Salvatore Minni

Salvatore Minni

Belge, d'origine italienne, Salvatore Minni est né le 13 févrirer 1979 à Bruxelles. Dès son plus jeune âge, il est attiré par toutes les formes d'écriture. Fasciné par les langues en général, il entreprend des études de traducteur. Le métier de professeur lui permettra ensuite de transmettre sa p...

Voir plus

Belge, d'origine italienne, Salvatore Minni est né le 13 févrirer 1979 à Bruxelles. Dès son plus jeune âge, il est attiré par toutes les formes d'écriture. Fasciné par les langues en général, il entreprend des études de traducteur. Le métier de professeur lui permettra ensuite de transmettre sa passion aux étudiants qu'il croisera lors de ses cours. À travers ces années et ses expériences, tant professionnelles que privées, les idées ne cesseront de fuser en grand nombre et donneront finalement naissance à l'écriture d'une histoire à multiple facettes...

Avis (9)

  • add_box
    Couverture du livre « Anamnèse » de Salvatore Minni aux éditions Slatkine Et Cie

    Bookliseuse sur Anamnèse de Salvatore Minni

    Prologue : Rosalie, 35 ans est assassinée chez elle. Son meurtrier grave sur son ventre, à l’aide d’une lame le nom SHIVA.

    De nos jours : Marie psychanalyste, est en proie à de terribles cauchemars. Ses cauchemars vont en s’aggravant quand elle commence à recevoir les appels étranges, d’un...
    Voir plus

    Prologue : Rosalie, 35 ans est assassinée chez elle. Son meurtrier grave sur son ventre, à l’aide d’une lame le nom SHIVA.

    De nos jours : Marie psychanalyste, est en proie à de terribles cauchemars. Ses cauchemars vont en s’aggravant quand elle commence à recevoir les appels étranges, d’un certain Paul, l’appelant pas un autre prénom, Vanessa, et la sommant d’avouer ses crimes. Hors, elle ne voit pas du tout de quoi il parle, et ne le connaît pas.

    Premier roman de cet auteur que je découvre et je suis assez perplexe. Pourquoi ? Parce qu’il y a du très bon, mais aussi, du beaucoup moins bon.

    Il y a des passages géniaux, avec des personnages bien travaillés, on sent leur mal-être, surtout le calvaire que Paul a vécu en prison. J’ai également beaucoup aimé la fin qui est surprenante, même si on imagine un peu la trame psychologique qui se joue, l’auteur nous distillant quelques informations aux fils des pages.

    Mais voilà, trop de personnage principaux, certains ne servent à rien, comme François le frère de Marie n’apporte rien. Des incohérences également, au début du roman, on a l’image d’un Paul rempli de désir de vengeance, et, en tournant les pages, il devient un homme parfait, bien sous tout rapport, avocat, on ne comprend plus rien. Tout me parait surréaliste. Des longueurs à n’en plus finir, j’ai fini par me perdre, on passe trop vite d’un personnage à un autre, et il y en a tellement qu’on a du mal à tout retenir, on tourne vite en rond.

    On a la sensation que l’auteur cherche encore ses marques, son style.

    Pour résumé, je suis assez mitigée quant à cette lecture, ni trop positive ni complètement négative.

  • add_box
    Couverture du livre « Claustrations » de Salvatore Minni aux éditions Nouvelles Plumes

    L'atelier de Litote sur Claustrations de Salvatore Minni

    Pour un premier ouvrage Salvatore Minni place la barre très haute. Une galerie de personnages attachants que l’on découvre ayant tous un point commun, celui de l’enfermement où plutôt comme le titre nous l’indique il est question de claustrations. Il y a Clara qui se réveille dans une cellule...
    Voir plus

    Pour un premier ouvrage Salvatore Minni place la barre très haute. Une galerie de personnages attachants que l’on découvre ayant tous un point commun, celui de l’enfermement où plutôt comme le titre nous l’indique il est question de claustrations. Il y a Clara qui se réveille dans une cellule insalubre où elle se fait dévorer par des insectes. Monsieur Concerto qui est confiné en chambre d’isolement dans un hôpital psychiatrique. Charles soixante-cinq ans, quand a lui, a choisi de rester cloitré dans sa cave et nous découvrirons pourquoi. Un thriller hautement psychologique qui nous parle de la vie de ces trois personnages qui mystérieusement arbore le même tatouage. Chaque chapitre nous parle en alternance de l’un ou de l’autre sans que l’on n’y comprenne grand-chose dans un premier temps. Pourtant ce ne sont pas les questions qui manquent. Qui a enlevée Clara ? Pourquoi la femme de monsieur Concerto a-t-elle demandé son internement ? La situation de Charles est quand a elle rapidement expliquée. L’intrigue est intelligemment amenée, petit à petit le voile se lève sur des faits, des vérités et l’on va ainsi connaître leur vie par petites tranches au gré de leurs réminiscences. Mais jamais au grand jamais je n’aurai pu imaginer où l’auteur voulait nous emmener et ça c’était excellent un réel grand moment de lecture. J’ai adoré aller fouiller dans le cerveau des protagonistes, celui qui m’a le plus fait trembler étant bien sur Monsieur Concerto. Il y a tout une ambiance mise en place par l’auteur qui donne ce sentiment dérangeant de vivre en vase clos, c’est pas mal anxiogène et très bien décrit. Les chapitres sont courts et se dévorent tant on veut en apprendre plus sur nos personnages. Son prochain thriller « Anamnèse » paraîtra le 17 Octobre 2019, nul doute que je serai parmi ses fidèles lectrices. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/10/03/37662015.html

  • add_box
    Couverture du livre « Claustrations » de Salvatore Minni aux éditions Nouvelles Plumes

    Root sur Claustrations de Salvatore Minni

    Lorsque j’ai vu que Claustrations faisait partie des présélections du Prix des Auteurs Inconnus, j’étais très enthousiaste. C’est un roman que j’avais envie de lire depuis sa sortie : un lien mystérieux entre les différents acteurs, qu’a priori rien ne rassemble, des conditions d’isolement,...
    Voir plus

    Lorsque j’ai vu que Claustrations faisait partie des présélections du Prix des Auteurs Inconnus, j’étais très enthousiaste. C’est un roman que j’avais envie de lire depuis sa sortie : un lien mystérieux entre les différents acteurs, qu’a priori rien ne rassemble, des conditions d’isolement, volontaire ou sous la contrainte, dont on ne sait rien… Un cruel jeu de dupes ?

    Après un « avertissement au lecteur » des plus convaincant de la part de l’auteur, mon intérêt s’est émoussé. Pourquoi ça ne l’a pas fait ? Entre autres, à cause de l’aspect répétitif. On passe d’un protagoniste à l’autre sans réelle avancée et plutôt que de me laisser assaillir par les questions, j’avais simplement hâte d’arriver au bout pour voir confirmer mes suppositions et passer à autre chose. Charles, Rose, Clara et son amie Françoise, le dérangé monsieur Concerto : aucun n’a suscité la moindre réaction chez moi. J’ai besoin d’éprouver de l’empathie, ou, au contraire, du dégoût, de la colère pour un personnage, pour qu’il me donne envie d’adhérer à son histoire.

    Est-ce bien écrit ? Oui… non… ? Affaire de goût. Le style est un peu trop « soigné », au détriment du naturel que j’apprécie. Un naturel que je n’ai pas non plus ressenti dans le comportement des séquestrés, qui m’ont maintenue à distance par leur superficialité. Les indices semés par l’auteur sont gros, suffisamment en tout cas pour qu’on entrevoie le pourquoi du comment, et si on m’ôte l’effet de surprise, c’est une grande partie du plaisir de lire qui disparaît. J’ajouterais que le roman ne brille pas par son audace, même si l’idée n’était pas mauvaise : les ficelles bien connues du thriller se retrouvent çà et là…

    Claustrations n’est pas à la hauteur des quelques mots en ouverture, qui me laissaient espérer bien plus de suspense et de finesse dans la psychologie. Le mot de la fin ? Déçue.

  • add_box
    Couverture du livre « Claustrations » de Salvatore Minni aux éditions Nouvelles Plumes

    La Bibliothèque de Juju sur Claustrations de Salvatore Minni

    Claustration. « Etat de quelqu'un qui est enfermé dans un lieu clos. »
    C'est la première définition que je trouve en cherchant sur le net.

    Ce mot. Mais ce mot. Il me fait déjà trembler. Avant même de commencer ma lecture. Il promet des choses troubles.

    Je creuse un peu. le net est...
    Voir plus

    Claustration. « Etat de quelqu'un qui est enfermé dans un lieu clos. »
    C'est la première définition que je trouve en cherchant sur le net.

    Ce mot. Mais ce mot. Il me fait déjà trembler. Avant même de commencer ma lecture. Il promet des choses troubles.

    Je creuse un peu. le net est capricieux. « Réclusion volontaire pathologique, par opposition à la séquestration, qui est imposée. »

    J'arrête là. Ce mot tient toutes ses promesses. Il me terrifie.

    Et je me suis quand même lancé dans cette lecture.

    Grand bien m'a pris.

    Chapitres brefs. Différents protagonistes. Enfermés. Contre leur gré ? de leur plein gré ? Chaque cas est différent. Chaque situation est terrifiante. Et plus on avance, plus on se perd …

    C'est une lecture plaisir qu'on ne lâche pas. On veut connaître la suite car Salvatore Minni nous prend par la main, au départ, puis nous pousse d'un grand coup dans le dos à fond de train dans son récit.

    Je n'ai pas pu m'arrêter de lire. Jusqu'à cette fin …

    Page turner efficace et inquiétant où l'auteur manipule ses personnages et son lecteur de façon brillante, ce livre est une belle surprise.
    Si vous aimez les bons thrillers, les romans que l'on ne peut lâcher, je ne peux que vous conseiller de foncer sur ce livre qui a tout juste un an aujourd’hui !

    Laissez vous enfermer entre ces pages, vous ne voudrez jamais en sortir …

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !