Sarah Waters

Sarah Waters
Née en 1966 au pays de Galles, Sarah Waters a été libraire, puis enseignante. Dès son premier roman, Caresser le velours, qui a été adapté à la télévision par la BBC, elle devient l'égérie des milieux gays. Avec son second roman, Affinités, elle obtient le prix du jeune écrivain de l'année 2000 d... Voir plus
Née en 1966 au pays de Galles, Sarah Waters a été libraire, puis enseignante. Dès son premier roman, Caresser le velours, qui a été adapté à la télévision par la BBC, elle devient l'égérie des milieux gays. Avec son second roman, Affinités, elle obtient le prix du jeune écrivain de l'année 2000 délivré par le Sunday Times. La publication de son troisième roman, Du bout des doigts, qui a remporté le Somerset Maugham Prize, marque sa consécration. Élue « auteur de l'année » par le Sunday Times, elle reçoit en 2003 le prix des Libraires et le British Book Awards, et figure sur la liste des « vingt meilleurs jeunes romanciers anglais » établie par la revue Granta. Sarah Waters vit aujourd'hui à Londres. Son nouveau roman, Ronde de nuit, a paru en 2006 aux éditions Denoël.

Avis (13)

  • add_box
    Couverture du livre « L'indésirable » de Sarah Waters aux éditions 10/18

    Galirad sur L'indésirable de Sarah Waters

    Sarah Waters est née au Pays de Galles mais vit à Londres actuellement. Elle a d’abord été libraire, puis enseignante et enfin s’est mis à écrire. L’indésirable est son cinquième roman.
    Ce livre, avec ces presque sept cent pages, est ce qu’on appelle un pavé. Ce qui est certain, c’est qu’il va...
    Voir plus

    Sarah Waters est née au Pays de Galles mais vit à Londres actuellement. Elle a d’abord été libraire, puis enseignante et enfin s’est mis à écrire. L’indésirable est son cinquième roman.
    Ce livre, avec ces presque sept cent pages, est ce qu’on appelle un pavé. Ce qui est certain, c’est qu’il va devoir être intéressant pour que sa lecture n’en soit pas rébarbative. Malgré de nombreuses descriptions qui permettent au lecteur de saisir le moindre changement d’ambiance, les pages défilent à un rythme soutenu. Toute l’histoire tourne autour de Hundreds Hall, la grande maison familiale des Ayres. Au fil des chapitres, elle est de plus en plus présente malgré son état de délabrement avancé et elle en devient même oppressante. Elle est plus qu’une bâtisse en ruine, c’est un membre de la famille au même titre que Mrs Ayres, la mère, qui déploie une énergie hors du commun pour sauver les apparences ou que Roderick, le fils, à la santé plus que fragile ou encore que Caroline, promise malgré elle à un avenir de vieille fille. Faraday, le médecin qui enfant a connu cette famille et sa grandiose demeure, est appelé un jour pour soigner d'une domestique apparemment malade. Il va se lier d'amitié avec les membres de cette maisonnée désargentée. Il sera témoin d'une série de faits de plus en plus étranges et inquiétants survenant au sein de ces vieux murs. S’agit-il d’un fantôme qui rôde ou est-ce la démence progressive d’un fils blessé qui envahi chacun des résidents ?
    Même si les histoires de fantôme et de manoir hanté ne me fascinent pas de prime abord, je dois reconnaître que petit à petit, j’ai été gagnée par cette histoire.
    Elle tient à la foi du roman social où les classes dominantes s’effondrent et de la fresque familiale à l’anglaise dans laquelle se glisse un suspense de plus en plus glauque et angoissant. Les longues descriptions sont intégrées magistralement au texte et se lisent avec une vraie facilité. Les personnages, aussi différents soient-ils, nous interpellent chacun à leur manière et nous entraînent dans leurs sillages. Je reconnais que seule je n’aurais sans doute jamais choisi un tel livre, et néanmoins, j’ai passé un moment de lecture fort agréable. Il n’est pas exclu qu’un jour prochain, je me souvienne de Sarah Waters, est que je décide de partir à la rencontre de ses précédents romans.

  • add_box
    Couverture du livre « Affinités » de Sarah Waters aux éditions 10/18

    Sophie Gauthier sur Affinités de Sarah Waters

    Une prison londonienne au milieu du XIXème siècle. Une jeune femme écrasée par sa condition féminine, brimée par la société rencontre une médium... Le roman semble se dérouler de manière classique, dans les conventions du genre,sous la forme du journal intime... et puis... la fin est vraiment...
    Voir plus

    Une prison londonienne au milieu du XIXème siècle. Une jeune femme écrasée par sa condition féminine, brimée par la société rencontre une médium... Le roman semble se dérouler de manière classique, dans les conventions du genre,sous la forme du journal intime... et puis... la fin est vraiment surprenante et nous fait tout relire avec un nouveau point de vue. C'est très très habile ! J'ai été aussi crédule que la narratrice !

  • add_box
    Couverture du livre « L'indésirable » de Sarah Waters aux éditions 10/18

    Lewis Plectrude sur L'indésirable de Sarah Waters

    Ce livre est génial, il se dévore. Impossible de s'ennuyer malgré les presque 650 pages. L'auteure a une plume qui nous entraîne dans son histoire et ensuite c'est impossible de la lâcher ! Je voulais vraiment savoir ce qu'il allait arriver dans cette maison et pourquoi. Je me suis fichue la...
    Voir plus

    Ce livre est génial, il se dévore. Impossible de s'ennuyer malgré les presque 650 pages. L'auteure a une plume qui nous entraîne dans son histoire et ensuite c'est impossible de la lâcher ! Je voulais vraiment savoir ce qu'il allait arriver dans cette maison et pourquoi. Je me suis fichue la frousse et la fin est super géniale !! Un super livre, pour ceux qui aiment se mettre des frissons.

  • add_box
    Couverture du livre « L'indésirable » de Sarah Waters aux éditions 10/18

    Florian Courtois sur L'indésirable de Sarah Waters

    Un roman dans la plus pure tradition de la littéture fantastique du XIXème siècle, mais dans un style tout à fait actuel.

    Un roman dans la plus pure tradition de la littéture fantastique du XIXème siècle, mais dans un style tout à fait actuel.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !