Philippe Le Guillou

Philippe Le Guillou
Philippe Le Guillou (né en 1959 au Faou) est un écrivain français. Ses romans sont marqués par les légendes celtiques et le christianisme, dans un style rappelant Julien Gracq. Il a reçu le Prix Médicis en 1997 pour Les Sept Noms du peintre et le Prix Méditerranée en 1990 pour La Rumeur du soleil. Voir plus
Philippe Le Guillou (né en 1959 au Faou) est un écrivain français. Ses romans sont marqués par les légendes celtiques et le christianisme, dans un style rappelant Julien Gracq. Il a reçu le Prix Médicis en 1997 pour Les Sept Noms du peintre et le Prix Méditerranée en 1990 pour La Rumeur du soleil.

Avis (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Géographies de la mémoire » de Philippe Le Guillou aux éditions Gallimard

    Michèle FINANCE sur Géographies de la mémoire de Philippe Le Guillou

    Philippe Le Guillou explore sa mémoire par les lieux. Ce n'est pas un inventaire mais une subtile cartographie, une bien jolie mosaïque de personnages qui peuplent villes et villages dans une vie habilement évoquée, comme un coeur qui bat de tant d'émotions. La Bretagne est très présente mais...
    Voir plus

    Philippe Le Guillou explore sa mémoire par les lieux. Ce n'est pas un inventaire mais une subtile cartographie, une bien jolie mosaïque de personnages qui peuplent villes et villages dans une vie habilement évoquée, comme un coeur qui bat de tant d'émotions. La Bretagne est très présente mais aussi l'Irlande et Paris, un Paris très particulier, coloré, qui traduit l'admiration et l'adéquation entre l'auteur et le lieu. Le texte nous entraîne également dans le sillage de quelques grands écrivains. Pour Philippe Le Guillou, rencontrer l'écrivain c'est rejoindre son univers par l'écriture et découvrir le lieu qui a permis l'expression de son oeuvre. Voilà un très beau texte qui interroge à la fois nos souvenirs et le rapport à la littérature.

  • add_box
    Couverture du livre « Les années insulaires » de Philippe Le Guillou aux éditions Gallimard

    Danièle Lecuppre sur Les années insulaires de Philippe Le Guillou

    Les livres de Le Guillou sont avant tout un gage de formidable écriture,et celui_ci n'a rien à envier aux autres.
    C'est l'époque pompidolienne,et un peintre souvent retiré e Bretagne ,à Venise et à Paris,a peint un portrait de G.Pompidou lors d'une rencontre en Bretagne avant que celui ci ne...
    Voir plus

    Les livres de Le Guillou sont avant tout un gage de formidable écriture,et celui_ci n'a rien à envier aux autres.
    C'est l'époque pompidolienne,et un peintre souvent retiré e Bretagne ,à Venise et à Paris,a peint un portrait de G.Pompidou lors d'une rencontre en Bretagne avant que celui ci ne devienne président.Plus tard,le peintre ,sera parfois appelé à revoir le président.Dans le même temps ,dans le vieux Paris c'est l'insurection:les Halles et tout le quartier vont disparaître du fait de "ce prince des modernes",le béton va surgir de partout,et le peintre se retrouvera un peu otage de ses comparses de bistrot ,compagnie d'ailleurs composée du petit peuple ,de normalien,d'antiquaire etc.De l'autre côté,son admiration pour le président "homme".
    C'est un roman,mais la plupart des personnages sont nommés.
    C'est une dispute entre les Anciens et les Modernes fort bien racontée.A noter de superbes pages sur Paris.

  • add_box
    Couverture du livre « Les sept noms du peintre ; vies imaginaires d'Erich Sebastian Berg » de Philippe Le Guillou aux éditions Gallimard

    Emmanuelle matoussowsky sur Les sept noms du peintre ; vies imaginaires d'Erich Sebastian Berg de Philippe Le Guillou

    Un livre brillant, parfois dérangeant, sur la vie d'un peintre imaginaire, visionnaire et mystique du 20eme siècle.
    L'itinéraire d'Erich Sebastian Berg né en 1940 d'un père allemand et d'une mère française, tous deux démissionnaires, passe par un pensionnat religieux où il découvrira son...
    Voir plus

    Un livre brillant, parfois dérangeant, sur la vie d'un peintre imaginaire, visionnaire et mystique du 20eme siècle.
    L'itinéraire d'Erich Sebastian Berg né en 1940 d'un père allemand et d'une mère française, tous deux démissionnaires, passe par un pensionnat religieux où il découvrira son homosexualité, des rencontres fortes avec des prêtres, la figure de son grand-père, vieil ermite reclus dans un fort battu par les flots de la Mer du Nord qui lui transmet le sens de la mort...
    Il ira apprendre la peinture à Anvers où son apprentissage à l'académie s'achève par la réalisation d'un chef d'œuvre "Le triptyque d'Anvers" composé d'un marin, un moine et un chevalier. Cette oeuvre hantée par la mort, l'érotisme, la religion et la sexualité le poursuivra sa vie durant.
    Itinéraire initiatique frôlant continuellement la mort et la folie, l'auteur, grâce à une écriture très riche et très visuelle, parvient à concilier le romanesque et une réflexion sur le processus de création, et sur l'oeuvre d'art.

  • add_box
    Couverture du livre « Le pont des anges » de Philippe Le Guillou aux éditions Gallimard

    Danièle Lecuppre sur Le pont des anges de Philippe Le Guillou

    L'élection d'un pape,la vie au Vatican,entre J.Raspail et A.Dumas c'est un roman quasiment picaresque,de haute tenue.

    L'élection d'un pape,la vie au Vatican,entre J.Raspail et A.Dumas c'est un roman quasiment picaresque,de haute tenue.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !