Peter Swanson

Peter Swanson

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (10)

  • add_box
    Couverture du livre « Vis-à-vis » de Peter Swanson aux éditions Gallmeister

    Joe sur Vis-à-vis de Peter Swanson

    Gallmeister enrichit sa ligne éditoriale d’un premier thriller et c’est Peter Swanson qui démarre cette nouvelle aventure avec virtuosité.

    Près de Boston, Hen et Lloyd, Matthew et Mira, deux couples sans enfant habitant des maisons voisines, font connaissance lors d’une fête de quartier. Hen...
    Voir plus

    Gallmeister enrichit sa ligne éditoriale d’un premier thriller et c’est Peter Swanson qui démarre cette nouvelle aventure avec virtuosité.

    Près de Boston, Hen et Lloyd, Matthew et Mira, deux couples sans enfant habitant des maisons voisines, font connaissance lors d’une fête de quartier. Hen et Lloyd s’apprêtent à prendre congé de leurs hôtes lorsque Hen découvre dans le bureau de Matthew un objet lié à un meurtre non élucidé.
    Persuadée que Matthew est un meurtrier, Hen commence une traque obsessionnelle pour parvenir à le confondre et à persuader tout le monde qu’elle ne peut se tromper.

    Le récit se focalise sur deux points de vue, celui de Hen, artiste talentueuse, émotionnellement fragile, bipolaire, et celui de Matthew, professeur d’histoire énigmatique, qui comprend très vite que Hen sait qu’il est un dangereux psychopathe. Les deux protagonistes se confrontent dans un face à face angoissant, une sorte de jeu du chat et de la souris dont on ne sait qui sortira vainqueur. Chacun se dévoile dans un rapport de force ambigu et perturbant, ce qui est un des points forts du récit.

    L’auteur distille des détails sur la personnalité de chacun. Matthew, personnage aussi mystérieux que torturé, son couple, son enfance difficile, sa famille détruite par la violence, son attirance pour ceux qu’il pense être des monstres, son besoin obsessionnel de faire justice lui-même… Hen, ses problèmes psychologiques en voie de guérison, une histoire de fausses accusations qui la poursuit et qui l’empêchent de paraître totalement crédible, son équilibre qui semble pourtant retrouvé auprès de Lloyd.

    Toutes les cartes semblent données d’entrée de jeu et pourtant Peter Swanson parvient à faire monter le suspense, à manipuler le lecteur, à l’embarquer sur de fausses pistes. L’écriture est vive, alerte, la psychologie des personnages complexe, le rythme du récit est donné par des chapitres courts, une tension narrative qui ne faiblit pas.

    Voici un thriller psychologique efficace en diable, parfaitement maîtrisé et rondement mené, qui
    m'a tenue éveillée jusqu’au bout de la nuit. Je recommande !

  • add_box
    Couverture du livre « Vis-à-vis » de Peter Swanson aux éditions Gallmeister

    Marie Kirzy sur Vis-à-vis de Peter Swanson

    Dès le départ, tout semble très clair dans cette banlieue américaine banalement rupine : Hen, illustratrice de talent, comprend que son voisin Mathew est un tueur. Et il sait qu'elle sait.

    L'artiste et le tueur, classique. Sauf que rien ne s'avère aussi simple. Peter Swanson a eu l'excellent...
    Voir plus

    Dès le départ, tout semble très clair dans cette banlieue américaine banalement rupine : Hen, illustratrice de talent, comprend que son voisin Mathew est un tueur. Et il sait qu'elle sait.

    L'artiste et le tueur, classique. Sauf que rien ne s'avère aussi simple. Peter Swanson a eu l'excellent idée de faire souffrir son héroïne de troubles bipolaires avérés : elle a connu un grave épisode psychotique, entre paranoïa et violence, sa maladie est stabilisée à l'aide de médicaments lorsqu'on fait sa connaissance. Qui la croirait si elle balançait que son voisin avait tué un des ses étudiants quelques années de cela, peut-être d'autres ? Ni la police, ni son mari qui s'inquiète de voir sa pathologie réactivée par l'obsession pour son voisin.

    S'ensuit un vis-à-vis empreint d'ambiguïté entre le présumé tueur et la présumée folle. Bien sûr, sur le papier cette relation peut sembler très peu crédible, voire complètement invraisemblable. D'autant plus que j'ai trouvé les dialogues pas très bons, trop écrits, peu naturels, souvent maladroits.

    En fait l'auteur est bien meilleur dans les parties " récit ". le face-à-face est de plus en plus piquant, chacun révélant son passé traumatique, entre secrets et confidences inattendus, Mathew devenant à la fois très effrayant et très touchant aussi, cela en devient dérangeant même, au bon sens du terme. le trouble s'installe dans ce jeu dangereux qui se transforme en intimité très étrange. Puis le rythme s'accélère dans le dernier quart, jusqu'à un dénouement que je commençais à entrevoir mais qui m'a surpris dans sa radicalité.

    Un thriller vraiment très prenant, à l'intrigue vivante et surprenante.

  • add_box
    Couverture du livre « Vis-à-vis » de Peter Swanson aux éditions Gallmeister

    HUBRIS LIBRIS sur Vis-à-vis de Peter Swanson

    Dès les premières pages, les faits sont posés. Hen, nouvelle résidente dans le quartier, invitée avec son mari chez les voisins voit un objet qu’elle rattache immédiatement à un meurtre. Le point de vue du voisin est aussitôt présent dans le chapitre suivant et vient confirmer les doutes de Hen...
    Voir plus

    Dès les premières pages, les faits sont posés. Hen, nouvelle résidente dans le quartier, invitée avec son mari chez les voisins voit un objet qu’elle rattache immédiatement à un meurtre. Le point de vue du voisin est aussitôt présent dans le chapitre suivant et vient confirmer les doutes de Hen ; l’objet a bien un lien avec un homicide commis quelques années plus tôt. Les points de vue vont donc alterner tout au long des chapitres du roman, permettant alors de confronter les questionnements, et raisonnements de chacun des deux personnages, ce qui augmente la tension au fil des pages.

    Tueur d’un côté, et victime de l’autre. Tout semble bien simple, mais de nouveaux éléments s’invitent au fur et à mesure qu’on dévore les pages. On découvre que Hen souffre de troubles bipolaires. Serait-elle en train d'imaginer tout ce qu'elle perçoit chez son voisin ? Ce qui semblait être un puzzle aisé à reconstruire devient un véritable labyrinthe dont on récolte chaque indice pour en trouver l’issue.

    L’auteur joue, nous promène, nous envoie sur une piste, distille le doute. Un roman que j’avais du mal de lâcher tant je voulais connaître la suite à chaque fin de chapitre.

  • add_box
    Couverture du livre « Chacune de ses peurs » de Peter Swanson aux éditions Calmann-levy

    Magali Bertrand sur Chacune de ses peurs de Peter Swanson

    Démarrer la lecture de « Chacune de ses peurs », c’est un peu comme embarquer pour une traversée que l’on vous promet agitée et pleine de remous. On se prépare, on vérifie son matériel, on s’assure de la solidité des gilets de sauvetages et puis…et puis on se retrouve à traverser un étang de...
    Voir plus

    Démarrer la lecture de « Chacune de ses peurs », c’est un peu comme embarquer pour une traversée que l’on vous promet agitée et pleine de remous. On se prépare, on vérifie son matériel, on s’assure de la solidité des gilets de sauvetages et puis…et puis on se retrouve à traverser un étang de pêche sur un pédalo !
    Certes, c’est une jolie mécanique aux rouages bien huilés, mais, comme sur une mer d’huile, on finit par se laisser glisser, tranquille Mimile, sans accroc ni à-coups d’une rive à l’autre, ayant aperçu quasiment dès le départ le lieu d’accostage sur le rivage d’en face.
    Les personnages comme l’intrigue, gentiment troussés du reste, apparaissent d’une limpidité presqu’aveuglante au fur et à mesure que se déroule la narration adoptant tour à tour le point de vue de chacun des protagonistes.
    Certes, le lecteur peut éprouver une forme de jubilation à voir se confirmer pas à pas chacune de ses hypothèses, mais guère plus qu’à hauteur de celle d’un cruciverbiste qui vient à bout d’une grille de niveau 2 contenant quelques définitions finement rouées…
    On peine même à croire que chacune des ficelles soit si facile à dénouer et, jusqu’au bout, alors que démarre la dernière partie, on espère être surpris par LE fameux rebondissement, celui que l’on n’aurait pas venu venir et qui impose la marque des maîtres du suspens…et puis non.
    On quitte cette lecture proprette et pas franchement désagréable avec le sentiment frustrant d’être passé, hélas, à côté du grand frisson.