Salman Rushdie

Salman Rushdie

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles (2)

Avis (19)

  • add_box
    Couverture du livre « Les versets sataniques » de Salman Rushdie aux éditions Gallimard

    Sandrine Fernandez sur Les versets sataniques de Salman Rushdie

    Pris en otage par des terroristes, le jumbo jet Bostan, vol Bombay-Londres AI-420, explose en plein vol ne laissant aucun espoir aux voyageurs. Pourtant, deux hommes survivent : Gibreel Farishta et Saladin Chamcha. Le premier est un célèbre acteur de Bollywood, une star adulé par le public...
    Voir plus

    Pris en otage par des terroristes, le jumbo jet Bostan, vol Bombay-Londres AI-420, explose en plein vol ne laissant aucun espoir aux voyageurs. Pourtant, deux hommes survivent : Gibreel Farishta et Saladin Chamcha. Le premier est un célèbre acteur de Bollywood, une star adulé par le public indien, le second est un comédien lui aussi, installé en Angleterre où il vit du doublage de voix, la peau sans doute trop sombre pour obtenir un vrai rôle. C'est en chantant que les deux hommes atterrissent sur une plage anglaise, sauvés de l'explosion, mais transformés pour toujours. Gibreel devient l'ange Gabriel tandis que Saladin, affublé de cornes, de sabots et d'une queue, devient Cheytan, l'incarnation du diable sur terre.

    Ainsi commencent Les versets sataniques qui avant même la parution officielle auront fait couler beaucoup d'encre et de sang. Inutile de revenir sur la fatwa, les autodafés, les exécutions, les attentats qui furent le fait d'extrémistes illuminés s'étant sentis humiliés et méprisés, par cette œuvre, selon eux, anti-islamique et blasphématoire. Pour le profane, le livre se présente comme un comte, à caractère religieux certes, mais qui évoque aussi des sujets universels comme la lutte entre le Bien et le Mal, l'exil, le déracinement, la famille, le racisme, l'amour, la vie, la mort, la foi, etc.
    Teintée d'onirisme et de réalisme magique, l'oeuvre, complexe, tourbillonnante, difficile d'accès, puise aussi ses sources dans la réalité. Salman Rushdie s'est inspiré de faits réels pour nourrir son roman, à commencer par l'attentat contre un avion d'Air India en 1985. On y croise aussi l'ayatollah Khomeini sous les traits d'un religieux dévorant son peuple, ou encore des fanatiques chiites persuadés que la mer s'ouvrirait devant eux comme devant Moïse et morts noyés en 1983. Mais bien sûr, le cœur du sujet est la vie et l'oeuvre du prophète Mahomet et l'épisode controversé des versets sataniques. Renommé Mahound, le prophète est à Jahiliya (La Mecque) où il tente d'imposer le monothéisme quand Satan, sous les traits de l'ange Gabriel, le convainc d'accepter au côté de Dieu, les trois déesses vénérées dans la ville. L'épisode de cette concession au polythéisme qui met en cause un Dieu unique est vivement controversé par les musulmans et c'est ce qui a mis le feu au poudres, plongeant l'écrivain dans le chaos d'une vie sous la menace d'une fatwa décrétée par un ayatollah iranien. Pourtant, Rushdie a bel et bien écrit un ROMAN qui laisse la place a son imagination foisonnante, certes inspirée par les mythes et légendes propres à sa religion, mais qui doit avant tout être lu comme une histoire inventée et non un pamphlet ou une exégèse.
    Si l'on se détache des polémiques, il reste une vraie aventure littéraire, une montagne difficile à gravir qui nécessite une attention constante et qu'on referme avec la satisfaction, voire la fierté, d'en avoir atteint le sommet.

  • add_box
    Couverture du livre « Les versets sataniques » de Salman Rushdie aux éditions Gallimard

    Catherine Monneraye sur Les versets sataniques de Salman Rushdie

    Une œuvre riche, dense et drôle. On y plonge à mots perdus, ne sachant pas ou l'on va au départ, comme la culture indienne si déroutante soit telle pour nous occidentaux. Un monde envoutant ou fourmille le réel, l'imaginaire, là ou l'esprit nous emmène, humains, face à des drames, des chocs...
    Voir plus

    Une œuvre riche, dense et drôle. On y plonge à mots perdus, ne sachant pas ou l'on va au départ, comme la culture indienne si déroutante soit telle pour nous occidentaux. Un monde envoutant ou fourmille le réel, l'imaginaire, là ou l'esprit nous emmène, humains, face à des drames, des chocs psychologiques parfois trop difficiles à affronter. Endroits peu connus de tous, une échappatoire ou les mots sont douceur et douleur. Les personnages sont prit dans ce déracinement entre pays d'origine et pays d'adoption, Bien et Mal. Une dualité permanente. Gibreel et Saladin se voient métamorphosés en ange et démon, tels des incarnations des soi-disant Bien et Mal, sauf que l'on réalise avec Rushdie que le Bien, la religion, n'est finalement pas le chemin qui mène à l'absolue vérité, ni à la paix intérieure. Une œuvre majeure, j'ai adoré me laissé transporté dans cet univers même si parfois je m'y suis perdue.

  • add_box
    Couverture du livre « Les versets sataniques » de Salman Rushdie aux éditions Gallimard

    LucieMaM sur Les versets sataniques de Salman Rushdie

    Génial ! Créatif, transgressif, drôle, ce roman qui se lit comme un conte est un véritable bijou littéraire !

    Génial ! Créatif, transgressif, drôle, ce roman qui se lit comme un conte est un véritable bijou littéraire !

  • add_box
    Couverture du livre « Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits » de Salman Rushdie aux éditions Actes Sud

    Carine Urvoaz sur Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits de Salman Rushdie

    J'ai retrouvé avec plaisir la plume de Salman Rushdie formidable conteur. Il sait mêler érudition et fantaisie. L'auteur transpose les jinns dans la société contemporaine, pour y mêler philosophie, religion, réflexion sur le fanatisme tout en gardant cette touche poétique qui est sa marque de...
    Voir plus

    J'ai retrouvé avec plaisir la plume de Salman Rushdie formidable conteur. Il sait mêler érudition et fantaisie. L'auteur transpose les jinns dans la société contemporaine, pour y mêler philosophie, religion, réflexion sur le fanatisme tout en gardant cette touche poétique qui est sa marque de fabrique. Sublime !

Discussions autour de cet auteur