Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sarah Moss

Sarah Moss
Sarah Moss, née à Glasgow en 1975, enseigne la Creative Writing à l'université de Warwick. Elle est l'auteur de six romans et d'un récit de voyage. Après la fin est son premier livre publié en France.

Avis sur cet auteur (1)

  • add_box
    Couverture du livre « Dans la lande immobile » de Sarah Moss aux éditions Actes Sud

    Littéraflure sur Dans la lande immobile de Sarah Moss

    Un prof emmène camper ses étudiants pour s’immerger dans l’Angleterre des hommes primitifs. On vivra comme eux, et tout recours à la modernité est proscrit.
    Le chauffeur qui les conduit est historien passionné de l’âge de fer (les Northumbriens). Il est venu avec sa femme et sa fille, Silvie,...
    Voir plus

    Un prof emmène camper ses étudiants pour s’immerger dans l’Angleterre des hommes primitifs. On vivra comme eux, et tout recours à la modernité est proscrit.
    Le chauffeur qui les conduit est historien passionné de l’âge de fer (les Northumbriens). Il est venu avec sa femme et sa fille, Silvie, qu’il a la mauvaise habitude de corriger avec son ceinturon. Disons qu’il a une conception assez machiste de la famille et que ce retour aux sources présumées de la civilisation (une civilisation sans immigrés, bien entendu) l’arrange. Pour résumer : les hommes chassent et les femmes s’occupent du foyer en les attendant.
    Au bout d’un moment, une étudiante du groupe, Molly, se lasser de faire la cueillette et de brouter la badiane sauvage. Une excursion glaces et chips à la supérette signe le début des ennuis. Quand le prof et le chauffeur geek décident de reproduire (pour de faux) des sacrifices rituels et que Silvie est la victime désignée, les choses tournent mal.
    Sarah Moss nous offre un roman entre deux eaux qui effleure les vrais sujets sans jamais les aborder, de peur de chausser les gros sabots par excès de didactisme. Elle s’envase quand même, et nous livre un « compromou ». Dommage, parce que le cadre et l’atmosphère du roman se prêtaient au parfait « horror book » (mais elle n’est pas Stephen King). Dommage, parce que les rapports entre Silvie, son père et Molly (gros potentiel saphique) avaient quelque chose de trouble et de fertile (mais elle n’est ni Delphine De Vigan ni Maylis De Kerangal – pour citer des auteures contemporaines).
    Bilan :

Ils ont lu cet auteur

Thèmes en lien avec Sarah Moss

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !