Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sijie Dai

Sijie Dai
Écrivain et réalisateur d'origine chinoise, Dai Sijie est né en 1954. 1 vit en France depuis 1984. Il a réalisé cinq longs métrages, dont Chine ma douleur, prix Jean Vigo, et Les Filles du botaniste (sur les écrans en 2006). Il a connu un immense succès littéraire dès son premier roman, écrit dir... Voir plus
Écrivain et réalisateur d'origine chinoise, Dai Sijie est né en 1954. 1 vit en France depuis 1984. Il a réalisé cinq longs métrages, dont Chine ma douleur, prix Jean Vigo, et Les Filles du botaniste (sur les écrans en 2006). Il a connu un immense succès littéraire dès son premier roman, écrit directement en français, Balzac et la Petite Tailleuse chinoise (collection blanche, 2000, Folio n° 3565), et a publié ensuite Le complexe de Di (collection blanche, 2003, Folio n° 4231), récompensé par le prix Femina.

Avis sur cet auteur (31)

  • add_box
    Couverture du livre « Balzac et la petite tailleuse chinoise » de Sijie Dai aux éditions Folio

    Pineau A sur Balzac et la petite tailleuse chinoise de Sijie Dai

    Encore un 1er roman, mais toujours pas dans la série des 68 ! Celui-ci date de 2000 et m'a été conseillé par ma fille, un très bon choix (elle me connaît bien !).

    Nous sommes à la fin de l'année 1968, la révolution culturelle est engagée en Chine. Les enfants des intellectuels sont envoyés à...
    Voir plus

    Encore un 1er roman, mais toujours pas dans la série des 68 ! Celui-ci date de 2000 et m'a été conseillé par ma fille, un très bon choix (elle me connaît bien !).

    Nous sommes à la fin de l'année 1968, la révolution culturelle est engagée en Chine. Les enfants des intellectuels sont envoyés à la campagne pour une "rééducation". Le narrateur a 17 ans, ses parents sont médecins. Il est accompagné de Luo, 18 ans, fils d'un dentiste qualifié "ennemi du peuple". Tous les 2, ils vont arriver dans la montagne du Phénix du Ciel. Ils vont être logés dans une maison sur pilotis et cohabiter avec les truies. Ils vont travailler avec les paysans et assurer le transport des engrais vers les sommets, là où les prés sont cultivés. Cette activité quotidienne va bientôt être bouleversée par une visite faite au tailleur et la rencontre avec sa fille, cette beauté ingénue. Sur le chemin du retour, ils vont porter assistance à une jeune "binoclard", un autre adolescent en rééducation qui doit mener un buffle dont le coup de queue vient de faire voler les lunettes dans la boue. Ils ne savent pas encore qu'il sera la source de magnifiques découvertes littéraires.

    Dai SIJIE décrit avec beaucoup de pudeur les conditions de vie de ces jeunes plongés dans un tout nouvel univers. Il nous fait voyager à leurs côtés. Ce ne sont pas des délinquants, leur seul défaut est d'être né dans un environnement familial de bourgeois. Le choc des cultures est joliement décrit. J'ai beaucoup aimé cette scène de la découverte du violon du narrateur à leur arrivée par l'ensemble du village, moment traité avec beaucoup d'humour.

    Bien sûr, la vie est difficile, les jeunes garçons vivent dans la pauvreté. Mais, heureusement, ils ont des livres ! C'est en toute clandestinité bien sûr, c'est ce qui fait le charme de toute cette histoire !

    C'est un très beau roman sur le pouvoir de la littérature, cette capacité à entraîner les lecteurs vers d'autres horizons porteurs d'espoir d'une autre vie possible. Le passage sur les nouvelles est excellent :

    "[...] les recueils de nouvelles, qui vous racontent une histoire bien ficelée, avec des idées brillantes, quelquefois amusantes ou à vous couper le souffle, des histoires qui vous accompagnent toute votre vie." P. 136

    Je trouve que c'est particulièrement bien résumé !

    Et puis, dans ce village, il y a de très beaux moments de bonheur, celui du séjour du tailleur et du peuple en liesse est assez exceptionnel :

    "Les cris des enfants qui couraient derrière lui, les rires des femmes qui sortaient leurs tissus, prêts depuis des mois, l'explosion de quelques pétards, les grognements des cochons, tout cela créait une ambiance de fête." P. 151

    A côté des personnages des garçons, il y a aussi une fille, la petite tailleuse chinoise. Alors que l'année 2016 célèbre le 60ème anniversaire du Planning Familial en France, son itinéraire permet de se remémorer les conditions de vie de femmes, certes du siècle dernier, mais c'était encore hier... Elle a bien mérité, elle aussi, de faire partie des "Simone" !

  • add_box
    Couverture du livre « Trois vies chinoises » de Sijie Dai aux éditions J'ai Lu

    Caro Caro sur Trois vies chinoises de Sijie Dai

    Sur l’île de la noblesse, quelque part en Chine, la population très pauvre vit essentiellement du traitement des déchets électroniques de la planète.

    Un jeune garçon, atteint de progéria, une maladie qui lui donne prématurément l’aspect d’un vieillard. Un jour, le directeur de la cantine de...
    Voir plus

    Sur l’île de la noblesse, quelque part en Chine, la population très pauvre vit essentiellement du traitement des déchets électroniques de la planète.

    Un jeune garçon, atteint de progéria, une maladie qui lui donne prématurément l’aspect d’un vieillard. Un jour, le directeur de la cantine de la prison locale l’achète à sa grand-mère, puis l’entraîne à jouer le rôle d’un prisonnier. Le jeune garçon pense bientôt jouer un rôle dans un cirque, puisque c’est le sort réservé aux enfants comme lui.

    Une jeune fille assiste, impuissante, à la déchéance de sa mère empoisonnée par le plomb de l’industrie de retraitement des déchets électroniques pour laquelle elle travaille dans des conditions misérables. Lorsque cette dernière disparaît, et que la jeune fille trouve une basket et un os dans le réservoir d’eau tout proche, elle pense que son père est coupable…

    Une mère forge la chaîne qui servira à aliéner son fils de vingt ans. Empoisonné par les métaux lourds, il a un comportement délinquant. La police condamne ses agissements et, puisque la famille est trop pauvre pour le faire soigner, lui demande de l’oublier. Le fils cadet pose le cadenas, et fuit bientôt cet univers misérable.

    Ces trois courts et intenses récits nous plongent avec effroi dans la réalité d’une population pauvre, tiraillée entre les restes du communisme, l’attrait du capitalisme, et leurs conditions de vie infâmes.

    A travers ces trois destins différents mais finalement liés par les conséquences néfastes de ce lieu poubelle, l’auteur réussit à traduire en peu de mots toute l’horreur de ces vies brisées. On ne peut qu’être déconcerté et touché.

    https://familytripandplay.wordpress.com/2015/12/13/lecture-trois-vies-chinoises-de-dai-sijie/

  • add_box
    Couverture du livre « Balzac et la petite tailleuse chinoise » de Sijie Dai aux éditions Folio

    Sandrine Fernandez sur Balzac et la petite tailleuse chinoise de Sijie Dai

    Parce qu'ils portent la double faute d'avoir étudié au collège et d'avoir des parents ''ennemis du peuple'', le narrateur et son ami Luo sont envoyés en rééducation dans un village de montagne. Entre les rizières et la mine, les conditions de vie sont difficiles mais les deux adolescents ont su...
    Voir plus

    Parce qu'ils portent la double faute d'avoir étudié au collège et d'avoir des parents ''ennemis du peuple'', le narrateur et son ami Luo sont envoyés en rééducation dans un village de montagne. Entre les rizières et la mine, les conditions de vie sont difficiles mais les deux adolescents ont su Xxx la méfiance des villageois grâce à leur talent de musicien, pour le narrateur, et de conteur pour Luo. Et puis, la campagne recèle aussi quelques trésors cachés. Par exemple, la fille du tailleur, la jolie Petite Tailleuse ou encore la valise pleine de livres que Le Binoclard, un autre rééduqué, cache quelque part dans sa masure.

    Balzac, Tolstoï, Dumas et bien d'autres tentations, toute cette littérature subversive, interdite, qui titille l'imagination, et les sens, de deux adolescents perdus à la campagne, sans trop d'espoir de rentrer chez eux. Et pourtant, qu'ils sont libres ! Les livres pour apprendre, comprendre, ressentir, pour s'évader loin de la montagne, de la Chine, du communisme, de la révolution culturelle, pour découvrir l'individualisme, et pourquoi pas l'égoïsme, le plaisir, l'amour, la sensualité, la liberté. Et si le contexte est rude, le travail épuisant, parfois dangereux, la menace d'une dénonciation toujours possible, Luo et son ami sont suffisamment optimistes, délurés, culottés, amoureux de la vie, pour donner au roman un souffle vital irrésistible.
    Dai SIJIE prouve, s'il en était besoin, que la littérature est le plus grand vecteur de connaissances, d'évasion et de liberté. Cette ode aux classiques occidentaux est une petite merveille, une lecture joyeuse et optimiste où l'amour des livres brille à chaque page de la lueur de l'espoir. Un bijou !

  • add_box
    Couverture du livre « Balzac et la petite tailleuse chinoise » de Sijie Dai aux éditions Folio

    Hary Leo sur Balzac et la petite tailleuse chinoise de Sijie Dai

    Se lit bien mais pas suffisamment accrocheur pour en faire un grand roman.
    Le sujet est grave : censure, répression mais pas poignant.
    A mon sens d'une platitude litteraire

    Se lit bien mais pas suffisamment accrocheur pour en faire un grand roman.
    Le sujet est grave : censure, répression mais pas poignant.
    A mon sens d'une platitude litteraire