Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Theophile Gautier

Theophile Gautier

Théophile Gautier (1811-1872) est un écrivain français né à Tarbes. Sa famille s’établira à Paris. En 1829, il fait la connaissance de Victor Hugo, qui lui fera préférer la carrière d’écrivain à celle de peintre.

En 1830, il participe aux rencontres du "petit cénacle", un groupe d'artiste...

Voir plus

Théophile Gautier (1811-1872) est un écrivain français né à Tarbes. Sa famille s’établira à Paris. En 1829, il fait la connaissance de Victor Hugo, qui lui fera préférer la carrière d’écrivain à celle de peintre.

En 1830, il participe aux rencontres du "petit cénacle", un groupe d'artistes qui se réunit dans l'atelier du sculpteur Jehan Duseigneur. C’est l’occasion pour lui de nouer des liens avec Gérard de Nerval, Petrus Borel, Alphonse Brot, Philotée O'Neddy, Joseph Bouchardy.

Il mène une vie de bohême et c'est en 1831 que son premier conte fantastique La cafetière est publié. Très en vogue, ses textes et son talent s’affirment avec ses nouvelles Arria Marcella, Les mortes amoureuses ou Spirite. Par ailleurs, il publie des contes parodiques en 1883, Les Jeunes-France, romans goguenards et un roman, Mademoiselle de Maupin en1835. De 1836 à 1855, il écrit des articles dans La Presse, le nouveau journal d'Émile de Girardin.

La nécessité financière prenant le pas, il a peu de temps à consacrer à sa carrière littéraire. Cependant, ses talents de poète sont reconnus et il sera nommé bibliothécaire officiel de la princesse Mathilde.

Son œuvre est caractérisée par la place accordée à l’esthétisme, que l’on retrouve dans ses poèmes Émaux et Camées (1852) et dans ses grands romans comme Le Roman de la momie (1858) et Le Capitaine Fracasse (1863). À sa mort, Victor Hugo et Mallarmé témoignent simultanément de l'importance de cet écrivain par deux poèmes qui furent réunis sous le titre Tombeau de Théophile Gautier (1873).

Articles en lien avec Theophile Gautier (1)

  • La bibliothèque de l'hiver : une sélection venue du froid
    La bibliothèque de l'hiver : une sélection venue du froid

    Frimas de l'hiver et pluie de flocons inspirent artistes et auteurs. La lumière particulière de ces mois froids exacerbe-t-elle les sentiments ? L'hibernation de la nature réveille-t-elle une énergie vitale créatrice ? Les couleurs atténuées et les sons ouatés suscitent-ils au poète un désir de murmures et de confidences ? Le blanc de l'hiver invite-t-il le romancier à noircir la page ?

Avis sur cet auteur (18)

  • add_box
    Couverture du livre « Le capitaine Fracasse » de Theophile Gautier aux éditions Gallimard

    Ghislaine DEGACHE sur Le capitaine Fracasse de Theophile Gautier

    Ayant lu dans ma prime jeunesse Le Capitaine Fracasse, il ne me restait en mémoire que la difficulté à lire ce texte aux mots bien compliqués et aux références littéraires un peu difficiles pour moi, à l'époque. Mais voilà que j'apprends qu'aux Fêtes Nocturnes de Grignan où, chaque été, depuis...
    Voir plus

    Ayant lu dans ma prime jeunesse Le Capitaine Fracasse, il ne me restait en mémoire que la difficulté à lire ce texte aux mots bien compliqués et aux références littéraires un peu difficiles pour moi, à l'époque. Mais voilà que j'apprends qu'aux Fêtes Nocturnes de Grignan où, chaque été, depuis plus de trente ans, une pièce de théâtre est jouée en plein air et où je me rends régulièrement depuis une dizaine d'années, du 23 juin au 22 août 2020, ce sera "Fracasse", d'après Le Capitaine Fracasse, roman de Théophile Gautier, la mise en scène étant de Jean-Christophe Hembert.
    Décision est prise, je dois me replonger dans ce roman, car il me plaît toujours de lire auparavant, le roman ou la pièce avant de voir le spectacle.
    Bien m'en a pris, car j'ai vraiment apprécié la lecture de ce roman de cape et d'épée, plein de romantisme dont la fantaisie est remarquable.
    L'histoire se déroule en Gascogne, entre Dax et Mont-de-Marsan, au XVIIe siècle. Un jeune baron, le dernier héritier des Sigognac vit mélancoliquement dans la misère et la solitude, dans son château en ruines, au milieu de ses terres en friches. Il a pour seule compagnie, son vieux et fidèle serviteur Pierre, son chien Miraut et son chat Béelzébuth. Il est le dernier descendant d'une famille illustre qui s'est peu à peu ruinée.
    Voilà qu'un soir, une troupe de comédiens ambulants dont le chariot s'est embourbé se présente à sa porte pour lui demander l'hospitalité pour la nuit. Sigognac les reçoit et tombe sous le charme de l'une des comédiennes, Isabelle.
    Les comédiens, en route pour Paris vont proposer au baron de se joindre à eux : " Il faudrait que Monsieur le baron allât à Paris, l'œil et le nombril du monde, le rendez-vous des beaux esprits et des vaillants..." Après avoir hésité, il quittera son château pour suivre la troupe. L'un des acteurs va trouver la mort en cours de route, lors d'une tempête de neige et Sigognac le remplacera, Capitaine Fracasse devenant alors son nom de scène.
    Dès le départ du château, les péripéties vont s'enchaîner et se dérouler à une allure folle. Que d'aventures dans ce livre ! Et, si le dénouement final n'est pas vraiment une surprise, Théophile Gautier réussit néanmoins à nous tenir en haleine jusqu'au bout.
    Même si le roman se déroule au XVIIe siècle, les valeurs d'amitié, d'entraide, de fraternité qu'il véhicule sont toujours d'actualité. D'autre part, la description de la vie des comédiens ambulants est particulièrement intéressante et fidèle, et les personnages attachants. Quant aux descriptions du château, de son mobilier, des alentours, du voyage entrepris par cette troupe itinérante, elles sont splendides et savoureuses, le vocabulaire étant riche en termes souvent tombés en désuétude, ce qui leur apporte un charme fous. Les envolées lyriques des comédiens sont aussi des moments forts de l'épopée. Les aventures toutes plus épiques les unes que les autres, à la limite du burlesque parfois, et les rebondissements incessants qui émaillent le récit, alliés à cet amour pur entre Isabelle et ce capitaine Fracasse font que celui-ci s'apparente presque à un conte.
    Le capitaine Fracasse est en tout cas un bel hommage rendu au théâtre avec une écriture flamboyante et se révèle un merveilleux roman d'amour.
    J'ai hâte de me retrouver cet été dans la cour du château de Grignan pour assister à cette représentation qui pour moi, sans nul doute, me ravira, en espérant de toutes mes forces que cette période folle de pandémie et de confinement ne soit plus qu'un mauvais souvenir.

    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

  • add_box
    Couverture du livre « Le roman de la momie » de Theophile Gautier aux éditions Gallimard-jeunesse

    Mélissande Preguiça sur Le roman de la momie de Theophile Gautier

    En quelques lignes Gautier recrée autour de nous la Grande Egypte des pharaons. Ses mots ont le pouvoir de dresser les pyramides et faire sortir les crocodiles du Nil.
    C’est ce que j’aime par-dessus tout chez cet écrivain, il arrive à retranscrire des atmosphères si particulières grâce à ses...
    Voir plus

    En quelques lignes Gautier recrée autour de nous la Grande Egypte des pharaons. Ses mots ont le pouvoir de dresser les pyramides et faire sortir les crocodiles du Nil.
    C’est ce que j’aime par-dessus tout chez cet écrivain, il arrive à retranscrire des atmosphères si particulières grâce à ses descriptions détaillées. Rien n’est laissé au hasard, des bijoux que porte la magnifique Tahoser à l’intérieur de la pyramide où repose le grand Petamounoph.
    Mais la réussite dans ce livre est surtout la fusion entre l’histoire et l’Histoire… Grâce à un certain Mosché, hébreu qui parvient à délivrer son peuple du joug égyptien, l’histoire parallèle de la sublime Tahoser prend alors un tout autre poids… Et si, un jour, un archéologue trouvait vraiment une pyramide, cachée, à l’abri des regards indiscrets, avec une momie tenant à l’intérieur de sa main un mystérieux parchemin…

  • add_box
    Couverture du livre « La morte amoureuse ; une nuit de Cléopâtre » de Theophile Gautier aux éditions J'ai Lu

    Christel Gibilaro sur La morte amoureuse ; une nuit de Cléopâtre de Theophile Gautier

    Si vos oreilles sont fatiguées d'entendre les fautes de français et les gens s'exprimer n'importe comment, il est temps de vous plonger dans ce livre merveilleux, gorgé de pépites littéraires, à chaque page, à chaque ligne, un trésor.
    J'ai adoré découvrir ses contes fantastiques.

    Si vos oreilles sont fatiguées d'entendre les fautes de français et les gens s'exprimer n'importe comment, il est temps de vous plonger dans ce livre merveilleux, gorgé de pépites littéraires, à chaque page, à chaque ligne, un trésor.
    J'ai adoré découvrir ses contes fantastiques.

  • add_box
    Couverture du livre « La morte amoureuse - avatar et autres recits fantastiques » de Theophile Gautier aux éditions Gallimard

    Mélissande Preguiça sur La morte amoureuse - avatar et autres recits fantastiques de Theophile Gautier

    Dans la morte amoureuse Théophile Gautier a réussi à me plonger dans un univers particulier, que je n’ai jamais réussi à retrouver ailleurs, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir chercher.
    Dans son recueil de nouvelles, il arrive à tisser une ambiance glauque, presque malsaine tout en étant...
    Voir plus

    Dans la morte amoureuse Théophile Gautier a réussi à me plonger dans un univers particulier, que je n’ai jamais réussi à retrouver ailleurs, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir chercher.
    Dans son recueil de nouvelles, il arrive à tisser une ambiance glauque, presque malsaine tout en étant dans le fantastique. Les femmes y sont sublimés, semblant être touchées par la grâce céleste avant de se révéler souvent être des démons sortis des enfers pour mener à sa perte un jeune héros souvent naïf et bien innocent… On y retrouve une dualité rêve/réalité qui poussent les personnages aux actions les plus folles et insensées. Où s’arrête le rêve et où commence la réalité ? Question lancinante qui semble planer tel un fantôme à travers les pages du livre. J’ai ressenti un questionnement perpétuel sur le fantasme, qu’il soit ancré au plus profond des nuits ou présent à tout heure comme un doux songe, une rêverie qu’on s’autorise lors d’une parenthèse. Ici le rêve est traité comme une dimension particulière, il peut permettre de vivre les meilleurs moments de sa vie, mais il peut se retourner contre le personnage, car une fois le plus merveilleux atteint la vie semble fade, et sans aucun sens…. Il peut aussi faire perdre la tête.
    Comme dans un rêve Gautier joue avec le temps, certains moments sont distendus puis tout s’accélère soudainement, on perd la notion du temps…
    Théophile Gautier crée donc un univers dont seul le narrateur, omniscient et légèrement ironique peut sortir indemne, laissant dans les limbes, quelques part entre rêve et réalité, ses personnages…et ses lecteurs.