Svetislav Basara

Svetislav Basara
Svetislav Basara est né en 1953 en Serbie. Jeune écrivain parmi les plus brillants de sa génération, et aussi parmi les plus controversés, il signe de petits chefs-d'?uvre d'absurde, dans une ?uvre iconoclaste, et malmène les règles du roman et l'ordre du monde en une farce cynique et grinçante. ... Voir plus
Svetislav Basara est né en 1953 en Serbie. Jeune écrivain parmi les plus brillants de sa génération, et aussi parmi les plus controversés, il signe de petits chefs-d'?uvre d'absurde, dans une ?uvre iconoclaste, et malmène les règles du roman et l'ordre du monde en une farce cynique et grinçante. Il excelle tout autant dans l'exercice du pastiche, bousculant son lecteur dans des romans à clefs, revisitant le roman diplomatique qui fit la gloire d'un Ivo Andric, privilégiant les versions résolument anarchiques et burlesques. Il est l'auteur de plusieurs romans, recueils de nouvelles et essais. Du même auteur sont parus aux éditions Gaïa : De bello civili, version Vitamine C (1996), Le pays maudit (1998), Histoires en disparition (2001), Phénomènes, Copie d'un manuscrit brûlé (2004). Aux éditions Les Allusifs est paru Le miroir fêlé (2005), Guide de Mongolie (2007) et Perdu dans un supermarché en 2008.

Avis (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Solstice d'hiver » de Svetislav Basara aux éditions Noir Sur Blanc

    Yves MABON sur Solstice d'hiver de Svetislav Basara

    Le narrateur rencontre par hasard Nana, une jeune femme. Puis lorsque celle-ci décède des années plus tard, elle lui lègue ses journaux qui lui permettent de retracer sa vie. Elle passe d'homme en homme, part aux Etats-Unis, y écrit un best-seller, et mourra d'un cancer de la peau.
    Pas facile...
    Voir plus

    Le narrateur rencontre par hasard Nana, une jeune femme. Puis lorsque celle-ci décède des années plus tard, elle lui lègue ses journaux qui lui permettent de retracer sa vie. Elle passe d'homme en homme, part aux Etats-Unis, y écrit un best-seller, et mourra d'un cancer de la peau.
    Pas facile de suivre l'auteur dans ses circonvolutions, dans ses digressions. Coutumier du fait, j'avais aimé son Guide de Mongolie, mais là, je ne parviens pas à m'intéresser à Nana ni à son entourage. C'est une écriture assez froide, distante qui ne permet pas d'accéder à ce roman. Svetislav Basara peut partir un peu dans tous les sens et perdre ainsi ses lecteurs, ce qui fut le cas avec moi. Néanmoins, c'est un bouquin qui devrait en séduire plus d'un, plus apte à y entrer.

  • add_box
    Couverture du livre « Guide de mongolie » de Svetislav Basara aux éditions Les Allusifs

    Dominique S. sur Guide de mongolie de Svetislav Basara

    Un recit qui vogue entre absurde et burlesque, entre folie et extravagance, entre on ne sait pas bien quoi et rien de tres commun. Au final, je reste cependant sur une impression mitigee … J’aime les « demonstrations par l’absurde » mais ici, j’ai plus eu un sentiment global d’absurdite...
    Voir plus

    Un recit qui vogue entre absurde et burlesque, entre folie et extravagance, entre on ne sait pas bien quoi et rien de tres commun. Au final, je reste cependant sur une impression mitigee … J’aime les « demonstrations par l’absurde » mais ici, j’ai plus eu un sentiment global d’absurdite gratuite, de manque de profondeur …

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !