Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Philippe Georget

Philippe Georget
Philippe Georget est né en 1963 quelques jours après la mort de Kennedy, donc ne cherchez pas, il a un bon alibi ! Il a 20 ans quand il découvre la solidarité en participant à la construction d'une école au Nicaragua. De retour en France, il reprend des études qui le conduiront à une licence d'hi... Voir plus
Philippe Georget est né en 1963 quelques jours après la mort de Kennedy, donc ne cherchez pas, il a un bon alibi ! Il a 20 ans quand il découvre la solidarité en participant à la construction d'une école au Nicaragua. De retour en France, il reprend des études qui le conduiront à une licence d'histoire puis une maîtrise de journalisme en 1988. Il travaille d'abord pour Radio France et Le Guide du Routard avant de se lancer dans la télévision régionale du côté d'Orléans. Il y travaille comme journaliste rédacteur, cameraman et présentateur. En 2001, il embarque femme et enfants dans son camping-car et fait le tour de la Méditerranée de Marseille à Marseille en passant par l'Italie, la Grèce, la Turquie, la Syrie, la Jordanie, la Libye et la Tunisie... À son retour, il pose ses valises dans les environs de Perpignan. Et c'est là, en pays catalan, qu'il situe la plupart des intrigues de ses romans. Une terre qu'il apprécie tout particulièrement et dont il arpente en courant – et probablement pour se défouler entre deux chapitres de son prochain roman – les sentiers sauvages. Il compte d'ailleurs trois marathons à son actif sans compter celui dont il a un jour raté le départ, ayant malencontreusement pris celui de la course d'à côté ! Un écrivain marathonien... ceci explique sans doute cela !

Avis sur cet auteur (16)

  • add_box
    Couverture du livre « Une ritournelle ne fait pas le printemps » de Philippe Georget aux éditions Jigal

    L'atelier de Litote sur Une ritournelle ne fait pas le printemps de Philippe Georget

    Avec une ritournelle ne fait pas le printemps de Philippe Georget, j’ai pris le train en marche puisque ce livre est le quatrième tome de la série « Les quatre saisons de Gilles Segag. Cela ne m’a pas empêché de comprendre ni même d’apprécier ce nouveau tome. Tout d’abord parce que l’histoire...
    Voir plus

    Avec une ritournelle ne fait pas le printemps de Philippe Georget, j’ai pris le train en marche puisque ce livre est le quatrième tome de la série « Les quatre saisons de Gilles Segag. Cela ne m’a pas empêché de comprendre ni même d’apprécier ce nouveau tome. Tout d’abord parce que l’histoire se déroule dans Perpignan et que j’habite cette ville. Alors j’ai pu profiter de toutes les références en sachant de quoi parlait l’auteur et c’était déjà un grand plaisir, sans compter les clins d’œil des noms de famille de certains personnages qui se réfèrent à des endroits comme Batère qui m’a fait penser à la Tour de Batère. Cette enquête se situe donc en plein pays catalan, au moment de la procession de la Sanch le vendredi Saint. L’auteur m’a fait voir les choses par ses yeux et j’étais sous le charme de ses descriptions de quartiers typiquement gitans de Perpignan. J’ai été touché par une de ses personnages secondaire, un SDF dit « le Libraire » qui vivote dans le quartier de la gare et sur berges de la Têt. Au delà de l’intrigue imaginative, j’ai aimé le côté satyre sociale et connaissance de toutes les problématiques liées à cette région. J’ai tout de suite accroché avec les personnages de l’histoire comme si je les connaissais déjà, ils sont bien campés et bien travaillés. Le style d’écriture et le rythme rapide donné par l’auteur font que les pages se tournent toutes seules. La cerise sur le gâteau c’est de donner une place non négligeable à Charles Trenet en reprenant des paroles de ses chansons ou encore en se servant de ce que l’on sait de lui pour l’incorporer brillamment à l’intrigue aujourd’hui. Pas mal de vocabulaires et d’anecdotes catalans donnent une touche régionale de véracité. Un excellent moment de lecture pour qui veut mieux comprendre les dessous de cette région. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/10/14/37662172.html

  • add_box
    Couverture du livre « Une ritournelle ne fait pas le printemps » de Philippe Georget aux éditions Jigal

    Yv Pol sur Une ritournelle ne fait pas le printemps de Philippe Georget

    Retour de Gilles Sebag et de son équipe déjà croisés dans d'autres polars de Philippe Georget. Le flic semble un peu posé, sa vie personnelle va mieux donc lui aussi et il peut retrouver son intuition, son humour aux jeux de mots pas très fins mais qui ont le mérite de détendre l'atmosphère....
    Voir plus

    Retour de Gilles Sebag et de son équipe déjà croisés dans d'autres polars de Philippe Georget. Le flic semble un peu posé, sa vie personnelle va mieux donc lui aussi et il peut retrouver son intuition, son humour aux jeux de mots pas très fins mais qui ont le mérite de détendre l'atmosphère. Dans cette enquête il croisera l'ombre de Charles Trenet qui vécut quelques années à Perpignan : le mort de la procession habitait l'ancienne maison de l'artiste. La présence du poète chantant est forte et ambiguë, ce qui rajoute au plaisir de l'énigme et de la lecture. D'autres aspects de ce roman en renforcent l'attrait : l'histoire de Perpignan et de la Sanch, la description de la ville, de ses quartiers et de ses habitants, la parfois difficile cohabitation entre les gens d'origines diverses, et la présence d'un SDF pas banal, dit Le libraire et ses théories sur les livres à lire en fonction des endroits où il fait la manche. Tout cela est soudé par Gilles Sebag, omniprésent et par ses enquêtes. Philippe Georget écrit un polar qui prend son temps tout en ne le perdant pas ni ne le faisant perdre aux lecteurs. Il explique sans le détailler le long travail de recherche des flics : témoins, indices, portes à portes du voisinage, visionnages des enregistrements des caméras de sécurité, ... Ce n'est pas le côté le plus romanesque du travail des policiers, mais l'évoquer me paraît important. Ce dernier roman de la série des quatre saisons avec Gilles Sebag (L'été tous les chats s'ennuient, Les Violents de l'automne, Méfaits d'hiver) la clôt de belle manière en s'intéressant aux vies des suspects presque plus qu'à celles des flics ; ce ne sont ni des victimes ni des bourreaux, ils sont beaucoup plus complexes que cela. Ce qui donne un très bon polar qui mise avant tout sur l'humain et les relations humaines.

  • add_box
    Couverture du livre « Méfaits d'hiver » de Philippe Georget aux éditions Jigal

    kryan soler sur Méfaits d'hiver de Philippe Georget

    Gilles Sebag "est un bon flic car il met de l'empathie dans ses enquêtes".
    Dans ce roman, j'en avais pour lui.

    Le lieutenant va mal, il se sent seul, fatigué, en colère. Il a des idées sombres et beaucoup de questions.
    Sa vie privée et sa vie professionnelle se télescopent.
    Car, le jour...
    Voir plus

    Gilles Sebag "est un bon flic car il met de l'empathie dans ses enquêtes".
    Dans ce roman, j'en avais pour lui.

    Le lieutenant va mal, il se sent seul, fatigué, en colère. Il a des idées sombres et beaucoup de questions.
    Sa vie privée et sa vie professionnelle se télescopent.
    Car, le jour où il apprend que sa femme le trompe, il enquête sur le meurtre d'une femme adultère par un mari jaloux.

    C'est un bon polar, avec une bonne intrigue, et un vrai intérêt pour le travail des policiers.

  • add_box
    Couverture du livre « Les violents de l'automne » de Philippe Georget aux éditions Pocket

    kryan soler sur Les violents de l'automne de Philippe Georget

    " La guerre ne faisait pas de cadeau. Pas plus aujourd'hui qu'hier"
    Le lieutenant Gilles Sebag essaie de démêler les liens qui relient la période trouble et sensible dans l'Algérie des années 60, et les crimes et délits sur lesquels lui et son équipe enquêtent actuellement à Perpignan.
    C'est...
    Voir plus

    " La guerre ne faisait pas de cadeau. Pas plus aujourd'hui qu'hier"
    Le lieutenant Gilles Sebag essaie de démêler les liens qui relient la période trouble et sensible dans l'Algérie des années 60, et les crimes et délits sur lesquels lui et son équipe enquêtent actuellement à Perpignan.
    C'est bien écrit, intéressant, avec des petites pointes d'humour.
    Mais un peu trop prévisible et donc pas assez de suspense pour moi.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !