Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Tom Noti

Tom Noti
Tom Noti est un auteur grenoblois. Il est l'auteur de trois romans :
- Souligner les fautes (Ed Assyelle 2012)
- Epitaphes (Ed Assyelle 2015)
- Les naufragés de la salle d'attente (Ed Paul & Mike 2017)

Avis sur cet auteur (24)

  • add_box
    Couverture du livre « Elles m'attendaient... » de Tom Noti aux éditions La Trace

    Chantal Lafon sur Elles m'attendaient... de Tom Noti

    Je vais essayer de vous dire pourquoi ce livre m’a bouleversée, particulièrement, indubitablement et irrémédiablement.
    Il y a environ quarante-six ans, lorsque j’étais adolescente j’ai fait une rencontre qui a changé mon regard.
    En sortant du lycée, j’accompagnais une copine à la gare afin de...
    Voir plus

    Je vais essayer de vous dire pourquoi ce livre m’a bouleversée, particulièrement, indubitablement et irrémédiablement.
    Il y a environ quarante-six ans, lorsque j’étais adolescente j’ai fait une rencontre qui a changé mon regard.
    En sortant du lycée, j’accompagnais une copine à la gare afin de lui tenir compagnie pendant l’heure d’attente pour qu’elle prenne le bus . Nous nous installions sur un banc pour faire nos devoirs. Un soir, un « clodo » a pissé dans la cabine du photomaton (les jeunes ne savent peut-être pas de quoi je parle), il a été immédiatement vilipendé par le personnel de la gare et mis dehors. Mon regard a croisé le sien pour la première fois, il devait avoir la quarantaine même si son apparence pouvait lui donner plus. Le lendemain, il était moins ivre et est venu vers nous, il nous a aidé à faire nos devoirs de maths. J’ai su qu’il avait été professeur de mathématique dans une autre vie. Je le surnommais Prof, toute l’année scolaire il a été là, mutique souvent, odorant souvent, souriant jamais, ivre souvent, vitupérant beaucoup mais son regard était doux, très doux, des yeux verts parsemés d’éclats de noisette comme deux lumières dans un visage rougeaud et hirsute.
    Je n’ai jamais oublié Prof et son regard qui m’a permis d’avoir un regard sur les vies en marge, sur ceux qui sont différents.
    A la rentrée suivante, il n’était plus là !
    Prof aurait pu s’appelait Max.
    Lorsque Halley rencontre Max, c’est le phénomène de gravitation qui les aimante l’un à l’autre de façon irrésistible.
    Mais ces deux-là ont un vécu, et l’arrivée de l’enfant va faire resurgir leur enfance. Halley a été meurtri dans la sienne qui fut très courte, mais Max, ce colosse des chantiers qui semble pouvoir déplacer des montagnes, est comme un roc qui a une faille bien cachée.
    Tom Noti avec naturel et une immense tendresse nous offre une histoire polyphonique qui résonne en nous.
    La vie est une montagne, immense et cette famille en est une cordée.
    Le premier de cordée c’est Halley avec son prénom de comète, l’astre brille. Elle assure, son amour pour Max et l’amour de Max l’emplit d’une force, qui même stoppée en plein vol, va la porter toute sa vie. Aimer c’est « ne pas baliser de barbelés le chemin de quelqu’un que l’on aime » et elle s’y emploiera.
    Le second de cette cordée c’est Rosie, qui sait que c’est sa naissance qui fut le déclencheur de la déflagration. Elle va toute sa vie affronter la problématique de la différence, l’assumer et aimer, car elle aime son père pour ce qu’il est. Elle se partagera entre le soutien à son astre de mère, à la différence de son père et à cette solitude particulière qu’engendre la différence.
    Mais chacun de ses parents lui transmettra une force, car Max lui transmet plus qu’elle ne peut l’imaginer.
    Le dernier de la cordée c’est Max. Ce livre montre combien l’arrivée d’une nouvelle vie peut être un bouleversement dans la vie d’un homme. Surtout s’il n’y a pas les fondations.
    Le roc a une âme bien fissurée, et cette naissance va rendre la faille béante. Car Max n’a pas été un « enfant », Max ne s’est jamais senti à sa place, nulle part, jamais en phase avec la vie. Sa maison c’est « un igloo de sable » hanté par la peur qui le tenaille sans cesse, pas un jour de relâche. Il sait que pour un enfant il faut être fort.
    Alors sa force à lui c’est de couper la corde, son ultime acte d’amour afin de ne pas entraîner ses amours avec lui.
    Il le sait avec certitude.
    Ce roman a une force colossale enrobée d’une douceur aérienne.
    Tom Noti nous offre ce bijou qui comme un diamant révèle avec ses multiples facettes, les mille visages de l’amour.
    Comme Max je crois profondément que « on est ce qu’on nait ». Quelles que soient les routes prises, irrémédiablement à la toute fin de sa vie on meurt comme on est né.
    Amis lecteurs, ne croyez pas que ce livre est triste il a la lumière des livres qui laisse leur empreinte.
    Merci aux éditions La Trace pour ce SP et à Tom Noti pour ce roman inoubliable.
    Je pense à Prof souvent, je ne saurais jamais son histoire mais…
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 20 avril 2019.

  • add_box
    Couverture du livre « Elles m'attendaient... » de Tom Noti aux éditions La Trace

    Missbook85 sur Elles m'attendaient... de Tom Noti

    Je remercie Tom Noti pour l’envoi de son dernier roman.
    Quand l’amour protège autant qu’il détruit. De cette ambiguïté Tom Noti, l’auteur du roman » Elles m’attendaient… « nous livre avec une réelle émotion les subtilités de l’amour sous toutes ses formes. Paru aux éditions La Trace en ce...
    Voir plus

    Je remercie Tom Noti pour l’envoi de son dernier roman.
    Quand l’amour protège autant qu’il détruit. De cette ambiguïté Tom Noti, l’auteur du roman » Elles m’attendaient… « nous livre avec une réelle émotion les subtilités de l’amour sous toutes ses formes. Paru aux éditions La Trace en ce début d’année 2019, ce roman est un coup de cœur !
    Lorsque Halley rencontre Max pour la première fois, c’est dans ce bar où Olivier, son meilleur ami d’enfance, lui a organisé une petite fête pour ses trente ans. Mais Halley accroche le regard d’un inconnu.
    p. 46 : » Il était assis à la dernière table de la terrasse et il observait tout ce qui se passait […] Ça commençait à me mettre mal à l’aise. Et quand j’ai vu une larme effleurer ses longs cils, j’ai su que je venais de trouver un homme pour ma vie. «
    Mais Max est un homme introverti et d’une extrême sensibilité. Un homme un peu à part, même avec ses collègues sur les chantiers. Lorsque Halley découvre qu’elle est enceinte, ils décident de se marier. Ils ne savent plus lequel des deux exactement en a parlé le premier. Mais ils se sont dit que ce serait mieux, pour l’enfant.
    p. 13 : » Elle désirait porter le nom du père de cet enfant qui se cachait sous ses couches glucosées. «
    Devenir père est un engagement qui angoisse Max. Placé dans une famille d’accueil dès son plus jeune âge, il n’a jamais connu l’amour. Il ne sait pas ce qu’est une famille, ni comment on doit aimer son enfant.
    p. 15 : » Elle voulait tellement que je sois enfin heureux et je crois vraiment l’avoir été. Un temps seulement. Un peu. Car cette peur me tenaillait les entrailles sans relâche. «
    Halley porte Max de tout son amour et sa bienveillance. Max aime sa femme, du mieux qu’il le peut ; lui que l’on a privé de toute marque d’amour et de tendresse ; lui qui ne s’est jamais senti nulle part à sa place.
    p. 26 : » J’étais un orphelin des sentiments, un méfiant de l’attachement, un vagabond des liens humains. «
    La naissance de la petite Rosie va être le point de départ de la descente aux enfers de Max, pris dans le tourbillon de l’amour paternel inconditionnel et sans limite.
    p. 33 : » Mais aimer ma toute petite… L’aimer déraisonnablement. Je ne savais rien faire que l’aimer comme ça : aimer grand, aimer fort, aimer mal, aimer exagérément. Un amour qui emportait tout et surtout qui m’emportait, moi. Loin de tout ce que j’avais été mais aussi loin de tout ce que j’aurais voulu être et que je ne serai jamais. «
    Des années plus tard, quand Rosie deviendra adulte à son tour, elle réalisera que ce papa atypique mais extraordinaire l’aimait plus que tout. Que son amour maladroit l’a protégée du pire, elle et sa maman. L’abnégation dont fait preuve Max est la plus belle preuve d’amour qui soit.
    p. 140 : » Le soulagement, lui, vient de sa prise de conscience. J’ai enfin été confrontée aux peurs incarnées de Max et plus rien n’est comme avant. J’ai fait face à ce qu’il fuyait et ce n’était pas nous. Ce n’était pas moi. Il ne s’est pas éloigné de moi. Il m’a préservée, que je sois hors de portée. Il a fait obstacle de sa vie afin que l’insupportable ne perdure pas au-delà de lui. Je viens d’effleurer tout ce dont il m’a protégée. «
    Préfacé par Alain Cadéo, ce roman est une vague d’émotions ! Le lecteur s’attache indéniablement aux personnages de cette bouleversante histoire d’amour. Et quelle histoire d’amour ! C’est si… intense ! Le sujet est original (enfin !) et bouscule toutes nos certitudes. Je ressors de cette lecture chamboulée, et prends encore plus conscience de toutes les formes d’amour qui existent. Je suis bluffée par l’écriture. Qu’un écrivain, homme, soit capable de décrire avec autant de justesse et de sensibilité des émotions autour de l’amour, balaye finalement mes convictions. Et c’est ce que j’adore dans la littérature : être bousculée et remise en question. Alors découvrez vite ce magnifique roman, c’est un coup de cœur !!!

    » On passe la moitié de sa vie à attendre ceux qu’on aimera et l’autre moitié à quitter ceux qu’on aime. « Victor HUGO

  • add_box
    Couverture du livre « Elles m'attendaient... » de Tom Noti aux éditions La Trace

    JPL sur Elles m'attendaient... de Tom Noti

    Superbe découverte : ce Roman est d'une grande sensibilité, tout en retenue et délicatesse.

    Superbe découverte : ce Roman est d'une grande sensibilité, tout en retenue et délicatesse.

  • add_box
    Couverture du livre « Les naufragés de la salle d'attente » de Tom Noti aux éditions Paul & Mike

    Cathy Galliegue sur Les naufragés de la salle d'attente de Tom Noti

    Ce sont des gens dont on croise le regard une fraction de seconde, et cela ne va guère plus loin. Ces gens, ce sont les inconnus des salles d’attente. Sur l’espace d’une vie, on en croisera cent ou mille et ils resteront à jamais réduits à la couleur d’un regard, au choix d’un magazine et au son...
    Voir plus

    Ce sont des gens dont on croise le regard une fraction de seconde, et cela ne va guère plus loin. Ces gens, ce sont les inconnus des salles d’attente. Sur l’espace d’une vie, on en croisera cent ou mille et ils resteront à jamais réduits à la couleur d’un regard, au choix d’un magazine et au son d’une voix. Mais à Grenoble, un jour, la Fortune fixe un clou à sa roue: un tramway déraille. Catastrophe. Le quartier est plongé dans le noir. Panne d’électricité généralisée…Et chez Monsieur Vignier, psy de son état, c’est la panique. Lui, on ne sait pas où il est passé. En revanche, François, Gabriela et Hervé sont bien conscients qu’ils sont bloqués pour un paquet d’heures dans son cabinet. Plus question de se laisser réduire à un regard ou à une voix. Il faut gérer l’urgence.

    Tom Noti aurait pu s’engouffrer dans la facilité en développant le burlesque de la situation. Il ne l’a pas fait même si certains moments sont franchement hilarants. Au fur et à mesure qu’ils se parlent, s’écoutent, se heurtent, se sourient, cherchent des solutions, ses trois héros montrent une épaisseur psychologique qui leur confère beaucoup d’humanité. Jusque dans leurs petites faiblesses, ils sont attachants. Au détour d’une conversation, l’Histoire, dans ce qu’elle a de plus sombre, les rattrape et l’émotion surgit, légère, subtile. Ces trois-là reprendront le cours de leur existence, plus neufs, plus sereins et nettoyés de leurs interrogations. Ce que Monsieur Vignier n’aura pas réussi, une panne de courant l’aura fait.

    Les naufragés de la salle d’attente est un roman faussement léger. Quand il nous fait sourire, c’est pour mieux anticiper et aborder l’instant de gravité qui va suivre. Une jolie découverte des éditions Paul & Mike.

Thèmes en lien avec Tom Noti

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !