Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Robert Merle

Robert Merle

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (61)

  • add_box
    Couverture du livre « Week-end a zuydcoote » de Robert Merle aux éditions Gallimard

    T O sur Week-end a zuydcoote de Robert Merle

    Je vous recommande fortement « Week-end à Zuydcoote » de Robert Merle, son premier roman qui obtint le prix Goncourt en 1949. Seconde guerre mondiale. Le temps d’un W.E. nous nous retrouvons sur les plages du Nord lors de la « bataille de Dunkerque » et nous partageons l'histoire de Mallart,...
    Voir plus

    Je vous recommande fortement « Week-end à Zuydcoote » de Robert Merle, son premier roman qui obtint le prix Goncourt en 1949. Seconde guerre mondiale. Le temps d’un W.E. nous nous retrouvons sur les plages du Nord lors de la « bataille de Dunkerque » et nous partageons l'histoire de Mallart, soldat français coincé entre la mer et les troupes allemandes en pleine débâcle.

  • add_box
    Couverture du livre « Malevil » de Robert Merle aux éditions Gallimard

    Anita Millot sur Malevil de Robert Merle

    Emmanuel a toujours rêvé de disposer à sa guise des ruines du château de Malevil. Gamin, il bravait les interdictions et y jouait avec les autres garçons du village. À la mort de son oncle qui l’a élevé une bonne partie de son enfance (sa mère n’aimait que ses deux soeurs et son père était trop...
    Voir plus

    Emmanuel a toujours rêvé de disposer à sa guise des ruines du château de Malevil. Gamin, il bravait les interdictions et y jouait avec les autres garçons du village. À la mort de son oncle qui l’a élevé une bonne partie de son enfance (sa mère n’aimait que ses deux soeurs et son père était trop lâche pour prendre sa défense), Emmanuel a reçu un bel héritage qui lui a permis de réaliser son voeu le plus cher : posséder et restaurer Malevil. (Son oncle s’est tué en voiture, en même temps que ses parents, lors du retour d’un match de foot.)

    Emmanuel a consacré des années et la quasi totalité de son argent à remettre le château en état, en compagnie de la Menou (ancienne bonne de son oncle), de son fils Momo (mentalement retardé), de ses copains inséparables (Peyssou, Messonnier, et Colin) et de Thomas le jeune géologue. Le bonheur aurait pu durer des années encore si les fêtes Pascales de l’année 1977 n’avaient pas mis fin à la civilisation humaine, lors d’une explosion d’origine inconnue et très certainement nucléaire … Ils ont été miraculeusement épargnés, car fort heureusement enfermés dans la cave du château au moment fatidique … Dès lors, il va falloir apprendre à résister loin du monde moderne et à se protéger des quelques survivants de la région, pas forcément bien intentionnés, notamment ceux de La Roque … Avec l’indispensable instauration d’une hiérarchie pertinente, afin de préserver un infime espoir d’avenir …

    Robert Merle, maître conteur dont le style littéraire est une pure merveille, nous offre encore une fois une formidable intrigue post-apocalyptique qui se dévore sans modération ! C’est intelligent, superbement écrit et terriblement passionnant ! Un immense plaisir de re-lecture !

  • add_box
    Couverture du livre « Malevil » de Robert Merle aux éditions Gallimard

    Veronique Donard sur Malevil de Robert Merle

    Aujourd'hui, plus que jamais c'est un livre à mettre entre toutes les mains.
    Prémonitoire, au vu de ce que l'on nous annonce à l'avenir.
    Une catastrophe naturelle qui fait ressortir chez les uns et les autres des attitudes qui restent toujours les mêmes. Ceux qui mettent à profit leur...
    Voir plus

    Aujourd'hui, plus que jamais c'est un livre à mettre entre toutes les mains.
    Prémonitoire, au vu de ce que l'on nous annonce à l'avenir.
    Une catastrophe naturelle qui fait ressortir chez les uns et les autres des attitudes qui restent toujours les mêmes. Ceux qui mettent à profit leur compétences et leurs capacités au service du groupe et ceux qui se sentent tellement surs d'eux qu'ils ne savent que se transformer en barbares, voleurs et violeurs de tout poil.
    J'ai relu ce livre avec plaisir, les personnages ont tous un rôle important même si certains tellement prévisibles dans leur bêtises de tout saccager sont bien moins appréciables.
    A l'approche des vacances, c'est un récit prenant, à glisser dans sa valise.
    Ecrit ,au début, à une seule voix et entrecoupé des réflexions et de petites rectifications de l'un des compagnons du narrateur.
    A la toute fin du livre, on comprendra pourquoi.

  • add_box
    Couverture du livre « Le lys et la pourpre » de Robert Merle aux éditions Fallois

    Sophie Gauthier sur Le lys et la pourpre de Robert Merle

    Le dixième volume de "Fortune de France" voit la progression de Richelieu jusqu'à la place de ministre et de conseiller privilégié du roi. C'est aussi le dernier volume dont je rédigerai une note de lecture car il me semble qu'à partir de ce volume la fiction est presque complètement évacuée et...
    Voir plus

    Le dixième volume de "Fortune de France" voit la progression de Richelieu jusqu'à la place de ministre et de conseiller privilégié du roi. C'est aussi le dernier volume dont je rédigerai une note de lecture car il me semble qu'à partir de ce volume la fiction est presque complètement évacuée et laisse une place prépondérante à l'Histoire de France. Ce n'est pas regrettable en soi mais ce choix s'accompagne d'une narration moins vivante, plus figée dans l'approche historique, qui m'a impatientée. Certes la documentation est solide, l'érudition est remarquable et l'écriture reste d'une élégance admirable. Mais que puis-je dire d'autre à partir du moment où les personnages fictifs deviennent des silhouettes sur cette scène historique ? Les personnalités de Richelieu et du roi apparaissent dans toute leur ambiguïté et l'auteur en trace des portraits loin de tout poncif. Cependant, j'aurais aimé savoir de que devenaient les habitants de Mespech et d'Orbieu. Tout dévoué à ses missions auprès du roi, le narrateur en oublie sa famille et n'en donne que de fugaces et imprécises nouvelles. La mort de son père, qu'il disait pourtant tant aimer et admirer, est expédiée en un petit paragraphe ! Miroul, Samson, Quéribus, etc. ont complètement disparu du paysage. Je m'étais attachée, moi !

    Quoi qu'il en soit, cette somme historique demeure une fresque incroyable où la vie palpite à chaque page ! Malgré mes déceptions des derniers volumes, j'en garde un souvenir marquant et je crois bien que j'aurai plaisir à relire les premiers épisodes !