Thierry Montoriol

Thierry Montoriol

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (3)

  • Couverture du livre « Le roi chocolat » de Thierry Montoriol aux éditions Gaia

    Anita Millot sur Le roi chocolat de Thierry Montoriol

    Encore merci à Lecteurs.com et son Club des Explorateurs de m'avoir fait découvrir "Le Roi Chocolat" !

    Quel agréable roman d’aventures que nous offre l’auteur sur la vie fantastique de son arrière grand-père, Pierre Victor Lardet, suite à la découverte de carnets de voyage !
    Ce récit qui...
    Voir plus

    Encore merci à Lecteurs.com et son Club des Explorateurs de m'avoir fait découvrir "Le Roi Chocolat" !

    Quel agréable roman d’aventures que nous offre l’auteur sur la vie fantastique de son arrière grand-père, Pierre Victor Lardet, suite à la découverte de carnets de voyage !
    Ce récit qui court sur une vingtaine d’années, nous conte les pérégrinations de Victor, reporter, parti à l’origine pour inaugurer un opéra en Argentine. Nous y rencontrerons Emile - homme à tout faire - la belle et mystérieuse Jacuba, des indiens chez qui il trouvera refuge, épousera trois femmes (faute d’avoir choisi une des trois …) et surtout, surtout, découvrira une boisson merveilleuse, à base de cacao, de banane et de sucre !
    De retour à Paris auprès de Blanche, son épouse et de ses enfants, il concoctera une recette additionnée de lait, le “chocobanane”, et c’est dans la bouche de sa fille Gabrielle que sera prononcé pour la première fois le nom du Banania, (qui fera d’ailleurs la joie de certains soldats de la Grande Guerre qui auront la chance d’y goûter …)
    Durant ce voyage sud américain, Victor croisera le chemin d’un bon nombre de célébrités. Un très joli livre basé sur des faits réels (probablement édulcorés) l’histoire d’une boisson chocolatée qui a fait partie de notre enfance !

  • Couverture du livre « Le roi chocolat » de Thierry Montoriol aux éditions Gaia

    Madame Tapioca sur Le roi chocolat de Thierry Montoriol

    Y’a bon Banania !
    Non je ne me suis pas transformée en page de pub, il est bien question de livre.
    Vous vous souvenez sans doute de ce slogan. Ou alors vous vous souvenez de l’image d’un tirailleur sénégalais buvant sa tasse de chocolat. Ou au pire - genre si vous êtes un jeunot - vous n’avez...
    Voir plus

    Y’a bon Banania !
    Non je ne me suis pas transformée en page de pub, il est bien question de livre.
    Vous vous souvenez sans doute de ce slogan. Ou alors vous vous souvenez de l’image d’un tirailleur sénégalais buvant sa tasse de chocolat. Ou au pire - genre si vous êtes un jeunot - vous n’avez pas oublié cette boîte jaune qui trône sur nombre de tables de petits-déjeuners.

    Thierry Montoriol nous raconte l’histoire de son aïeul, le fondateur de Banania ou plutôt le découvreur de la recette qui a révolutionné nos repas du matin.
    Une histoire incroyable qui amène le lecteur dans une épopée à travers deux continents.

    En 1910, Victor est journaliste pour un quotidien parisien. Il est envoyé en Amérique du Sud pour parler des nouveaux opéras qui viennent d’être construits. Rien ne se passera comme prévu: révolution mexicaine, trafic d’armes, histoire d’amour, Aztèques et chocolat vont considérablement modifier ses plans.
    De retour à Paris, changement de décor: la guerre éclate, puis les années folles débutent, le monde de la finance prend racine...

    Je ne vous en dit pas plus, à vous de découvrir ce formidable roman d’aventures qui ne se lâche pas une fois commencé. Un parcours exotique et rocambolesque pour raconter l’histoire d’une marque et surtout d’un homme qui va vivre dix vies en une seule, dix vies menées tambour battant. On y croise Zapata, Isadora Duncan, Jean Renoir et bien d’autres.
    La plume de Thierry Montoriol est de plus particulièrement agréable, à la fois classique et vive, donnant à ce livre un petit côté rétro que j’ai adoré.

    Très loin de ce que l’on lit actuellement, ce récit fait autant de bien qu’un grand bol de chocolat chaud un après-midi d’hiver.

  • Couverture du livre « Le roi chocolat » de Thierry Montoriol aux éditions Gaia

    Marie-Laure VANIER sur Le roi chocolat de Thierry Montoriol

    Si je vous dis : Bacao, Bana-Cacao, Bananette, Banacao-Phosphate, Banarica et Bananose… Je vous sens sur la piste... Mais oui, vous y êtes ! Ce sont les premiers noms qui ont été déposés pour désigner ce mélange de chocolat, banane, orge et sucre qui a finalement pris le nom de BANANIA, marque...
    Voir plus

    Si je vous dis : Bacao, Bana-Cacao, Bananette, Banacao-Phosphate, Banarica et Bananose… Je vous sens sur la piste... Mais oui, vous y êtes ! Ce sont les premiers noms qui ont été déposés pour désigner ce mélange de chocolat, banane, orge et sucre qui a finalement pris le nom de BANANIA, marque adoptée le 31 août 1914 ! Eh oui, souvenez-vous de ce fameux emballage (on dirait « packaging » maintenant) représentant un tirailleur sénégalais bien content de trouver un peu de réconfort dans cette boisson énergisante. Eh bien, sachez que l'histoire que nous raconte ici Thierry Montoriol est celle de son arrière-grand-père et qu'il a fallu plusieurs années à l'auteur pour découvrir la vie plus que tumultueuse de son ancêtre, à travers notamment des petits carnets qu'il avait noircis au cours de ses incroyables péripéties.
    Qui fut Pierre Victor Lardet ? Alors là, croyez-moi, en commençant ce roman, vous allez être entraîné dans des aventures époustouflantes dignes des plus grands romans du XIXe, une vraie odyssée absolument inimaginable racontée dans un style délicieux (quelle écriture savoureuse!) En quatre mots: vous allez vous régaler !
    Ce Victor, nous le découvrons en 1910 embarquant à Saint-Nazaire à bord du transatlantique le Provence : en tant que journaliste à La Libre Parole, il est envoyé en mission à Buenos Aires en Argentine où un magnifique opéra, le Colón, vient d'être inauguré sur l'Avenida 9 de Julio.
    Spécialiste de l'art lyrique, c'est à lui qu'on a confié ce reportage et Victor n'aurait cédé sa place pour rien au monde d'autant que, il ne le sait pas encore au moment où il se dirige vers le quai des douanes, le hasard va le mettre sur la route d'une belle brune aux yeux noirs, une certaine Jacuba Malintzin-Cortés qui a réservé une suite en première classe.
    Comment Victor de sa cabine 62 pont B parviendra à rejoindre cette mystérieuse femme et à déguster avec elle un modeste Chambertin premier cru Clos du Chapitre ? (Vous me direz, une traversée d'une vingtaine de jours laisse largement le temps de faire connaissance!) Qui est cette richissime Jacuba qui lui confiera... un semi-automatique pour qu'il se protège d'une révolution mexicaine imminente et dont il risque d'être une pauvre victime innocente ? Je ne vous dirai pas non plus (belle prétérition) de quelle façon, à Veracruz, tandis que le Mexique s'embrase et qu'il faut absolument éviter les insurgés armés jusqu'aux dents ou des federales prêts à en découdre, on lui propose de prendre le bateau jusqu'à Buenos Aires (deux semaines en mer avec d'horribles bruits de moteur et d'inquiétants grincements de cale) puis de suivre l'itinéraire suivant (une vraie promenade de santé!) : Buenos Aires/Valparaiso (1500 km), Valparaiso/La Paz (2500 km), La Paz /Lima (1500 km), Lima/Quito (1850 km), Quito/Bogota (1000 km) puis Panama et Veracruz à bord d'une… CADILLAC RUNABOUT & TONNEAU (50 km/heure sur route plate - à diviser par deux donc sur un sol quelque peu bosselé !) et avec ça, des réserves d'essence pour 600 km (au mieux!) : « on l'entend à un kilomètre, on la flaire à deux et on voit son sillage de poussière à cinq » L'idéal donc pour passer inaperçu !!! Et le pauvre Victor qui garde encore un mauvais souvenir de son dernier Paris-Angoulême !!!
    Sachez que, contrairement à ce que vous pensez, JE NE VOUS AI RIEN MAIS RIEN RACONTÉ DU TOUT car notre Victor est LOIN, très LOIN d'être au bout de ses peines ! Dites-vous bien aussi que je ne vous ai pas parlé des iguanes marinés farcis aux œufs de fourmis qu'il devra avaler, ni de sa rencontre avec un étrange Émile qui cumule un nombre incalculable de professions (quel personnage!), ni d'un certain Oaxca qu'il ne s'agira en aucun cas de vexer, ni d'un homme-jaguar, puissante divinité païenne qui peut porter bonheur ou … MALHEUR.
    Et ce n'est que le début, le tout début d'une expédition INOUÏE qui se terminera dans le Paris des Années Folles… (UN RÉGAL!!!)
    C'est bien simple, ce roman a enchanté mes vacances ! Un pur bonheur de lecture, un VRAI roman palpitant, plein de suspense, magnifiquement écrit… Franchement, un GRAND COUP DE COEUR de cette rentrée littéraire !

    LIREAULIT http://lireaulit.blogspot.fr/

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !