Pete Fromm

Pete Fromm
PETE FROMM est né en 1958 dans le Wisconsin et a d'abord été ranger avant de se consacrer pleinement à l'écriture. Il a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles qui ont remporté de nombreux prix et ont été vivement salués par la critique. Indian Creek est son premier livre traduit en fran... Voir plus
PETE FROMM est né en 1958 dans le Wisconsin et a d'abord été ranger avant de se consacrer pleinement à l'écriture. Il a publié plusieurs romans et recueils de nouvelles qui ont remporté de nombreux prix et ont été vivement salués par la critique. Indian Creek est son premier livre traduit en français. Il vit à Great Falls dans le Montana.

Avis (31)

  • Couverture du livre « Lucy in the sky » de Pete Fromm aux éditions Gallmeister

    Manonlitaussi sur Lucy in the sky de Pete Fromm

    J’ai su au bout de deux pages que ce livre allait devenir un coup de coeur de par l’ambiance, les premiers échanges entre Lucy et son père, lucy et sa mère puis son meilleur ami Kenny. Lucy est une adolescente pleine de sarcasme et possède une aptitude à faire fuser les répliques assez...
    Voir plus

    J’ai su au bout de deux pages que ce livre allait devenir un coup de coeur de par l’ambiance, les premiers échanges entre Lucy et son père, lucy et sa mère puis son meilleur ami Kenny. Lucy est une adolescente pleine de sarcasme et possède une aptitude à faire fuser les répliques assez appréciable quand on ne fait que les lire.
    Elle a beau être une adolescente qu’on voit mûrir et surtout découvrir le sexe d’abord avec son copain d’enfance (et mince alors pourquoi on ne lui avait pas dit que c’était si plaisant ? alors qu’elle traînait avec Kenny au parc jusque là). Lucy est assez débrouillarde. Il vaut mieux avec un père bûcheron souvent absent et une mère, elle même un peu adolescente, tête en l’air et pas très satisfaite de sa vie. Mais quand Lucy est confrontée à la séparation de ses parents, cela reste une enfant pour qui maman, c’est maman et elle doit attendre papa. Et c’est là que maman profite des nombreux reproches bien placées de Lucy.

    Qu’est ce que je me suis sentie bien et confortablement installée dans ma lecture à suivre Lucy dans ses différentes découvertes et premières fois.
    C’est sensuel, c’est touchant, J’ai adoré cette lecture doudou qui n’est pas du tout un feel good mais qui donne le sourire et conforte. Derrière cette légèreté amenée par le thème de l’adolescence, se place l’intensité de tous le changements vécus par Lucy, la contradiction de ses sentiments, sa volonté de voir papa et surtout de voir maman avec papa, puis c’est son premier amour qui doit partir loin. Lucy un peu paumée mais qui envoie les bonnes répliques quand il le faut. Il faut faire connaissance avec cette jeune femme et surtout avec l'écriture de Pete Fromm.

  • Couverture du livre « Mon désir le plus ardent » de Pete Fromm aux éditions Gallmeister

    Mumu Dans le Bocage sur Mon désir le plus ardent de Pete Fromm

    Maddy 20 ans pensait que les hommes de son âge n'étaient pas pour elle...... Mais Dalton a croisé sa route, il a son âge, il est guide de rafting sur les rivières, elle est guide de pêche : leur point commun : la rivière, l'eau mais aussi l'amour de la nature, de l'eau, de la rivière, des grands...
    Voir plus

    Maddy 20 ans pensait que les hommes de son âge n'étaient pas pour elle...... Mais Dalton a croisé sa route, il a son âge, il est guide de rafting sur les rivières, elle est guide de pêche : leur point commun : la rivière, l'eau mais aussi l'amour de la nature, de l'eau, de la rivière, des grands espaces et ils vont mener leur vie tambour battant, aventuriers de la vie, de l'amour.

    Ils vont construire leur couple dans le Wyoming, près de la Snake, de la Buffalo les rivières qui bercent leur amour, avec pour horizon les Tetons, les montagnes du Wyoming. Mais lors de l'annonce de sa première grossesse Maddy va avoir confirmation que sa fatigue a une autre origine : elle est atteinte d'une sclérose en plaques.

    Ma lecture

    Après avoir découvert Pete Fromm avec Lucy in the sky et lu un article dans America N°5 je savais que cet auteur correspondait en tout point à ce j'aime : les personnages au caractère fort, trempé mais aussi la nature, omniprésente.

    Quelle force il y a dans ce roman !

    Maddy, la narratrice. Une femme aux sentiments entiers mais pas prête malgré tout à faire des concessions, même à la maladie. C'est une battante, une nature qui va totalement se révéler grâce à Dalt, son mari, lui qui ne correspondait à aucun de ses critères de vie. Mais ne pas croire qu'elle est soumise, jamais, mais il va lui ouvrir son cœur et sa vie et elle va s'y plonger avec délice.

    Dalt (Dalton) jeune homme aux yeux limpides, au corps musclé, une force physique et mentale, qui va faire le sacrifice de sa passion mais sans amertume ni regrets pour rester et épauler Maddie.

    Dès les premières pages je comprends que je suis entrée dans la vie d'un couple hors norme, l'émotion est présente. Ils se croisent, ils savent au premier regard qu'ils sont faits l'un pour l'autre, le monde n'existe plus, ils se suffisent à eux-mêmes.

    Leur mariage est à leur image : les vœux qu'ils prononcent sont  d'une émotion intense car simples en apparence et profonds. Ils s'engagent dans un voyage dont ils savent qu'il sera parfois semé de pierres, mais c'est leur "Désir le plus ardent".

    Et parce que Dalton est profondément respectueux de la nature et de l'environnement où il est heureux de vivre, leur cérémonie de mariage est d'un romantisme fou

    Au lieu d'échanger des alliances qui, en plus d'être des symboles de possession archaïques, selon Dalton, sont également à l'origine des innombrables mines d'or à ciel ouvert qui éventrent nos montagnes et empoisonnent nos rivières, nous allons tremper nos mains dans l'au et la laisser couler entre nos doigts mêlés, nous unissant dans un voyage aussi long que celui du courant, n cycle plus grand et plus éternel que n'importe quel anneau. (p32)

    et les vœux qu'ils prononceront seront la ligne de leur vie :

    Dalt a enroulé ses doigts autour des miens, j'ai enroulé mes doigts autour des siens et nous nous tenons la main dans la rivière, yeux dans les yeux, luttant pour sourire, jusqu'à ce que j'ai l'impression que mes phalanges se fissurent. (...) C'est mon désir le plus ardent.(p33)

    Leur mariage a trois composants : Dalt, Maddy et la nature puis viendront plus tard les enfants. C'est leur maison, leur lune de miel ils la passeront loin du monde, n'ayant besoin que de l'autre pour exister, même si Maddy à cause de sa maladie se sent parfois isolée.

    Et tout au long du roman les éléments resteront unis, bravant un ennemi tapi dans l'ombre et qui va contrecarrer leurs projets mais contre lequel ils feront face, chacun à sa manière mais toujours ensemble et en se parlant, en évitant les silences.

    Ne pas savoir qui est aux commandes, contourner les obstacles les plus vicieux en évitant de s'échouer sur ces longues barres de gravillon grises et sèches. (p43) 

    J'ai aimé la façon que Pete Fromm a de nous faire partager les combats de ce couple : pas de narration inutile, Maddy nous retrace leur vie à travers les moments forts, les enfants, la maladie etc... mais sans apitoiement, sans pleurnicheries même si la maladie fait son travail, inexorablement, jour après jour, avec des pointes d'humour parfois, des affrontements quelque fois avec Dalt car lui ne pense pas qu'au présent, il prépare leur avenir, ce qu'il faudra pour que Maddy reste à ses côtés. Elle est entière, son homme elle le veut, elle le respire, elle voudrait que chaque jour soit comme leur premier jour, comme avant que la maladie fasse son œuvre.

    Certains auraient renoncé à construire une famille, mais pas eux, la vie est une rivière qui heurte parfois des écueils, on lâche parfois les pagaies, on boit la tasse mais on remonte dans le canoë et on rame. 

    Oui quelle foi, quelles confiance et espérance dans la vie. Est-ce la nature qui leur donne cette force où la puisent-ils dans la nature, dans leur environnement.

    Un auteur masculin qui se fond parfaitement dans le corps de cette femme en souffrance, en manque, en frustration de ce qu'elle ne peut plus faire, vivre, partager c'est une performance. Les mots simples mais si bien choisis, cette faculté à si bien transcrire les sentiments des deux, ceux de Maddy oscillants entre colère et volonté de continuer à vivre comme si, qui refuse toute pitié car il est son point d'ancrage et ceux de Dalt, qui a abandonné tous ses rêves par amour mais sans regret car elle est la rivière qui coule dans ses veines.

    Un roman d'une force émotionnelle rare car elle ne tombe pas dans les  clichés habituels de ce type de récit. J'en suis sortie émue, bouleversée. 

    Rien à dire de plus que lisez-le, découvrez cet auteur qui va chercher au fond de lui je pense toutes ses émotions mais sûrement également au milieu des grands espaces où la nature l'inspire.

    Merci Pete Fromm car j'ai vécu un moment de lecture comme je les aime : belle écriture, profonde,  histoire construite et sensible mais sans mièvrerie.

  • Couverture du livre « Mon désir le plus ardent » de Pete Fromm aux éditions Gallmeister

    Missbook85 sur Mon désir le plus ardent de Pete Fromm

    C'est son désir le plus ardent, et pourtant c'est une descente en rapides hors catégorie qui se profile devant elle...
    Publié cette année aux Editions Gallmeister, " Mon désir le plus ardent " de Pete Fromm est une "putain" de leçon de vie, face à une "putain " de maladie.
    A dix-neuf ans,...
    Voir plus

    C'est son désir le plus ardent, et pourtant c'est une descente en rapides hors catégorie qui se profile devant elle...
    Publié cette année aux Editions Gallmeister, " Mon désir le plus ardent " de Pete Fromm est une "putain" de leçon de vie, face à une "putain " de maladie.
    A dix-neuf ans, Maddy parcourt avec maîtrise les rapides de classe V du Wyoming, avec en point de mire rien de moins que la chaîne des Tétons au cœur des Rocheuses.
    Sa relation avec Troy, un garçon plus âgé, est balayée d'un coup de pagaie, tout autant que ses convictions, lorsque son regard croise celui de Dalt. Parce que c'était lui ; parce que c'était elle...le jeune rafteur lui ôte instantanément toute hésitation.
    p. 24 : " Pour une raison qui m'échappe, je le crois : moi la Reine des Glaces, je crois que tout ira bien entre nous pour toujours. "
    Puis les amis et la famille sont là, en ce jour si particulier où ils échangent non pas des alliances, mais unissent leurs mains dans l'eau, prenant pour témoin de leur engagement le courant de la rivière, là où leur amour a pris vie.
    p. 25 : " Au lieu d'échanger des alliances qui en plus d'être des symboles de possession archaïques, selon Dalton, sont également à l'origine des innombrables mines d'or à ciel ouvert qui éventrent nos montagnes et empoisonnent nos rivières, nous allons tremper nos mains dans l'eau et la laisser couler entre nos doigts mêlés, nous unissant dans un voyage aussi long que celui du courant, un cycle plus grand et plus éternel que n'importe quel anneau. "
    C'est leur désir le plus ardent...
    Quelques heures seulement après leur union, au moment de s'élancer vers leur lune de miel, Maddy est sujette à une brutale saute d'humeur, mais que Dalt apaise en douceur.
    Dalt, fou amoureux, désir fonder une famille avec Maddy. Mais prise de vertiges de plus en plus fréquents, elle ne souhaite pas inquiéter Dalt qui doit se rendre en Mongolie pour accompagner des clients.
    p. 56 : " Nous allons nous remettre à cette histoire de bébé. Dès ce soir. Il faut que ça marche. Parce qu'il fait partie de notre plan. Notre désir le plus ardent. "
    Préoccupée, Maddy finit par consulter un médecin. Le diagnostic tombe tel un couperet. SP. Sclérose en plaques. Elle n'a que vingt sept ans.
    Lorsqu'enfin elle réussit à joindre Dalt au fin fond de la Mongolie, elle ne peut que lui annoncer son état de grossesse.
    p. 116 : " - Quand maman m'a dit que tu étais dans son ventre. J'ai pleuré ce soir-là, au milieu de nulle part en Mongolie.
    -Pourquoi ?
    -Parce que j'étais si heureux.
    -Etre heureux ne fait pas pleurer.
    -Parfois si. Quand c'est la meilleure chose que tu n'aies jamais connue. Quand tu n'arrives pas à croire à la chance que tu as. "
    Mais à son retour, elle lui annonce sa maladie. D'un optimisme sans faille, il soutient sa femme, sans jamais faillir.
    p. 73 : " J'allais bien jusqu'à la naissance d'Atty, mais depuis, ce n'est plus qu'une chute sans fin. "
    Puis, par amour pour sa femme, et pour lui octroyer quelques mois de répit sur l'évolution de sa maladie, et par désir de paternité, il lui fait part de son envie d'un second enfant.
    Maddy sait que la maladie reprendra de plus belle après cette nouvelle maternité, et mettra à mal son rôle de mère ; les symptômes prendront petit à petit possession de son corps, inexorablement.
    L'amour est central dans ce roman, au-delà des doutes, au-delà des peurs.
    p. 162 : " - Tu ne te rends pas compte de ta force. Je te vois endurer tout ça et je me dis, si seulement c'était moi, je n'hésiterais pas à prendre sa place, tout en sachant qu'en réalité, j'en serais incapable, parce que je n'ai pas une once de ta force. "
    L'abnégation dont fait preuve Dalt, bien que culpabilisante pour Maddy, n'est qu'amour et bienveillance.
    Je suis bien incapable de vous dire si ce sont les larmes ou les sourires qui l'ont emporté tant j'ai été prise par le flot narratif incomparable de Pete Fromm. Aucun pathos. La maladie est abordée sans détour ni déni. C'est une histoire d'amour et de résilience bien avant d'être l'histoire d'une maladie.
    p. 121 : " Je sens céder un barrage, et l'espace d'une seconde, je nous revois avant, nos mains qui ne se quittaient que le temps d'accomplir les tâches absolument nécessaires à notre survie, avant de se retrouver aussi vite que possible, comme si l'un était tout ce dont l'autre avait besoin autant que de respirer. "
    Il n'y a pas de complaisance devant l'amplitude grandissante des symptômes, il n'y a que de l'amour pour les apprivoiser. La sincérité et la spontanéité des échanges dans le couple n'en sont qu'une preuve supplémentaire au détour de chacune des pages.
    Du très très grand Pete Fromm !

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com