Serge Revel

Serge Revel
Né en 1946 à Chambéry (Savoie), Serge Revel a été maître de conférences à l'Institut de la Communication Université Lumière-Lyon2. Maire de la commune de Pressins (Isère) de 1989 à 2010. Auteur, co-metteur en scène et responsable des Historiales (spectacle historique) depuis 1989, aujourd'hui pre... Voir plus
Né en 1946 à Chambéry (Savoie), Serge Revel a été maître de conférences à l'Institut de la Communication Université Lumière-Lyon2. Maire de la commune de Pressins (Isère) de 1989 à 2010. Auteur, co-metteur en scène et responsable des Historiales (spectacle historique) depuis 1989, aujourd'hui premier spectacle historique de Rhône-Alpes. Il a publié poésie, romans et nouvelles sous sa signature et sous le pseudonyme d'Yvan Briac.

Avis (2)

  • Couverture du livre « Les grandes évasions de Paul Métral » de Serge Revel aux éditions Rouergue

    Cathy Galliegue sur Les grandes évasions de Paul Métral de Serge Revel

    « Si vous apercevez ce vieil homme fugueur, par pitié, ramenez-le à la maison, au bercail, au pensionnat pour pré-mourants… A mon âge, on n’a droit à aucune liberté, à aucune fantaisie, à aucun plaisir hors ceux qu’on veut bien vous accorder: un goûter, un chocolat…A mon âge, on n’a pas le droit...
    Voir plus

    « Si vous apercevez ce vieil homme fugueur, par pitié, ramenez-le à la maison, au bercail, au pensionnat pour pré-mourants… A mon âge, on n’a droit à aucune liberté, à aucune fantaisie, à aucun plaisir hors ceux qu’on veut bien vous accorder: un goûter, un chocolat…A mon âge, on n’a pas le droit d’être un peu fou, de rêver, de partir (…) Immédiatement, vous êtes suspecté de démence sénile ou de pré-démence. A votre âge, Monsieur, mais ce n’est pas raisonnable…Et si je ne veux pas être raisonnable! »


    Paul Métral est vieux. Paul Métral a la fragilité des grands rêveurs, des grands amoureux. Il est dans le souvenir de Lou, sa femme bien-aimée disparue, il n’a pas eu d’enfant. Et il se laisse convaincre de partir en maison de retraite par sa nièce, la Grenoule, croisement improbable de mante religieuse à l’affût de l’héritage et de batracien qui s’éparpille en coassements hypocrites. « Mon tonton… » Mais voilà…Paul Métral ressent rapidement les soubresauts de la révolte. Il se sent à nouveau l’âme d’un adolescent rebelle. Liberté, quand tu nous tiens…Déjouant la surveillance de directrices de maisons de vieux plus revêches les unes que les autres, les traquenards des gendarmes sommés de retrouver le vieillard fugueur qui fait la une des journaux, les menées de sa nièce qui le pille allégrement, il faudra à Paul pas moins de sept évasions pour gagner le droit de partir comme il le souhaite, dans la dignité. « J’écris pour témoigner, pour dire que j’ai choisi ma mort, sereinement. »

    Écriture poétique, tendre-amère qui assène des vérités…Que faisons-nous de nos vieux? Serge Revel se pose la question avec une délicatesse qui n’empêche pas la lucidité. Je vous conseille chaleureusement ce beau roman qui met le doigt avec grâce, pudeur et souvent humour, sur un vrai problème de société

  • Couverture du livre « Les grandes évasions de Paul Métral » de Serge Revel aux éditions Rouergue

    Caro Caro sur Les grandes évasions de Paul Métral de Serge Revel

    Paul a presque 90 ans. Veuf depuis 5 ans de son épouse adorée Lou, sans enfants, il vit seul dans une maison isolée, entouré de ses souvenirs, s’occupant des ses animaux et de son jardin. Alerte malgré son âge, il est très autonome et indépendant.


    Sa nièce « Grenoule » vient très...
    Voir plus

    Paul a presque 90 ans. Veuf depuis 5 ans de son épouse adorée Lou, sans enfants, il vit seul dans une maison isolée, entouré de ses souvenirs, s’occupant des ses animaux et de son jardin. Alerte malgré son âge, il est très autonome et indépendant.


    Sa nièce « Grenoule » vient très régulièrement prendre soin de lui, lui faisant ménage et cuisine avec autorité, se plaignant aussi sans cesse de ce travail qu’elle semble prendre à cœur mais qui lui coûte et la tracasse beaucoup.

    Par égard pour son vieil oncle, elle réussit à le convaincre de le placer « à l’essai » dans une maison de retraite. Mais l’expérience ne plaît pas du tout à Paul, qui s’échappe pour retrouver sa liberté.

    Rapidement retrouvé, il est placé à nouveau dans un autre établissement, cette fois encore pour son bien. Plusieurs placements et évasions s’enchaînent. Paul a toute sa tête et s’en sert bien, aidé parfois d’Hakim (orthographe ?), un chauffeur de taxi avec qui il a sympathisé.

    Paul découvre aussi petit à petit que le viager de sa maison s’est transformé en vente, que ses meubles ont été emportés, que sa nièce bien prévenante a demandé sa mise sous tutelle et lorgne sur ses lingots imaginaires…

    En choisissant ce livre j’ai pensé à un road-trip comique du genre Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson (lien ?), mais c’est plutôt une comédie douce amère que j’ai découverte, de plus en plus amère au fil du récit d’ailleurs…

    On peut sourire de cette histoire d’évasion d’un vieux monsieur en effet, et certaines scènes sont bien senties, mais ce qui ressort c’est quand même l’infinie tristesse et la cruauté de cette destinée hors de contrôle, de cette négation de la personnalité dans les actes mais aussi dans les termes employés.

    Un livre à mettre entre toutes les mains, pour réfléchir au traitement de la personne âgée dans nos sociétés dites civilisées, à nos modes de vie où l’organisation prime sur l’humain, à l’infantilisation programmée, à l’absence de prise en compte de la volonté individuelle, sous prétexte de se tranquilliser soi-même et de s’éviter des soucis…

    Une très belle découverte, pour un roman qui se lit rapidement et qui pousse à la réflexion.

    https://mesmotsmeslivres.wordpress.com/2016/12/10/les-grandes-evasions-de-paul-metral-de-serge-revel/

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com