Roger Smith

Roger Smith

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (4)

  • Couverture du livre « Au milieu de nulle part » de Roger Smith aux éditions Calmann-levy

    Alex Mot-à-Mots sur Au milieu de nulle part de Roger Smith

    L’auteur nous emmène au milieu de nulle part : comprenez au fin fond de l’Afrique du Sud, en pleine brousse désertique, où le racisme a encore force de loi.

    Des personnages hors-norme, jamais caricaturaux, mais emblématiques de la société du pays : le petit blanc réac qui s’est créé une...
    Voir plus

    L’auteur nous emmène au milieu de nulle part : comprenez au fin fond de l’Afrique du Sud, en pleine brousse désertique, où le racisme a encore force de loi.

    Des personnages hors-norme, jamais caricaturaux, mais emblématiques de la société du pays : le petit blanc réac qui s’est créé une communauté entièrement dévouée ; le bushmen qui a grimpé l’échelle sociale pour devenir policier ; l’ancienne dissidente devenue une politique influente ; la jeune fille en rébellion contre son papa ; et bien sûr les petits secrets de chacun.

    Tout concourt à rendre ce roman passionnant, même si on met un certains temps à découvrir ce qui relie les personnages les uns aux autres.

    Un instantané sur la société Sud-Africaine post-Apartheid. Une écriture fluide qui donne envie de ne jamais lâcher le texte. Un très bon moment de lecture. La découverte, pour moi, d’un auteur captivant.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du 4X4 d’un des personnage rempli de junk-food, palliatif à son mal-être.

    http://alexmotamots.fr/au-milieu-de-nulle-part-roger-smith/

  • Couverture du livre « Pièges et sacrifices » de Roger Smith aux éditions Lgf

    ADRIEN BARBIER sur Pièges et sacrifices de Roger Smith

    Œil pour œil…
    Quand un fils se met à tuer, comment sa mère peut-elle et doit-elle réagir ?
    Beverley LANE, elle, a choisi de le défendre en accusant le fils d’une autre. Une perverse machination se met alors en place pour faire tomber Lyndall SOLOMONS. Sa sœur Louise va alors se lancer dans une...
    Voir plus

    Œil pour œil…
    Quand un fils se met à tuer, comment sa mère peut-elle et doit-elle réagir ?
    Beverley LANE, elle, a choisi de le défendre en accusant le fils d’une autre. Une perverse machination se met alors en place pour faire tomber Lyndall SOLOMONS. Sa sœur Louise va alors se lancer dans une course poursuite pour prouver son innocence. Et si tout cela avait débuté il y a déjà plusieurs années ? Et si le remord n’existait plus pour certains, chacun prêt à se venger en détruisant le bonheur des autres.
    Roger SMITH nous rappelle dans ce roman les inégalités raciales et sociales persistant dans certaines régions du globe comme en Afrique du Sud.
    Une intrigue très bien menée au rythme constant !

  • Couverture du livre « Pièges et sacrifices » de Roger Smith aux éditions Lgf

    Sophie Gauthier sur Pièges et sacrifices de Roger Smith

    Bienvenue au Cap ! Son quartier résidentiel où les riches familles de Blancs vivent entre piscine et salle de sport, le doigt en permanence à quelques millimètres du bouton d'alarme qui déclenche la venue de patrouilles de vigiles armés jusqu'aux dents, prêts à faire feu sur le Noir forcément...
    Voir plus

    Bienvenue au Cap ! Son quartier résidentiel où les riches familles de Blancs vivent entre piscine et salle de sport, le doigt en permanence à quelques millimètres du bouton d'alarme qui déclenche la venue de patrouilles de vigiles armés jusqu'aux dents, prêts à faire feu sur le Noir forcément menaçant. Forcément menaçant et forcément Noir, car la ségrégation raciale et sociale demeure enracinée dans les mentalités. Si bien que lorsque le jeune Christopher Lane massacre à coups de haltères sa petite amie, il paraît tout naturel à Beverley, sa mère, de faire retomber les soupçons sur Lyndall Solomons, le fils de sa femme de ménage noire. Affaire définitivement classée lorsque Lyndall est atrocement assassiné en prison. La vie peut continuer sans heurt dans le silence qui se referme comme un piège sur Michael Lane, mari de Beverley, déjà hanté par la culpabilité d'un accident mortel qu'il a provoqué vingt ans auparavant et qu'il a été incapable d'assumer. Seule Louise, la soeur de Lyndall, devine la vérité et tente de la faire éclater. Pour cela elle devra affronter son propre passé et s'enfoncer dans le ventre puant de la ville, là où ne règne que la loi du plus fort et du plus violent. Dans ces quartiers de misère et de terreur, il lui faut pactiser avec le diable, son propre père, pour assouvir sa vengeance.

    En de courts chapitres que l'on dévore sans reprendre souffle, Roger Smith nous entraîne dans une spirale infernale de machinations effroyables. Aucun personnage n'échappe à cette violence qui diffuse ses fulgurances terrifiantes jusqu'au plus profond des êtres. Beverley sûre de sa supériorité et de son droit de vie et de mort sur les Noirs, Michael, veule et lâche, prêt à sacrifier les autres pour préserver sa tranquillité, Louise nourrie de haine jalouse... C'est à un véritable voyage à travers les ténèbres que cette histoire nous convie !
    Mais c'est aussi un terrible constat : celui d'une société que l'apartheid, même aboli, continue de gangrener, disséminant encore ses germes délétères. Une construction magistrale au service d'une histoire qui se ramifie profondément et fait douloureusement écho à une réalité tant sociale que politique et morale. Impressionnant !!

  • Couverture du livre « Le sable était brûlant » de Roger Smith aux éditions Lgf

    Magali Vallée sur Le sable était brûlant de Roger Smith

    Au Cap, Robert et Rosie Dell ont une vie à priori heureuse avec leurs deux jumeaux de 10 ans. Mais ce n’est qu’une apparence.
    Rosie trompe son mari depuis des mois avec le directeur de la galerie dont elle est l’administratrice. Lors d’un de ces après-midi passés avec lui, elle est témoin de...
    Voir plus

    Au Cap, Robert et Rosie Dell ont une vie à priori heureuse avec leurs deux jumeaux de 10 ans. Mais ce n’est qu’une apparence.
    Rosie trompe son mari depuis des mois avec le directeur de la galerie dont elle est l’administratrice. Lors d’un de ces après-midi passés avec lui, elle est témoin de son meurtre. Elle arrive à s’enfuir, mais vit pendant quelques jours dans l’angoisse que les meurtriers la retrouvent. C’est ce qui finit par arriver le jour de l’anniversaire de son mari. Ils sont victimes d’un « accident » : leur voiture est poussée hors de la route par un gros 4X4 et Rosie et les jumeaux meurent. Robert en réchappe, mais est accusé du meurtre de sa famille suite à une machination du meurtrier.
    Ce meurtrier est Inja Mazibouko, chef Zoulou et flic ripou au service du Ministre de la Justice aussi pourri que lui. Il essaie d’expédier le plus rapidement possible la mort de Robert Dell, car il est pressé de rentrer chez lui pour épouser la jeune Sunday, 16 ans, sa 4e épouse qui est vierge et qui doit, selon les coutumes zoulous, le guérir de son statut de sidéen.
    Mais c’est sans compter sur le père de Robert, ancien de la CIA, devenu mercenaire dans tous les pays d’Afrique et qui sort de prison en libération anticipée, car il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre à cause d’un cancer du poumon qui le ronge. Il va tout faire pour l’aider à prouver son innocence ou à défaut tuer l’assassin de la famille.
    Une autre personne vient se joindre à eux, c’est Disaster Zondi, ancien Zoulou aussi, mais qui est parti faire des études à Johannesburg, est devenu flic et est maintenant « à la retraite », car il a été limogé par le nouveau Ministre de la Justice. Il reçoit le faire-part de mariage de Sunday car elle a trouvé son numéro dans l’album photo qui lui reste de sa mère après l’assassinat de celle-ci. Elle espère que Disaster pourra l’aider à faire échouer ce mariage dont elle ne veut pas, d’autant plus que c’est l’assassin de ses parents qu’elle doit épouser.
    Évidemment, tout va se terminer dans un bain de sang dans le sable rouge de l’Afrique du Sud.
    J’ai, grâce à ce livre, découvert une culture que je ne connaissais pas, celle de l’Afrique du Sud avec ses croyances anciennes qui se mélangent avec la modernité de notre société.
    Cela m’a aussi permis de me familiariser avec l’après-Apartheid et les différents « peuples » qui composent ce pays : les Boers, les Afrikaners et les Zoulous. Je ne connaissais pas ces différentes cultures et les différentes « castes » de ce pays. Je ne connaissais pas non plus l’Afrique du Sud. Ce fut une belle découverte même si je dois dire que j’ai eu un peu de mal au début, car je mélangeais un peu tout ce petit monde. Heureusement, l’auteur ne nous perd pas du tout grâce aux explications précises qu’il nous donne. J’ai aussi découvert un pays que je ne connaissais pas grâce aux descriptions qu’il nous fait des différentes villes où se situe l’action, descriptions absolument pas rébarbatives.
    L’histoire est racontée à tombeau ouvert. Tous ces destins se croisent et s’entrecroisent et filent à 100 à l’heure vers un avenir plus que noir auquel ils ne peuvent échapper. J’ai dévoré ce roman en un week-end, car je voulais voir comment cela allait se terminer, si quelqu’un allait s’en sortir ou si ils allaient tous y rester. Je n’ai pas été déçue par la fin que je voyais apparaître depuis le début du livre vu la violence de ce pays et de ses coutumes ancestrales qui côtoient la vie moderne.
    J’ai juste eu un peu de mal avec certaines descriptions de passage aux toilettes et de scènes de sexe qui à mon sens n’apportent rien à ce roman. Mais sinon, il n’y a aucune longueur, la lecture est fluide, on ne s’ennuie pas un instant, on dévore ce livre.
    Je ne connaissais pas Robert Smith, mais ce fut une belle découverte et je lirais avec plaisir un autre de ses romans.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com