Sofia Lundberg

Sofia Lundberg

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (9)

  • Couverture du livre « Un petit carnet rouge » de Sofia Lundberg aux éditions Calmann-levy

    Musemania sur Un petit carnet rouge de Sofia Lundberg

    Ce livre a également été, comme pour « La mémoire du thé », une agréable découverte pour laquelle j’aurais pu passer à côté si je n’avais pas fait partie du jury de l'Actu Littéraire. Comme quoi, la littérature générale comprend aussi de belles perles qu’il faut juste chercher un peu. A côté des...
    Voir plus

    Ce livre a également été, comme pour « La mémoire du thé », une agréable découverte pour laquelle j’aurais pu passer à côté si je n’avais pas fait partie du jury de l'Actu Littéraire. Comme quoi, la littérature générale comprend aussi de belles perles qu’il faut juste chercher un peu. A côté des gros « blockbusters » mis en avant par les maisons d’édition, il y a des livres intimes qui méritent d’être lus pour être appréciés à leur juste valeur.

    « Un petit carnet rouge » est bouleversant et écrit d’une plume tendre. La plongée dans l’histoire de Doris, nonagénaire qui pense avoir fait le tour de son existence est souvent très touchant. Petite, elle a reçu en cadeau un petit carnet rouge, sous la forme d’un carnet d’adresse. Au fil des années, elle y a indiqué les nom et prénoms des personnes qui ont marqué son existence. A mesure que ces personnes décèdent, elle raye petit à petit leurs noms mais en garde précieusement une trace. Née dans une famille pauvre suédoise, elle parcourra l’Europe et les Etats-Unis entourée de gens aux grands cœurs mais également de personnes - qu’il y aurait mieux valu pour elle - ne jamais rencontrer.

    On parcourt le carnet rouge comme sur une ligne du temps et on découvre aussi le quotidien de Doris, devenue âgée et si seule. J’ai vraiment été fort touchée par cette histoire, peut-être du fait de mon histoire personnelle et de la perte récente de ma grand-mère mais je me suis beaucoup attachée à Doris au fil de sa vie.

    Alors qu’on aurait pu tomber dans le mièvre, l’auteure, la suédoise Sofia Lundberg a su transcrire une histoire dure en quelque chose de beau et émouvant. Alors que je ne suis pas une très grande fan des sagas familiales, Sofia Lundberg m’a littéralement transportée au fil des années et des lieux. Chaque rencontre a marqué de son sceau le destin de l’héroïne principale, nous rappelant l’importance des relations qu'on a tout au long de notre vie. Certains individus rencontrés inopinément nous marqueront à jamais et cette histoire nous emmène vers une certaine mélancolie et nostalgie du temps qui passe.

    Pour l’anecdote, l’auteure s’est inspirée de son vécu personnel puisque c’est en retrouvant un carnet de sa grand-mère (prénommée également Doris) qu’elle a eu l’idée d'écrire ce récit. J’ai trouvé que c’était là le résultat d’un hommage particulièrement réussi et poignant.

    Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/11/un-petit-carnet-rouge-de-sofia-lundberg.html

  • Couverture du livre « Un petit carnet rouge » de Sofia Lundberg aux éditions Calmann-levy

    Florel sur Un petit carnet rouge de Sofia Lundberg

    http://voyagelivresque.canalblog.com/archives/2018/07/27/36590423.html


    "La vie est rarement passionnante sur le moment. Elle est juste compliquée. Ses reliefs apparaissent avec le recul. Beaucoup plus tard"

    Bien avant le résumé, c’est la belle couverture pleine d’écriture qui m’a...
    Voir plus

    http://voyagelivresque.canalblog.com/archives/2018/07/27/36590423.html


    "La vie est rarement passionnante sur le moment. Elle est juste compliquée. Ses reliefs apparaissent avec le recul. Beaucoup plus tard"

    Bien avant le résumé, c’est la belle couverture pleine d’écriture qui m’a donnée envie de lire le livre. Belle écriture manuscrite, timbres d’époque, tampons de poste, cette dernière rappelle ce temps où recevoir une lettre faisait plaisir et était attendue comme le messie.
    Mais un livre ne s’arrête pas à sa couverture, un livre continue avec son résumé. Pour ce dernier le charme n’était cependant pas au rendez-vous. Trop fleur bleu pour moi, le résumé ne me donnait pas vraiment envie, mais quand on me l’a proposé j’ai dit oui quand même, car même sans me plaire il me parlait un peu avec ces noms qui défilent et se rayent avec le temps.
    Un livre se finit avec son histoire… et c’était je dois dire et contre toute attente une belle histoire. Un peu trop exagérée il est vrai, mais quand même pleine d’émotion et j’ai passé un excellent moment. Cette histoire de carnet rouge, témoin d’une existence parmi d’autre, souvenir d’une mémoire qui s’efface et d’une vie sur le point de disparaître, ça parle forcément à tout le monde. Surtout à moi qui ait une tendance à me demander ce que deviennent les gens.

    Enfin bon, c’était une belle histoire. Il y avait de tout dans cette histoire, de l’émotion, des rires, des joies, des doutes, des pleurs, des ratés, une fin attendue (un peu), des personnages variés allant du sympathique au détestable. Un mélange habituel.
    Après, ce n’est pas la lecture du siècle, mais ça se lit bien et c’est idéal pour cet été ; et peut-être bien qu'il y a une belle leçon de transmission à retenir.

    En résumé, c'est une sublime couverture qui cache une belle histoire. Pas l'histoire du siècle, mais quelques belles erreurs et quelques regrets qui donnent toute la dimension nécessaire à ce livre et nous ramènent à l'essentiel. Un livre à lire.

  • Couverture du livre « Un petit carnet rouge » de Sofia Lundberg aux éditions Calmann-levy

    miss.mesmerized sur Un petit carnet rouge de Sofia Lundberg

    Il ne reste plus beaucoup de temps à Doris ; à 96 ans, elle vit seule à Stockholm et la seule personne de sa famille est sa nièce Jenny qui vit à San Francisco. C’est grâce à Skype qu’elles se parlent régulièrement. Mais Doris a peur que le temps ne suffisse pas à tout lui raconter et confier,...
    Voir plus

    Il ne reste plus beaucoup de temps à Doris ; à 96 ans, elle vit seule à Stockholm et la seule personne de sa famille est sa nièce Jenny qui vit à San Francisco. C’est grâce à Skype qu’elles se parlent régulièrement. Mais Doris a peur que le temps ne suffisse pas à tout lui raconter et confier, alors elle prend des notes dans un petit carnet rouge dans lequel elle parle des gens qui étaient importantes dans sa vie, qu’elle a rencontrées et aimées. La vie de Doris touche à sa fin, Jenny vole à Stockholm avec sa fille cadette pour être là pour sa tante tant aimée et pour dire adieu.

    Sofia Lundberg est journaliste et vit à Stockholm, « Un petit carnet rouge » est son premier roman qui a connu un grand succès en Suède. C’est une histoire d’une vie pleine d’aventures, de dangers, de succès et de défaites. Mais avant tout, c’est un roman sur l’amour, un amour qui a existé et qui a survécu, mais seulement à distance.

    Ce qui m’a plus beaucoup, c’est l’alternance des deux histoires, d’un côté, d’accompagner Doris pendant ses derniers jours et d’autre, de connaître sa vie, peu à peu, dès son enfance. C’était une vie turbulente qui n’était jamais facile mais qui a fait de Doris la personne qu’elle est à la fin de sa vie : une grande dame avec un grand cœur qui a tout vécu et qui peut tant donner.

    J’ai vraiment adoré le roman, les personnages sont tellement touchants et aimables qu’on ne veut pas les quitter à la fin. C’est un vrai bijou qu’il ne fallait pas du tout rater et il y a un vœu que la mère de Doris exprime quand elle est encore une petite fille qui montre très bien ce qui rend le roman tellement émouvant : elle lui souhaite
    « Assez de soleil pour illuminer tes jours, assez de pluie pour apprécier le soleil, assez de joie pour nourrir ton âme, assez de peine pour savoir profiter des petits plaisirs et assez de rencontres pour savoir dire adieu. »

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !