Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Thierry Bourcy

Thierry Bourcy
Après un DESS de psychopathologie, Thierry Bourcy travaille à l'hôpital psychiatrique de Vannes, jusqu'à sa rencontre avec le scénariste Bernard Revon (Baisers volés, Domicile conjugal). Il commence alors une carrière d'assistant. Il fait ses débuts de scénariste pour Mag Bodard, (Hôtel de Police... Voir plus
Après un DESS de psychopathologie, Thierry Bourcy travaille à l'hôpital psychiatrique de Vannes, jusqu'à sa rencontre avec le scénariste Bernard Revon (Baisers volés, Domicile conjugal). Il commence alors une carrière d'assistant. Il fait ses débuts de scénariste pour Mag Bodard, (Hôtel de Police 1985), enchaîne ensuite les écritures pour la télévision. En tant que scénariste, il travaille pour des personnalités aussi diverses que Georges Lautner, Jean-Claude Brialy, Jean-Louis Lorenzi... Il commence la série de polars historiques des aventures de Célestin Louise, flic et soldat avec La Cote 512 en 2005, qui connaît rapidement un vif succès auprès des lecteurs. Vient de paraître, toujours aux éditions Nouveau Monde, Les Ombres de Rochambeau, dernier tome de la série. La Mort de Clara, roman noir, paraîtra aux éditions Le Masque aux printemps 2015.

Avis sur cet auteur (11)

  • add_box
    Couverture du livre « Le songe de l'astronome » de Francois-Henri Soulie et Thierry Bourcy aux éditions 10/18

    patrice chauville sur Le songe de l'astronome de Francois-Henri Soulie - Thierry Bourcy

    Aux Quais du Polar de Lyon, il y a les auteurs qu'on veut rencontrer et il y a les surprises.
    Lorsque je suis allé échanger avec Thierry Bourcy, auteur que j'avais eu l'occasion d'apprécier au travers de ses romans et de son personnage, le flic des tranchées Célestin Louise, celui-ci m'a parlé...
    Voir plus

    Aux Quais du Polar de Lyon, il y a les auteurs qu'on veut rencontrer et il y a les surprises.
    Lorsque je suis allé échanger avec Thierry Bourcy, auteur que j'avais eu l'occasion d'apprécier au travers de ses romans et de son personnage, le flic des tranchées Célestin Louise, celui-ci m'a parlé avec enthousiasme de sa collaboration avec son voisin de table, François-Henri Soulié, auteur de romans lui aussi.
    Intrigué, ce n'est pourtant que le lendemain que je suis retourné les voir pour me procurer le fruit de leur collaboration.
    Le songe de l'astronome, roman policier historique, met en scène, dans la Prague du XVIIème siècle, des personnalités de l'époque, l'empereur Rodolphe II de Habsbourg, Tycho Brahé, célèbre astronome, le peintre Spranger ou encore Roberto Bellarmin l'inquisiteur.
    Quand l'un d'entre eux est empoisonné et que d'autres morts suspectent s'y ajoutent, l'empereur décide de confiner toutes les personnes présentes au château et charge son Capitaine des soldats, Josef Kassov, associé à son neveu Mattheus de mener l'enquête.
    C'est donc, un huis clos que nous ont concocté nos deux compères écrivains. A la façon d'Agatha Christie, les pistes se brouillent, mais tel un Poirot du Moyen-Âge, Kassov ne lâche rien et fait preuve d'une grande intelligence pour arriver à piéger le coupable.
    A les entendre, leur association paraît très simple. Pourtant, à la lecture de leur livre, difficile d'imaginer que, géographiquement éloignés, il y ait une telle fusion entre eux qui écrivent, m'ont-ils confié, chacun un chapitre, pour réussir une osmose parfaite et qui produise un tel récit.
    Il faut saluer ce travail à quatre mains et je vous engage, si vous en avez l'occasion, à aller à la rencontre de Thierry et François-Henri, je ne doute pas qu'ils vous transmettent leur passion.

  • add_box
    Couverture du livre « La cote 512 » de Thierry Bourcy aux éditions Gallimard

    patrice chauville sur La cote 512 de Thierry Bourcy

    Il y a deux ans, j'avais découvert, au hasard de mes lectures, Thierry Bourcy et son policier Célestin Louise, au travers du roman Le gendarme scalpé. Un livre qui m'avait quelque peu laissé sur ma faim.
    Aujourd'hui, je termine le premier de la série, La cote 512.
    La genèse. Des personnages...
    Voir plus

    Il y a deux ans, j'avais découvert, au hasard de mes lectures, Thierry Bourcy et son policier Célestin Louise, au travers du roman Le gendarme scalpé. Un livre qui m'avait quelque peu laissé sur ma faim.
    Aujourd'hui, je termine le premier de la série, La cote 512.
    La genèse. Des personnages aux décors , il y a tout ce qui me manquait dans ma précédente lecture, mais c'est logique. Bref, je ne peux qu'encourager les futurs lecteurs à prendre l'histoire depuis le début.
    1914, mobilisation générale, Célestin Louise, jeune policier parisien choisit de répondre à l'appel de la Nation.
    Au milieu des horreurs de la Grande Guerre, un flic reste un flic, et quand le lieutenant de sa compagnie est abattu d'une balle dans le dos, Célestin décide de mener son enquête.
    Si la trame policière est assez classique, l’intérêt du livre, pour moi, réside dans le contexte et la période historique dans laquelle elle se déroule.
    Parce que notre inspecteur, il met le nez dans la boue et le sang. Parce que notre inspecteur il tremble sous les bombes et le froid glacial. Parce que notre inspecteur n'est plus tout à fait le même à la fin du livre.
    Non, la guerre n'est pas jolie. Thierry Bourcy ne fait pas de son policier un super héros, c'est un homme, un simple soldat. Un camarade de combat. Dans les tranchées, on est tous pareil, pas de bourgeois, de paysan, d’ouvrier, de voleur ou de gendarme, tous unis, pour le meilleur et pour le pire, la solidarité est de mise.
    Bourcy nous emmène au cœur de la bataille il nous écrit la peur et l’horreur.
    Un livre sans prétention qui risque de décontenancer les amateurs de polar et de ravir ceux de romans historiques et de cette période en particulier. Il y a des façons différentes d'aborder une lecture, selon ce qu'on espère y trouver.
    En tout cas, moi je pense que je vais bientôt retrouver les protagonistes de cette série.
    Parce que comme Célestin Louise, je ne peux pas abandonner mes camarades de combat, pas question de rester planqué derrière un bureau... Allons enfants de la Patrie......

  • add_box
    Couverture du livre « Le songe de l'astronome » de Francois-Henri Soulie et Thierry Bourcy aux éditions 10/18

    Marion Harang sur Le songe de l'astronome de Francois-Henri Soulie - Thierry Bourcy

    Rodolphe II de Habsbourg reçoit d'importantes personnalités dans son château afin d'honorer Tycho Brahé, scientifique de renom dans le domaine de l'astronomie et de l'astrologie. Au cours d'une présentation, il doit prouver à l'Eglise et à son représentant, l'inquisiteur Robert Bellarmin qu'il...
    Voir plus

    Rodolphe II de Habsbourg reçoit d'importantes personnalités dans son château afin d'honorer Tycho Brahé, scientifique de renom dans le domaine de l'astronomie et de l'astrologie. Au cours d'une présentation, il doit prouver à l'Eglise et à son représentant, l'inquisiteur Robert Bellarmin qu'il ne fait pas partie de ces hérétiques qui défendent la thèse de l'héliocentrisme mais qu'il a les preuves que c'est le Soleil qui tourne autour de la Terre. Quelques heures plus tard, son corps empoisonné va être retrouvé dans une pièce reculée du château. A partir de ce moment, chaque personne présente dans le château va se retrouver suspecte et Josef Kassov et Mattheus, son neveu, vont devoir mener l'enquête parmi tous les protagonistes pour trouver le meurtrier. Entre histoires d'adultère, d'espionnage, de jalousie, le travail est fastidieux pour connaitre les vraies raisons de la présence de chacun à cette cérémonie et les raisons et motivations qu'ils auraient pu avoir d'éliminer l'astronome.

    Les différents personnages de l'histoire ne sont pas forcément très agréables mais ils ont tous leurs secrets et j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce que chacun cachait. J'ai beaucoup aimé l'ambiance dans laquelle se déroule cette histoire. Le fait d'être cloîtré dans cet immense château ajoute une touche mystérieuse et angoissante très agréable.

    Ce roman est court, bien écrit et terriblement efficace. Le suspense est omniprésent et l'on n'a pas le temps de s'ennuyer.

  • add_box
    Couverture du livre « La cote 512 » de Thierry Bourcy aux éditions Gallimard

    FRIDRICK Marie sur La cote 512 de Thierry Bourcy

    Célestin Louise, policier dans le civil, s’engage dans l’armée française à la déclaration de guerre en 1914. Pourtant, sa guerre va être marquée par la mort de son lieutenant, tué d’une balle dans le dos. Accident ou assassinat ?

    Dans ce roman, l’auteur parvient parfaitement à transcrire les...
    Voir plus

    Célestin Louise, policier dans le civil, s’engage dans l’armée française à la déclaration de guerre en 1914. Pourtant, sa guerre va être marquée par la mort de son lieutenant, tué d’une balle dans le dos. Accident ou assassinat ?

    Dans ce roman, l’auteur parvient parfaitement à transcrire les horreurs de la guerre, le froid, la boue, la faim, les assauts… Mais aussi, est surtout l’amitié, la solidarité et la camaraderie qui sont à mon sens le cœur de l’intrigue. Ce livre bien documenté, même si l’on aimerait parfois plus de dates pour que les événements évoqués soient plus explicites, permet au lecteur une approche différente de l’histoire, qui passe par la fiction et non par les témoignages des survivants, les lettres des soldats ou, plus simplement, les cours d’histoire.

    L’enquête, que Célestin Louise décide de mener, donne un rythme à l’histoire et pousse le lecteur à poursuivre sa lecture. Comment la mener à bien tout en essayant de sauver sa vie ? Toutefois, celle-ci reste assez rapide et les obstacles qu’elle pourrait rencontrer sont résolus un peu facilement. Aussi, en tant que lectrice, j’ai trouvé que l’enquête permettait à l’auteur de parler de la guerre, qu’il mettait la fiction au service de l’Histoire.

    Pourtant, bien que l’enquête soit résolue un peu vite, ce roman reste une bonne lecture, émouvante et qui tente au mieux de se rapprocher de l’authenticité ! Un livre à lire absolument, surtout en cette période de centenaire !