Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sarah Mccoy

Sarah Mccoy

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (36)

  • add_box
    Couverture du livre « Un goût de cannelle et d'espoir » de Sarah Mccoy aux éditions Pocket

    Zoya sur Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah Mccoy

    Une vraie pépite que ce roman traitant de la deuxième guerre mondiale vue du côté de l'ennemi et des ravages que cela a provoqué pour les Allemands. Le petit plus : les recettes des pâtisseries allemandes dont parle l'auteur tout au long du roman et qui nous mettent l'eau à la bouche et qui se...
    Voir plus

    Une vraie pépite que ce roman traitant de la deuxième guerre mondiale vue du côté de l'ennemi et des ravages que cela a provoqué pour les Allemands. Le petit plus : les recettes des pâtisseries allemandes dont parle l'auteur tout au long du roman et qui nous mettent l'eau à la bouche et qui se trouvent à la fin du livre.

  • add_box
    Couverture du livre « Un goût de cannelle et d'espoir » de Sarah Mccoy aux éditions Pocket

    STOLL AUDEBEAU BENEDICTE sur Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah Mccoy

    Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient...
    Voir plus

    Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps ...
    Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie ... Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir.

  • add_box
    Couverture du livre « Le souffle des feuilles et des promesses » de Sarah Mccoy aux éditions Michel Lafon

    Lunartic sur Le souffle des feuilles et des promesses de Sarah Mccoy

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique du titre Le souffle des feuilles et des promesses écrit par Sarah McCoy. Après avoir dévoré Le bruissement du papier et des désirs de la même autrice, il me tardait de retrouver la plume ensorcelante et exaltée de cette...
    Voir plus

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique du titre Le souffle des feuilles et des promesses écrit par Sarah McCoy. Après avoir dévoré Le bruissement du papier et des désirs de la même autrice, il me tardait de retrouver la plume ensorcelante et exaltée de cette dernière. Je ne remercierai jamais assez ma maman chérie d'avoir emprunté ce roman-ci à la bibliothèque car cela m'a ainsi donné l'opportunité de le lire et laissez-moi vous dire que je l'ai tout bonnement adoré !

    Le souffle des feuilles et des promesses, c'est l'histoire de deux âmes sœurs qui ne vont cesser de se croiser et d'évoluer dans les pensées de l'autre des années durant sans parvenir à déclarer leur flamme à l'élu de leur cœur. Résumé sommairement ainsi, on pourrait croire à un Harlequin dont l'intrigue sent désagréablement le réchauffé devenu presque inconsommable tant la recette a déjà été à de multiples reprises réalisée...

    ... or, il n'en est rien. En vérité, ce livre est une véritable ode à l'Amour avec un grand A : amour pour sa famille, pour une âme amie à la Anne Shirley et Diana Barry, amour de l'audace et de la persévérance, amour de l'aventure, de l'imprévu et du dépaysement... mais surtout, amour sincère et enflammé pour celui qui nous connaît mieux que nous-même et nous pousse à nous dépasser, à donner le meilleur de nous-même en toutes circonstances.

    En toute honnêteté, je vous le dis sans exagération aucune : ce roman m'aura fait vivre le plus beau de tous les voyages. Dès les premières pages, il a su m'entraîner dans son sillage et je dois le reconnaître, je me suis littéralement laissée embarquée sans faire preuve de la moindre petite forme de résistance ! Il faut se l'avouer une bonne fois pour toutes : la fiction possède ce pouvoir magique absolument unique en son genre qui consiste à pouvoir nous emmener à n'importe quel coin du monde par le biais de quelques phrases seulement ! Nul besoin de débourser ou de s'embarrasser d'un quelconque vol interminable d'avion, il suffit simplement de se figurer avec juste assez de précision pour que ce rêve complètement fou, pour ne pas dire insensé, en temps normal devienne une réalité. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que notre imagination n'a nulle nécessité de se forcer à se représenter les lieux paradisiaques et extraordinaires que nous dépeint Sarah McCoy car sa force de suggestion est telle que l'on s'y croit instantanément ! Ce fut assurément mon cas pour ma part.

    Cependant, ce n'est pas pour les fabuleux périples qu'il nous propose de vivre que j'ai à ce point aimé ce roman. C'est plutôt pour le merveilleux parcours initiatique tendu vers son être intérieur et vers l'autre dont les deux personnages principaux vont faire l'incroyable expérience que j'en suis éperdument tombée amoureuse.

    Pour être tout à fait franche, c'est plus particulièrement d'Hallie et de Post, notre imparable duo de protagonistes, en eux-même dont je me suis irrémédiablement amourachée. Je pourrais déblatérer sur ces deux énergumènes effrontés pendant des heures et des heures mais je n'en vois guère l'intérêt car ces deux-là méritent bien mieux que de simples paroles pour les décrire - ils valent la peine que l'on aille à leur rencontre directement, sans détour, qu'on les accepte avec leur insupportable obstination et leur myriade d'autres défauts auxquels leurs aveuglantes qualités font indubitablement de l'ombre. Au fond, je n'en veux pas à ces deux individus destinés à se vouer l'un l'autre une passion ardente et déchirante d'être parvenus tant de fois à me frustrer de la sorte car ils se sont donnés les moyens d'être patients, de se construire, de s'éprouver en suivant leurs aspirations les plus grandes et insoupçonnées, en accomplissant ce qui leur tenait le plus à cœur en faisant fi de l'opinion d'autrui avant de mieux se retrouver. L'attente et les moult trépignements en valaient largement le coup. C'est le cœur indéniablement battant, naufragé bienheureux dans un vaste océan de félicité, que j'ai refermé cet ouvrage.

    En bref, si Le bruissement du papier et des désirs avait su me conquérir, Le souffle des feuilles et des promesses m'a quant à lui purement et simplement ravi mon cœur ! Sarah McCoy est définitivement en passé de devenir l'une de mes autrices anglo-saxonnes favorites à ce stade et la relation très spéciale qu'elle semble entretenir avec la France et sa maison d'édition française, Michel Lafon, me fait l'affectionner d'autant plus. Plus sérieusement, je ne peux que chaleureusement vous recommander ce roman. Vous y trouverez en outre une sensibilité à fleur de peau d'une authenticité rare et un formidable panel personnages vibrants d'humanité et auxquels on s'attache avec une facilité déconcertante - mention spéciale à Cora ou la femme la plus attentionnée, pure et remarquable que j'ai pu rencontrer au cours de mes lectures, à la bonté et à la générosité sans failles. Je me sens extrêmement honorée d'avoir pu faire sa connaissance ainsi que du reste des honorables acteurs de cette fantastique histoire qui aura su me faire voyager dans le temps et dans l'espace aussi rapidement que l'on peut dire « OUF ! ». J'en suis encore soufflée, tiens. C'est le moindre des effets que cette petite pépite de roman peut produire sur son lectorat. La question maintenant est : que faire après avoir vécu de tels chamboulements ? Cela me fait penser qu'Un goût de cannelle et d'espoir, que l'on doit lui aussi à la virtuose des sentiments humains, l'experte de l'âme humaine McCoy, m'attend toujours bien sagement dans ma bibliothèque et je me demande si je ne vais pas l'en sortir incessamment sous peu... Comment résister à l'appel d'une senteur pareille ?

  • add_box
    Couverture du livre « Un goût de cannelle et d'espoir » de Sarah Mccoy aux éditions Pocket

    Lunartic sur Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah Mccoy

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique d'Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoy.

    Je ne vous cacherai pas que j'attendais plus de ce roman. Cela est sûrement dû au fait que j'avais purement et simplement adoré ma lecture de mon premier Sarah McCoy, à...
    Voir plus

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique d'Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoy.

    Je ne vous cacherai pas que j'attendais plus de ce roman. Cela est sûrement dû au fait que j'avais purement et simplement adoré ma lecture de mon premier Sarah McCoy, à savoir Le souffle des feuilles et des promesses. Un goût de cannelle et d'espoir étant son œuvre la plus renommée et appréciée, je me disais donc que c'était dans la poche et que ce titre allait parvenir à me séduire comme il avait du le faire pour un bon nombre de lecteurs.

    Certes, je ne le nie pas, il s'agit là d'une excellente première parution que Sarah McCoy nous offre à lire. En réalité, je n'ai franchement rien à redire : l'écriture est fluide, empreinte de sensibilité, de volupté et de tendresse telle la plus succulente des douceurs (et il en faut pour me faire avouer cela étant donné que les pâtisseries, ce n'est franchement pas mon dada !), l'histoire est tout ce qu'il y a de plus poignante, le mélange de romanisation et véracité historique (les fragments épistolaires traitant de la question épineuse et maintenue soigneusement dans l'ombre des Lebensborn m'a particulièrement intéressée) est savamment dosé... Quant au parti pris de faire un parallèle pour ainsi dire constant au cours du récit entre la situation des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale et celle des Mexicains repoussés à la frontière américaine de nos jours était tout ce qu'il y a de plus sensé et pertinent. Sans pour autant mettre sur le même niveau la volonté morbide et tout bonnement effroyable d'éradication massive de l'ensemble d'une minorité religieuse et culturelle avec la Shoah et la répression brutale et injuste de l'immigration de populations hispaniques ou autres, Sarah McCoy se sert intelligemment des erreurs du passé pour éclairer celles de notre présent. L'endroit et le type de discrimination ne sont pas forcément les mêmes, ne se traduisent assurément pas de la même façon mais au bout du compte, la haine et la peur de l'autre qui les animent sont en tout point identiques à mes yeux.

    En clair, ce roman avait toutes les qualités tant sur le fond que sur la forme pour me faire succomber. Mais alors, qu'est-ce qui a pêché ? Je dirais avant tout que ce sont les protagonistes de cette intrigue qui ont manqué de me convaincre. Je ne saurais vous expliquer pourquoi, j'avais beau être touchée par leur vécu et leur évolution somme toute flagrante au fil de l'intrigue, cela n'a pas suffi pour que je me soucie véritablement de leur sort. De toute manière, je savais comment cela allait se finir pour la plupart d'entre eux et, même quand cela n'était pas le cas, la révélation choc soulevant enfin le voile du mystère ne parvenait pas à m'atteindre et à m'ébranler comme je l'avais escompté. Je ne pourrais mettre le doigt sur ce qui m'a manqué avec ce livre mais il m'a résolument manqué ce petit quelque chose insaisissable et indescriptible qui transforme votre lecture en coup de cœur ou coup de foudre au lieu de la laisser au stade de simple lecture de passage.

    Et puis, cela va vous sembler affreux ce que je vais vous énoncer là mais je suis de plus en plus persuadée qu'à force d'avoir englouti à ce point d'oeuvres de fiction livresques et cinématographiques sur la thématique de la Seconde Guerre mondiale dans le cas présent, notamment au cours de ma prime adolescence, je n'arrive plus à trouver ce contenu fictionnel agrémenté d'une dose plus ou moins importante de réalisme attrayant d'un point de vue purement créatif. Ce que j'entends par là, c'est que j'ai constaté avec une immense amertume et un certain fatalisme que je ne lisais plus de romans historiques en général pour leur intensité émotionnelle, pour la singularité de leur prose ou pour leur plus ou moins grand potentiel d'inventivité, de réinterprétation et réadaptation du réel, mais pour l'enrichissement personnel qu'ils m'apportent en terme de connaissances concernant une pléthore d'événements historiques et des enseignements principalement moraux, philosophiques qui découlent de ces derniers. Je ne vibre plus autant pour les personnages assez caricaturaux, à tout le moins à la construction psychologique et aux caractéristiques dans leur ensemble somme toute similaires, mon coeur ne bat plus à l'unisson avec les leurs, à quelques exceptions près (Hallie Erminie et Post, mes bébés pour ne citer qu'eux parmi mes dernières lectures de romans historiques concluantes)... Les choses ont tout simplement changé, je les vois désormais différemment avec l'œil d'une lectrice sûre de ces goûts et plus avisée après des années et des années de lecture d'un même genre littéraire, qui comme tous les autres a sa machine bien huilée et ses rouages qui lui sont propres. Dans certains cas, ce schéma narratif reproduit quasiment à l'identique ne me gêne nullement mais dans les romans historiques, qui est pourtant l'un de mes genres de prédilection, cela me chagrine et a même tendance à m'ennuyer. Il faudrait sûrement que je fasse une pause avec ce type de parutions comme je suis en train de la faire depuis quelques temps avec le genre dystopique pour par la suite mieux les retrouver et les apprécier à leur juste valeur. À l'heure actuelle, je suis de la team fantastique d'un côté et Young Adult de l'autre, avec le manga qui vient subrepticement se glisser entre les deux de plus en plus fréquemment, ce sont les appétits littéraires du moment et je n'y peux rien ! Ma phase fiction historique est passée et il faut que je l'accepte si je ne veux pas gâcher encore de magnifiques rencontres de livre a lecteur qui chamboulent toute une vie comme Un goût de cannelle et d'espoir aurait pu l'être avec moi. Vous penserez sans doute que j'exagère dans le mélodrame au vu de la splendide note que je vais mettre à ce titre mais je suis intimement convaincue qu'il aurait pu représenter bien plus à mes yeux si je l'avais lu au bon moment, si j'avais suivi mon instinct et les véritables désirs de mon cœur plutôt que la raison. Comme lors de la cuisson du meilleur des gâteaux, on se doit d'être patient en guise d'envies de lecture car un livre ouvert, quel qu'il soit, ne doit pas être pris à la légère. C'est la leçon que j'ai tirée de mon expérience en demi-teinte au vu de mon amour enraciné du genre en question avec Un goût de cannelle et d'espoir dans tous les cas.

    Pour conclure, il semblerait que j'attendais des monts et des merveilles de la part d'Un goût de cannelle et d'espoir qui se sera in fine avéré être un excellent roman qui cochait toutes les cases, qui rassemblait tous les ingrédients susceptibles de me plaire, mais à côté duquel je suis d'une certaine façon passée en tant que fan invétérée de ce type de livres en temps normal. Néanmoins, ce n'est pas pour autant que je vais me lamenter sur mon sort : Le bruissement du papier et des désirs avait été un ardent coup de cœur, Le souffle des feuilles et des promesses un tonitruant coup de foudre et il me reste encore Une promesse d'encre et de liberté à découvrir ! Tout n'est pas perdu, loin de là ! De votre côté, je vous conseille vivement de vous faire votre propre avis sur les délices d'Elsie avec ce récit. Pour ma part, je ne regrette au fond rien ; en y réfléchissant à deux fois, j'ai décidé de ne pas me mortifier pour si peu. De plus, l'autrice nous réserve une onctueuse surprise à la fin de son ouvrage. Ce n'est pas grand chose en apparence mais cela a suffi à réchauffer mon cœur désolé. Alors, désireux de savoir de quoi il en retourne ? Suivez l'odeur savoureuse du bon pain chaud de la Bäckerai et vous aurez la réponse !