Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Stefan Zweig

Stefan Zweig

Stefan Zweig (1881, Autriche - 1942, Brésil) est un écrivain, journaliste et biographe autrichien. Il est l'auteur de nombreuses nouvelles, parmi lesquelles Le joueur d'échec, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme, Lettre d'une inconnue...

Articles en lien avec Stefan Zweig (1)

Avis sur cet auteur (141)

  • add_box
    Couverture du livre « La confusion des sentiments » de Stefan Zweig aux éditions Lgf

    Carrie sur La confusion des sentiments de Stefan Zweig

    La confusion des sentiments est certainement le (petit) roman le plus connu de Stefan Zweig avec le joueur d'échecs, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme ou encore Amok.

    Stefan Zweig nous plonge dans les souvenirs de Roland, un éminent professeur à l'aube de sa vie. Il ne se rappelle...
    Voir plus

    La confusion des sentiments est certainement le (petit) roman le plus connu de Stefan Zweig avec le joueur d'échecs, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme ou encore Amok.

    Stefan Zweig nous plonge dans les souvenirs de Roland, un éminent professeur à l'aube de sa vie. Il ne se rappelle finalement ni de ses moments de gloire, ni de ses publications mais de LA rencontre, celle qu'il a faite alors qu'il était jeune étudiant, cette rencontre envoûtante et passionnée, celle qu'il n'a jamais pu oublier mais celle aussi dont il n'a jamais pu parler car tabou et interdite. Car Roland était tombé sous le joug, je ne vois pas d'autre mot, de son professeur, aussi charismatique que torturé.

    J'avoue ne pas être sortie transcendée par cette histoire, je suis restée en surface ne réussissant pas à m'immerger totalement.
    Si je salue la plume de l'auteur, j'ai trouvé le tout un peu trop ... confus. Les choses sont davantage suggérées que dites, c'était peut-être d'ailleurs l'effet recherché ou l'époque qui le voulait, on devine plus qu'on ne comprend finalement, ce qui fait que si je ne me suis pas ennuyée, je ne peux pas non plus dire que j'ai été enthousiasmée.

    En résumé, ce n'est pas mon préféré de Stefan Zweig- mais je n'en ai pas lu énormément non plus- mais à découvrir pour l'univers et l'écriture de l'auteur.

  • add_box
    Couverture du livre « Le joueur d'échecs » de Stefan Zweig aux éditions Lgf

    Carrie sur Le joueur d'échecs de Stefan Zweig

    Il y a des années que je n'avais lu Stephan Zweig. Pour tout dire, je n'avais lu de lui que Vingt-quatre heures de la vie d'une femme que, de mémoire, j'avais bien aimé. C'est ma meilleure amie qui m'a donné envie de m'y replonger lorsqu'elle m'en a parlé l'été dernier. Et je suis plutôt...
    Voir plus

    Il y a des années que je n'avais lu Stephan Zweig. Pour tout dire, je n'avais lu de lui que Vingt-quatre heures de la vie d'une femme que, de mémoire, j'avais bien aimé. C'est ma meilleure amie qui m'a donné envie de m'y replonger lorsqu'elle m'en a parlé l'été dernier. Et je suis plutôt contente de cette lecture.

    Sur un paquebot se jouera une partie d'échecs entre le champion du monde et un homme qui n'a pas touché à un échiquier depuis plus de vingt ans. le narrateur nous racontera tour à tour la vie de ces deux hommes jusqu'à l'affrontement final.

    Même si, je le confesse, l'histoire en elle-même ne m'a pas transcendée, j'ai par contre adoré la plume de Stephan Zweig (et un grand merci au passage à la traductrice, Françoise Wuilmart, car même si je n'étais pas mauvaise en allemand au lycée, je serais bien incapable d'en lire aujourd'hui le moindre paragraphe).

    Ce récit a été publié à titre posthume et se trouve être, à bien des égards, terriblement prophétique; Stephan Zweig semblait avoir perdu la foi en l'homme, et en la vie.

    Je pense que c'est un auteur dont je lirai les autres livres.

  • add_box
    Couverture du livre « La confusion des sentiments » de Stefan Zweig aux éditions Lgf

    Anita Millot sur La confusion des sentiments de Stefan Zweig

    Alors que ses étudiants et ses collègues lui rendent hommage pour ses soixante ans et ses trente années de carrière, un professeur de philologie se souvient de ses dix-neuf ans et de son ancien maître, qui lui communiqua sa passion pour Shakespeare. Jeune homme frivole qui s’amusait à Berlin au...
    Voir plus

    Alors que ses étudiants et ses collègues lui rendent hommage pour ses soixante ans et ses trente années de carrière, un professeur de philologie se souvient de ses dix-neuf ans et de son ancien maître, qui lui communiqua sa passion pour Shakespeare. Jeune homme frivole qui s’amusait à Berlin au lieu de se consacrer à ses études, il fut pris en flagrant délit, lors du premier semestre, par son propre père. Ce dernier décida de l’isoler en province afin qu’il se reprenne en main. Sa rencontre avec son professeur de philologie fit très rapidement naitre entre eux une sympathie réciproque. Les deux hommes se rapprochèrent jusqu’à se retrouver sous le même toit, également partagé par l’épouse dudit professeur ... Installant ainsi une relation triangulaire particulièrement trouble entre les protagonistes de cette courte histoire ...

    Inutile de présenter le grand Stefan Zweig, dont la qualité de l’oeuvre n’est plus à démontrer ! L’analyse faite par l’auteur sur cette “confusion” des sentiments, (empreinte d’une immense pudeur et d’une sensibilité hors du commun) est brillantissime ! L’écriture et le style - dénués d’artifice - sont autant de petits bijoux ! Lu il y a très longtemps, j’ai redécouvert ce superbe récit avec délice !

  • add_box
    Couverture du livre « Fouché » de Stefan Zweig aux éditions Lgf

    JuanGarciaMadero sur Fouché de Stefan Zweig

    Le style de Zweig, sa finesse psychologique, allié à la complexité et au mystère du personnage de Joseph Fouché, le tout donne une biographie sublime. Un réel plaisir de lecture, à lire et à relire tant la fascination de Zweig pour son amoral héros est contagieuse.

    Le style de Zweig, sa finesse psychologique, allié à la complexité et au mystère du personnage de Joseph Fouché, le tout donne une biographie sublime. Un réel plaisir de lecture, à lire et à relire tant la fascination de Zweig pour son amoral héros est contagieuse.