Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Philippe Djian

Philippe Djian
Philippe Djian est né en 1949 à Paris. C'est en voulant essayer une machine à écrire, donnée par un ami, qu'il entame l'écriture des nouvelles qui composeront 50 contre 1. Mais le succès auprès du grand public vient en 1985 avec l'adaptation au cinéma de 37°2 le matin par Jean-Jacques Beineix. Tr... Voir plus
Philippe Djian est né en 1949 à Paris. C'est en voulant essayer une machine à écrire, donnée par un ami, qu'il entame l'écriture des nouvelles qui composeront 50 contre 1. Mais le succès auprès du grand public vient en 1985 avec l'adaptation au cinéma de 37°2 le matin par Jean-Jacques Beineix. Traduit dans vingt pays, le roman connaît un succès retentissant.

Articles en lien avec Philippe Djian (2)

Avis sur cet auteur (77)

  • add_box
    Couverture du livre « Double Nelson » de Philippe Djian aux éditions Flammarion

    Anne-Marie Lemoigne sur Double Nelson de Philippe Djian

    Je ne suis ni une spécialiste, ni une inconditionnelle des romans de Philippe Djian. Si j'en ai apprécié quelques uns, ce ne fut pas le cas de ce dernier.

    Dans DOUBLE NELSON, les deux protagonistes sont ceux d'un couple formé de ce que j'appellerais « une femelle dominant et un mâle...
    Voir plus

    Je ne suis ni une spécialiste, ni une inconditionnelle des romans de Philippe Djian. Si j'en ai apprécié quelques uns, ce ne fut pas le cas de ce dernier.

    Dans DOUBLE NELSON, les deux protagonistes sont ceux d'un couple formé de ce que j'appellerais « une femelle dominant et un mâle dominé »
    Elle, c'est Edith, membre des Forces spéciales, sorte de Ninja féminin que rien n'arrête, une flingueuse qui tire plus vite que son ombre, disposant d'« un mental d'acier, une résistance à toute épreuve et « spécialisée dans les affaires de commando, d'espionnage, d'exfiltration »
    Lui, c'est Luc, romancier en panne, qui ne cesse de procrastiner - il se trouve toujours de bonnes raisons- et dont le roman est « en berne »
    Leurs relations sont souvent celles d'une sorte de catch amoureux ( d'où le titre DOUBLE NELSON qui désigne une prise de catch :celle de la soumission.
    Ils ont rompu, - violemment car Edith a des manières expéditives - puis un jour elle revient chez Luc, blessée et lui demande de la cacher. Ils vont devoir cohabiter, mais vont -ils remettre le couvert ?
    Face à la maison de Luc, celle de Marc, séparé de son épouse. Il vit désormais avec Michele, jeune femme atteinte d'érotomanie aigüe, irrésistiblement attirée par Luc. Comment échapper à son harcèlement ?
    A cela va s'ajouter une nouvelle mission spéciale pour Edith et dans laquelle elle entraîne Luc.

    J'ai retrouvé dans ce roman des caractéristiques des précédents : la présence d'un personnage écrivain, certains prénoms, des dialogues que rien ne distingue de la narration, des phrases courtes sèches et juxtaposées, et aussi......... des ellipses dont est coutumier Djian.
    Chez lui, l énoncé des résultats des actes précède souvent l'énoncé de leurs causes et si j'ai d'abord souri aux déboires amoureux des personnages, je me suis rapidement sentie désorientée par les sombres affaires de mission secrète où se trouvent embarqués nos héros .
    .

  • add_box
    Couverture du livre « Mise en bouche » de Philippe Djian aux éditions Folio

    Johanna Karniewicz sur Mise en bouche de Philippe Djian

    Depuis Incidences, Philippe Djian est un de mes auteurs favoris. Je ne résiste jamais devant un de ses romans, ses histoires sont bizarres, je suis toujours surprise, j'adore ! Il ne cherche pas à faire aimer ses personnages, il nous les livre tels qu'ils sont, bourrés de défauts et...
    Voir plus

    Depuis Incidences, Philippe Djian est un de mes auteurs favoris. Je ne résiste jamais devant un de ses romans, ses histoires sont bizarres, je suis toujours surprise, j'adore ! Il ne cherche pas à faire aimer ses personnages, il nous les livre tels qu'ils sont, bourrés de défauts et imparfaitement humains...

    Mise en bouche se passe dans une école. Un fou a pris les élèves en otage et menace de se faire exploser s'il n'obtient pas sa rançon. Le protagoniste, père de famille se retrouve pris dans ce drame, coincé avec l'instit de sa fille dont il est en train de tomber amoureux.

    Un huis clos de 80 pages qui se lisent d'une traite, rempli d'humour, de passion, d'émotion brute. Du grand Djian, encore une fois !

  • add_box
    Couverture du livre « Doggy bag t.1 » de Philippe Djian aux éditions Julliard

    Kryan sur Doggy bag t.1 de Philippe Djian

    "Edith est revenue, finit-il par lâcher en retirant ses mains de la table.
    - Ne dis pas de conneries répliqua-t-elle vivement, sur un ton hystérique."

    Saison 1 découverte à la boîte à livres.
    C'est sympa, décalé.

    "Edith est revenue, finit-il par lâcher en retirant ses mains de la table.
    - Ne dis pas de conneries répliqua-t-elle vivement, sur un ton hystérique."

    Saison 1 découverte à la boîte à livres.
    C'est sympa, décalé.

  • add_box
    Couverture du livre « 37°2 le matin » de Philippe Djian aux éditions J'ai Lu

    Kryan sur 37°2 le matin de Philippe Djian

    J'avais aussi bien aimé l'adaptation cinématographique.

    J'avais aussi bien aimé l'adaptation cinématographique.