Serge Brussolo

Serge Brussolo
Serge Brussolo est né à Paris en 1951. Après des études de lettres et de psychologie, il exerce plusieurs métiers avant de faire une entrée remarquée sur la scène littéraire avec Funnyway (Grand Prix de la science-fiction en 1979). Serge Brussolo est également l'auteur de séries destinées à la je... Voir plus
Serge Brussolo est né à Paris en 1951. Après des études de lettres et de psychologie, il exerce plusieurs métiers avant de faire une entrée remarquée sur la scène littéraire avec Funnyway (Grand Prix de la science-fiction en 1979). Serge Brussolo est également l'auteur de séries destinées à la jeunesse, de romans historiques et de polars.

Avis sur cet auteur (41)

  • add_box
    Couverture du livre « Hurlemort - le dernier royaume » de Serge Brussolo aux éditions Gallimard

    Sophie Barbier sur Hurlemort - le dernier royaume de Serge Brussolo

    Hurlemort, XIVème siècle.
    Le baron a disparu dans la forêt, peuplée de loups et de lutins, et reste introuvable.
    Le village s'est peu à peu refermé sur lui-même et coupé du monde.
    Céline, la "marquée" est haïe de tout le village à cause de croyances païennes.
    Et voilà que le moine qui les...
    Voir plus

    Hurlemort, XIVème siècle.
    Le baron a disparu dans la forêt, peuplée de loups et de lutins, et reste introuvable.
    Le village s'est peu à peu refermé sur lui-même et coupé du monde.
    Céline, la "marquée" est haïe de tout le village à cause de croyances païennes.
    Et voilà que le moine qui les protégeait et faisait croire à l'Eglise que le christianisme progressait au village sombre dans la maladie.
    Il ne reste que les Dieux Proscrits pour rétablir la situation.

    Céline se propose donc d'aller à leur recherche. C'est une chance pour le village qui espère se libérer de la malédiction par sa mort.
    Mais apparaît Jôme, un prêtre fou, qui persécute le village pour imposer sa religion.
    Le retour du baron devient de plus en plus pressant.

    J'ai adoré ce livre qui nous plonge en plein Moyen-Age, où les anciennes superstitions résistent à la montée du christianisme et toutes ses purifications, où les barons sont victimes de folie et de malédictions, où une jeune fille, détestée de tous fera malgré tout son possible pour les sauver.

  • add_box
    Couverture du livre « L'agence 13 t.1 ; dortoir interdit » de Serge Brussolo aux éditions Fleuve Noir

    Sarah Mhors sur L'agence 13 t.1 ; dortoir interdit de Serge Brussolo

    D'ordinaire, je ne juge jamais un livre à sa couverture. Cependant, cette dernière est très représentative de l'atmosphère du roman. Effectivement, ce n'est pas un livre à laisser entre les mains d'un claustrophobe.

    Le contexte historique, tant par rapport à la guerre de sécession ou à la...
    Voir plus

    D'ordinaire, je ne juge jamais un livre à sa couverture. Cependant, cette dernière est très représentative de l'atmosphère du roman. Effectivement, ce n'est pas un livre à laisser entre les mains d'un claustrophobe.

    Le contexte historique, tant par rapport à la guerre de sécession ou à la guerre froide, et le côté sectaire du ranch Zuffrau-Clarckson sont oppressants et bien retranscrits.

    Par contre, je pensais que l'auteur jonglerait entre le fantastique et le thriller. Néanmoins, il n'a pas suffisamment exploité le potentiel fantastique de son histoire (de mon point de vu). Je suis en quelque sorte restée sur ma faim, ce qui est bien dommage.

    Je n'ai pas su m'attacher au personnage central malgré la narration à la première personne. Certaines de ses réflexions m'ont paru puérils, et j'ai eu l'impression qu'elle tentait de prouver sa différence par rapport à ses congénères féminines

  • add_box
    Couverture du livre « La fille aux cheveux rouges t.1 le chemin de cendre » de Serge Brussolo aux éditions J'ai Lu

    Bernard Viallet sur La fille aux cheveux rouges t.1 le chemin de cendre de Serge Brussolo

    Début septembre 1940 : c'est le blitz sur Londres. Un déluge de fer et de feu s'abat sur la capitale britannique. Proches des usines, les quartiers populaires comme East End sont particulièrement touchés par des bombardements durant jusqu'à dix heures d'affilée. Les assauts successifs...
    Voir plus

    Début septembre 1940 : c'est le blitz sur Londres. Un déluge de fer et de feu s'abat sur la capitale britannique. Proches des usines, les quartiers populaires comme East End sont particulièrement touchés par des bombardements durant jusqu'à dix heures d'affilée. Les assauts successifs rassemblent jusqu'à mille appareils de la Luftwaffe. Parmi les mourants découverts dans les décombres, les sauveteurs récupèrent une jeune femme grièvement blessée. Quand elle se réveille à l'hôpital, elle est devenue totalement amnésique. Personne ne sait qui elle est. Seuls son abondante chevelure rousse la désigne comme irlandaise. Mais l'est-elle vraiment ?
    Le premier épisode de ce roman historique qui se poursuit dans un second tome intitulé « Les rives incertaines » est suffisamment prenant pour donner envie de poursuivre la lecture. Le contexte particulièrement dramatique du blitz, l'énigme de cette jeune femme ayant perdu la mémoire, tout y incite. Si on y ajoute la très belle qualité stylistique de Brussolo, on ne peut que conseiller cette série.

  • add_box
    Couverture du livre « La maison de l'aigle » de Serge Brussolo aux éditions Denoel

    Elizabeth Neef-Pianon sur La maison de l'aigle de Serge Brussolo

    Un climat étrange, une femme bizarre oscillant entre passivité et audace.
    C’est pendant la guerre, les allemands occupent la maison de cette femme.
    Je n’ai pas spécialement apprécié, sans bien savoir pourquoi.
    L’histoire ? La personnalité des personnages ? Le style ?
    Pourtant, c’était pas...
    Voir plus

    Un climat étrange, une femme bizarre oscillant entre passivité et audace.
    C’est pendant la guerre, les allemands occupent la maison de cette femme.
    Je n’ai pas spécialement apprécié, sans bien savoir pourquoi.
    L’histoire ? La personnalité des personnages ? Le style ?
    Pourtant, c’était pas mal, mais allez savoir pourquoi, j’étais contente d’en avoir fini.