Roy Braverman

Roy Braverman
Plus connu sous le pseudo Ian Manook, Roy Braverman est l'auteur de la série à succès Yeruldelgger chez Albin Michel. Le premier opus de la série a été récompensé en 2014 par : le Prix des lectrices Elle, le Prix SNCF du Polar et le Prix Quais du Polar. Hunter est le premier titre d'une série de ... Voir plus
Plus connu sous le pseudo Ian Manook, Roy Braverman est l'auteur de la série à succès Yeruldelgger chez Albin Michel. Le premier opus de la série a été récompensé en 2014 par : le Prix des lectrices Elle, le Prix SNCF du Polar et le Prix Quais du Polar. Hunter est le premier titre d'une série de trois, à paraître chez Hugo Thriller sous le pseudo Roy Braverman.

Avis (6)

  • Couverture du livre « Hunter » de Roy Braverman aux éditions Hugo

    Yves Mabon sur Hunter de Roy Braverman

    Roy Braverman écrit là son premier thriller sous ce nom puisqu'il est plus connu sous un autre pseudonyme, celui de Ian Manook auteur de la trilogie avec Yeruldelgger, le flic mongol. J'ai tellement aimé cette série que j'hésitais un peu avant de me lancer dans une autre, enfin pas trop...
    Voir plus

    Roy Braverman écrit là son premier thriller sous ce nom puisqu'il est plus connu sous un autre pseudonyme, celui de Ian Manook auteur de la trilogie avec Yeruldelgger, le flic mongol. J'ai tellement aimé cette série que j'hésitais un peu avant de me lancer dans une autre, enfin pas trop longtemps et tant mieux parce que Hunter -qui devrait aussi être une trilogie- est captivant, haletant. On est loin, très loin de la série précédente, tant géographiquement que pour l'écriture et l'intrigue.

    Le lecteur est placé en connaisseur de quasi -parce qu'une surprise n'est pas à exclure- toute la situation et en sait donc plus que les policiers et que chacun des protagonistes, sans que cela ne nuise à son plaisir de voir l'intrigue se dérouler. Habilement construit, le récit alterne les narrateurs et revient sur des faits à travers différents points de vue ce qui nous permet de mieux les comprendre et d'envisager la situation globale. Courts chapitres qui permettent de souffler dans cette histoire dure, violente et froide. Tout est hostile : le climat, les habitants du coin, le flic local, les agents du FBI qui tardent à arriver, bref une ambiance délétère pour qui viendrait paisiblement en ce lieu isolé. Ce presque huis clos est oppressant, tendu de bout en bout. Une tension qui ne retombe pas, pas même à la fin, cardiaques attention exigez la pose d'un pacemaker avant d'en commencer la lecture. Roman noir, très noir, d'un noir très sombre pourrais-je écrire si je ne craignais pas les pléonasmes.

    Entre deux traques, deux engueulades entre mecs et deux rebondissements -qui ne manquent pas-, Roy Braverman en profite pour placer des banderilles contre le système étasunien qui laisse des centaines de personnes innocentes en prison et dans les couloirs de la mort, contre l'extrême violence qui règne dans les lieux de détention, la privation de liberté certes, mais aussi la privation de l'humanité. Son propos est fort et virulent, à l'image de tout son livre qui pourra peut-être gêner les plus sensibles d'entre nous, mais j'ai souvenance que Yeruldelgger n'était pas un tendre non plus. Tout le talent de l'auteur réside dans le fait de nous faire oublier la Mongolie, ses us et coutumes et de nous plonger totalement dans un thriller étasunien. Tout change, les lieux, les paysages, les personnages mais aussi l'écriture de Roy Braverman, je ne saurais dire comment, il faudrait que je relise la série précédente, mais aucun doute possible on est bien aux Etats-Unis dans un coin perdu, rural et pas très accueillant.

    Est-il besoin de préciser que j'attends la suite avec impatience ?

  • Couverture du livre « Hunter » de Roy Braverman aux éditions Hugo

    L'atelier de Litote lalitote sur Hunter de Roy Braverman

    Non mais quel talent, que ce soit avec sa trilogie publiée sous Ian Manook ou avec ici le premier tome de la suivante Hunter sous Roy Braverman. Vous vous posiez la question de savoir pourquoi changer de pseudo, vous trouverez la réponse dans la préface. Cet auteur nous fait voyager comme...
    Voir plus

    Non mais quel talent, que ce soit avec sa trilogie publiée sous Ian Manook ou avec ici le premier tome de la suivante Hunter sous Roy Braverman. Vous vous posiez la question de savoir pourquoi changer de pseudo, vous trouverez la réponse dans la préface. Cet auteur nous fait voyager comme personne des steppes de Mongolie, nous passons ici aux Appalaches et déjà nous savons que nous retrouverons hunter comme personnage récurent en Alaska et en Louisiane et croyez-moi c’est un rendez-vous que je ne manquerai pour rien au monde. Après avoir lu ma quatrième de couverture, j’étais déjà impatiente de commencer à lire. J’ai aimé le rythme soutenu, les chapitres sont courts et ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer, pas d’introspection non, de l’action, de la détermination et une bonne dose de violence. Ici chaque chapitre a un titre et je me suis régalée à les lire, les relire et m’en imprégner avant de les commencer, j’adore leur musicalité et leur répétition car il commence tous par « Où ». Je vous donne le premier « Où toute enfance n’est que violence » un bon début non ?
    Dans ce thriller j’ai trouvé tous les éléments qui en font une réussite, des scènes fortes très visuelles, de la violence, du sexe, du sang et des larmes. Des personnages dont la psychologie fouillée et travaillée nous en mettent plein la vue et plein le cœur. Une belle galerie de personnages féminins dont la plus touchante est certainement Denise qui attend le retour de sa sœur disparue avec une constance à toue épreuve. On retrouve des thèmes aussi forts que l’injustice, la vengeance, la folie, l’Amérique profonde, le racisme, les défaillances du système judiciaire et carcéral bref un melting-pot qui nous booste comme jamais.Tous cela en plein hiver par une température négative alors que la neige et le blizzard font rage. Cette ambiance glacée nous donne des frissons, la montagne, la forêt, les loups, le froid, un tueur en série en liberté de quoi ne pas dormir la nuit. J’ai aimé le clin d’œil avec les choix des noms des personnages avec Freeman, j’ai visualisé l’acteur noir américain Morgan Freeman. Le shérif Hackman est ressorti sous les traits de Gene Hackman.
    Je ne peux pas croire qu’il va me falloir attendre les prochains tomes pour retrouver cette plume acérée et Hunter. Un excellent thriller à ne pas manquer, bonne lecture.

  • Couverture du livre « Hunter » de Roy Braverman aux éditions Hugo

    nathalie eirenamg sur Hunter de Roy Braverman

    Hunter est un roman noir, très noir avec les codes américains de celui-ci : une plongée dans la tête de serial killers et une petite ville digne d’un film d’horrreur Pilgrim Rest.
    Freeman est un ancien flic, à la recherche de sa fille Lou disparue il y a 15 ans, dans cette même ville. Son...
    Voir plus

    Hunter est un roman noir, très noir avec les codes américains de celui-ci : une plongée dans la tête de serial killers et une petite ville digne d’un film d’horrreur Pilgrim Rest.
    Freeman est un ancien flic, à la recherche de sa fille Lou disparue il y a 15 ans, dans cette même ville. Son kidnappeur Hunter vient de s’échapper et il le traque pour savoir enfin la vérité. Denise tient le restaurant de la ville et elle c’est sa jeune sœur qui a disparu toute ces années. Enfin le shérif Hickman, borné et raciste décomplexé, un pur redneck ne veut pas d’ennui et veut à tout prix remettre la main sur Hunter. Hunter, le criminel qui s’est échappé , sang mêlé qui a apporté l’horreur
    Le style est hyper réaliste, violent, l’auteur ne nous épargne aucun détail, de cette Amérique qui tire à tout va, se fait justice elle-même et qui méprise les noirs et les indiens. La violence est omniprésente celle des criminels mais aussi de la police, du FBI. Les chapitres sont courts, le récit va relativement vite comme dans une série, c’est une sorte de course contre la montre, une traque dans la neige et le froid. Dans cette ville où règne ses propres règles et où la folie et le meurtre s’abat quotidiennement.
    J’ai eu parfois du mal avec cette orgie de sang, de violence qui certes illustrent bien la folie de la l’Amérique et la motivation des criminels mais qui était pour moi un peu trop prononcée. Le personnage d’anti héros de Freeman prêt à tout pour retrouver sa fille est touchant comme celui de Denise mais le shérif, le flic du FBI sont vraiment caricaturaux. On a l’impression d’une bataille d’égo en permanence. Il y a peu de lumière dans le récit, que la violence à l’état brute ce qui est parfois oppressant. Et j’apprécie les portraits psychologiques ici ce 1er volet est plus dans l’action, dans la mise en place d’une tragédie, dans une violence aveugle. Le personnage de Hunter est ambigüe et va sans doute évoluer par la suite. Un roman violent et efficace même si ce n’est pas mon genre préféré dans le polar.
    Donc si vous avez le cœur bien accroché et aimé les romans coup de poing, qui n’épargne pas le lecteur lisez le sinon ce roman ne sera pas pour vous.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com