Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sandrel Julien

Sandrel Julien

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (71)

  • add_box
    Couverture du livre « La chambre des merveilles » de Sandrel Julien aux éditions Calmann-levy

    SamSam.92200 sur La chambre des merveilles de Sandrel Julien

    Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !
    Encore une fois j'ai l'impression d'avoir lu trop vite cette histoire, que le livre était trop court malgré ses 300 pages, que décidément il écrit bien Julien Sandrel !
    Et oui, encore une fois je me suis complètement laissé aller dans cette...
    Voir plus

    Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !
    Encore une fois j'ai l'impression d'avoir lu trop vite cette histoire, que le livre était trop court malgré ses 300 pages, que décidément il écrit bien Julien Sandrel !
    Et oui, encore une fois je me suis complètement laissé aller dans cette histoire terrible et terriblement bouleversante.
    Pourtant, elle est dure et elle fait mal cette historie.
    Suivre ces quelques heures, minutes, qui sépare Thelma et Louis de la plus difficile des épreuves m'a couté quelques larmes et de gros pincements au coeur.
    J'ai eu peur de ne pas pouvoir lire ce livre car comment faire avec un dégât des eaux dans les yeux ?
    Mais Julien Sandrel sait faire parler tous les sentients, du plus sombre au plus joyeux.
    L'écriture est forte, le style juste, plein d'amour et de compassion, de couleurs vives, de douleur, de regrets et de révoltes.
    La plume de l'auteur est gorgée d'empathie. Un plaisir à lire.
    Et c'est donc un grand plaisir et une grande excitation qui m'ont envahi quand j'ai suivi les péripéties de Thelma, ses efforts fous et désespérés pour ramener son fils vers elle et vers les vivants.
    Chaque jour qui passe est un émerveillement et une torture que l'on aime à partager avec Thelma.
    Ce livre c'est une belle histoire et une grande leçon de vie de l'on reçoit avec plaisir.

  • add_box
    Couverture du livre « Les étincelles » de Sandrel Julien aux éditions Calmann-levy

    SamSam.92200 sur Les étincelles de Sandrel Julien

    Il y a tellement à dire sur cette histoire, comment résumer le plaisir et l'entrain procuré par ces quelques mots ?
    J'ai tellement aimé ce livre que je suis triste de l'avoir lu si vite…
    Quand j'ai fini ma lecture j'avais envie de plus.
    Plus de matière, plus de détails sur la fin de l'épopée...
    Voir plus

    Il y a tellement à dire sur cette histoire, comment résumer le plaisir et l'entrain procuré par ces quelques mots ?
    J'ai tellement aimé ce livre que je suis triste de l'avoir lu si vite…
    Quand j'ai fini ma lecture j'avais envie de plus.
    Plus de matière, plus de détails sur la fin de l'épopée de Phoenix et Victor.
    Plus de détail sur la nouvelle vie de Charles, Marianne, César et la pétillante Sandra.
    Surtout, je voulais que cette histoire continue, que je puisse garder le lien avec ces personnages tellement bien construits et terriblement attachants.
    Julien Sandrel doit beaucoup aimer les gens pour savoir si bien les rendre attachants.
    Avec seulement 2 livres lu (la chambre des merveille est dans ma PàL), Julien Sandrel est définitivement entré dans le cercle restreint de mes auteurs préférés !

  • add_box
    Couverture du livre « Les étincelles » de Sandrel Julien aux éditions Calmann-levy

    nathalie vanhauwaert sur Les étincelles de Sandrel Julien

    C'est par ce roman que je découvre l'écriture de Julien Sandrel et je dois bien l'avouer il a réussi à me capter dès les premières pages.

    On découvre la famille de Phoenix, jeune femme de 23 ans, son frère geek César, Marianne sa maman et une grand-mère extraordinaire comme on aimerait en...
    Voir plus

    C'est par ce roman que je découvre l'écriture de Julien Sandrel et je dois bien l'avouer il a réussi à me capter dès les premières pages.

    On découvre la famille de Phoenix, jeune femme de 23 ans, son frère geek César, Marianne sa maman et une grand-mère extraordinaire comme on aimerait en avoir, elle a 80 printemps ce qui ne l'empêche pas d'être le moteur pour ses petits-enfants. Cela fait trois ans que Charlie , le père, mari ou fils a disparu tragiquement dans un accident de voiture en Colombie. Trois ans que leur vie a changé et que Phoenix a rejeté sa passion pour le piano que son père aimait tant, car cela fait trois ans que l'image de celui-ci est ternie.

    S'il est mort là-bas c'est parce qu'il allait rejoindre une femme - Serena - leur a dit Marianne, sa veuve, dépressive qui a dû changer somplètement sa vie pour permettre à sa famille de survivre.

    Oui mais était-ce vraiment un accident ? Sous l'impulsion de sa grand-mère, Phoenix va récupérer des affaires de son père remisées à la cave. Elle va trouver un billet écrit de la main de son père Charlie écrit en roumain et qui dit ceci "On nous tue en silence" , à l'arrière : un code secret.

    Charlie était scientifique, un chercheur et ses études pointaient la firme "Lumière" et son produit phare "Clear". Il s'agit d'un produit phytosanitaire utilisé un peu partout et laissant des traces indirectement dans les aliments. L'étude dit que le produit est dangereux ce que réfute depuis toujours "Lumière". C'est le combat de David contre Goliath.

    Phoenix est convaincue que la multinationale élimine ceux qui lui mettent des bâtons dans les roues. Elle va enquêter et essayer de résoudre cette énigme. Elle va rencontrer Victor, un cadre de l'entreprise, il suffira d'une étincelle entre eux pour qu'il aide notre détective en herbe.

    L'idée me plaisait beaucoup, un sujet de société, la force de ces grands groupes actifs dans le phytosanitaire, prêt à tout pour avoir toujours raison et continuer leur juteux business, leur lobbying, J'ai immédiatement pensé à Monsanto et autre sujet interéssant celui des lanceurs d'alertes... mais malheureusement pour moi la sauce n'a pas pris, l'histoire est trop invraisemblable, trop guimauve, tout est si simple, si facile.... désolé je n'y ai pas cru , néanmoins j'ai terminé ce livre car l'écriture et la lecture sont agréables, il y a du rythme, des retournements de situation , un peu trop léger pour moi.

    C'est juste une question de goût, un feel good engagé, trop idéaliste et trop léger pour moi. Parfait pour se vider la tête pour les vacances.

    Ma note , c'est subjectif pour les raisons évoquées ci-dessus 7/10

    Les jolies phrases

    Le comble du cynisme, c'est que le report des procès voit disparaître progressivement les victimes, qui meurent des maladies attribuées auxdites entreprises... et dont les familles jettent l'éponge à leur tour.
    Le plus choquant dans toutes mes lectures, c'est la désincarnation de l'entreprise. L'identité est identifiée bien sûr, mais on ne cite que très rarement le nom de ses dirigeants. Pourtant, les orientations d'une organisation ne sont pas déterminées par une intelligence artificielle. Il y a des personnes humaines aux commandes. Des femmes, des hommes, qui chaque jour prennent des décisions conscientes? Qui chaque jour ont le pouvoir de dire stop. Qui, chaque jour, choisissent de continuer. De sacrifier des vies sur l'autel du profit. Ces gens-là n'ont rien d'abstrait. Ils existent bel et bien. Comment les qualifier ? Pour moi, la réponse est limpide. Ce sont des assassins.

    Vous avez de la chance, Phoenix, de ne pas vivre dans un endroit où les gens regardent de travers tous ceux qui ne leur ressemblent pas, qui sortent du rang. J'ai conscience de ne pas correspondre à ce que la plupart des hommes autour de moi voudraient que je sois.

    Pour s'insensibiliser de la détresse humaine, il faut la déshumaniser. Les victimes des crimes de Lumière ne sont rien d'autre que des chiffres, des statistiques sans visage, tellement loin, tellement anonymes qu'elles en deviennent irréelles.

    Au fond, avoir affaire à des monstres, cela rendrait les décisions plus faciles à prendre. Faire face à des êtres humains, c'est autrement plus déroutant.

    Est-ce que l'on va interdire les boissons sucrées sous prétexte que des gens en boivent trop et deviennent obèses ? Est-ce que l'on va interdire la cigarette sous prétexte que certains ne savent pas s'arrêter et en consomment vingt par jour ? Chacun choisit son risque, en son âme et conscience. Et de toute façon, il faut bien mourir de quelque chose.

    https://nathavh49.blogspot.com/2020/06/les-etincelles-julien-sandrel.html

  • add_box
    Couverture du livre « La vie qui m'attendait » de Sandrel Julien aux éditions Calmann-levy

    Amelielit sur La vie qui m'attendait de Sandrel Julien

    La vie qui m'attendait porte bien son titre et moi qui ne lis pas les 4e de couverture, je ne m'attendais pas à une telle lecture.
    C'est le 3e roman que je lis de Julien Sandrel et le verdict est sans appel c'est un 3e coup de coeur. Quel talent! Julien Sandrel semble avoir un don pour...
    Voir plus

    La vie qui m'attendait porte bien son titre et moi qui ne lis pas les 4e de couverture, je ne m'attendais pas à une telle lecture.
    C'est le 3e roman que je lis de Julien Sandrel et le verdict est sans appel c'est un 3e coup de coeur. Quel talent! Julien Sandrel semble avoir un don pour transformer un scénario déjà vu en histoire haletante et bouleversante.
    Ça parle de quoi? C'est l'histoire de Romane, médecin généraliste de 39 ans hypocondriaque -si si ça existe- célibataire endurcie qui semble avoir du mal à couper le cordon avec son père qui l'a élevée seul. Mais c'est décidé, elle prend la décision de vivre enfin sa vie et quelle vie! Car, ce que Romane ne sait pas c'est qu'au cours d'une consultation banale, sa curiosité va être piquée et qu'elle va la conduire sur les traces de son histoire familiale avec tous les secrets qui vont avec.
    Que va-t-elle bien pouvoir découvrir? Où Julien Sandrel va-t-il conduire son lecteur?
    Une chose est certaine, ce dernier ne va pas s'ennuyer car Julien Sandrel montre une nouvelle fois son art du suspense, sachant exactement où faire arrêter un chapitre pour maintenir ou relancer l'intérêt du lecteur. Il développe au fil des pages une réflexion autour du secret de famille et du poids qui en découle, des conséquences inconscientes qui peuvent en résulter et nous amène à réfléchir autour de nos origines. La maladie a également une part importante dans ce roman autour notamment de la question: doit-on prévenir notre entourage qu'on est mourant ou leur épargner du chagrin en conservant ce secret le plus longtemps possible?
    J'ai particulièrement aimé le personnage principal qui m'a beaucoup touchée et n'ai eu aucun mal à me représenter l'histoire et à ressentir les différentes émotions de Romane tant l'écriture de Julien Sandrel est fluide et percutante.
    J'en conseille donc vivement la lecture et ça me conforte dans l'idée que Julien Sandrel fait désormais partie des auteurs à suivre.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !