Romain Quirot

Romain Quirot

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles (2)

Voir tous les articles

Avis (11)

  • Couverture du livre « Gary Cook t.1 ; le pont des Oubliés » de Romain Quirot et Antoine Jaunin aux éditions Nathan

    0.2

    Amandine Brion sur Gary Cook t.1 ; le pont des Oubliés de Romain Quirot - Antoine Jaunin

    Amitiés, amours, écologie, aventure, compétition, famille, maladie, deuil... tous les thèmes importants de la littérature sont condensés dans ce roman Young Adult et traités avec simplicité et un certain esprit synthétique. N'étant pas familière de ce genre, il m'a fallu quelques pages pour...
    Voir plus

    Amitiés, amours, écologie, aventure, compétition, famille, maladie, deuil... tous les thèmes importants de la littérature sont condensés dans ce roman Young Adult et traités avec simplicité et un certain esprit synthétique. N'étant pas familière de ce genre, il m'a fallu quelques pages pour m'adapter à un vocabulaire et une approche narrative peu foisonnante et assez simple. Je suis toutefois sortie de cette lecture avec une vraie empathie pour Gary Cook, personnage touchant dont j'ai très envie de connaître les prochaines aventures. Si vous n'êtes pas adepte de ce genre littéraire, allez-y les yeux fermés et vous aurez une jolie surprise !

  • Couverture du livre « Gary Cook t.1 ; le pont des Oubliés » de Romain Quirot et Antoine Jaunin aux éditions Nathan

    0.15

    Caroline Correia sur Gary Cook t.1 ; le pont des Oubliés de Romain Quirot - Antoine Jaunin

    Convaincue par la bande-annonce qui le présentait, j'ai sauté sur l'occasion de le lire avec Lecteurs.com.

    Mais je suis très partagée sur ma lecture. D'un côté, l'histoire était plutôt fascinante, avec ce côté dystopie que j'ai beaucoup aimé. Le monde de Gary arrive à sa fin, et l'unique...
    Voir plus

    Convaincue par la bande-annonce qui le présentait, j'ai sauté sur l'occasion de le lire avec Lecteurs.com.

    Mais je suis très partagée sur ma lecture. D'un côté, l'histoire était plutôt fascinante, avec ce côté dystopie que j'ai beaucoup aimé. Le monde de Gary arrive à sa fin, et l'unique moyen de s'en sortir, c'est de prendre une navette spatiale. Le seul soucis, c'est que personne ne peut témoigner de ce qu'il y a dans l'espace, forcément, personne n'en est revenu. Pour gagner ce voyage dans l'espace, Gary accompagné de deux autres acolytes doit remporter une course.

    De l'autre côté, Gary ne m'a pas convaincue avec ses airs d'anti-héros. Je lis très rarement des livres avec un point de vue masculin et là, il y avait bien tout ce que je n'aime pas chez un personnage principal masculin. J'ai eu beaucoup de mal à m'habituer à Gary et à toute cette "masculinité" présente, il manquait vraiment un bon personnage féminin.

    Il n'empêche qu'en oubliant Gary (bon ok c'est le personnage principal, mais c'est possible de l'oublier!), on est fasse à un univers très bien travaillé et maîtrisé et qui ravira même les plus jeunes.

  • Couverture du livre « Gary Cook t.1 ; le pont des Oubliés » de Romain Quirot et Antoine Jaunin aux éditions Nathan

    0.2

    Audrey Light And Smell sur Gary Cook t.1 ; le pont des Oubliés de Romain Quirot - Antoine Jaunin

    Je remercie Lecteurs.com et les éditions Nathan de m'avoir permis de découvrir Gary Cook d'Antoine Jaunin et Romain Quirot.

    Comme beaucoup de lecteurs, j'ai entendu parler de ce roman grâce à sa bande-annonce qui s'apparente plus à celle d'un film que d'un livre. Cela n'a rien d'étonnant si...
    Voir plus

    Je remercie Lecteurs.com et les éditions Nathan de m'avoir permis de découvrir Gary Cook d'Antoine Jaunin et Romain Quirot.

    Comme beaucoup de lecteurs, j'ai entendu parler de ce roman grâce à sa bande-annonce qui s'apparente plus à celle d'un film que d'un livre. Cela n'a rien d'étonnant si l'on considère que Romain Quirot est réalisateur. Ce n'est pas cependant la bande-annonce du roman qui m'a donné envie de le lire, mais l'intervention d'Antoine Jaunin lors d'une conférence à la Fête du livre de Saint-Étienne.

    L'histoire et les personnages...

    Gary est un adolescent de 15 ans qui, comme les autres jeunes de son âge, aime passer du temps avec ses meilleurs amis. Sauf que le monde dans lequel évolue Gary n'a rien de normal : dévasté et submergé en grande partie par les flots, il est devenu dangereux et hostile. Le jeune homme vit donc avec d'autres sous Le Pont des Oubliés, un endroit qui est loin d'être parfait, mais qui a le mérite d'offrir un abri, du moins pour le moment. Alors quand l'ultime opportunité de quitter ce monde, qui n'a plus rien à offrir, à bord d'une navette spatiale se présente, Gary et ses amis doivent prendre une décision... Rester ou partir ? Survivre ou vivre ? Vivre ou Mourir ?

    Je ne lis quasiment pas de dystopie, pas que je n'aime pas le genre, mais je n'ai pas un attrait particulier pour celui-ci. J'ai toutefois été complètement happée par l'univers mis en place par les auteurs qui ont réussi à le rendre réaliste et immersif tout en le baignant d'une aura de mystère aussi plaisante que frustrante. Les descriptions nous permettent aisément de nous imaginer ces décors apocalyptiques érodés par le temps et les conséquences plus ou moins lointaines de l'action de l'homme. Et c'est là qu'arrive la frustration, car les auteurs nous laissent délibérément dans le flou quant à ce qui s'est exactement passé pour qu'on en arrive là. Espérons que le deuxième tome nous apporte des éléments de réponse. Quoi qu'il en soit, difficile de ne pas voir dans ce roman une critique du monde actuel, de la destruction de l'écosystème par la main de l'homme et une réflexion sur le genre de monde qu'on souhaite léguer aux générations futures.

    Si cette critique présente en toile de fond dans le livre est intéressante, le gros point fort de ce roman pour moi est la galerie de personnages, et l'omniprésence de l'amitié, l'une des seules sources de lumière et d'espoir dans un monde où l'on survit plus que l'on ne vit. Je n'ai pas trouvé tout de suite Gary très attachant, peut-être car trop détaché de sa propre vie. C'est vraiment en le découvrant avec ses deux meilleurs amis puis avec une mystérieuse jeune fille du nom de Lou, que j'ai appris à l'apprécier. Plutôt gauche, peureux et peu sûr de lui-même, il n'en demeure pas moins un peu le pilier du groupe, la présence réconfortante et rassurante d'un être simple, mais gentil. Au gré des événements qui mettront ses relations avec ses amis à rude épreuve et qui pousseront le lecteur au bord de la crise d'angoisse, voire de larmes, il prend toutefois de l'assurance. Passant du gentil garçon enrobé de la bande à un personnage plus complexe, il gagne ainsi en consistance. Mais ce n'est vraiment que lorsqu'il comprend qu'aucun avenir sous le Pont des Oubliés n'est possible qu'il devient vraiment intéressant. Cette prise de conscience tardive va en effet le pousser à reprendre sa vie en main, à agir plutôt que subir, et à plonger dans son passé en vue d'écrire son avenir.

    Autre personnage complexe qui a tout de suite suscité ma curiosité, Dean qui est en quelque sorte l'ennemi de Gary et de ses amis. Si l'on est tenté de le détester dès son entrée en scène, pour ma part, il m'a tout de suite intriguée. En apprenant à mieux le connaître et à découvrir sa vie familiale, on ne peut que modérer notre opinion à son sujet sans pour autant pardonner ses excès de colère et son comportement exécrable. L'image du gros dur s'étiole progressivement pour laisser place à un adolescent perdu tentant coûte que coûte de protéger sa famille dans un environnement dur et mortifère. On ne peut alors que se mettre à sa place et se demander jusqu'où nous serions prêts à aller pour protéger les nôtres ? Je ne parlerai pas de tous les autres personnages, mais j'ai aimé leur diversité, parfois leur complémentarité et surtout leur complexité, chacun d'entre eux étant relativement nuancé. Il y a une petite exception avec un personnage dont la bêtise, le physique et son amour du poisson apportent un peu de comique. Il m'a un peu fait penser à Kubiac dans Parker Lewis ne perd jamais.

    Une écriture fluide et immersive pour une histoire où rythme et dangers sont omniprésents...

    L'écriture à quatre mains ne semble pas un exercice particulièrement facile, mais Antoine et Romain s'en sortent très bien. Le duo nous offre en effet une histoire à la narration parfaitement fluide et rythmée. L'écriture, en plus d'être très visuelle, coule de source et se révèle efficace pour vous immerger, et c'est le cas de le dire, dans un monde submergé par les flots. Il en résulte un roman qui se lit très vite, et qui ne demande pas une attention de tous les instants. Une accessibilité qui devrait séduire les adolescents ou les lecteurs ayant envie d'une lecture qui se lit d'une traite ou presque. En effet, l'enchaînement rapide d'événements dramatiques vous pousse à lire page après page afin de découvrir le devenir de Gary, de ses amis et même de ses ennemis. Difficile alors de s'ennuyer devant le rythme soutenu de cette histoire où le calme semble systématiquement cacher la tempête.

    Et des tempêtes dans la vie de Gary, il va y en avoir que ce soit au sens propre ou figuré du terme. La vie sous le Pont des Oubliés est en effet loin d'être un long fleuve tranquille : maladie étrange qui, petit à petit, décime la population, désespoir, deuil, dangers en mer avec des phénomènes météorologiques dévastateurs ou des animaux marins peu avenants... Si l'amitié permet d'apporter quelques moments de réconfort, les difficultés ne s'estompent donc jamais du paysage. Gary est également pris dans le tumulte de problèmes plus classiques pour un adolescent : amitié mise à mal par des secrets et de la jalousie, inimitié qui vire au harcèlement et à la méchanceté, découverte des sentiments amoureux, relations familiales, difficulté à s'accepter... Contexte post-apocalyptique ou non, l'adolescence reste l'adolescence.

    Un petit point qui m'a moins convaincue, mais un autre qui m'a séduite...

    Si je devais formuler une réserve sur ce roman, ce serait l'impression que les choses sont parfois trop faciles ou arrivent trop vite. Le monde de Gary Cook est horrible et il faut avoir une certaine dose d'optimisme pour capter chaque lueur d'espoir qu'il offre. Mais paradoxalement, j'ai eu ce sentiment diffus que Gary arrivait bien trop facilement à surmonter chaque difficulté qui se place sur sa route. Il est supposé être trouillard alors qu'il se lance dans des choses plus que téméraires, montre une capacité de survie déconcertante, arrive sans difficulté à pousser un vieillard retors à l'aider même si l'on peut comprendre que l'épreuve subie par ce dernier l'ait quelque peu adouci... L'aspect "lutte contre soi-même" n'est à mon sens pas assez développé alors qu'il n'en aurait donné que plus de crédibilité et de consistance au jeune homme. Les auteurs semblent avoir préféré mettre en avant la lutte contre les éléments sans pour autant aller au bout des choses. J'aurais ainsi préféré, et là c'est très personnel, que Gary traverse peut-être moins d'épreuves, mais que chacune soit mieux exploitée. J'aurais souhaité qu'il ait vraiment à chercher la force au fond de lui-même pour s'affranchir de ses barrières alors qu'elles paraissent presque sauter d'elles-mêmes quand la situation le requiert. Cette apparente facilité (je dis apparente car je rappelle que l'univers n'a quant à lui rien de facile) s'explique peut-être par le public visé.

    Enfin, j'ai été agréablement surprise par les multiples références à la littérature qui raviront les amateurs de livres que ce soit à travers la citation de célèbres auteurs comme Montesquieu, l'amour de Gary pour les livres ou un ouvrage que chacun connaît au moins de nom, Le Petit Prince. Lu trop jeune, je n'avais pas spécifiquement apprécié ce livre considéré par beaucoup comme un chef-d’œuvre, mais je vais prendre exemple sur Gary, et le (re)lire. Vous verrez d'ailleurs que la présence du Petit Prince dans le roman n'a rien de hasardeux et que cet ouvrage, petit par la taille mais pas par les messages qu'il véhicule, aura un vrai impact sur la vie du jeune homme. Je vous laisserai le plaisir de découvrir de quelle manière Le Petit Prince est lié au passé de Gary.

    En conclusion, ce roman fut une excellente surprise, je m'attendais à l'apprécier, mais pas à l'aimer autant. Rapide à lire, rythmé et empli de cette tension prompte à happer l'attention du lecteur, Gary Cook est un roman qui devrait ravir les personnes souhaitant une histoire mettant en scène un adolescent comme les autres dans un univers pas comme les autres. D'une plume fluide et immersive, les auteurs vous plongent dans un monde post-apocalyptique captivant où la question de la survie se mêle étroitement à celle de l'amitié. J'espère pour ma part retrouver très bientôt Gary que les auteurs ont laissé dans une situation peu confortable.

    Et vous, vous avez envie de découvrir Gary Cook ?

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com