Segolene Dargnies

Segolene Dargnies

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Piano Ostinato » de Segolene Dargnies aux éditions Mercure De France

    Henri-Charles Dahlem sur Piano Ostinato de Segolene Dargnies

    Un petit premier roman, court mais d’une grâce exquise. Ségolène Dargnies nous raconte comment la vie d’un pianiste de concert bascule le jour où son majeur droit lui provoque une forte douleur.

    Gilles Sauvac est un pianiste qui nage. S’il a commencé le piano dès l’enfance et s’est astreint à...
    Voir plus

    Un petit premier roman, court mais d’une grâce exquise. Ségolène Dargnies nous raconte comment la vie d’un pianiste de concert bascule le jour où son majeur droit lui provoque une forte douleur.

    Gilles Sauvac est un pianiste qui nage. S’il a commencé le piano dès l’enfance et s’est astreint à une discipline de fer, se donnant corps et âme pour cet instrument et franchissant rapidement les paliers qui l’ont conduit à devenir un concertiste de renom, il s’est mis beaucoup plus tard à la natation, mais petit à petit, il s’est imposé la même rigueur et la même discipline que pour la musique.
    Si bien que son corps est devenu plus athlétique, si bien qu’il ne peut quasiment plus se passer de son rendez-vous quotidien avec la piscine chlorée, aux longueurs qu’il avale avec une sorte d’addiction.
    À part ça? «Gilles menait une existence douillette, plutôt enviable, propriétaire qu’il était d’un superbe trois-pièces au dernier étage d’un immeuble haussmannien avec terrasse fleurie de lilas et vue sur les Buttes-Chaumont». Dans la presse, on apprend en outre qu’il a quelques amis, dont un écrivain, et qu’il partage «la vie d’une chanteuse lyrique brune et splendide, haute comme le ciel, à l’esprit vif et effronté, prénommée Clara». Mais bien vite le lecteur va se rendre compte qu’il n’a guère envie de s’investir dans cette relation, que son travail prend toute la place.
    Il est «dans» le Concerto pour piano en la mineur opus 54 de Robert Schumann. Mieux même, il est dans la peau du créateur. Parce qu’il veut tout savoir de la genèse de l’œuvre, de l’état d’esprit du compositeur, de sa vie pour pouvoir se fondre en lui.
    Si au fil des répétitions il maîtrise de mieux en mieux l’œuvre, c’est qu’il converse avec celui qu’il appelle familièrement Bobby et n’hésite pas à l’interpeller sur tel aspect, à creuser sa psychologie. Le mimétisme devient troublant. Est-ce d’ailleurs vraiment un hasard si la femme de Schumann, qui a créé l’œuvre à Dresde la 4 décembre 1845 s’appelait Clara?
    Que leurs relations se dégradent et que, en plein concert, son majeur droit le fasse atrocement souffrir? Le compositeur allemand souffrait aussi douleurs rhumatismales et de lombalgie. Après avoir cherché sans succès un remède à son mal, Gilles va déprimer, retrouvant cette fois encore les symptômes de la «maladie de Schumann».
    Ses biographes racontent que le 27 février 1854, jour de carnaval, il sort de chez lui en pantoufles, et, après avoir traversé Düsseldorf sous la pluie, se jette dans le Rhin. Deux bateliers vont alors le repêcher et le ramener à son domicile.
    Est-ce-en pensant à celui dont l’œuvre hante ses jours que Gilles pense à se jeter dans la Seine?
    Ségolène Dargnies nous propose une interprétation toute en délicatesse du thème de l’appropriation d’une œuvre par son interprète. Elle le fait piano ostinato, par petites touches répétées, en suggérant les choses. Mais sa petite musique ne vous lâche plus. À tel point que l’on se sent un peu en manque, en refermant le livre.
    https://urlz.fr/8MAN

  • add_box
    Couverture du livre « Piano Ostinato » de Segolene Dargnies aux éditions Mercure De France

    Marie-Laure VANIER sur Piano Ostinato de Segolene Dargnies

    Gilles est un homme qui nage. Crawl, brasse, papillon. Et pourtant, il y a peu, Gilles n'aimait pas nager. Mais alors pas du tout ! Surtout dans une piscine municipale et, encore moins, tôt le matin.
    Mais là, il s'applique, allonge son corps, goûte la caresse de l'eau sur sa peau et le silence...
    Voir plus

    Gilles est un homme qui nage. Crawl, brasse, papillon. Et pourtant, il y a peu, Gilles n'aimait pas nager. Mais alors pas du tout ! Surtout dans une piscine municipale et, encore moins, tôt le matin.
    Mais là, il s'applique, allonge son corps, goûte la caresse de l'eau sur sa peau et le silence sourd qui semble l'envelopper lorsqu'il nage sous l'eau.
    Non, Gilles Sauvac n'est pas sportif. Il est musicien, musicien professionnel, connu et reconnu sur la place publique. Un gars sérieux qui a toujours tout bien fait comme il faut, depuis qu'il est petit et sans jamais protester. Devant son piano, nuit et jour, jour et nuit. Parce que la musique, ça se travaille, tous les jours, sans relâche.
    « Il bouffait du Mozart à longueur de journée, tutoyait Brahms et Scarlatti, déchiffrait les concertos de Rachmaninov l'air de rien, s'avalait les Études transcendantales de Liszt en sirotant un soda glacé, se reposait le dimanche avec Gaspard de la nuit en doublant le tempo. »
    Le genre de musicien à arriver plusieurs heures à l'avance dans la salle où il doit donner un concert pour vérifier l'emplacement de l'instrument, la hauteur du tabouret, la température de la salle. Un repas léger et hop, on est prêt pour le concert…
    Tout a toujours roulé. Il suffit d'être un tant soit peu discipliné, n'est ce pas ?
    Mais un jour, tandis qu'il joue le concerto en la mineur de Schumann devant une salle comble, quelque chose coince, une douleur insoutenable se fait ressentir. C'est la catastrophe. Et tout est remis en question…
    Alors, tandis qu'il nage inlassablement, Gilles s'adresse en pensée à Schumann qui a vécu lui aussi une forme de paralysie de la main, allant jusqu'à ne plus pouvoir jouer avec certains doigts ! Il s'adresse à celui qui comme lui a souffert et a connu le pire que puisse connaître un musicien.
    Quand le corps parle, dit le trop plein, l'impossibilité de continuer, quand le corps dit STOP et nous supplie de passer à autre chose, d'arrêter, de refuser ce que l'on a toujours accepté même à contre- coeur...
    Piano Ostinato évoque la lente et inconsciente plongée d'un homme qui n'a jamais dit non et qui s'est cru heureux. « Ah non ça je ne le ferai pas. Ah non plutôt crever ! » avait-il dit à son agent qui lui demandait toujours plus... Plutôt crever…
    J'ai beaucoup aimé l'écriture sensible et délicate de ce roman, les longues phrases qui miment les larges mouvements de Gilles dans la piscine, l'ironie légère que l'on sent poindre ici et là, les judicieux jeux de points de vue à travers les passages du « il » au « je ». J'ai trouvé aussi très touchant ce parallélisme entre les deux vies, celle de Gilles et de Schumann qu'il appelle Robert, puis Bobby, tellement il se sent proche de celui qui est devenu un frère de coeur et de condition. « Herr Schumann, qu'es-tu parti chercher dans ces eaux troubles ? » demande-t-il à l'homme génial qui a voulu mettre fin à ses jours…
    Je ne vous cache pas que j'attends déjà avec impatience le prochain roman de Ségolène Dargnies. Ses premiers pas en littérature sont plus que prometteurs et à mon avis, on n'a pas fini d'entendre parler d'elle...

    LIRE AU LIT le blog

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com