Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Romain Puertolas

Romain Puertolas

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Vidéos relatives à l'auteur

  • Conversation virtuelle avec Romain Puertolas

    Véritable phénomène éditorial de la rentrée littéraire 2013, le premier roman de Romain Puertolas, L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoir Ikea, a été un véritabe ovni,...

  • Parole de libraire à Gournay sur Marne

    Corinne, libraire à la librairie "Tournons les pages" de Gournay sur Marne, nous parle de ses trois coups de coeur de cette rentrée littéraire : Le cas Eduard Einstein de Laurent Seksik Petites scènes capitales de Sylvie Germain L'extraordinaire voyage du fakir qui...

Articles en lien avec Romain Puertolas (4)

  • Les explorateurs de la rentrée littéraire 2013 rendent leur verdict !
    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict !

    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict ! Parmi les romans sélectionnés, retrouvez leur critique dans la liste ci-dessous, en cliquant tout simplement sur le titre du livre. Nous vous présenterons très prochainement le palmarès de ces romans passionnants !

  • Conversation virtuelle avec Romain Puertolas
    Conversation virtuelle avec Romain Puertolas

    Véritable phénomène éditorial de la rentrée littéraire 2013, le premier roman de Romain Puertolas, L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, a représenté un véritabe ovni, déjà par sont titre désopilant qui a laissé préjager une histoire incongrue mais néanmoins prenante.

  • Parole de libraire à Gournay sur Marne
    Parole de libraire à Gournay sur Marne

    Corinne, libraire à la librairie "Tournons les pages" de Gournay sur Marne, nous parle de ses trois coups de coeur de cette rentrée littéraire.

  • L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puertolas
    L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puertolas

    Premier roman de Romain Puertolas, on peut dire que c’est un ovni littéraire ! Un coup de maître stylistique pour lequel l’auteur a pris dès le départ, le parti de l’optimisme et de la loufoquerie.En effet, les péripéties de ce fakir indien débarqué à Paris pour se procurer une armoire d’un modèle bien précis dans un magasin Ikéa d’Ile de France, donne déjà le ton. Une fantaisie où l’humour est de rigueur. Dès la première phrase, le registre est donné : « Le premier mot que prononça l’Indien Ajatashatru Lavash Patel en arrivant en France fut un mot suédois. Un comble ! ».

Avis sur cet auteur (126)

  • add_box
    Couverture du livre « La police des fleurs, des arbres et des forêts » de Romain Puertolas aux éditions Albin Michel

    Bouquinovore sur La police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puertolas

    Dans un premier temps, je tiens à remercier les éditions Albin Michel et bien entendu Romain Puértolas pour ce partenariat. Et de nouveau merci à Romain pour sa ténacité à me faire parvenir son nouveau romain malgré mon facteur peu collaboratif, mais cela est une autre histoire.

    Je n’irai pas...
    Voir plus

    Dans un premier temps, je tiens à remercier les éditions Albin Michel et bien entendu Romain Puértolas pour ce partenariat. Et de nouveau merci à Romain pour sa ténacité à me faire parvenir son nouveau romain malgré mon facteur peu collaboratif, mais cela est une autre histoire.

    Je n’irai pas par quatre-chemins et commencerais par la fin en vous disant que ce nouveau roman de Romain Puértolas est un véritable coup de cœur.

    Bien loin de l’univers du Fakir, nous nous retrouvons dans une France des années 60, les différents échanges épistolaires marque le rythme de l’histoire, une histoire qui semble aller à la vitesse de la vie à la campagne.

    Cette vie à la campagne qui a prime à bord, ne semble pas si tendre avec les enfants en ne portant aucun jugement sur la maltraitance infantil.

    On voyage également dans le temps avec Jean-Charles Provincio le dernier garde champêtre, police des fleurs, des arbres et des forêts, qui accompagne notre jeune officier de Police et non inspecteur, grade qui n’existait déjà plus en 1961 à la grande déception du Chef Provincio.

    Tout en lisant ce livre, j’avais l’impression de me retrouver dans une histoire du commissaire Maigret, avec cette plume de Romain Puértolas à la fois drôle et touchante ; un Romain qui à laisser de côté le burlesque du Fakir, pour nous régaler de son don pour les mots, les beaux et les jeux de mots. Cette magie des phrases qui donne tout leur sens au rebondissement de ce polar qui ne l’est qu’aux deux tiers.

    Dire que ce livre m’a surpris, je vous dirais que pas vraiment, car bien qu’ayant un rebondissement digne des plus grands polars, plus grand-chose ne me surprend de la part de Romain, car bien que son style livresque évolue, à l’instar de la personne, la plume de romain est en perpétuelle mouvement et changement, bien que l’on retrouve cette marque Puertolesque.

    Le 15 janvier 2020 sortira l’audio-livre de ce magnifique roman qui sera lu par Thomas Marceul.

    Bref, comme vous l’aurez compris et comme je vous l’ai déjà dit, La police des fleurs, des arbres et des forêts et un véritable coup de cœur de cette année 2019.

  • add_box
    Couverture du livre « La police des fleurs, des arbres et des forêts » de Romain Puertolas aux éditions Albin Michel

    Alsk di Speranza sur La police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puertolas

    Résidence L'Ovni Littéraire
    Chambre 22
    92, rue de la Plume
    P.

    Samedi 14 septembre 2019

    Monsieur P., auteur de la police des fleurs, des arbres et des forêts,

    C'est dans le train qui me mène à Nancy ce matin pour le fabuleux salon du livre que j'ai terminé votre roman.
    Et quel toupet...
    Voir plus

    Résidence L'Ovni Littéraire
    Chambre 22
    92, rue de la Plume
    P.

    Samedi 14 septembre 2019

    Monsieur P., auteur de la police des fleurs, des arbres et des forêts,

    C'est dans le train qui me mène à Nancy ce matin pour le fabuleux salon du livre que j'ai terminé votre roman.
    Et quel toupet vous avez eu !
    Et comme je me suis fait rouler dans la farine ! ou plutôt, dans les hautes herbes rouges de la Souterrane !
    Vous n'êtes pas sans savoir que je suis membre d'honneur du cercle fermé du Vin littéraire, membre active du club Babelio où la liste de mes insignes ne cesse de briller de jour en jour et ne ratant (presque) jamais les soirées prisées organisés par MM. T, K, l'et H autour d'un bon livre, de son auteur et d'un verre de rouge ; et que ma carte de bibliothèque date du jour de ma naissance (bibliothèque où j'écume mes jours à chiper tous les polars, Agatha est mon deuxième prénom - saviez-vous d'ailleurs que la reine de l'intrigue s'est familiarisée avec la machine à écrire alors qu'elle avait le poignet cassé ?).
    Forte de cette expérience, je dois pourtant avouer ma défaite. Sans doute me suis-je laissé bercer par la truculence des dialogues et des échanges épistolaires entre l'inspecteur et madame la procureure.
    Dans votre roman, le crime est odieux, et pourtant on rit ; l'époque, loin de notre technologie gourmande d'octets, et pourtant j'ai sursauté à chaque "clac" de l'enregistreur de l'inspecteur.
    Ce professionnel est jeune et loquace. Débarqué dans le village de P., pour résoudre la mort atroce de ce jeune garçon que tout le monde aimait au village. Comme quoi, on ne connaît jamais la vie des gens (regardez, moi, qui l'eût cru que j'aime faire mariner ma brioche dans mon lait le matin quelques minutes avant de l'engloutir effrontément comme une enfant ?).
    Bref, je m'égare.
    Je m'égare aussi loin que la poésie d'un bouquet de Gaillardia Clemens.
    Et pourtant, votre roman, monsieur P. m'aura mise en garde sur la beauté de l'apparence. Car vous avez joué avec mes nerfs de lectrice-enquêtrice. Et je ne voudrais pas finir comme Joël, découpée en morceaux dans une usine de confiture. Si encore je m'appelais Prune...
    Du petit pouvoir que me confère Babelio, je vous décerne cinq étoiles, monsieur P. Même si vous êtes déjà dans le flot du succès, et que votre talent de narration n'est plus à prouver.
    Même si lire un roman de P. a le plus grand empire sur la hantise du lecteur : le temps qui passe trop vite, et les pages qui défilent à vive allure, aussi vite qu'une étreinte à l'odeur de thé craquante comme un biscuit.
    J'ai dévoré votre roman (comme on a coutume de dire à profusion dans nos critiques). Heureusement que vous n'y avez pas glissé quelques pétales de Conium maculatum, cela aurait été un brin "mor(t)omantique" !

    Bravo, monsieur P. ! Vous voilà l'as du polar et de la dérision. le roi de l'entourloupe et de l'humour fringante !

    À défaut de ne pouvoir ériger en votre honneur une statue, voici cinq étoiles pétaradantes !

    Très cordialement,
    Jalleks la lectrice

    PS : Cette photo, à la fin, d'où vient-elle donc ? Voilà un mystère qu'il me faut désormais résoudre. Argh... Reprendre du début "Le simple préserve l'énigme." (Heidegger, le chemin de campagne)

    PS 2 : je ne savais que faire de mes vieux sacs Galeries Lafayette, vous m'avez donné des idées !

    PS 3 : Je remercie chaleureusement les éditions Albin Michel de m'avoir mise sur l'affaire de la découverte en avant-première de la police des fleurs, des arbres et des forêts, de monsieur Romain Puértolas. le devoir accompli, je m'en vais résoudre un autre polar, pour une nouvelle critique !

  • add_box
    Couverture du livre « Sous le parapluie d'Adélaïde » de Romain Puertolas aux éditions Albin Michel

    Marie HECKMANN sur Sous le parapluie d'Adélaïde de Romain Puertolas

    Vous avez aimé son précédent roman (la police des arbres, des fleurs)? Vous allez encore plus aimer celui ci qui est dans la même lignée.
    On s'éloigne avec ces 2 derniers livres du Fakir ou La petite fille, mais qu'est ce que j'aime aussi ceux ci...
    Un polar à l'ambiance désuète, rétro où la...
    Voir plus

    Vous avez aimé son précédent roman (la police des arbres, des fleurs)? Vous allez encore plus aimer celui ci qui est dans la même lignée.
    On s'éloigne avec ces 2 derniers livres du Fakir ou La petite fille, mais qu'est ce que j'aime aussi ceux ci...
    Un polar à l'ambiance désuète, rétro où la nouvelle technologie n'existait pas encore qui m'a fait penser à la Ligne verte de Spielberg où là aussi 1 grand homme noir est détenu pour 1 meurtre... Mais la comparaison s'arrête là!
    La jeune avocate nous livre, comme dans un journal intime, qa quête de la vérité et alors que l'on croit détenir tous les éléments du puzzle, patatras!! Un nouveau grain de sable vient se coincer dans la roue judiciaire nous obligeant à revoir notre plan...
    Un délire à la Puertolas comme d'habitude, (mais où va t il puiser toutes ces loufoqueries?)
    Ce nouvel opus marie à la perfection le drame, l'humour, l'amour, l'amitié, l'Histoire, la dérision et le cynisme
    Il aime ses personnages en leur donnant corps et âme avec subtilité, finesse et ampleur.
    L'avocate va également se trouver elle même perturbée par ses sentiments et cela rajoute un ptit pep's à cette histoire.
    J'ai adoré la dernière drôlerie (mais depuis La police des fleurs et des arbres), je m'y attendais un peu mais je ne savais sous quelle forme elle allait surgir...
    Un énorme énorme coup de Coeur pour cette enquête qui fait rire, pleurer et sourire et qui m'a chaviré.

  • add_box
    Couverture du livre « Sous le parapluie d'Adélaïde » de Romain Puertolas aux éditions Albin Michel

    Lex_Libris_ sur Sous le parapluie d'Adélaïde de Romain Puertolas

    Dans la ville de M., en ce jour du 25 décembre, tous les yeux sont orientés vers la grande scène où le spectacle de Noel bat son plein. Au milieu de cette foule, Rose Rivières, une jeune femme est assassinée sous une pluie de parapluies.

    Une femme assassinée au beau milieu d'une foule mais...
    Voir plus

    Dans la ville de M., en ce jour du 25 décembre, tous les yeux sont orientés vers la grande scène où le spectacle de Noel bat son plein. Au milieu de cette foule, Rose Rivières, une jeune femme est assassinée sous une pluie de parapluies.

    Une femme assassinée au beau milieu d'une foule mais sans que personne ne remarque rien, bizarre, non ?! A part un journaliste grâce à un cliché photographique : deux grandes mains noirs autour du cou de Rose Rivières. Il n'en faut pas plus à la police pour désigner Michel Pandanjila comme le coupable idéal car seule personne de couleur dans la ville de M.

    Avocat commis d'office, celle-ci va enquêter, voyager, accuser, remuer le passé pour mettre cette histoire en lumière. Car qui est ce témoin au loin là-bas sous le parapluie de cette Adélaide ..?

    Premier rendez-vous avec Romain Puértolas, que je n'avais jamais lu auparavant. Une rencontre plus qu'agréable avec un roman qui m'a tenu en haleine durant plus de 300 pages.

    Un vrai régal de lecture, un roman qui côtoie à la perfection le drame, l'humour, l'amour, l'amitié, l'Histoire, la dérision et le cynisme. Les personnages sont implantés avec force et ne nous laissent pas indifférent, ce qui donne la richesse de ce roman.

    De rebondissement en fausse piste, Romain Puértolas balade et gagne mon coeur de lecteur. Un roman polar à la fois drôle, amusant au dénouement époustouflant, tout en donnant envie grâce à la dernière phrase du roman de se plonger dans "La police des fleurs, des arbres et des fôrets". Malin le Romain !

    Un roman qui se lit comme une partie de Cluedo. A la recherche du mystère à travers des personnages haut en couleur. Bref, un coup de maitre qui sera vous surprendre !