Serge Carrere

Serge Carrere
Serge Carrère est né à Toulouse en 1958. Après des études de Lettres et un « passage » aux Arts Plastiques d'Aix-en-Provence, il se lance comme dessinateur. Il collabore ainsi à diverses revues (Circus, Fripounet, Pif, Mikado, Spirou...). Il est le dessinateur de la série Léo Loden, un privé à Ma... Voir plus
Serge Carrère est né à Toulouse en 1958. Après des études de Lettres et un « passage » aux Arts Plastiques d'Aix-en-Provence, il se lance comme dessinateur. Il collabore ainsi à diverses revues (Circus, Fripounet, Pif, Mikado, Spirou...). Il est le dessinateur de la série Léo Loden, un privé à Marseille scénarisée par Scotch Arleston et publiée chez SOLEIL. Il réside dans la région de Toulouse.

Avis (5)

  • add_box
    Couverture du livre « Les Elfées T.2 » de Serge Carrere et Weissengel et Dollphane aux éditions Dargaud

    Gérald LO sur Les Elfées T.2 de Serge Carrere - Weissengel - Dollphane

    Ce deuxième tome nous fait rejoindre le groupe de quatre jeunes filles, qui font de la musique et qui viennent en aide autour d’elles. Dans cet album, il s’agit de protéger un parc d’un promoteur. C’est donc avec beaucoup de persévérance qu’elles comptent parvenir à protéger le quartier.
    Le...
    Voir plus

    Ce deuxième tome nous fait rejoindre le groupe de quatre jeunes filles, qui font de la musique et qui viennent en aide autour d’elles. Dans cet album, il s’agit de protéger un parc d’un promoteur. C’est donc avec beaucoup de persévérance qu’elles comptent parvenir à protéger le quartier.
    Le récit est assez linéaire, très basique, sans beaucoup de rebondissements mais le public devrait être malgré tout conquis par ce genre de lecture dans laquelle se mêle féérie, magie, et contemporain, avec des jeunes filles qui aiment la musique, les réseaux sociaux… En revanche, le graphisme est très moyen, les décors sont pour ainsi dire inexistants et les personnages manquent de relief. C’est réalisé assez rapidement et seules les couleurs douces rattrapent le tout.
    C’est donc sur un bilan moyen que se termine ce deuxième album. Heureusement qu’un peu de culture termine cette bande dessinée.

  • add_box
    Couverture du livre « Léo Loden T.6 ; pizza aux pruneaux » de Serge Carrere et Christophe Arleston aux éditions Soleil

    Gérald LO sur Léo Loden T.6 ; pizza aux pruneaux de Serge Carrere - Christophe Arleston

    Ce sixième album est pour moi une découverte. Ce personnage des années 90 que je ne connaissais pas nous emmène de Marseille à Nice dans une enquête sur la mafia italienne et ses ramifications sur la côte d’azur. Leo Loden est un détective privé dont la petite amie travaille dans la police et...
    Voir plus

    Ce sixième album est pour moi une découverte. Ce personnage des années 90 que je ne connaissais pas nous emmène de Marseille à Nice dans une enquête sur la mafia italienne et ses ramifications sur la côte d’azur. Leo Loden est un détective privé dont la petite amie travaille dans la police et affublé d’un oncle débrouillard.
    Le récit est assez basique et linéaire avec beaucoup de clichés sur les mafieux, les marseillais, mais c’est un peu l’essence de cette bande dessinée : rire des clichés dans un univers contemporain, c’est un peu l’enquêteur du dimanche.
    Le graphisme, très adapté au genre, est bien réalisé, mais sans non plus être fantastique. Rappelons que cette album date des années 90, donc forcément, rien à voir avec aujourd’hui.
    Le récit est sans beaucoup de rebondissements et surtout très annoncé, sans beaucoup de suspense, et au dénouement simple et efficace. Un album mitigé très simple, tant au niveau du scénario que graphiquement, qui plaira difficilement aux moins jeunes.

  • add_box
    Couverture du livre « Léo Loden T.6 ; pizza aux pruneaux » de Serge Carrere et Christophe Arleston aux éditions Soleil

    Sandrine Fernandez sur Léo Loden T.6 ; pizza aux pruneaux de Serge Carrere - Christophe Arleston

    Bien qu'il ne soit plus commissaire de police, Léo Loden est encore la terreur des criminels en tout genre. Aussi, quand la mafia italienne décide de s'implanter à Marseille et qu'une juge italienne ne l'entend pas ainsi, une seule solution s'impose : éliminer Léo qui ne pourra donc pas assurer...
    Voir plus

    Bien qu'il ne soit plus commissaire de police, Léo Loden est encore la terreur des criminels en tout genre. Aussi, quand la mafia italienne décide de s'implanter à Marseille et qu'une juge italienne ne l'entend pas ainsi, une seule solution s'impose : éliminer Léo qui ne pourra donc pas assurer la protection de la magistrate et fera d'elle une cible facile. A mille lieues des complots qui se jouent contre lui, Léo revient d'une escapade amoureuse à Venise avec sa petite amie l'inspectrice Marlène Soral. Mais dès sa sortie du train, les amoureux sont la cible d'un coriace sniper. Les voilà prévenus ! Ce n'est pourtant pas ce qui va arrêter Léo. Chargé de la garde rapprochée de la juge, il s'acquitte de sa tache et redouble même d'ardeur quand la mafia enlève Marlène. Furieux qu'on puisse toucher à sa bien-aimée, il écume la Côte d'Azur, de Marseille à Nice, évitant tous les attentats, pour retrouver sa belle et punir les bandits.

    Que dire ?! C'est kitsch, autant au niveau des dessins que des jeux de mots et des références. Ce n'est pas très fin, à tendance misogyne, un peu lourdingue. Ce n'est pas non plus l'extase question psychologie des personnages qui sont trop stéréotypés et jouent leur rôle sans nuances. Bref, c'est plutôt bon enfant, bien rythmé et efficace mais ça ne casse pas trois pattes à un canard. Dispensable.

  • add_box
    Couverture du livre « Léo Loden t.20 ; langoustines breizhées » de Serge Carrere et Nicoloff et Christophe Arleston aux éditions Soleil

    Marie-galante fontant sur Léo Loden t.20 ; langoustines breizhées de Serge Carrere - Nicoloff - Christophe Arleston

    C'est trop cool!!j'adore trop

    C'est trop cool!!j'adore trop

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !