Sofia Lundberg

Sofia Lundberg

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (8)

  • Couverture du livre « Un petit carnet rouge » de Sofia Lundberg aux éditions Calmann-levy

    Florel Tu sais pas sur Un petit carnet rouge de Sofia Lundberg

    http://voyagelivresque.canalblog.com/archives/2018/07/27/36590423.html


    "La vie est rarement passionnante sur le moment. Elle est juste compliquée. Ses reliefs apparaissent avec le recul. Beaucoup plus tard"

    Bien avant le résumé, c’est la belle couverture pleine d’écriture qui m’a...
    Voir plus

    http://voyagelivresque.canalblog.com/archives/2018/07/27/36590423.html


    "La vie est rarement passionnante sur le moment. Elle est juste compliquée. Ses reliefs apparaissent avec le recul. Beaucoup plus tard"

    Bien avant le résumé, c’est la belle couverture pleine d’écriture qui m’a donnée envie de lire le livre. Belle écriture manuscrite, timbres d’époque, tampons de poste, cette dernière rappelle ce temps où recevoir une lettre faisait plaisir et était attendue comme le messie.
    Mais un livre ne s’arrête pas à sa couverture, un livre continue avec son résumé. Pour ce dernier le charme n’était cependant pas au rendez-vous. Trop fleur bleu pour moi, le résumé ne me donnait pas vraiment envie, mais quand on me l’a proposé j’ai dit oui quand même, car même sans me plaire il me parlait un peu avec ces noms qui défilent et se rayent avec le temps.
    Un livre se finit avec son histoire… et c’était je dois dire et contre toute attente une belle histoire. Un peu trop exagérée il est vrai, mais quand même pleine d’émotion et j’ai passé un excellent moment. Cette histoire de carnet rouge, témoin d’une existence parmi d’autre, souvenir d’une mémoire qui s’efface et d’une vie sur le point de disparaître, ça parle forcément à tout le monde. Surtout à moi qui ait une tendance à me demander ce que deviennent les gens.

    Enfin bon, c’était une belle histoire. Il y avait de tout dans cette histoire, de l’émotion, des rires, des joies, des doutes, des pleurs, des ratés, une fin attendue (un peu), des personnages variés allant du sympathique au détestable. Un mélange habituel.
    Après, ce n’est pas la lecture du siècle, mais ça se lit bien et c’est idéal pour cet été ; et peut-être bien qu'il y a une belle leçon de transmission à retenir.

    En résumé, c'est une sublime couverture qui cache une belle histoire. Pas l'histoire du siècle, mais quelques belles erreurs et quelques regrets qui donnent toute la dimension nécessaire à ce livre et nous ramènent à l'essentiel. Un livre à lire.

  • Couverture du livre « Un petit carnet rouge » de Sofia Lundberg aux éditions Calmann-levy

    miss.mesmerized sur Un petit carnet rouge de Sofia Lundberg

    Il ne reste plus beaucoup de temps à Doris ; à 96 ans, elle vit seule à Stockholm et la seule personne de sa famille est sa nièce Jenny qui vit à San Francisco. C’est grâce à Skype qu’elles se parlent régulièrement. Mais Doris a peur que le temps ne suffisse pas à tout lui raconter et confier,...
    Voir plus

    Il ne reste plus beaucoup de temps à Doris ; à 96 ans, elle vit seule à Stockholm et la seule personne de sa famille est sa nièce Jenny qui vit à San Francisco. C’est grâce à Skype qu’elles se parlent régulièrement. Mais Doris a peur que le temps ne suffisse pas à tout lui raconter et confier, alors elle prend des notes dans un petit carnet rouge dans lequel elle parle des gens qui étaient importantes dans sa vie, qu’elle a rencontrées et aimées. La vie de Doris touche à sa fin, Jenny vole à Stockholm avec sa fille cadette pour être là pour sa tante tant aimée et pour dire adieu.

    Sofia Lundberg est journaliste et vit à Stockholm, « Un petit carnet rouge » est son premier roman qui a connu un grand succès en Suède. C’est une histoire d’une vie pleine d’aventures, de dangers, de succès et de défaites. Mais avant tout, c’est un roman sur l’amour, un amour qui a existé et qui a survécu, mais seulement à distance.

    Ce qui m’a plus beaucoup, c’est l’alternance des deux histoires, d’un côté, d’accompagner Doris pendant ses derniers jours et d’autre, de connaître sa vie, peu à peu, dès son enfance. C’était une vie turbulente qui n’était jamais facile mais qui a fait de Doris la personne qu’elle est à la fin de sa vie : une grande dame avec un grand cœur qui a tout vécu et qui peut tant donner.

    J’ai vraiment adoré le roman, les personnages sont tellement touchants et aimables qu’on ne veut pas les quitter à la fin. C’est un vrai bijou qu’il ne fallait pas du tout rater et il y a un vœu que la mère de Doris exprime quand elle est encore une petite fille qui montre très bien ce qui rend le roman tellement émouvant : elle lui souhaite
    « Assez de soleil pour illuminer tes jours, assez de pluie pour apprécier le soleil, assez de joie pour nourrir ton âme, assez de peine pour savoir profiter des petits plaisirs et assez de rencontres pour savoir dire adieu. »

  • Couverture du livre « Un petit carnet rouge » de Sofia Lundberg aux éditions Calmann-levy

    Isabelle PURALLY-BOISSEL sur Un petit carnet rouge de Sofia Lundberg

    « Je feuillète parfois mon carnet d’adresse. Il est devenu une sorte de carte au trésor de mon existence. »
    Ce petit carnet rouge, Doris l’a obtenue de son père pour son dixième anniversaire et année après année, il est devenu son compagnon, le témoin de ses rencontres. Elle y a noté...
    Voir plus

    « Je feuillète parfois mon carnet d’adresse. Il est devenu une sorte de carte au trésor de mon existence. »
    Ce petit carnet rouge, Doris l’a obtenue de son père pour son dixième anniversaire et année après année, il est devenu son compagnon, le témoin de ses rencontres. Elle y a noté précieusement le nom des personnes qui ont jalonné son existence.
    A 96 ans, la vieille dame se souvient et nous l’accompagnons dans ce travail de mémoire. Beaucoup de nom sont suivis de la mention « Décédé », tel Gösta, l’ami de toujours, celui qui a tellement compté, aussi fidèle qu’indispensable, lorsqu’ils se perdaient de vue c’était pour mieux se retrouver.
    Au soir de sa vie, elle se remémore son passé : son départ de la maison familiale pour travailler comme domestique dans une maison bourgeoise, jusqu’à la rencontre miraculeuse qui la propulse à Paris sur les podiums d’une maison de haute couture et dans les pages de « Vogue ». Des années de bonheur, de solitude, de chagrins, d’amour pour Alan, le seul homme de sa vie.
    C’est par le biais d’un ordinateur que Doris communique avec sa nièce Jenny, sa qui vit à San Francisco, malgré son âge, elle a une grande aisance dans le maniement de Facebook ou Skype.
    « Cette technologie occupe ses journées. Elle rend l’attente de la mort plus supportable »
    Ce roman tendre et émouvant retrace le parcours de vie d'une femme volontaire qui, malgré les épreuves difficiles qu'elle a traversées, a toujours su puiser en elle une incroyable force de vie !
    L’auteur fait preuve de beaucoup de tendresse pour nous entraîner dans la psychologie et les pensées intimes de son personnage, nous faisant partager les émotions qui l’assaillent.
    D’aucun pourront penser que la fin vire dans le roman à l’eau de rose, pour ma part, j’en ai été réellement émue et j’avoue avoir versé quelques larmes.

    « Un petit carnet rouge » est un très joli roman qui se déguste comme une bouffée de bonheur.

    Je remercie très vivement NetGalley et les Editions Calmann-Lévy qui m’ont permis cette découverte.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com