Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Takashi Hiraide

Takashi Hiraide

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Chat qui venait du ciel (le) » de Takashi Hiraide aux éditions Picquier

    Fanfan Do sur Chat qui venait du ciel (le) de Takashi Hiraide

    C'est beau, doux, délicat, comme un chat... apaisant, comme la présence d'un chat.
    J'ai aimé la douceur feutrée de ce roman.
    C'est une histoire de chat, du mystère qui semble émaner d'eux, mais qui accompagne un choix de vie nouveau, un changement de cap, un renouveau, un virage.
    De temps à...
    Voir plus

    C'est beau, doux, délicat, comme un chat... apaisant, comme la présence d'un chat.
    J'ai aimé la douceur feutrée de ce roman.
    C'est une histoire de chat, du mystère qui semble émaner d'eux, mais qui accompagne un choix de vie nouveau, un changement de cap, un renouveau, un virage.
    De temps à autre Machiavel et Léonard de Vinci font une incursion dans l'histoire, tout comme l'art ; il y a tout un passage sur les lithographies d'un artiste au musée d'Osaki, qui je l'avoue m'a perdue un instant. Je suis hermétique aux discours intellectuels qui accompagnent l'art en général et là, je n'ai pas saisi l'intérêt.
    Ce court roman, 131 pages, est comme une longue poésie en prose, une ode à la vie, aux saisons et à la nature... un vagabondage dans un jardin japonais aux côtés d'un petit félin venu du ciel.
    Et bien que j'y ai parfois trouvé quelques longueurs, j'ai beaucoup aimé !
    La fin m'a émue, moi qui aime tant les chats !

  • add_box
    Couverture du livre « Le chat qui venait du ciel » de Lan Qu et Takashi Hiraide aux éditions Picquier

    Mumu Dans le Bocage sur Le chat qui venait du ciel de Lan Qu - Takashi Hiraide

    J'avais envie d'un peu de poésie, de douceur et j'ai pensé que ce roman était tout indiqué.... Littérature japonaise, histoire de chat, roman avec des illustrations, tout concourait à une lecture idéale.

    Ce livre m'a été offert car son titre correspond à une situation que j'ai vécue : une...
    Voir plus

    J'avais envie d'un peu de poésie, de douceur et j'ai pensé que ce roman était tout indiqué.... Littérature japonaise, histoire de chat, roman avec des illustrations, tout concourait à une lecture idéale.

    Ce livre m'a été offert car son titre correspond à une situation que j'ai vécue : une chatte est "tombée" dans ma vie, lors de mon emménagement il y a cinq ans, alors que je ne voulais aucun animal chez moi pour être libre de mes mouvements, pouvoir partir sur un coup de tête, sans organisation préalable ni responsabilité domestique... Et voilà qu'un chaton d'à peine deux mois a croisé ma route lors d'une promenade et depuis ne m'a plus quittée. Depuis nous vivons toutes les deux (oui c'est une dame) une belle histoire, j'ai du mal à envisager mon existence désormais sans sa présence..... Donc je connais bien le bouleversement qu'apporte un animal inattendu.....

    Dans ce court roman, l'auteur, dont c'est le premier roman, revient sur sa rencontre avec Chibi, un chat dont il fait la connaissance après qu'il emménage avec son épouse dans une nouvelle maison. Chibi est un chat très indépendant, silencieux, distant mais présent, prenant ses habitudes dans le logis mais tout en gardant son indépendance et ne se laissant jamais prendre ni caresser. Un lien va malgré tout naître entre le couple et Chibi et en particulier avec la femme du narrateur, auquel Takashi Hiraide ne s'attendait pas et se surprend lui-même à y être si attaché.

    Je dois avouer que je ressors assez déçue de cette lecture. En effet la première partie est trop assez descriptive de la situation de la maison du couple, située dans le chemin de l'Eclair en raison de sa forme, l'auteur nous perd dans les angles, les détours, les points cardinaux du lieu. Je peux comprendre que dans le pays du feng shui tout est important, tout est symbole, mais j'ai trouvé que cela donnait une narration très terre à terre, perturbante et bien loin de ce que l'on est habitué de lire dans la littérature japonaise. Il en est de même pour la description du logement dans ses moindres détails, cela aurait pu être instructif mais il y en a tellement que cela devient rébarbatif et de toutes façons quand on poursuit la lecture on en voit pas l'utilité.....

    Ensuite le récit se concentre sur les habitudes de Chibi dans leur maison tout en racontant également la vie du quartier, de ses habitants, du travail du narrateur dans l'écriture d'un roman mais j'ai trouvé que l'ensemble manquait "d'âme" à la différence d'une précédente lecture que j'avais faite sur le même thème : Le chat qui m'aimait de Kwon Kuen Shan et que j'avais beaucoup aimée car l'auteure avait parfaitement su rendre les sentiments qui nous lient à un animal.

    J'ai eu parfois des problèmes, surtout dans les premières pages, sur l'écriture : est-ce un problème de traduction ou est-ce le style de l'auteur mais il n'en reste pas moins qu'il n'y avait pas de fluidité mais plutôt un texte haché, heurté presque comme une énumération.

    Je l'ai lu vite, sans ressentir "presque" aucune émotion, presque plus touchée par la qualité du livre avec ses illustrations que par les mots du narrateur. Je suis en train de penser que le récit aurait peut-être gagné à être un roman graphique, un manga plutôt qu'un roman car finalement les illustrations auraient peut être été plus appropriées, plus poétiques, plus parlantes.

  • add_box
    Couverture du livre « Le chat qui venait du ciel » de Takashi Hiraide aux éditions Picquier

    Fantomas 57 sur Le chat qui venait du ciel de Takashi Hiraide

    On sens une réelle osmose entre l'auteur et la nature à travers cette petite histoire de quartier. De belles descriptions d'un jardin abandonné en passant par la découverte du roi de ce lieu....un chat. On retrouve ici les ingrédients de l'écriture japonaise : art de la contemplation, qualité...
    Voir plus

    On sens une réelle osmose entre l'auteur et la nature à travers cette petite histoire de quartier. De belles descriptions d'un jardin abandonné en passant par la découverte du roi de ce lieu....un chat. On retrouve ici les ingrédients de l'écriture japonaise : art de la contemplation, qualité des descriptions, amour de la nature.
    Un peu naïf sans doute, mais de temps en temps la littérature doit aussi servir à cela.

  • add_box
    Couverture du livre « Le chat qui venait du ciel » de Takashi Hiraide aux éditions Picquier

    LAETITIA MONTOU sur Le chat qui venait du ciel de Takashi Hiraide

    roman d'un poète japonais.
    je l'ai trouvé particulièrement puéril, quotidien, sans intérêt

    roman d'un poète japonais.
    je l'ai trouvé particulièrement puéril, quotidien, sans intérêt

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !