Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sandrine Girard

Sandrine Girard
Sandrine Girard est éditrice. Elle vit et travaille à Paris. Hors de toi est son premier roman.

Avis sur cet auteur (7)

  • add_box
    Couverture du livre « Hors de toi » de Sandrine Girard aux éditions Calmann-levy

    Blandine sur Hors de toi de Sandrine Girard

    les explos 2021
    avis à la page 100

    Déroutante cette façon d’évoquer son enfance. Alice nous fait voyager dans ses souvenirs comme ils se présentent. Elle a 8, 10, 6 ans, ca jaillit de sa mémoire. Très vite on comprend qu’elle s’est construite « comme elle a pu ». Un livre que je trouve...
    Voir plus

    les explos 2021
    avis à la page 100

    Déroutante cette façon d’évoquer son enfance. Alice nous fait voyager dans ses souvenirs comme ils se présentent. Elle a 8, 10, 6 ans, ca jaillit de sa mémoire. Très vite on comprend qu’elle s’est construite « comme elle a pu ». Un livre que je trouve envoutant et que j’ai hâte de terminer pour savoir ce que devient Alice
    _______________________________________________________________________________________

    Déroutante cette façon d’évoquer son enfance. Alice nous fait voyager dans ses souvenirs comme ils se présentent. Elle nous transporte au gré des souvenirs dans sa vie entre 6 et 24 ans, parfois c’est un saut de puce, parfois un pas de géant.
    Au fil des pages on comprend vite que l’enfance d’Alice n’a pas été une enfance de rêve. Parents divorcés, familles recomposées elle doit constamment faire face aux humeurs de ses proches. Elle érige alors des barrières mentales pour se protéger. C’est celles-ci qu’elles fait « sauter » petit à petit en confiant ses souvenirs au lecteur.
    Une écriture empathique, un style vif et acéré Sandrine Girard a su trouver les mots qu’il faut pour nous dévoiler le lourd secret d’Alice. Très vite on oublie cette façon de raconter un peu désordonnée, qui nous fait faire des allers-retours dans le temps. Ca semble tellement vrai, ça sonne tellement juste. L’auteur dénonce la violence tant physique que psychologique faite aux enfants à travers un récit authentique. Une grande révolte se dégage du livre. Dans une grande violence, vibrante de haine, l’insurrection est sous-jacente et Alice se livre à une lutte sans merci. Il y a du Folcoche d’Hervé Bazin dans ses beaux-parents.
    Un premier roman fort et juste. Sandrine Girard a su trouver le juste milieu pour tenir son lecteur en haleine tout en racontant une histoire qui sonne juste (même si elle est moche)

  • add_box
    Couverture du livre « Hors de toi » de Sandrine Girard aux éditions Calmann-levy

    Passeuredelivres sur Hors de toi de Sandrine Girard

    Les explorateurs de la rentrée :
    C'est un texte dur que ce trop plein d'émotions : de colère, de rage, de honte, que suggère ce récit. Alice se remémore son enfance en évoquant des souvenirs précis, elle raconte des scènes vécues à divers âges, chez sa mère, chez son père. Le lecteur comprend...
    Voir plus

    Les explorateurs de la rentrée :
    C'est un texte dur que ce trop plein d'émotions : de colère, de rage, de honte, que suggère ce récit. Alice se remémore son enfance en évoquant des souvenirs précis, elle raconte des scènes vécues à divers âges, chez sa mère, chez son père. Le lecteur comprend qu'elle a souffert du divorce de ses parents et qu'elle a subi cet écartèlement entre eux. C'est pourtant un récit à la narration directe, une narration orale "tu" qui percute sans mettre de mots sur le mal. La pudeur empêche la narratrice de dire, mettre en mots, elle revient sur la construction d'une enfant, d'une jeune fille non de façon chronologique mais dans un récit éclaté. Un récit déconstruit qui agit par touche, par sensation, qui aborde des souvenirs à différents âges, dans différents lieux.
    Dès le début, le lecteur ressent la détresse du personnage dont le corps ne peut lui, garder la souffrance. La jeune fille à défaut de pouvoir parler, mange, se remplit et grossit. Tous autour d'elle sont indifférents à ce signe de mal-être, ce signal de détresse : sa mère Elise préoccupée par son nouveau mari Georges, son père par sa nouvelle femme Nadine. Alice est divisée entre ces différents lieux et ces différentes vies : celle chez sa mère, celle chez son père, celle avec les amis. C'est donc la description d'une cellule familiale que nous offre Sandrine Girard, où les mariages se font et se défont sans que soient pris en compte les conséquences pour les enfants que sont Alice, son demi-frère, Tom Pouce et le fils de sa belle mère, Luc. Dans la réalité, l'amour n'est qu'une illusion: les ex se haïssent, chacun se retrouve de nouveau casé avec pire que le premier mariage. Quant à l'amour filial et maternel, il est enfoui sous les obligations parentales, les conventions, la vie et son rythme ...Alice ballotée de l'un à l'autre, sans possibilité de pouvoir s'exprimer ni même exister subit, survit dans ces lieux où elle n'a pas sa place, cherche des moments de respiration.
    Ce roman ainsi construit alterne différents moments permettant de restituer l'histoire de cette enfant et de comprendre ses blessures originelles, bases de la personnalité de la jeune femme adulte. C'est un roman fort qui aborde des thèmes lourds, quasi indicibles, que Alice doit expulser. On ne sort pas indemne de cette lecture. Quelques jours après cette lecture, je n'arrive pas à me délaisser de cette impression de mal-être, l'histoire d'Alice me poursuit : cette adolescente a été marquée par une forme d'insécurité, elle a dû affronter d'un côté la jalousie et la méchanceté de sa belle-mère Nadine, de l'autre les réactions alcoolisées et brutales, la convoitise déplacée de son beau-père, jusqu'à l'inceste. Alice réussit à dire ce qu'elle a subi sans pathos, dans le désordre, par petites touches jusqu'à l'origine de son mal-être. Et le lecteur qui derrière cette technique d'évitement entend la souffrance veut en connaître l'origine. J'ai ressenti toute cette souffrance alliée à un sentiment de honte et de culpabilité que ce récit déstructuré fait remonter doucement mais sûrement. Le récit de cette enfance en souffrance ne peut qu'émouvoir.


    Avis de la Page 100
    Comment ne pas s'identifier à Alice, cette fille de parents divorcés ? Comment ne pas être sensible à cette souffrance ? puisque c'est à "tu", à moi, à cette fille que s'adresse la narration. Dans un entremêlement d'épisodes, de flashs de souvenirs, à tous les âges de l'enfance, la vie d'Alice nous apparait à travers un chaos d'émotions. Une angoisse et un malaise constant suintent de ce récit multiple des souffrances morales et physiques, certaines avouées d'autres non-dites.
    Un texte morcelé comme l'âme de cette petite fille.

  • add_box
    Couverture du livre « Hors de toi » de Sandrine Girard aux éditions Calmann-levy

    Lyllopop sur Hors de toi de Sandrine Girard

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Les explos 2021 : Avis à la 100ème page (avis complet ci-dessous)

    Un livre qui se lit vite. J'aime beaucoup la construction : enchainement de...
    Voir plus

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Les explos 2021 : Avis à la 100ème page (avis complet ci-dessous)

    Un livre qui se lit vite. J'aime beaucoup la construction : enchainement de courts chapitres qui dévoile peu à peu le passé de femme. La tension monte puis redescend au fur et à mesure des pages, laissant présager le pire avant le retour du soleil. J'attends avec impatience de voir où l'auteure va nous emmener.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Premier roman aux allures de kaléidoscope, Hors de toi raconte Alice, jeune femme de 25 ans, à travers ses souvenirs d'enfance et d'adolescence. Petite fille intelligente et solaire, elle va peu à peu s'éteindre, le divorce de ses parents sonnant le glas de l'insouciance. Entre un beau-père violent et une belle-mère jalouse, difficile de trouver sa place.

    Tantôt rebelle, tantôt destructrice, la jeune femme nous livre les flashs qui lui reviennent en mémoire, sans logique chronologique. Cette construction originale, enchainement de courts paragraphes, apporte une atmosphère particulière. La tension ne monte pas de manière linéaire et un évènement éprouvant est souvent suivi d'un souvenir plus doux qui vous fait espérer le retour du soleil. Grâce à ce témoignage poignant, l'auteure aborde des thèmes difficiles (violences familiales, troubles du comportement alimentaires, inceste ...) et interroge sur les impacts psychologiques et la construction de l'enfant dans ces conditions.

    C'est un roman qui se lit vite, qui bouscule et malmène. Il donne envie d'en tourner les pages rapidement, pour tenter de démêler l'écheveau de souvenirs livré par Alice. Je regrette juste que l'auteure se contente de toucher du doigt certains maux, parfois même sans y revenir par la suite. C'est un parti pris qui laisse un sentiment de survol là où j'attendais une vraie immersion. ça n'est reste pas moins un très bon premier roman poignant et bien écrit que je vous conseille vivement.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !