Sophie De Baere

Sophie De Baere

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (20)

  • add_box
    Couverture du livre « Les corps conjugaux » de Sophie De Baere aux éditions Lattes

    Squirelito L'écureuil sur Les corps conjugaux de Sophie De Baere

    Tout commence comme dans un conte de fée ou presque. Alice Callandri est issue d’une famille modeste mais elle est belle, même extrêmement. Alors sa mère veut la faire devenir célèbre en la convertissant en une miss de la beauté. De podiums en podiums, Alice triomphe et multiplie les amours...
    Voir plus

    Tout commence comme dans un conte de fée ou presque. Alice Callandri est issue d’une famille modeste mais elle est belle, même extrêmement. Alors sa mère veut la faire devenir célèbre en la convertissant en une miss de la beauté. De podiums en podiums, Alice triomphe et multiplie les amours éphémères. Jusqu’au jour où son tendre frère trisomique se jette par la fenêtre. Elle réalise ce que devient sa vie et s’enfuit pour dire : STOP ! Elle en vient à exécrer la superficialité et le goût des apparences. Elle veut vivre de son esprit et non avec son corps, elle veut aimer avec son cœur et non avec uniquement son sexe. Et ne veut plus être le jouet de sa mère.

    Elle reprend des études et vit de petits boulots, fréquente toujours sa sœur Mona et fait la connaissance de son voisin, Jean, enseignant et passionné de cerf-volant. L’amitié naissante se transforme vite en amour, un délicieux amour quand deux êtres ne font plus qu’un. De leur union paraissant inébranlable nait une petite fille Charlotte. Bonheur suprême. Mais un jour, la mère d’Alice, sachant sa mort venir, révèle le terrible secret. Un secret effroyable qui va briser le couple et transformer leur histoire en tragédie grecque.

    Un roman qui subjugue en premier pour le personnage d’Alice, une femme qui lutte contre ses démons, se sacrifie, tombe et se relève. Pour retomber à nouveau mais continuer le chemin de son destin par la force et la puissance de ses sentiments. A ce bijou humain, il fallait l’envelopper du plus bel écrin. Ce qui est fait par l’art scriptural de Sophie de Baere auquel elle ajoute le phrasé de l’âme et la voluptueuse sensualité des gens qui aiment, qui s’aiment.

    Sophie de Baere qui avait déjà démontré ses talents de romancière lors de son premier opus « La dérobée » développe avec maestria tout ce qu’elle avait en réserve dans sa plume enchantée. Elle possède en elle quelque chose qui ne s’invente pas, qui ne s’apprend pas ; quelque chose qui est innée et qui force l’empathie : la couleur des sentiments. Chez l’écrivaine, ils sont forts et puissants, oscillent entre le rouge passion et le noir crépusculaire, ils flirtent sur des ailes dorés pour embrasser le nacre d’une volupté. Avec un seul fil conducteur : l’amour. Un fil comme une pelote dans un labyrinthe d’amours tumultueuses mais où personne ne peut se permettre de juger. Comme dans l’opéra de Saint-Saens, on pourrait chanter « Qui donc commande quand il aime »

    Blog => https://squirelito.blogspot.com/2020/01/une-noisette-un-livre-les-corps.html

  • add_box
    Couverture du livre « Les corps conjugaux » de Sophie De Baere aux éditions Lattes

    Cathfd sur Les corps conjugaux de Sophie De Baere

    Une histoire d'amour déchirante, belle comme un mythe antique

    J'ai lu le magnifique second roman de Sophie de Baere il y a maintenant 8 jours et cette histoire terrible ne cesse de me hanter...

    Alice, fille d'émigrés italiens, concentre tous les espoirs d'une vie meilleure que sa mère...
    Voir plus

    Une histoire d'amour déchirante, belle comme un mythe antique

    J'ai lu le magnifique second roman de Sophie de Baere il y a maintenant 8 jours et cette histoire terrible ne cesse de me hanter...

    Alice, fille d'émigrés italiens, concentre tous les espoirs d'une vie meilleure que sa mère nourrit pour sa progéniture, entre un frère handicapé mental et une sœur garçon manqué. Elle se laisse confisquer son enfance et son adolescence, transformée en poupée barbie pour catalogues et concours de beauté.
    A la mort de son frère, elle échappe à l'emprise de sa mère en partant vivre à Paris. Elle va y rencontrer Jean et un amour fou va naître, grandir et s'installer. C'est le bonheur, la fusion absolue couronnée par la naissance de Charlotte. Douze ans plus tard, enceinte d'un second enfant, Alice se sent enfin prête à se marier.
    Pourtant quinze jours après son mariage, elle disparaît sans un mot, sans une explication, comme effacée de la surface de la terre, laissant Jean et Charlotte désemparés.

    Ne comptez pas sur moi pour vous en raconter plus. Il vous faudra découvrir vous-même pourquoi Alice est partie et ce qu'elle est devenue. Et vous passerez alors par diverses émotions, stupéfaction, colère, sidération, empathie, tristesse et cette interrogation lancinante: qu'aurais-je fait à sa place ? J'ai eu tellement mal pour Jean, pour Charlotte. J'ai eu tellement mal pour Alice. C'est une histoire terrible où les mots manquants, arrivés trop tard, font le lit de la tragédie. Alice et Jean sont des victimes et entraînent avec eux, malgré eux leur fille Charlotte...

    Dans une langue belle, fluide, recherchée, poétique, Sophie de Baere nous raconte l'amour de façon admirable, et cette frontière ténue qui fait que ce qui était beau l'instant d'avant ne l'est plus parce que la morale et la société s'en sont mêlées. L'injustice absolue qui foudroie ses personnages et les contraint à des réactions viscérales. L'incroyable force de l'amour capable de transgresser les règles, capable de perdurer malgré l'absence, capable de renaître et d'espérer envers et contre tout.

    Une lecture forte d'une grande beauté...

  • add_box
    Couverture du livre « Les corps conjugaux » de Sophie De Baere aux éditions Lattes

    Karine H sur Les corps conjugaux de Sophie De Baere

    Alice rencontre Jean alors qu'ils ont tous deux un peu plus de vingt ans, et très vite, c'est l'amour fou. Une petite fille naît de leur union et, quelques années plus tard, alors qu'une nouvelle grossesse débute, ils se marient un jour de décembre. Le bonheur d'Alice est à son comble. Alors...
    Voir plus

    Alice rencontre Jean alors qu'ils ont tous deux un peu plus de vingt ans, et très vite, c'est l'amour fou. Une petite fille naît de leur union et, quelques années plus tard, alors qu'une nouvelle grossesse débute, ils se marient un jour de décembre. Le bonheur d'Alice est à son comble. Alors pourquoi, peu après, disparaît-elle brutalement de la vie de Jean et de Charlotte ?

    Il est des livres qui vous enserrent dès les premières phrases, et vous embarquent pour des heures de lecture, que vous ne pouvez lâcher avant d'en avoir tourné la dernière page.
    Les corps conjugaux est de ceux-là.

  • add_box
    Couverture du livre « Les corps conjugaux » de Sophie De Baere aux éditions Lattes

    Lex_Libris_ sur Les corps conjugaux de Sophie De Baere

    Alice, fille d'immigrés italiens se retrouve sur le devant de la scène durant son adolescence : mannequin pour des publicitaires, concours de miss... Mais cette vie, elle n'en veut pas. A la majorité, elle décide de tout claquer et de partir à Paris. C'est à cette époque qu'elle rencontre Jean....
    Voir plus

    Alice, fille d'immigrés italiens se retrouve sur le devant de la scène durant son adolescence : mannequin pour des publicitaires, concours de miss... Mais cette vie, elle n'en veut pas. A la majorité, elle décide de tout claquer et de partir à Paris. C'est à cette époque qu'elle rencontre Jean. C'est le coup de foutre, le grand amour, ils se marient et eux une enfant.

    Hélas, ce roman n'a rien a voir avec un conté de fée. A la suite de leur mariage, Alice disparaît à jamais ! Coup de théâtre, notre conte se transforme en tragédie. Et quelle tragédie !

    Comme une violente claque, en plein coeur du roman, le drame est là, bouleversant, qui nous frappe de plein fouet, en pleine face ! Sophie de Baere arrive à parler d'un sujet tabou sans provocation, sans porter de jugement, sans fioriture. Impossible de s'attendre à un tel retournement de situation. Je garde le mystère de cette révélation pour ne pas gâcher la lecture de ce très grand roman.

    Lors de son premier roman "La dérobée", j'avais osé affirmer que Sophie de Baere était une conteuse hors pair. Je peux maintenant vous le confirmer avec ce deuxième roman.

    Sophie nous happe par l'histoire, par les personnages attachants et complexes, par la description des relations complexes entre être humain, par l'impact des secrets de famille. Sophie a amplifié sa plume, tellement poétique, pleine de musicalité et limpide.

    C'est une nouvelle fois un coup de coeur par ce nouveau roman fort et beau mais surtout pour son auteure, par son talent d'écriture, sa beauté des mots et de les retranscrire. Un roman qui touche, qui ose, qui transpire l'amour. D'ailleurs, aimer, c'est aller jusqu'où ?

Thèmes en lien avec Sophie De Baere

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !