Sophie Fontanel

Sophie Fontanel
Née à Paris en 1962, Sophie Fontanel travaille pour la presse écrite – "Le Matin de Paris", "Le Monde", "Libération", puis comme rédactrice en chef adjointe de "Cosmopolitan". Elle est aujourd’hui journaliste au magazine "Elle". En 1995, elle publie "Sacré Paul", son premier roman chez NiL éditio... Voir plus
Née à Paris en 1962, Sophie Fontanel travaille pour la presse écrite – "Le Matin de Paris", "Le Monde", "Libération", puis comme rédactrice en chef adjointe de "Cosmopolitan". Elle est aujourd’hui journaliste au magazine "Elle". En 1995, elle publie "Sacré Paul", son premier roman chez NiL éditions. Son séjour de trois ans à Canal+ lui inspirera le sujet de son deuxième roman: "Le Plus Jeune Métier du monde".

Avis (9)

  • add_box
    Couverture du livre « Nobelle » de Sophie Fontanel aux éditions Robert Laffont

    Eve Yeshé sur Nobelle de Sophie Fontanel

    Annette vient de recevoir le prix Nobel de littérature (pas moins !) et dans son discours fait allusion à Magnus un gamin de son âge qu’elle a connu pendant les vacances l’année de ses dix ans (1972) : c’est à ce moment-là qu’elle a senti qu’elle deviendrait écrivain.

    Quelque temps avant,...
    Voir plus

    Annette vient de recevoir le prix Nobel de littérature (pas moins !) et dans son discours fait allusion à Magnus un gamin de son âge qu’elle a connu pendant les vacances l’année de ses dix ans (1972) : c’est à ce moment-là qu’elle a senti qu’elle deviendrait écrivain.

    Quelque temps avant, elle a lu un poème qu’elle avait composé pour l’enterrement de son grand-père, poème qu’elle n’avait pas hésité à attribuer à Aragon avant de reconnaître que c’était elle qui l’avait écrit.

    Pour son anniversaire, elle a donc reçu en cadeau un stylo-plume pour l’encourager à écrire. Son père, imprimeur, lui a offert « Saint-Paul de Vence » : un séjour dans la villa de son ami Bernard, éditeur. Pas dupe, Annette réplique : « c’est gentil de me faire un cadeau que vous vous offrez à vous tous ». Le stylo aide à faire passer la pilule…

    Sur place, elle rencontre le fils de Bernard, Magnus, qui a le même âge qu’elle, et elle tombe amoureuse du beau blond, allant nager avec lui dans la piscine d’un écrivain en mal d’inspiration Kléber mais que tout le monde vénère dans la maison de Bernard (ou donne l’illusion de vénérer tant l’hypocrisie ambiante est intense).

    Yoyo, le frère aîné d’Annette, pendant ce temps, se promène en mobylette et semble être aussi amoureux.

    Annette perçoit très bien toute l’hypocrisie ambiante, la méchanceté de Bernard qui voudrait que son fils devienne un écrivain, mais il n’est pas doué. La fillette lui écrit des poèmes pour le réconforter, et lui faire comprendre ses sentiments.

    Pendant ce temps la mère d’Annette et celle de Magnus deviennent très proches, se promènent ensemble… Tout se passe bien jusqu’à l’arrivée d’une chipie qui arrive chez Bernard avec ses parents critiques littéraires (éreinteurs serait un mot plus adapté dans leur cas) et tout va s’embrouiller… Annette va faire l’expérience de la trahison.

    Le thème est intéressant, la jalousie, la méchanceté, avec les remarques au vinaigre de Bernard qui démolit Annette, faisant référence à une poétesse Minou Drouet, qui a écrit de beaux poèmes, mais comme elle était très jeunes, les mâles critiques de l’époque l’ont descendue en flèche : elle ne pouvait pas être l’auteur bien-sûr ! ledit Bernard étant aussi infect avec tout le monde: la manière dont il se montre exigeant avec Magnus qui , quoi qu’il fasse ne pourra jamais satisfaire les désirs de son père.

    Par contre, Kléber, l’écrivain est un personnage très intéressant et très humain, ce qui contraste avec ce milieu intello méprisant (et méprisable).

    A l’adolescence, ce roman m’aurait peut-être plu mais, à mon âge vénérable, c’est plus compliqué ! il en faut plus pour me convaincre. Je suis passée à côté de ce roman, même s’il y a des passages bien écrits, je n’ai réussi à m’y intéresser, et certaines phrases laissent un peu à désirer. (cf. certains extraits-ci dessous).

    Je lui accorde des circonstances atténuantes: cette lecture vient juste après « Pourquoi tu danses quand tu marches » de Abdourahman A. Waberi qui était un coup de cœur…

    Un grand merci à Babelio et aux éditions Robert Laffont qui m’ont permis de découvrir l’auteure en même temps que le roman, car elle a déjà écrit un certain nombre d’ouvrages et je n’en avais encore lu aucun.

    Ironie du sort: ma demande vient tout juste d’être acceptée sur NetGalley que je remercie également…
    #Nobelle #NetGalleyFrance
    https://leslivresdeve.wordpress.com/2019/10/13/nobelle-de-sophie-fontanel/

  • add_box
    Couverture du livre « Nobelle » de Sophie Fontanel aux éditions Robert Laffont

    Sylvie Belgrand sur Nobelle de Sophie Fontanel

    Nobelle, de Sophie Fontanel, Editions Robert Laffont

    Les amours d'enfance sont les plus belles.

    Deuxième lecture d'un roman (sous forme d'épreuve puisqu'il n'est pas encore publié ) dans le cadre du Comité de Lecture pour la rentrée littéraire de septembre.

    Autant vous le dire tout de...
    Voir plus

    Nobelle, de Sophie Fontanel, Editions Robert Laffont

    Les amours d'enfance sont les plus belles.

    Deuxième lecture d'un roman (sous forme d'épreuve puisqu'il n'est pas encore publié ) dans le cadre du Comité de Lecture pour la rentrée littéraire de septembre.

    Autant vous le dire tout de suite, j'ai adoré.

    Sophie Fontanel nous emmène en vacances avec Annette, 10 ans, dans la chaleur de St Paul de Vence.
    Annette écrit des poèmes et veut être écrivain. Durant cet été, elle va rencontrer Magnus, 10 ans lui aussi, beau comme un dieu nordique, et elle va connaître son premier amour.

    Sous couvert d'une belle compréhension du regard que les enfants portent sur le monde des adultes, Sophie Fontanel use d'un humour frais et pétillant pour aborder des thèmes plutôt profonds : Comment sait-on qu'on est amoureux ? Peut-on se remettre d'une trahison ? C'est quoi, la mort ? Pourquoi écrit-on ? Quel pouvoir ont les mots ? Est-ce qu'un écrivain peut cesser d'écrire ? Et plein d'autres questions abordées presque sans en avoir l'air tant l'écriture est légère et agréable.

    Un bien joli moment de lecture.

    #livre #lecture #chronique #SophieFontanel #Nobelle #RobertLaffont

  • add_box
    Couverture du livre « Une apparition » de Sophie Fontanel aux éditions Robert Laffont

    MARTINE VALLAT sur Une apparition de Sophie Fontanel

    Les cheveux blancs, les cacher ou les assumer... Sophie Fontanel choisit même de les revendiquer de les montrer au monde. Un livre ou je n'ai pas retrouvé l'humour de Sophie Fontanel

    Les cheveux blancs, les cacher ou les assumer... Sophie Fontanel choisit même de les revendiquer de les montrer au monde. Un livre ou je n'ai pas retrouvé l'humour de Sophie Fontanel

  • add_box
    Couverture du livre « La vocation » de Sophie Fontanel aux éditions Robert Laffont

    gisele regazzoni sur La vocation de Sophie Fontanel

    l'arrivée en France d'une famille d'armeniens fuyant la Turquie après le génocide est la base de ce récit . La 3e génération dont l'auteur travaillera dans la mode car sa grand mère amoureuse des beaux vêtements a transmis cet amour à ses filles puis à sa petite fille . Ce livre est passionnant...
    Voir plus

    l'arrivée en France d'une famille d'armeniens fuyant la Turquie après le génocide est la base de ce récit . La 3e génération dont l'auteur travaillera dans la mode car sa grand mère amoureuse des beaux vêtements a transmis cet amour à ses filles puis à sa petite fille . Ce livre est passionnant et instructif sur ce milieu de la mode très particulier.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !