Thierry Groensteen

Thierry Groensteen

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (1)

  • add_box
    Couverture du livre « M. Töpffer invente la bande dessinée » de Thierry Groensteen aux éditions Impressions Nouvelles

    Claude Stas sur M. Töpffer invente la bande dessinée de Thierry Groensteen

    Réédition d’une première mouture de 1994, voici donc une étude approfondie de l’apport à la bande dessinée de Rodolphe Töpffer. Celui-ci était suisse et est souvent qualifié de pédagogue, écrivain, politicien et auteur. Mais le grand public ignore qu’il est souvent considéré comme étant le père...
    Voir plus

    Réédition d’une première mouture de 1994, voici donc une étude approfondie de l’apport à la bande dessinée de Rodolphe Töpffer. Celui-ci était suisse et est souvent qualifié de pédagogue, écrivain, politicien et auteur. Mais le grand public ignore qu’il est souvent considéré comme étant le père de la bande dessiné, mais sans l’utilisation du phylactère (la bulle). Cette étude (qui flirte avec la thèse de doctorat) tente donc de combler ce vide.
    Par conséquent, ce livre est très explicatif, démonstratif, parfois redondant, mais toujours passionnant (malgré un discours digne d’un linguiste averti, dans certains passages). Le premier chapitre remet les pendules à l’heure : une histoire de la bande dessinée reste encore à écrire, tant les origines ne sont pas définitivement fixées (Lascaux pour l’un, Bayeux pour l’autre). Puis viennent les précurseurs, les caricaturistes anglais, les peintres de genre séquentiels (comme William Hogarth), ou les dessinateurs germaniques, avec leur humour ravageur.
    Les bandes dessinées sont abordées par une sorte de catalogue raisonné. Pour ensuite être passées au filtre de la théorie du discours, en ayant toujours comme référence les propos de Töpffer lui-même, considéré comme un des premiers théoriciens du médium. Satiriste, il se veut également le reflet d’une certaine société bourgeoise. L’humour y est malgré tout bon enfant et peut sembler aujourd’hui bien léger. Mais déjà y sont présentes certaines formes d’humour.
    Enfin, les héritiers sont évoqués, de Cham à Gustave Doré. Le volume se termine par un fac-similé de l’ »Essai de Physiognomonie » et tout un appareil critique. Sans oublier de conséquentes bibliographie et sitographie.
    Un livre qui comble un vide, mais qui reste destiné aux passionnés de bande dessinée.

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !