Pete Fromm

Pete Fromm
PETE FROMM est né en 1958 dans le Wisconsin et a d'abord été ranger avant de se consacrer pleinement à l'écriture. Il a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles qui ont remporté de nombreux prix et ont été vivement salués par la critique. Indian Creek est son premier livre traduit en fran... Voir plus
PETE FROMM est né en 1958 dans le Wisconsin et a d'abord été ranger avant de se consacrer pleinement à l'écriture. Il a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles qui ont remporté de nombreux prix et ont été vivement salués par la critique. Indian Creek est son premier livre traduit en français. Il vit à Great Falls dans le Montana.

Avis sur cet auteur (57)

  • add_box
    Couverture du livre « Mon désir le plus ardent » de Pete Fromm aux éditions Gallmeister

    Manonlitaussi sur Mon désir le plus ardent de Pete Fromm

    Et voici mon troisième Pete Fromm, celui dont j’ai le plus entendu parlé. Encore une fois, j’ai été très touchée par son écriture et l’ambiance familiale dans laquelle il nous embarque. J’adore sa manière de mettre en scène toutes les difficultés parentales, l’incompréhension qui règne entre les...
    Voir plus

    Et voici mon troisième Pete Fromm, celui dont j’ai le plus entendu parlé. Encore une fois, j’ai été très touchée par son écriture et l’ambiance familiale dans laquelle il nous embarque. J’adore sa manière de mettre en scène toutes les difficultés parentales, l’incompréhension qui règne entre les membres d’une famille, la difficulté à communiquer parfois, l’ambiguïté des relations parentales, fraternelles. Et au dessus de tout cela, mettre en valeur l’amour, à travers tous les sacrifices faits, et l’humour qui unissent les membres de cette famille. Malgré toutes les épreuves auxquelles, dans ce livre, s’ajoute la maladie de la mère, Mad, tout l’amour que l’auteur arrive à nous faire ressentir entre tous ses personnages nous embarque dans une magnifique histoire et fait fondre notre petit coeur avec des personnages courageux au possible.
    On traverse la vie d’un couple Mad et Dalt, fougueux , qui lutte pour faire survivre leur couple et leur famille composée de deux enfants alors que les capacités physiques de Mad se trouvent réduites d’année en année à cause de sa maladie. Une maladie que je ne connaissais que de nom mais que Pete Fromm m’a révélée.
    C’est une très belle histoire de famille, de courage, de sacrifices, de lutte et de détermination qui ne tombe jamais dans le mélodramatique.

  • add_box
    Couverture du livre « Comment tout a commencé » de Pete Fromm aux éditions Gallmeister

    Manonlitaussi sur Comment tout a commencé de Pete Fromm

    Et hop un autre coup de coeur des éditions Gallmeister !
    J'ai découvert Pete Fromm avec Lucy in the sky qui avait été une très belle lecture mais avec Comment tout a commencé c’est un coup de coeur pour ce livre sublimement triste. J’ai été émerveillée par l’écriture du début à la fin.
    A...
    Voir plus

    Et hop un autre coup de coeur des éditions Gallmeister !
    J'ai découvert Pete Fromm avec Lucy in the sky qui avait été une très belle lecture mais avec Comment tout a commencé c’est un coup de coeur pour ce livre sublimement triste. J’ai été émerveillée par l’écriture du début à la fin.
    A travers le regard d’Austin, petit frère qui idolâtre sa soeur Abilène de 21 ans, on découvre une jeune fille malade, maniaco dépressive, qui refuse de se soigner. Austin est dans l’incompréhension, complètement sous l’emprise des phases hautes et excentriques de sa soeur qui souvent disparaît de la maison. Il ne comprend pas l’acharnement de ses parents à vouloir la soigner et essaie désespérément de la suivre, de marcher sur ses pas grâce à une passion commune pour le baseball.
    Derrière l'euphorie d'Abilène et l'amour fraternelle, il y a toute cette tension entre les parents démunis que les enfants accusent de beaucoup de choses (ça c'est pour tous les parents je pense). Et ce qui fait que c'est sublime malgré toute la tristesse de l’histoire, c'est tout cet amour ressenti par Austin pour sa sœur, celui d’Abilène pour son frère, toute la confiance qu’ils ont l’un envers l’autre et bien sur l’amour de ces parents pour leurs enfants.

  • add_box
    Couverture du livre « Indian creek » de Pete Fromm aux éditions Gallmeister

    Cathfd sur Indian creek de Pete Fromm

    Qu'est ce que j'ai aimé ce récit paru aux USA en 1993 et seulement 13 ans plus tard en France !
    C'est l'histoire de l'auteur alors étudiant à Missoula dans le Montana en 1978. Il accepte en automne sur un coup de tête un job pour les Eaux et Forêts qui implique de passer 7 mois seul dans une...
    Voir plus

    Qu'est ce que j'ai aimé ce récit paru aux USA en 1993 et seulement 13 ans plus tard en France !
    C'est l'histoire de l'auteur alors étudiant à Missoula dans le Montana en 1978. Il accepte en automne sur un coup de tête un job pour les Eaux et Forêts qui implique de passer 7 mois seul dans une tente dans une gorge isolée des Rocheuses dans l'Idaho pour surveiller des oeufs de saumon !
    Hormis la lecture de récits mythiques de trappeurs, aucune expérience préalable ne l'avait préparé à ce qu'il allait vivre là avec pour seule compagnie sa chienne Boone, la visite éclair des rangers une fois par mois, de temps en temps des chasseurs qui fréquentent les lieux tant que la neige et la glace n'ont pas tout bloqué.
    C'est un récit initiatique absolument captivant qui n'a rien perdu de sa fraicheur. Pete Fromm raconte avec simplicité et humilité, sans aucune forfanterie, son quotidien, ses apprentissages, sa solitude, ses mésaventures, drôles la plupart du temps mais qui auraient pu être dramatiques, son admiration aussi pour la nature qui l'entoure dont il tombe littéralement amoureux.
    Si vous aimez les grands espaces, que vous avez envie de lire une histoire authentique, de partager le temps d'une lecture la vie de l'auteur, de partir en raquettes dans la neige profonde pister les cerfs ou les lynx, n'hésitez pas un instant, lisez ce livre vivifiant !

  • add_box
    Couverture du livre « Indian creek » de Pete Fromm aux éditions Gallmeister

    Mumu Dans le Bocage sur Indian creek de Pete Fromm

    1978 – A 20 ans, vous étudiez la biologie, l’été vous êtes maître-nageur. Vous surprenez une conversation où il est question d’un poste à prendre comme surveillant d’un élevage de saumons. Partiriez-vous pour 7 mois au cœur des montagnes rocheuses, d’octobre à avril, pour y vivre seul, dans...
    Voir plus

    1978 – A 20 ans, vous étudiez la biologie, l’été vous êtes maître-nageur. Vous surprenez une conversation où il est question d’un poste à prendre comme surveillant d’un élevage de saumons. Partiriez-vous pour 7 mois au cœur des montagnes rocheuses, d’octobre à avril, pour y vivre seul, dans une tente, dans un paysage fait de neige et de glace, par des températures pouvant descendre jusqu’à -30° la nuit, n’avoir pour seule présence qu’une chienne Boone ? Vous y réfléchissez à deux fois (voir plus) mais Pete Fromm, lui se dit pourquoi pas ? Un coup de fil et le voilà parti pour une aventure qui va changer sa vie.

    Quand vous commencez ce livre vous entrez en territoire inconnu, comme l’a fait l’auteur quand il est arrivé à Indian Creek. Vous allez vivre avec lui une véritable épopée au milieu des étendues blanches, des animaux : puma, lynx, élan, rennes et même ours sans compter tous les autres, plus petits mais pas moins présents.

    Il pensait que ce serait un travail facile, sans trop de contraintes, qu’il avait lu ce qu’il fallait et connaissait tout ce qu’il fallait savoir sur la vie loin de tout, dans des conditions extrêmes, seul.

    Grâce à une écriture, comme toujours, fluide, précise, il n’est plus seul, car vous l’accompagnez : vous partagez son quotidien, ses erreurs mais aussi ses expériences et des découvertes il va en faire de nombreuses pas seulement sur son environnement mais finalement aussi sur lui-même.

    Il va finalement prendre goût à cette vie faite de solitude, de balades, de chasse, de complicité avec sa chienne et de péripéties. Il prend conscience de la majesté des lieux, de leur force, des dangers qu’elle peut représenter. Il n’y est que de passage, un humain dans l’immensité où il faut faire preuve d’humilité, d’ingéniosité et de courage.

    Il va pourtant connaître des moments de stress, de découragement, voir de peur, mais aussi des moments d’extase comme devant une éclipse qui va lui révéler son propre passage de l’ombre à la lumière

    De mon côté, parcouru de frissons, je continuai à tourner en tout sens sur mon étroit promontoire, essayant de voir ce qui n’était plus visible, ce que je n’avais pas eu le temps d’admirer suffisamment en l’espace de deux minutes – je voulais m’imprégner de tout ce que je voyais depuis des mois, comme si cette aube nouvelle avait révélé davantage que de simples montagnes. (p184)

    C’est un roman d’apprentissage à la nature, de découvertes, d’aventures et de quelques rencontres, à la Jack London, à la Sylvain Tesson, dans une nature où toute erreur peut coûter cher, où, grâce aux livres lus et en étant attentif aux gestes de ceux qui pratiquent cette nature, il deviendra lui-même un expert.

    Mais l’apprentissage sera progressif, instructif, parfois difficile et il lui apprendra bien plus qu’il n’imagine.

    Je ne pensais pas prendre autant de plaisir à lire ce roman autobiographique, déterminant dans la vie de Pete Fromm

    En écrivant, je me sentais emporté loin de la chaise sale et de la maison délabrée que je partageais avec mes colocataires. J’étais de nouveau là-bas. Dans la neige. Dans la montagne. J’étais de retour à Indian Creek. J’avais découvert qu’il était possible de rêver en étant éveillé, un stylo à la main. (p240)

    J’ai eu quelques moments difficiles, ceux qui touchaient à la chasse, j’ai toujours du mal à lire des scènes touchant à des animaux que l’on abat, que l’on dépèce, même s’il s’agit de s’alimenter, d’améliorer l’ordinaire mais sinon je me suis complètement immergée dans son environnement et j’ai trouvé pour ma part que les sept mois avaient passé bien vite…

    Pete Fromm a l’art de nous raconter de belles histoires mais quand l’histoire touche une tranche de sa vie, un voyage initiatique, quand il parle nature, vie, beauté des grands espaces et de sa faune mais aussi leur dangerosité, il devient un merveilleux conteur dont on ne se lasse pas.

    J’ai sur mes étagères Le Nom des Etoiles, une suite vingt ans plus tard, un deuxième séjour qui va sûrement me réserver encore de beaux moments d’évasion.