Tana French

Tana French
Tana French a grandi en Irlande, en Italie et aux États-Unis. Elle vit à Dublin depuis 1990. Après des études de théâtre, elle a travaillé pour le cinéma. Écorces de sang est son premier roman.

Avis (20)

  • add_box
    Couverture du livre « L'invité sans visage » de Tana French aux éditions Calmann-levy

    Christelle Point sur L'invité sans visage de Tana French

    Le tout denier polar de Tana French est probablement l’un de ses meilleurs, elle qui s’est donné pour mission d’écrire des romans à suspens sur des faits divers tout simples, sans tueur machiavélique, sans motivations surréalistes et sans violence ni hémoglobine. Dans « L’invité sans visage »...
    Voir plus

    Le tout denier polar de Tana French est probablement l’un de ses meilleurs, elle qui s’est donné pour mission d’écrire des romans à suspens sur des faits divers tout simples, sans tueur machiavélique, sans motivations surréalistes et sans violence ni hémoglobine. Dans « L’invité sans visage » comme dans tous ses romans précédents, French met en scène une enquêtrice, (Antoinette Cownay, déjà à l’œuvre dans son polar précédent) a qui on refile une enquête en apparence sans intérêt : une jeune femme a été trouvée morte chez elle, très apprêtée pour un diner romantique qui a visiblement tourné au drame. Alors que tout désigne le petit ami, Antoinette et son coéquipier Steve pressentent (ou veulent) que la vérité est bien plus complexe qu’une dispute qui se termine en coups. Il faut dire que malgré les apparences, il y a beaucoup à apprendre sur la victime. Une enquêtrice pugnace, une enquête à tiroir, tout ça n’est pas original et pourtant le roman fonctionne diablement bien. Antoinette n’est pas une enquêtrice bien dans sa peau, elle est malmenée par une Brigade Criminelle entièrement masculine qui la harcèle, elle n’a confiance en personne, prend tout comme une agression, semble en permanence en colère contre le monde entier et cela confine parfois à la paranoïa. Cette personnalité la rend à la fois attachante (les brimades dont elle fait l’objet sont bien réelles) mais aussi un peu énervante par moment, quand elle se montre suspicieuse à tort et à travers, et agressive avec tout le monde, y compris des gens qui ne lui ont rien fait. Elle est aussi dans un autodénigrement perpétuel, ce qui est souvent le cas de toutes les victimes de harcèlement. Tout cela rejaillit sur l’enquête, pour le meilleur comme pour le pire. Elle pressent que cette enquête est viciée, que c’est un énième coup bas qu’on lui inflige, que cette enquête sera son « coup de grâce ». A-t-elle raison, ou tort ? Ou bien un peu des deux ? L’intrigue se suit sans difficulté, tous les éléments s’emboitent parfaitement jusqu’à un dénouement à la fois banal et tragique, comme souvent chez Tana French, c’est la fragilité humaine qui cause les drames les plus douloureux. On regrettera juste quelques passages un peu bavards et des chapitres parfois très longs, qui peuvent rendre la lecture un peu lourde. Mais malgré cela, « L’invité sans visage » est un bon polar, qui met en lumière les travers de la police irlandaise, son machisme ordinaire, et qui laisse la part belle à la psychologie d’une enquêtrice à la personnalité bien affirmée, tout en restant très fragile : une femme en équilibre sur un fil invisible, dans un métier d’homme et dans une société encore très patriarcale.

  • add_box
    Couverture du livre « Écorces de sang » de Tana French aux éditions Points

    Coralie Freetime sur Écorces de sang de Tana French

    Le lecteur est vit happé par ce roman qui met en scène un policier qui se retrouve à gérer une enquête dans son village d'enfance où lui-même à été une victime enfant. Ce point de départ promet un roman riche en rebondissements. Malgré quelques longueurs, le style d'écriture est agréable et la...
    Voir plus

    Le lecteur est vit happé par ce roman qui met en scène un policier qui se retrouve à gérer une enquête dans son village d'enfance où lui-même à été une victime enfant. Ce point de départ promet un roman riche en rebondissements. Malgré quelques longueurs, le style d'écriture est agréable et la complicité entre les 2 protagonistes principaux rend les personnages plus humains. Toutefois, j'ai été un peu déçue par la fin de ce roman puisqu'une des deux énigmes n'est pas résolue. C'est bien dommage puisque c'est le parallèle entre les deux enquêtes qui donne tout son rythme à ce roman. C'est un peu comme débuté un délicieux dessert et ne pas avoir le droit de la terminer.

  • add_box
    Couverture du livre « Les lieux infidèles » de Tana French aux éditions Points

    Coralie Freetime sur Les lieux infidèles de Tana French

    J'avais découvert cette auteur avec "Comme deux gouttes d'eau" il y a quelques années et j'ai retenté l'expérience avec ce policier qui fut son premier roman. Je n'ai pas été déçue, tous les éléments sont là pour faire un bon policier : le suspens, la répartition des indices pour comprendre, une...
    Voir plus

    J'avais découvert cette auteur avec "Comme deux gouttes d'eau" il y a quelques années et j'ai retenté l'expérience avec ce policier qui fut son premier roman. Je n'ai pas été déçue, tous les éléments sont là pour faire un bon policier : le suspens, la répartition des indices pour comprendre, une écriture rythmée, des phrases simples, un style qui va à l'essentiel.

  • add_box
    Couverture du livre « L'invité sans visage » de Tana French aux éditions Calmann-levy

    Karine Mansard sur L'invité sans visage de Tana French

    Antoinette Conway rêvait de travaillait à la Crim’ mais c’est un cauchemar: le simple bizutage s’est transformé en harcèlement et la ‘toinette a beau avoir un fort caractère, elle n’en peut plus.

    Aislinn Murray pensait passer une délicieuse soirée en amoureux mais elle est retrouvée morte au...
    Voir plus

    Antoinette Conway rêvait de travaillait à la Crim’ mais c’est un cauchemar: le simple bizutage s’est transformé en harcèlement et la ‘toinette a beau avoir un fort caractère, elle n’en peut plus.

    Aislinn Murray pensait passer une délicieuse soirée en amoureux mais elle est retrouvée morte au petit matin.

    Qu’est-ce qui relie ces deux femmes?
    Antoinette et son coéquipier, Stephen Moran, sont en charge de cette enquête et la tâche se révèle simple et limpide. Mais c’est sans compter l’imagination débordante de Moran, les chausse-trappes posées sur le chemin des inspecteurs et la paranoïa de plus en plus pesante de Conway.

    On retrouve le duo de flics Moran/Conway qui avait déjà sévi dans La cour des secrets.
    Conway est à vif, sans cesse sur le qui-vive, alors que Moran tempère sans cesse ses ardeurs mais pas son imagination débordante.

    L’invité sans visage est un pur polar. Nous sommes totalement immergés dans la vie quotidienne des flics au cours d’une enquête et dans leur « intimité » professionnelle.
    Les romans de Tana French ressemblent d’ailleurs aux séries style 24h chrono ou 24: Legacy, quand l’action est vécue en temps réel.
    Ils y ressemblent, mais le rythme en moins.

    C’est le principal reproche que je relève systématiquement dans mes lectures-polar, un manque de rythme qui ne me convient pas mais qui ne m’empêche tout de même pas de savourer la qualité de la plume de certains auteurs comme Tana French.

    Des romans de 500 pages qui peuvent parfois sembler longs et lents donc, si le talent de l’auteur ne résidait pas dans la psychologie fouillée et incisive de chacun de ses personnages.
    C’est le point fort de cet auteur: la psychologie. Que ce soit celle de nos enquêteurs ou du point de vue de la victimologie, rien ne nous est épargné: le lecteur est au plus près des êtres humains.
    Comme nous sommes également au plus près de la vie quotidienne de ces flics dont la cohabitation peut s’avérer être très éloignée de l’esprit de corps qui leur attribue en règle générale. Et non, la loyauté ne va pas de soi et Conway en paye le prix chaque jour.

    L’enquête est dense. Nous avons droit à tout ce qui traverse l’esprit tordu des flics: toutes les hypothèses, toutes les pistes possibles et parfois inimaginables.
    Oui, les flics sont tordus!
    Avec eux, la plus innocente des personnes lambdas peut ressortir d’un interrogatoire totalement remuée et aux portes d’une inculpation!
    D’ailleurs les méthodes d’interrogatoire apparaissent davantage comme des séances de torture et de manipulation psychologique que comme une quête de la vérité!

    Et le mal-être de Conway amplifie ce phénomène de manipulation quand celle-ci pense sans cesse que chacun de ses collègues est là pour la descendre en flèche et lui mettre des bâtons dans les roues. Elle s’isole, se sent seule, toujours à l’affût du traquenard qui pourrait la faire chuter. Elle est borderline et même Moran va essuyer les plâtres de cette tension insupportable.

    Et comme si l’ambiance toxique de son travail ne suffisait pas, Conway se retrouve confrontée à son passé et à ce qu’elle nie encore aujourd’hui farouchement. Tout comme la victime, Aislinn, qui, elle, a décidé d’affronter son manque, sa blessure d’enfance mais dont l’issue sera malheureusement fatale.

    C’est donc une lecture sous haute tension qui vous attend avec L’invité sans visage. Les amateurs de polar seront ravis d’assembler patiemment les morceaux de ce puzzle criminel!

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !