Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Stefan Zweig

Stefan Zweig

Stefan Zweig (1881, Autriche - 1942, Brésil) est un écrivain, journaliste et biographe autrichien. Il est l'auteur de nombreuses nouvelles, parmi lesquelles Le joueur d'échec, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme, Lettre d'une inconnue...

Articles en lien avec Stefan Zweig (1)

Avis sur cet auteur (142)

  • add_box
    Couverture du livre « Lettre d'une inconnue » de Stefan Zweig aux éditions Flammarion

    Valérie BASTISE sur Lettre d'une inconnue de Stefan Zweig

    quelle émotion, je me suis sentie toute petite face à cet amour ....

    quelle émotion, je me suis sentie toute petite face à cet amour ....

  • add_box
    Couverture du livre « Le joueur d'échecs » de Stefan Zweig aux éditions Lgf

    Mika M sur Le joueur d'échecs de Stefan Zweig

    Un bon roman qui relate l'histoire d'un homme, enfermé pendant plusieurs mois et l'esprit poussé dans ses derniers retranchements, va développer une incroyable capacité d'analyse et se révéler un extraordinaire joueur d'échec aux frontières de la démence...

    Un bon roman qui relate l'histoire d'un homme, enfermé pendant plusieurs mois et l'esprit poussé dans ses derniers retranchements, va développer une incroyable capacité d'analyse et se révéler un extraordinaire joueur d'échec aux frontières de la démence...

  • add_box
    Couverture du livre « Le joueur d'échecs » de Stefan Zweig aux éditions Lgf

    Christophe CORRE sur Le joueur d'échecs de Stefan Zweig

    Résumé : Sur un paquebot s’opposent deux champions d’échecs que tout sépare : le champion du monde en titre, Czentovic, d’une origine modeste mais tacticien redoutable, et un aristocrate qui n’a pu pratiquer que mentalement, isolé dans une geôle privée pendant l'occupation de l'Autriche par les...
    Voir plus

    Résumé : Sur un paquebot s’opposent deux champions d’échecs que tout sépare : le champion du monde en titre, Czentovic, d’une origine modeste mais tacticien redoutable, et un aristocrate qui n’a pu pratiquer que mentalement, isolé dans une geôle privée pendant l'occupation de l'Autriche par les nazis.

    "Le joueur d’échecs" est le 1er livre de Zweig que je lis (mieux vaut tard que jamais). Cette nouvelle publiée à titre posthume et porté à l’écran par G. Oswald en 1960 est un texte magistral. On assiste à un duel homérique entre Czentovic, le champion du monde en titre d’échecs et le docteur B. un inconnu qui n’a pas touché un échiquier depuis 20 ans au moins. Celui-ci parviendra à battre Czentovic à cause d’étranges expériences qu'il a vécu durant la 2nde guerre mondiale. Le récit est bien écrit et très prenant.

    Un petit joyau littéraire à lire absolument !

  • add_box
    Couverture du livre « Fouché » de Stefan Zweig aux éditions Lgf

    Hélène Fery sur Fouché de Stefan Zweig

    Dans cette biographie, S. Zweig brosse le portrait, non sans une certaine admiration, de Joseph Fouché. Admiration, car cet homme, avec une intelligence hors norme et une "froideur de sang", fera tomber Robespierre, Talleyrand et même Napoléon. Jamais poussé par une conviction ou un idéal, il...
    Voir plus

    Dans cette biographie, S. Zweig brosse le portrait, non sans une certaine admiration, de Joseph Fouché. Admiration, car cet homme, avec une intelligence hors norme et une "froideur de sang", fera tomber Robespierre, Talleyrand et même Napoléon. Jamais poussé par une conviction ou un idéal, il est ambitieux mais n'a aucune vanité, il se contente de posséder le pouvoir, sans rechercher "la gloriole". Et c'est en cela qu'il est dangereux, il travaillera toujours dans l'ombre, tirant les ficelles et ne s'exposant jamais.

    "Il faut qu'il ait toujours sa place à une table, peu importe laquelle, peu importe que ce soit celle du roi, de l'empereur ou de la république; il lui suffit d'avoir la main dans la pâte, sans ce soucier de ce qu'est cette pâte"

    C'est toujours un pur bonheur de lire Zweig! Son écriture est claire et concise, les moments-clés de l'Histoire sont repris et expliqués simplement et l'analyse psychologique est admirable (et admirablement retranscrite). Il réussit à faire de ce personnage, franchement antipathique et amoral, un être fascinant.