capote est élevé par ses tantes à la Nouvelle Orléans. Il commence à écrire à l'âge de dix ans et publie sa première nouvelle, 'Miriam', à vingt ans. Cultivé, homosexuel et souvent provocateur, il se fait connaître dès son premier roman 'Les Domai... Voir plus
Abandonné à cinq ans par sa mère, le jeune Truman Capote est élevé par ses tantes à la Nouvelle Orléans. Il commence à écrire à l'âge de dix ans et publie sa première nouvelle, 'Miriam', à vingt ans. Cultivé, homosexuel et souvent provocateur, il se fait connaître dès son premier roman 'Les Domaines hantés', paru en 1948. Il fréquente Tennessee Williams et Gore Vidal, avec qui il se brouillera. Après le succès de 'Petit Déjeuner chez Tiffany', portrait aigre doux d'une marginale, il marque un changement de style radical. Capote consacre six années à l'écriture de 'De sang-froid' , une enquête très réaliste tirée d'un fait divers sanglant. C'est là le manifeste du 'non fiction novel' (roman de non-fiction) par l'enfant terrible de la littérature américaine. Au sommet de sa gloire, mondain, alcoolique, il est aussi célèbre pour ses propos corrosifs. Son roman inachevé 'Prières exaucées', offre une peinture sans fard des milieux huppés qu'il fréquente (de Marilyn Monroe à Andy Warhol), et fait scandale avant même d'être publié. Il meurt à soixante ans, rongé par une vie d'excès.

Articles (2)

  • Solstice estival de la littérature
    Solstice estival de la littérature

    Tandis que la belle saison étire son temps avec langueur, l'été inspire aux auteurs des histoires, riches de rencontres et d'inattendu. Un peu comme si les rayons du soleil et ce supplément de liberté élargissaient le champ des possibles et des promesses. Des auteurs classiques aux auteurs contemporains, l'été inspire de magnifiques pages à lire ou relire… Tour d'horizon de ces romans auxquels l'astre solaire donne une lumière particulière.

  • Interview de Simonetta Greggio à propos de Dolce Vita
    Dolce Vita : 1959-1979

    De Mastroianni aux Brigades rouges, la Dolce Vita de Simonetta Greggio raconte toute l’histoire de l’Italie des années de plomb. Magistral, fascinant, ambitieux, le roman a manqué d’une voix le prestigieux Prix Renaudot, mais a reçu le Prix européen Madeleine Zepter. 

Avis (16)

  • Couverture du livre « Un été indien » de Truman Capote aux éditions Rivages

    Nathalie Bullat sur Un été indien de Truman Capote

    Lire OU relire Truman Capote .
    Résumé Nathalie Bullat
    Surtout ne pas oublier d’emporter dans vos valises de vacances ces 60 pages d’émotion, de tendresse, de mélancolie. Un « grand, très grand petit livre » nous dit la 4ème de couverture.
    Cette délicate Nouvelle de Truman Capote évoque les...
    Voir plus

    Lire OU relire Truman Capote .
    Résumé Nathalie Bullat
    Surtout ne pas oublier d’emporter dans vos valises de vacances ces 60 pages d’émotion, de tendresse, de mélancolie. Un « grand, très grand petit livre » nous dit la 4ème de couverture.
    Cette délicate Nouvelle de Truman Capote évoque les blessures de l’enfance, l’amour des grands parents que l’on doit quitter, la transmission filiale. Truman Capote nous raconte le désarroi du petit Bobby dans les années 30. Il a 7 ans, vit des jours heureux dans la ferme familiale avec parents et grands parents. Mais la dureté de la vie à la campagne oblige ses parents à déménager pour la ville en Virginie.
    Il ira à l’école. Est-ce bien utile l‘école ? Grand-père lui apprend tant de choses ! Il aime le retrouver à la rivière. Et Grand-mère est si fragile !
    Le mauvais temps les oblige à partir plus tôt. Bobby a le sentiment d’abandonner ses grands parents. Il promet d’écrire toutes les semaines à son grand père et celui-ci lui assure qu’il lui répondra à son tour chaque semaine, mettra sa photo sur la commode et lui révélera un secret quand il reviendra le voir. Mais reviendront ils ? « " « Vivre, laisser vivre et prendre plaisir à la vie,« ainsi était la philosophie de grand-père.
    J’avais la gorge serrée en fermant ce petit roman d’une grande intensité émotionnelle .

  • Couverture du livre « In cold blood » de Truman Capote aux éditions Adult Pbs

    Léocadie sur In cold blood de Truman Capote

    Ce roman est admirablement écrit.Il nous entraîne sur les traces de meurtriers de sang froid, et c'est le lecteur qui frissonne (mais savoure ces frissons)!

    Ce roman est admirablement écrit.Il nous entraîne sur les traces de meurtriers de sang froid, et c'est le lecteur qui frissonne (mais savoure ces frissons)!

  • Couverture du livre « De sang-froid » de Truman Capote aux éditions Gallimard

    Anita Millot sur De sang-froid de Truman Capote

    Je viens d’en lire la dernière page et je me demande encore comment j’ai pu passer “à côté” de cette pure merveille aussi longtemps !

    Un massacre odieux, perpétré par deux petites crapules (dont l’un, dénommé Perry nous émeut malgré tout) … Une étude psychologique minutieuse et...
    Voir plus

    Je viens d’en lire la dernière page et je me demande encore comment j’ai pu passer “à côté” de cette pure merveille aussi longtemps !

    Un massacre odieux, perpétré par deux petites crapules (dont l’un, dénommé Perry nous émeut malgré tout) … Une étude psychologique minutieuse et intelligente, un style percutant, un fait divers qui a bouleversé l’Amérique du début des années soixante (et plongé l’auteur dans une dépression jusqu’à la fin de ses jours … )

    Il faut impérativement découvrir ce chef d’oeuvre qui laisse sans voix !

  • Couverture du livre « De sang-froid » de Truman Capote aux éditions Gallimard

    Danièle Lecuppre sur De sang-froid de Truman Capote

    C'est après avoir lu »Les cygnes de la Cinquième avenue » que m'est venue l'envie de lire le roman de Truman Capote.
    En effet, dans ce roman de Mélanie Benjamin paru en mars de cette année , T.Capote tient une place très importante, une image noire en fait , et là où l'auteur décrit une...
    Voir plus

    C'est après avoir lu »Les cygnes de la Cinquième avenue » que m'est venue l'envie de lire le roman de Truman Capote.
    En effet, dans ce roman de Mélanie Benjamin paru en mars de cette année , T.Capote tient une place très importante, une image noire en fait , et là où l'auteur décrit une sorte de clown, parfois mélancolique certes, mais piaillant , virevoltant, pas du tout dangereux pour les maris milliardaires des belles épouses de la Cinquième Avenue de N.Y , je voulais retrouver l'auteur « De sang-froid » avant sa triste chute et décadence, avant ses écrits sordides ayant entraîné tant de malheurs dans les familles de ses protectrices.
    J'ai lu ce livre épais en Poche, avec une écriture bien serrée , pas une ligne ne m'a échappée , pas de pages inutiles ; un vrai chef d'oeuvre j'en conviens.
    Il s'agit de décrire par le détail  tout ce qui a pu engendrer le meurtre de 4 personnes, les parents et enfants d'une même famille , et apparemment sans aucun motif.
    C'est en 1966 que T.Capote fait paraître cet ouvrage, ce « fait-divers » ayant eu lieu 7 ans avant.
    Le New Yorker accepte de confier à l'écrivain le soin de reprendre toute l'affaire et de la relater. Capote rencontrera même un des assassins, n'en sortira pas indemne , et le lecteur non plus.
    De la genèse de l'affaire jusqu'au couloir de la mort, c'est l'autopsie même de la société que transpose l'auteur , tout est analysé en détail, la vie de chacun, son enfance, ses bonheurs , ses malheurs. Et sur tout cela, une violence latente , comme une chape aussi bien sur les victimes que sur les assassins .
    Une écriture qui provoque l'admiration, et une lecture inoubliable.

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com