Philippe Grimbert

Philippe Grimbert

Philippe Grimbert, né à Paris en 1948, est un écrivain, essayiste et psychanalyste.
Après de longues études de psychologie, il passe une dizaine d'années en analyse chez un lacanien, avant d'ouvrir son propre cabinet à Paris. Il travaille aussi dans deux instituts médico-éducatifs, à Asnières et à...

Voir plus

Philippe Grimbert, né à Paris en 1948, est un écrivain, essayiste et psychanalyste.
Après de longues études de psychologie, il passe une dizaine d'années en analyse chez un lacanien, avant d'ouvrir son propre cabinet à Paris. Il travaille aussi dans deux instituts médico-éducatifs, à Asnières et à Colombes, auprès d'adolescents autistes ou psychotiques.
La Petite Robe de Paul le fait connaître en littérature générale. Il est en tout l'auteur de quatre romans parus aux Éditions Grasset, dont Un secret (2004) qui est ensuite adapté au cinéma avec Patrick Bruel et Cécile de France en rôle principal. Ce livre est récompensé par le prix Goncourt des lycéens en 2004, le prix des Lectrices de Elle et le prix Wizo en 2005.
La Mauvaise Rencontre (Grasset, 2009) et Un Garçon singulier (Grasset, 2011) ont rencontré également un grand succès.
Passionné de musique, de danse et d'informatique, il a aussi publié plusieurs essais dont : Psychanalyse de la chansonPas de fumée sans Freud et Chantons sous la psy.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Philippe Grimbert (1)

Avis sur cet auteur (52)

  • add_box
    Couverture du livre « Un secret » de Philippe Grimbert aux éditions Lgf

    Sophie Wag sur Un secret de Philippe Grimbert

    Avec beaucoup de pudeur, Philippe Grimbert ou plutôt le narrateur nous raconte la naissance de l'amour entre Tania sa mère et Maxime son père ou du moins ce qu'il croit savoir... Il s'invente aussi un grand frère surtout certains jours sombres où il en a besoin.
    Lorsqu'à l'adolescence, Louise,...
    Voir plus

    Avec beaucoup de pudeur, Philippe Grimbert ou plutôt le narrateur nous raconte la naissance de l'amour entre Tania sa mère et Maxime son père ou du moins ce qu'il croit savoir... Il s'invente aussi un grand frère surtout certains jours sombres où il en a besoin.
    Lorsqu'à l'adolescence, Louise, une amie de la famille lui raconte ce qu'il s'est rééllement passé, toute l'histoire de sa famille va se dérouler et il va comprendre le secret qu'il était loin d'imaginer.
    Un très beau livre sur les secrets de famille, une histoire forte et poignante, très bien racontée. Une adaptation au cinéma fidèle au livre et magistralement interprétée par une Cécile de France juste et pudique.

  • add_box
    Couverture du livre « Un secret » de Philippe Grimbert aux éditions Lgf

    Amelielit sur Un secret de Philippe Grimbert

    Un super roman autobiographique. On est captivé par l'histoire et par le triangle amoureux Tania/Maxime/ Hannah. Comment un secret de famille peut-il jouer sur notre façon d être sans qu on le sache?
    C'est vraiment une lecture passionnante.

    Un super roman autobiographique. On est captivé par l'histoire et par le triangle amoureux Tania/Maxime/ Hannah. Comment un secret de famille peut-il jouer sur notre façon d être sans qu on le sache?
    C'est vraiment une lecture passionnante.

  • add_box
    Couverture du livre « Un secret » de Philippe Grimbert aux éditions Lgf

    Géland Charline sur Un secret de Philippe Grimbert

    Un roman que l'on ferme uniquement quand on l'a terminé. Ce livre parle des secrets de famille et de leurs conséquences.

    Un roman que l'on ferme uniquement quand on l'a terminé. Ce livre parle des secrets de famille et de leurs conséquences.

  • add_box
    Couverture du livre « Un secret » de Philippe Grimbert aux éditions Lgf

    Lunartic sur Un secret de Philippe Grimbert

    Bonjour les petits amis ! Aujourd'hui, je vais vous parler d'un livre lu et étudié au collège qui m'avait énormément touchée, Un secret, ou l'histoire autobiographique de l'auteur du roman, Philippe Grimbert, qui a grandi dans l'ombre d'un grand frère disparu dans de tragiques...
    Voir plus

    Bonjour les petits amis ! Aujourd'hui, je vais vous parler d'un livre lu et étudié au collège qui m'avait énormément touchée, Un secret, ou l'histoire autobiographique de l'auteur du roman, Philippe Grimbert, qui a grandi dans l'ombre d'un grand frère disparu dans de tragiques circonstances...

    On suit donc le récit du narrateur, au début de l'histoire un jeune garçon chétif, souffreteux et fragile. On a l'impression qu'il s'agit d'une famille normale avec une histoire normale : un jeune adolescent, depuis tout petit, s'imagine un grand frère pour le protéger car il est fils unique. Moi aussi, étant fille unique, je me suis déjà imaginée avoir une grande sœur ou un grand frère pour jouer avec eux, pour me sentir protégée. On a tous eu des amis imaginaires durant notre enfance. Seulement là, il y a une particularité : notre narrateur s'imagine que son grand frère l'oppresse, se moque de son physique, lui qui est si beau, si parfait. A l'image de leur père, Maxime. Ce dernier m'a paru tout ce qu'il y a de plus antipathique : il est très distant et déçu de son maladif de fils, qui le sent et qui en souffre énormément. J'ai partagé sa souffrance, son mal être, son obsession des corps parfaits, sa solitude. Je me suis sentie extrêmement proche de lui car je me suis attachée très rapidement au personnage, je l'ai plaint, j'ai ressenti beaucoup de compassion à son égard. J'ai de loin préféré sa mère, Tania, à son père : elle est très aimante et protectrice envers son fils. Et bien sûr, je me suis très rapidement attachée à Louise, meilleure amie de la famille du narrateur et de lui-même, ainsi que leur voisine depuis longtemps. Elle partage beaucoup de points communs avec le narrateur : elle aussi est rejetée comme le narrateur est rejeté par ses camarades de classe, elle souffre de son pied bot, sa difformité, des moqueries, elle est seule (c'est une vieille fille) et le narrateur est l'unique personne qui comprend ce qu'elle ressent. Ils m'ont beaucoup touchée tous les deux.

    Comme tous les enfants, le narrateur s'imagine une rencontre idyllique entre ses parents d'après les souvenirs qu'ils lui ont raconté. Et, dans le cas de Maxime et Tania, l'amour naissant est plus qu'idyllique : Maxime, beau jeune homme athlétique et séducteur, tombe sous le charme de la splendide Tania, mannequin et nageuse émérite, à l'Alsacienne, complexe sportif de Paris. C'est un véritable coup de foudre et il en résulte, après plusieurs mois d'amour, un mariage entre les deux jeunes gens. Cependant, leur enfant ne naîtra que tardivement, notamment à cause de la Seconde Guerre mondiale, qui obligera le couple à se réfugier pendant deux ans dans un petit village de la zone libre, chez une institutrice et son père. Deux ans qui seront presque des grandes vacances à côte de l'horreur de la guerre. Notre narrateur naîtra finalement à la fin de celle-ci. Une superbe histoire, que tous les enfants aimeraient raconter à leurs amis. Oui mais la réalité est bien différente... Sinon l'intrigue serait assez ennuyeuse et prévisible, vous vous en doutez....

    En effet, la véritable histoire est bien plus sombre. Plusieurs indices montreront au narrateur que ses parents lui cachent quelque chose : ce grand frère, qu'il s'imagine depuis l'enfance, et qui, selon lui, a bel et bien existé autrefois; ce petit chien en bakélite trouvé dans le grenier qu'il affectionne particulièrement, qui gêne sa mère et insupporte son père; ce film sur la Shoah visionné à la télévision et qui a carrément fait se précipiter Maxime hors du salon. Certes, ces petits détails peuvent sembler anodins. Mais la vérité finit toujours par être révélée un jour... Un événement décisif déclenchera la révélation. Peu après le quinzième anniversaire du narrateur, celui-ci regardera un documentaire sur le génocide juif en classe, qui l'écœurera. Un passage en particulier le marque : celui du cadavre d'une femme, traînée telle une poupée de chiffon vers une fosse commune. Le narrateur s'imagine la vie que cette femme menait avant sa déportation : celle d'une femme normale, comme les autres, voulant plaire, se faisant belle avec du maquillage, sortant avec sa famille et ses amies... Une vie simple. Ce passage m'a bouleversé. Moi aussi, j'ai vu cette femme devant moi, traînée comme une vulgaire poupée qui n'a plus aucune importance et qui n'a même pas droit à une sépulture correcte. Une femme qui vivait comme tout le monde et qui a été traitée de manière purement inhumaine. Tant de femmes, d'hommes, d'enfants traités ainsi... C'est honteux, il n'y a pas de mots pour parler de tels malheurs... Le voisin de table du narrateur m'a tout simplement choqué et dégoûtée. Cette insulte aux Juifs est juste indigeste ! Et dire qu'il y a plus de personnes comme lui que l'on croit... Un véritable cauchemar... J'ai tout à fait compris le narrateur de s'être bagarré avec lui pour cette injure. Certes, je suis contre la violence et ce n'était pas la meilleure solution, mais ce jeune homme a eu ce qu'il méritait ! Et je me suis sentie fière du narrateur et très heureuse de voir enfin son père lui porter de l'intérêt. S'il cache à ses parents la raison de sa bagarre (ils sont juifs et préfèrent oublier cette maudite période du génocide), sa confidente Louise a le droit de tout savoir et cette fameuse bagarre fera que qu'elle avouera toute la vérité au narrateur. Le moment est enfin venu.

    La fin du livre est très belle et émouvante, elle nous fend littéralement le cœur. Très sincèrement, difficile de ne pas avoir envie de pleurer toutes les larmes de son petit corps en découvrant ces dernières pages juste déchirantes et dures à encaisser. Je peux vous promettre une chose, c'est qu'à ce moment-là où les carapaces se fendent et où les cœurs s'ouvrent les uns aux autres, où la culpabilité s'efface pour laisser la place à une épouvantable mais salvatrice certitude, on a définitivement l'estomac qui se noue. Et les tout derniers paragraphes, les ultimes lignes du livre nous achèvent de nouveau, criantes qu'elles sont d'indignation, de vulnérabilité et de justesse, à l'instar de la plume tout en délicatesse et en sensibilité de l'auteur. En bref, je ne peux que vous recommander cette lecture très enrichissante et bouleversante.