Raphael Confiant

Raphael Confiant
Né en 1951 au Lorrain, en Martinique, l'un des chefs de file du mouvement littéraire de la créolité avec Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant, actuel doyen de la faculté de Lettres de l'université d'Antilles-Guyane, a publié en créole avant de rencontrer le succès avec ses romans en français (Le ... Voir plus
Né en 1951 au Lorrain, en Martinique, l'un des chefs de file du mouvement littéraire de la créolité avec Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant, actuel doyen de la faculté de Lettres de l'université d'Antilles-Guyane, a publié en créole avant de rencontrer le succès avec ses romans en français (Le Nègre et l'Amiral, prix Antigone 1988 ; Eau de café, prix Novembre 1991 ; Adèle et la Pacotilleuse, 2005 ; Le Bataillon créole, 2013). Écriture a publié son essai-manifeste Aimé Césaire, une traversée paradoxale du siècle (2006), ainsi qu'une dizaine de romans, dont les deux premiers tomes de la saga Les Saint-Aubert (2013-14).

Avis (5)

  • Couverture du livre « Le bataillon créole ; guerre de 1914-1918 » de Raphael Confiant aux éditions Mercure De France

    Bruno BEL-AMI sur Le bataillon créole ; guerre de 1914-1918 de Raphael Confiant

    Dans cet ouvrage, Raphaël Confiant nous livre l'histoire du Bataillon Créole, bataillon qui a pris part aux grandes batailles de la 1ère Guerre Mondiale, la Somme, Verdun, la Marne mais aussi l'enfer des Dardanelles. Au travers d'un texte magnifique, plusieurs portraits de ces jeunes Antillais,...
    Voir plus

    Dans cet ouvrage, Raphaël Confiant nous livre l'histoire du Bataillon Créole, bataillon qui a pris part aux grandes batailles de la 1ère Guerre Mondiale, la Somme, Verdun, la Marne mais aussi l'enfer des Dardanelles. Au travers d'un texte magnifique, plusieurs portraits de ces jeunes Antillais, de l'enfer qu'ils ont vécus dans les tranchées, ou des traumatismes à leurs retours en Martinique. Mais aussi, et surtout, des pages superbes et émouvantes concernant les mères, fiancées ou épouses de ces soldats. Ainsi, Man Hortense, mère éplorée mais tellement digne, qui nous parle de son fils Théodore, "coupeur de cannes émérite", son seul et unique fils tombé dans la Marne, et dont la dépouille ne reviendra en Martinique que 3 ans après la fin de la guerre. Un livre que je recommande vivement, à associer au Goncourt de Pierre Lemaître.

  • Couverture du livre « Citoyens au dessus de tout soupçon... » de Raphael Confiant aux éditions Gallimard

    Rose Ramettes sur Citoyens au dessus de tout soupçon... de Raphael Confiant

    Il y a des années de cela j’ai croisé Raphaël Confiant lors de conférences, et je m’étais promis de lire un de ses romans… mais je n’ai jamais sauté le pas… Maintenant c’est chose faite.

    J’ai été conquise par cette enquête très exotique. Raphaël Confiant manie le créole et un français des...
    Voir plus

    Il y a des années de cela j’ai croisé Raphaël Confiant lors de conférences, et je m’étais promis de lire un de ses romans… mais je n’ai jamais sauté le pas… Maintenant c’est chose faite.

    J’ai été conquise par cette enquête très exotique. Raphaël Confiant manie le créole et un français des caraïbe de manière magistrale, cela donne de savoureuses répliques. Un petit glossaire est inclus en fin de volume et des traductions en notes bas de page pour les dialogues en créole.

    Les personnages haut en couleur (dans tous les sens du terme) forment une micro société très représentative du reste de l’île. Nous retrouvons en même temps les problèmes très contemporains de ces DOM : métissage, passé colonial (dont esclavagisme), ainsi que les nouveaux émigrants, drogue, alcool, prostitution, trafics en tout genre et corruption. Le détective Martiniquais philosophe à ses heures se retrouve perdu dans ce théâtre de marionnettes. J’ai adoré les citations littéraires et philosophiques, ainsi que les réparties de l’oncle Milo.

    Nous retrouvons des personnages incontournables de la société antillaise : le béké, le mulâtre, le métro (souvent fonctionnaire), le politicien, le chinois (commerce), le musicien (mais pas le conteur), le prêtre vaudou, cela donne une galerie de portrait très amusante.

    Les femmes ne sont pas en reste : religieuses, superstitieuses, exigeantes, exubérantes, séductrices, possessives, manipulatrices ce sont elles qui mènent la danse.

    J’aime beaucoup le choix des prénoms qui rajoutent une note exotique.

    En plus du créole et des formulations très imagées qui font sourire, nous avons aussi le cheminement très oral des pensées du détective qui n’a pas de chance. Il nous raconte son enquête et puis tout à coup il part sur une digression qui n’aboutis pas « je vous raconterai la suite plus tard » et hop on revient sur l’enquête principale. Cela peut en dérouter certains. Il laisse le lecteur dans l’attente de la fin, puis les enquêtes s’entremêlent avec sa vie privée. Nous avons droit à tous ses déboires professionnels, sentimentaux et financiers…

    Le lecteur finit par se demander si l’enquête va aboutir… La résolution nous laisse avec de nombreuses zones de gris car dans la vraie vie nous n’avons pas toutes les réponses… Vérité et Justice sont deux choses bien distinctes… La loi de la république et la loi des hommes ne sont pas toujours compatibles.

    Voilà un détective consciencieux dont je suivrai volontiers d’autres aventures.

  • Couverture du livre « Ravines du devant-jour » de Raphael Confiant aux éditions Gallimard

    emmanuelle luang sur Ravines du devant-jour de Raphael Confiant

    Le meilleur que j'ai lu de Raphaël Confiant. Il raconte son enfance. C'est drôle, c'est exotique et magnifiquement raconté.

    Le meilleur que j'ai lu de Raphaël Confiant. Il raconte son enfance. C'est drôle, c'est exotique et magnifiquement raconté.

  • Couverture du livre « Nuée ardente » de Raphael Confiant aux éditions Gallimard

    giulia maninchedda sur Nuée ardente de Raphael Confiant

    Récit de la catastrophe de 1902 à Saint-Pierre. C'est une oeuvre magnifique et originale, aux accents et au vocabulaire créoles, donnant toutes ces émotions par le biais de la simplicité peignant ainsi la dure réalité telle que la vivaient ces gens au début du XXè en Martinique.

    Récit de la catastrophe de 1902 à Saint-Pierre. C'est une oeuvre magnifique et originale, aux accents et au vocabulaire créoles, donnant toutes ces émotions par le biais de la simplicité peignant ainsi la dure réalité telle que la vivaient ces gens au début du XXè en Martinique.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com