Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sandrine Bonini

Sandrine Bonini
Diplômée des Arts décos de Paris, Sandrine Bonini est auteur et illustratrice. Son univers, poétique et sensible, a été publié chez Grasset, Autrement, Le Baron perché, l'École des loisirs, Sarbacane. Elle vit à Paris.

Avis sur cet auteur (5)

  • add_box
    Couverture du livre « Dans mon petit monde » de Sandrine Bonini et Elodie Bouedec aux éditions Grasset Jeunesse

    Martine26 sur Dans mon petit monde de Sandrine Bonini - Elodie Bouedec

    Que de douceur et de tendresse dans ce bel album tout en délicatesse et sensibilité.

    "Dans mon petit monde" est paru aux éditions Grasset-Jeunesse et nous met en présence d'une fillette dont les réveils nocturnes intempestifs empêchent les parents de dormir. Ce qui bien évidemment les...
    Voir plus

    Que de douceur et de tendresse dans ce bel album tout en délicatesse et sensibilité.

    "Dans mon petit monde" est paru aux éditions Grasset-Jeunesse et nous met en présence d'une fillette dont les réveils nocturnes intempestifs empêchent les parents de dormir. Ce qui bien évidemment les inquiètent en plus de les contrarier.

    Tant et si bien qu'ils décident de l'emmener chez un spécialiste, psychologue. Mais quel traitement peut-il conseiller à la fillette quand il n'est question que d'imagination fertile, de curiosité pour le monde qui l'entoure et d'une rencontre rêvée avec une autre petite fille dont le prénom commence par la lettre A?

    Cet album signé Sandrine Bonini et Elodie Bouëdec, auteures illustratrices, est tout en légèreté, humour et bon sens. Avec une franchise rare, il aborde le thème du "syndrome d'Alice". Quand l'univers des enfants ne se contente pas des limites que les adultes y posent...

    L'originalité de cet album s'apprécie également dans ses illustrations à base de sable teinté à l'encre noire colorisée. Il en ressort une finesse, un aspect à la fois granuleux et doux qu'on aimerait beaucoup pouvoir toucher, caresser du bout des doigts. Une texture intrigante qui ajoute encore au charme et à la magie de cette histoire.

  • add_box
    Couverture du livre « Au-delà de la pénétration » de Martin Page et Sandrine Bonini aux éditions Monstrograph

    Rose Chambon sur Au-delà de la pénétration de Martin Page - Sandrine Bonini

    Le sujet, ici, n'est pas d'interroger la pratique individuelle, bien au contraire.
    Le sujet choisi par Martin Page est d'interroger ce que cela raconte de la contrainte sociale, il va jusqu'à interroger la dimension politique de la démarche.
    La pénétration de la femme comme apanage de la...
    Voir plus

    Le sujet, ici, n'est pas d'interroger la pratique individuelle, bien au contraire.
    Le sujet choisi par Martin Page est d'interroger ce que cela raconte de la contrainte sociale, il va jusqu'à interroger la dimension politique de la démarche.
    La pénétration de la femme comme apanage de la réussite sociale et personnelle.
    L'exercice est spécialement bien mené, puisqu'il commence par répondre à la question, comme pour évacuer la réponse avant de venir sur les raisons, la génèse du questionnement.
    La pénétration comme axe central lorsqu'elle est appliquée à la femme mais tabou lorsqu'elle s'applique aux hommes.
    Puis il présente des témoignages très très concrets et divers.
    Avant d'élargir le sujet aux interactions corporelles...
    Ce livre se lit "tout seul", il ne comporte rien de tendancieux, il est extrêmement factuel.
    Il interroge l'amplitude réelle de nos libertés sociales, sociétales, ... de nos vies.

  • add_box
    Couverture du livre « Dans mon petit monde » de Sandrine Bonini et Elodie Bouedec aux éditions Grasset Jeunesse

    Felina sur Dans mon petit monde de Sandrine Bonini - Elodie Bouedec

    Coïncidences ou pas autour de ce livre, mais je l'ai reçu le même jour qu'un album au titre très similaire intitulé "Mon petit monde" - dont j'ajouterai ici la chronique dès que possible. La seconde coïncidence, je vous en parle un peu plus bas. L'album, comme toujours avec les Éditions Grasset...
    Voir plus

    Coïncidences ou pas autour de ce livre, mais je l'ai reçu le même jour qu'un album au titre très similaire intitulé "Mon petit monde" - dont j'ajouterai ici la chronique dès que possible. La seconde coïncidence, je vous en parle un peu plus bas. L'album, comme toujours avec les Éditions Grasset Jeunesse est de belle qualité et d'un format tout à fait respectable. Le fond blanc de la couverture donne une impression de pureté mais aussi d'évasion à cette fillette et à cette histoire du même coup.

    Voici l'histoire d'une fillette, qui pourrait être n'importe quelle enfant. Elle a un papa et une maman, une belle maison, un chat, une chambre. Mais dans sa chambre, la nuit, elle fait des rêves étranges, dans lesquels son environnement prend des dimensions disproportionnées. Bien sûr elle a peur. Bien sûr elle réveille se parents, qui s'inquiètent beaucoup de ces cauchemars étranges, alors maman décide de l'emmener voir quelqu'un qui pourra peut-être les rassurer et leur expliquer ce qui se passe dans le petit monde intérieur de cette petite fille.

    Cet album de Sandrine Bonini et Elodie Bouédec est tout à fait particulier, d'abord par le thème qu'il aborde, thème que le lecteur n'a probablement rencontrer nul part ailleurs, et que peut-être il ne connaissait même pas avant d'ouvrir ces pages. Le syndrome d'Alice au pays des merveilles, qui tire son nom du roman d'éponyme de Lewis Carroll, est un trouble neurologique, qui atteint souvent les enfants ou les personnes en état de stress, par une distorsion sensorielle de l'espace autour d'eux. Il se raconte que Lewis Carroll aurait souffert de ce trouble qui aurait beaucoup influencé l'écriture de son célèbre roman. La référence à Alice au pays des merveilles est la seconde coïncidence autour de cet album, car le dernier album des Éditions Grasset Jeunesse lu sur Just One More Page y faisait également une brève allusion.

    Le syndrome d'Alice est abordé avec finesse, et d'ailleurs les autrices à la toute fin de l'album, juste au dessus de la mention du dépôt légal, ont glissé une petite phrase qui prend toute sa dimension après cette lecture: "Aucune substance hallucinogène n'a été utilisée pendant l'élaboration de ce livre". ^^

    La seconde particularité de cet album est qu'Elodie Bouédec réalise ses oeuvres d'art - car lorsque l'on sait comment elle procède cela rajoute une dimension à ses illustrations - en sable. C'est absolument fou lorsque l'on prend le temps de regarder la minutie des détails et des expressions réalisées dans cet album. Précisons que ces illustrations sont éphémères car après les avoir prises en photo est les efface d'un mouvement. (...)

    http://lillyterrature.canalblog.com/archives/2019/12/08/37836769.html

  • add_box
    Couverture du livre « Au-delà de la pénétration » de Martin Page et Sandrine Bonini aux éditions Monstrograph

    Marie Anne sur Au-delà de la pénétration de Martin Page - Sandrine Bonini

    Dans ce livre, Martin Page remet en question ce que l'on considère comme la norme en matière de sexualité, une norme imposée par la vision masculine et hétérosexuelle qui considère qu'il n'y a acte sexuel que lorsqu'il y a pénétration (et même, pénétration d'un vagin par un pénis).
    Dans un...
    Voir plus

    Dans ce livre, Martin Page remet en question ce que l'on considère comme la norme en matière de sexualité, une norme imposée par la vision masculine et hétérosexuelle qui considère qu'il n'y a acte sexuel que lorsqu'il y a pénétration (et même, pénétration d'un vagin par un pénis).
    Dans un premier temps, l'auteur, homme hétérosexuel, s'interroge sur sa propre sexualité. Il rappelle également que, bien qu'on en ait rarement conscience, l'image qu'on a de la sexualité est imposée par la société.
    Ensuite, il explique pourquoi et comment il a écrit ce livre et revient sur les difficultés qu'il a eues à le faire publier. le livre a finalement été édité par la maison associative qu'il a créée avec sa compagne et est pour l'heure épuisé.
    La dernière moitié du livre est un recueil de témoignages de femmes et d'hommes. Pour certaines femmes, la pénétration peut être douloureuse, voire impossible, pour des raisons physiologiques ou psychologiques, de manière temporaire ou permanente. Ou simplement quelque chose qu'elles n'aiment pas. Étant en dehors de ce que la société leur présente comme la norme, elles se sentent anormales, ce qui peut créer ou renforcer un problème. Les témoignages sont variés et abordent d'autres aspects de la pénétration.
    Le texte, assez court, est intelligent et agréable à lire, grâce au style et à l'humour de l'auteur, notamment ses inventions en matière de jurons : « Punaise de cannelle de térébenthine », « Punaise de sirop d'érable de formica. » et autres. Les propos de l'auteur et les témoignages amènent à s'interroger sur ses propres expériences et sur un sujet qui, s'il peut sembler léger de prime abord, ne l'est pas tant que ça, puisqu'il rejoint d'autres thématiques, en particulier les rapports hommes-femmes, dominants-dominés. Cependant, il ne doit pas non plus devenir un sujet angoissant. La pénétration n'est pas et ne doit pas être l'alpha et l'oméga de la sexualité ; celle-ci doit rester un plaisir pour tous les partenaires, alors que la pénétration peut vraiment pourrir la vie de certain•e•s.