Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Takeshi Obata

Takeshi Obata

Takeshi Obata est un dessinateur de manga japonais, né le 11 février 1969 à Niigata.

Il est notamment connu pour son travail sur Death note et Bakuman, écrit par le scénariste Tsugumi Ōba.

Articles en lien avec Takeshi Obata (1)

Avis sur cet auteur (18)

  • add_box
    Couverture du livre « Platinum end T.1 » de Takeshi Obata et Tsugumi Ohba aux éditions Kaze

    Gérald LO sur Platinum end T.1 de Takeshi Obata - Tsugumi Ohba

    Mirai est un adolescent qui a perdu ses parents, recueilli par son oncle et sa tante, qui le battent et l’exploitent. Il est malheureux et se retrouve au sommet d’un immeuble pour se suicider. Mais un ange l’intercepte. Treize anges sont envoyés sur Terre pour trouver le prochain Dieu. Pour...
    Voir plus

    Mirai est un adolescent qui a perdu ses parents, recueilli par son oncle et sa tante, qui le battent et l’exploitent. Il est malheureux et se retrouve au sommet d’un immeuble pour se suicider. Mais un ange l’intercepte. Treize anges sont envoyés sur Terre pour trouver le prochain Dieu. Pour cela, les candidats ont droit à des pouvoirs. Mais l’un des candidats est décidé à exterminer les autres candidats pour rester le seul éligible.

    Le thème est assez original. Et le manga démarre avec un rythme intéressant, des révélations qui tombent coup sur coup. Il y a un vrai intérêt à débuter cette bande dessinée pour son histoire original.

    Mais comme d’habitude les mangas partent en vrille. On se retrouve dans la même ville avec plusieurs candidats alors que potentiellement, c’est impossible. Première incohérence. Le dénouement. Deuxième incohérence. J’enrage parce que pour une fois le thème, l’approche sont bien réfléchis et fournissent au lecteur matière à réflexion, mais les auteurs ont un délire et gâchent ce qui pourrait devenir un très bon récit.

    Graphiquement, c’est typiquement un manga, rien d’exceptionnel. Visage angélique, décor simplifié, rien de fantastique.

    Un bon début, un super thème, un premier tome très décevant.

  • add_box
    Couverture du livre « Death note T.1 » de Takeshi Obata et Tsugumi Ohba aux éditions Kana

    Les Ô grimoiriens sur Death note T.1 de Takeshi Obata - Tsugumi Ohba

    Du suspense, une touche de fantastique, un pitch qui certes peut paraître très banal pour certains mais qui finalement, je vous assure, est une aventure à mille et une facettes !

    Un premier tome qui démarre rapidement et qui embarque le lecteur dans une course contre la mort… Il n’y a aucun...
    Voir plus

    Du suspense, une touche de fantastique, un pitch qui certes peut paraître très banal pour certains mais qui finalement, je vous assure, est une aventure à mille et une facettes !

    Un premier tome qui démarre rapidement et qui embarque le lecteur dans une course contre la mort… Il n’y a aucun répit, aucun temps mort, on tourne, tourne, tourne et tourne encore les pages jusqu’à la fin du livre !

    Dans ce premier tome de la série, on comprend rapidement que le jeune lycéen va devoir lutter pour conserver son anonymat contre un redoutable enquêteur de renommée mondiale ! Bref cela nous promet un duel au sommet entre ces deux personnages étonnants !

    N’ayons pas peur des mots : ça rend accro, là je n’ai qu’une envie, trouver un moyen de connaître la suite !

  • add_box
    Couverture du livre « Platinum end T.1 » de Takeshi Obata et Tsugumi Ohba aux éditions Kaze

    Laulau Bob sur Platinum end T.1 de Takeshi Obata - Tsugumi Ohba

    Mirai est un adolescent orphelin, recueilli par sa tante suite au décès accidentel de ses parents. Las de sa vie, il s'apprête à sauter du haut d'un immeuble lorsqu'un ange surgit et le sauve. Dès lors, Nasse, sa nouvelle ange gardien, lui propose d'atteindre le bonheur grâce à trois objets :...
    Voir plus

    Mirai est un adolescent orphelin, recueilli par sa tante suite au décès accidentel de ses parents. Las de sa vie, il s'apprête à sauter du haut d'un immeuble lorsqu'un ange surgit et le sauve. Dès lors, Nasse, sa nouvelle ange gardien, lui propose d'atteindre le bonheur grâce à trois objets : des ailes qui lui permettent de s'envoler où il veut à la vitesse de l'éclair et sans être vu, une flèche rouge qui lui permet de rendre n'importe qui amoureux de lui pendant 33 jours et une flèche blanche qui tue instantanément la personne qu'il désigne. Au fil des pages, on découvre les secrets qui entourent la vie de Mirai et ce dernier va, petit à petit, retrouver goût à la vie et donner du sens au bonheur. Mais cela est sans compter sur le Dieu des anges qui confie une nouvelle mission à ces derniers : trouver l'humain, parmi 13 candidats, qui le succédera avec à la clé le privilège d'atteindre le bonheur ultime. Humain dont Mirai fait parti. Dès lors le combat des humains et des anges commence.

    Globalement, j'ai trouvé l'histoire un peu nonchalante bien que la morale soit plutôt bon enfant : l'atteinte du bonheur, ce qu'il signifie pour nous, ce qu'il revêt, est-il matériel ou immatériel, où s'arrête le bien et où commence le mal. J'ai trouvé ce côté introspection intéressant et reste fidèle au côté psychologique que Tsugumi Oba donne à ses œuvres. En dehors de ça Platinum End manque à mon goût de piquant et m'a rapidement lassé. On ne peut contredire le fait que les dessins de Takeshi Obata sont fidèles à lui même : un trait puissant, précis. Mais j'attendais mieux des créateurs de Death Note, le scénario n'a pas eu l'effet escompté sur moi. Dommage.

  • add_box
    Couverture du livre « Death note T.2 » de Takeshi Obata et Tsugumi Ohba aux éditions Kana

    April the seven sur Death note T.2 de Takeshi Obata - Tsugumi Ohba

    J’ai enchaîné le tome 2 sans tarder après ma lecture du premier opus. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à pareils retournements de situation !

    Dans ma chronique précédente, je parlais de Light comme un héros sans peur, qui avait décidé de purger l’État de ses tueurs. Seulement je me...
    Voir plus

    J’ai enchaîné le tome 2 sans tarder après ma lecture du premier opus. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à pareils retournements de situation !

    Dans ma chronique précédente, je parlais de Light comme un héros sans peur, qui avait décidé de purger l’État de ses tueurs. Seulement je me trompais lourdement, et j’ai fait les frais de ma méprise tout au long de ma lecture. Parce que Light n’est plus tout à fait cet élève studieux sans problème. On fait progressivement face à un grand psychopathe, ni plus ni moins. Son esprit est retors, machiavélique, et bon courage au lecteur qui pourra deviner avant tout le monde ce qu’il a derrière la tête. Je croyais sincèrement en ce héros, je m’attendais à m’attacher à lui. Je suis tombée de haut en constatant que l’auteur nous conduisait tout droit vers une issue des plus macabres.

    L’intrigue s’épaissit et gagne en complexité, à tel point qu’il me fallait parfois revenir en arrière pour saisir l’ampleur des plans tordus de Light. Dans ce tome 2, son adversaire est de taille : L, le meilleur enquêteur au monde, est fermement décidé à faire tomber Kira. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est aussi brillant que Light.

    Les auteurs ont vraiment de la suite dans les idées. L’enquête est ponctuée par de nombreux retournements de situation que je n’ai vu venir à aucun moment. De quoi donner des sueurs froides. On s’agrippe aux pages en espérant que l’orage passe, mais tout se décompose sous nos yeux et on n’a pas d’autres choix que de subir la plongée dans la plus sombre des folies de Light.

    En résumé, ce tome 2 est sans nul doute le début d’un impitoyable bras de fer entre L et Light. Notre héros se transforme en anti-héros et déraille complètement, l’étau autour de lui se resserre, mais il semble bien trop malin pour se laisser piéger aussi facilement. Des bouleversements, des questionnements, et un Death Note qui n’a pas fini de faire parler de lui.

    Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/bandes-dessineacutees/death-note-tsugumi-ohba-et-takeshi-obata