Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Taiyo Matsumoto

Taiyo Matsumoto

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, connectez-vous pour proposez la vôtre :

/1200

Merci d’utiliser une photo au format portrait en indiquant les copyrights éventuels si elle n’est pas libre de droits.

Nous nous réservons le droit de refuser toute biographie qui contreviendrait aux règles énoncées ci-dessus et à celles du site.

Les textes à caractère commercial ou publicitaire ne sont pas autorisés.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Les chats du Louvre ; Intégrale t.1 et t.2 » de Taiyo Matsumoto aux éditions Futuropolis

    Claire @fillefan2bd @bd.pour.enfants.sages sur Les chats du Louvre ; Intégrale t.1 et t.2 de Taiyo Matsumoto

    Quelle bonne idée d'avoir regroupé en un one-shot des deux tomes du manga Les chats du Louvre et de l'avoir en plus colorisé ! On a plus l'impression d'avoir un roman graphique entre les mains, même si le sens de lecture reste celui de droite à gauche.
    Un magnifique voyage dans les entrailles...
    Voir plus

    Quelle bonne idée d'avoir regroupé en un one-shot des deux tomes du manga Les chats du Louvre et de l'avoir en plus colorisé ! On a plus l'impression d'avoir un roman graphique entre les mains, même si le sens de lecture reste celui de droite à gauche.
    Un magnifique voyage dans les entrailles du Musée du Louvre en compagnie de chats qui changent d'apparence la nuit, une histoire fantastico-onirique, de la poésie dans le scénario et les illustrations, en conclusion une vraie réussite de 417 pages qu'on ne voit pas défiler !

  • add_box
    Couverture du livre « Éveil » de Taiyo Matsumoto aux éditions Kana

    HUBRIS LIBRIS sur Éveil de Taiyo Matsumoto

    Etonnement qui laisse place à une couverture sublime quand on enlève celle de papier. Un dessin noir, strié de quelques tracés blancs. Un monde qui promet onirisme.

    Aucun résumé, aucune piste. J'ouvre et commence la lecture sans avoir une seule idée de ce qui se trame. De l'histoire, j'en...
    Voir plus

    Etonnement qui laisse place à une couverture sublime quand on enlève celle de papier. Un dessin noir, strié de quelques tracés blancs. Un monde qui promet onirisme.

    Aucun résumé, aucune piste. J'ouvre et commence la lecture sans avoir une seule idée de ce qui se trame. De l'histoire, j'en retiens la poésie, l'étonnement. Un récit qui est atmosphère, envoutement au coeur de traditions qui me sont inconnues. On s'immerge, on questionne, on s'étonne.

    Des personnages masqués, vêtus de costumes traditionnels. Une danse pour invoquer la pluie, faire tomber la bienfaitrice. C'est une lutte contre la nature, un enchantement qu'ils essayent de produire. Sorciers venant quérir l'ondine. Sculpteurs et Danseurs s'affrontent. De ceux octroyant le masque permettant de jongler avec les esprits, et ceux qui ondulent leur corps, jouent de dextérité pour amadouer la nature.

    Un monde revenant vers la nature. Une civilisation qui a abandonné le tracas technologique. Un retour aux sources.

  • add_box
    Couverture du livre « Le samouraï bambou t.1 » de Taiyo Matsumoto aux éditions Kana

    Hélène Fery sur Le samouraï bambou t.1 de Taiyo Matsumoto

    Critique de Stéphane Jorno (Télérama) qui m'a donné envie de découvrir ce manga:

    "Soîchirô Sonô n'est pas un samouraï ordinaire. Débarqué à Edo (premier nom de Tokyo), il passe son temps sur les toits, à contempler le vol des oiseaux ou bien à faire des ricochets avec son petit voisin,...
    Voir plus

    Critique de Stéphane Jorno (Télérama) qui m'a donné envie de découvrir ce manga:

    "Soîchirô Sonô n'est pas un samouraï ordinaire. Débarqué à Edo (premier nom de Tokyo), il passe son temps sur les toits, à contempler le vol des oiseaux ou bien à faire des ricochets avec son petit voisin, Kankichi. Un rien négligé, ce longiligne jeune homme pense à voix haute et s'esclaffe tout seul au hasard de ses flâneries. Il a même troqué son katana contre une épée de bambou - pas très martial tout ça... Pourtant, animaux et guerriers qui croisent son chemin flairent en lui un danger mortel. A priori, Taiyou Matsumoto dessinant une histoire de samouraï, c'est aussi plausible que d'élever un espadon dans une baignoire. Difficile d'imaginer cet électron libre - qui, avec Gogo Monsters et Amer Béton, nous a habitués aux narrations poussées jusqu'au point de rupture - se coulant dans un genre aussi fréquenté que codifié. Le résultat, pourtant, est stupéfiant. Avec ce style inimitable qui tient autant du Picasso cubiste que des gribouillages d'enfant, Matsumoto donne une vision pertinente du Japon féodal, aussi juste dans l'esprit que les gravures d'époque. Surtout avec ce samouraï « qu'il ne faut pas secouer parce qu'il est plein de larmes », comme aurait dit Henri Calet, le mangaka offre le portrait subtil d'un maître d'armes qui tente d'échapper à ses démons. Sans doute l'histoire la plus touchante, et la plus accessible, d'un des plus grands dessinateurs japonais contemporains."

    J'ai donc tenté et j'ai tellement apprécié que j'ai hâte de pouvoir me procurer la suite.

  • add_box
    Couverture du livre « Number 5 t.1 » de Taiyo Matsumoto aux éditions Kana

    Marjorie Fally-Cornet sur Number 5 t.1 de Taiyo Matsumoto

    Une histoire pas engageante et fouillis, un fil d'intrigue pas facile à démêler. Des dessins pas trop travaillé et pas très beaux. C'est un manga sans envergure que j'ai refermé très vite et dont je ne lirai pas la suite, moi qui suis une fana du genre, je suis déçue, ce qui est rare.

    Une histoire pas engageante et fouillis, un fil d'intrigue pas facile à démêler. Des dessins pas trop travaillé et pas très beaux. C'est un manga sans envergure que j'ai refermé très vite et dont je ne lirai pas la suite, moi qui suis une fana du genre, je suis déçue, ce qui est rare.