Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Patti Smith

Patti Smith
Artiste engagée, Patti Smith est née à Chicago en 1946. Issue d'une famille modeste, elle quitte le New Jersey pour partir travailler à New York en 1967. Elle y rencontre le photographe Robert Mapplethorpe et emménage avec lui au Chelsea Hotel. Habituée des clubs punk et rock du moment parmi l... Voir plus
Artiste engagée, Patti Smith est née à Chicago en 1946. Issue d'une famille modeste, elle quitte le New Jersey pour partir travailler à New York en 1967. Elle y rencontre le photographe Robert Mapplethorpe et emménage avec lui au Chelsea Hotel. Habituée des clubs punk et rock du moment parmi lesquels le célèbre CBGB, elle crée le « Patti Smith Group ». Leur premier single, Hey Joe / Piss Factory paraît en 1974. Suivront les albums Horses, Radio Ethiopia, Easter - avec notamment le tube Because the Night (1978), co-écrit avec Bruce Springsteen - et Wave. Admiratrice des textes d'Arthur Rimbaud et de William Blake, Patti Smith reçoit la médaille de commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres en 2005 et entre au Rock and Roll Hall of Fame en 2007. Trois autres albums sont produits : Twelve, The Coral Sea et Outside Society. Son récit autobiographique, Just Kids (2010), a été récompensé par le National Book Award.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Patti Smith (1)

Avis sur cet auteur (25)

  • add_box
    Couverture du livre « M train » de Patti Smith aux éditions Gallimard

    Lisa FRERING sur M train de Patti Smith

    https://animallecteur.wordpress.com/2016/05/11/m-train-patti-smith/

    Je devais avoir 13-14 ans quand j’ai entendu pour la première fois Patti Smith, ça devait sans doute être Because the night ou Gloria et j’ai adoré du coup ma mère m’a fait écouter son album Trampin’ et ça été un...
    Voir plus

    https://animallecteur.wordpress.com/2016/05/11/m-train-patti-smith/

    Je devais avoir 13-14 ans quand j’ai entendu pour la première fois Patti Smith, ça devait sans doute être Because the night ou Gloria et j’ai adoré du coup ma mère m’a fait écouter son album Trampin’ et ça été un véritable coup de foudre (surtout pour les chansons Jubilee, My blakean year, Cartwheels, Cash, Trampin’, bref je vais finir par citer toutes les chansons de l’album). J’ai lu Just Kid (et en anglais s’il vous plait!) à sa sortie, puis Glaneurs de rêves du coup je ne pouvais pas manquer ce nouveau roman! Et puis entre temps je suis allée la voir en concert à Lille dans une sublime salle, je ne vous explique pas comment c’était magique!

    Sans mentir ou en faire des caisses, je crois que c’est le plus beau livre qu’il m’est été donné de lire ces 25 dernières années. Bien sur que j’ai lu beaucoup de belles choses mais là je peux vous assurer que ça atteint des sommets! Ça parle de tout et de rien, de la vie, de la mort, du voyage, des chats, du café, des séries policières, d’auteurs disparus qui se sont suicidés, de vacances à l’autre bout du monde, de photo, mais surtout d’amour et avec beaucoup beaucoup de charme et de poésie.

    Je crois que ça fait 3 semaines que ce livre me suit partout mais je ne peux pas me résoudre à le finir, le refermer et le ranger dans ma bibliothèque. D’ailleurs en ce moment même il me reste encore 10 pages à lire qui vont surement s’étirer sur plusieurs jours. C’est le genre de livre que je pourrais lire et relire je suis sure qu’il y aurait toujours de nouvelles choses à y découvrir.

    Ce livre est un véritable bijou et si jamais vous n’avez pas vu l’émission 21cm d’Augustin Trapenard, je vous la conseille grave de chez grave puisque cette émission est géniale et en plus de cela sa première invitée à été Patti Smith qui raconte quelques petites anecdotes que l’on retrouve dans son livre.

  • add_box
    Couverture du livre « Just kids » de Patti Smith aux éditions Gallimard

    Véronique MEYER sur Just kids de Patti Smith

    Mars 1989. Robert Mapplethorpe, célèbre photographe d'art américain malade du sida, se meurt.

    C'est par la disparition de celui qui aura fait un bout de chemin avec elle que débute le récit de Patti Smith. L'occasion pour la chanteuse, de revenir sur ses jeunes années à New York et de nous...
    Voir plus

    Mars 1989. Robert Mapplethorpe, célèbre photographe d'art américain malade du sida, se meurt.

    C'est par la disparition de celui qui aura fait un bout de chemin avec elle que débute le récit de Patti Smith. L'occasion pour la chanteuse, de revenir sur ses jeunes années à New York et de nous livrer dans un récit autobiographique, tout en douceur et en poésie, le début de sa relation avec Robert Mapplethorpe et leurs ascensions respectives dans le milieu de l'art.

    1967. La jeune Patricia Smith, pétrie de la certitude que sa vie doit être consacrée à l'art et l'écriture quitte sa modeste famille du New Jersey pour partir à l'aventure dans le New York underground de la fin des années 60. Sans le sou, elle va d'abord vivoter comme elle le peut, glanant ici un repas, là un toit pour dormir avant de dégoter un petit boulot dans un magasin de bijoux ethniques. C'est là que son destin va croiser celui de Robert Mapplethorpe qui viendra acheter un collier que Patti rêve de pouvoir s'offrir et qu'elle admire tous les jours dans la boutique. Alors que Robert quitte la boutique avec le collier, Patti lui dira : "S'il te plait, ne l'offre à aucune autre fille que moi !"... C'est ainsi que leur histoire d'amour libre et passionnée verra le jour... Dès lors, Patti et Robert n'auront de cesse de tenter de percer dans le milieu de l'art qui leur est cher, Robert vouant une indéfectible admiration pour Andy Wharol et Patti pour la poésie d'Arthur Rimbaud. Leur route croisera celle de Janis Joplin, Jim Morisson, Allen Ginsberg et bien d'autres encore, principalement dans cet endroit qui fut le creuset de l'art et de la création et où se croisèrent des personnalités et destins mythiques : le Chelsea Hotel.

    Ce récit de Patti Smith est d'une douce beauté : limpide, frais, innocent, tout en retenue et emprunt de poésie. L'histoire est touchante et permet de comprendre comment ces deux destins ont fini par percer dans le milieu artistique qui était cher à leur coeur. J'ai été très touchée par cette histoire. Je savais que Patti Smith avait ce côté "poète", je savais qu'elle admirait Arthur Rimbaud et qu'elle avait eu une relation avec Robert Mapplethorpe, mais sa façon de le raconter est si douce qu'elle semble à des années lumière de la rock star qu'elle est !

  • add_box
    Couverture du livre « Just kids » de Patti Smith aux éditions Gallimard

    KateMoore70 sur Just kids de Patti Smith

    Patti Smith commence son récit ainsi : "On a dit beaucoup de choses sur Robert, et on en dira encore. Des jeunes hommes adopteront sa démarche. Des jeunes filles revêtiront des robes blanches pour pleurer ses boucles. Il sera condamné et adoré. Ses excès seront maudits ou parés de romantisme. A...
    Voir plus

    Patti Smith commence son récit ainsi : "On a dit beaucoup de choses sur Robert, et on en dira encore. Des jeunes hommes adopteront sa démarche. Des jeunes filles revêtiront des robes blanches pour pleurer ses boucles. Il sera condamné et adoré. Ses excès seront maudits ou parés de romantisme. A la fin, c'est dans son oeuvre, corps matériel de l'artiste, que l'on trouvera la vérité. Elle ne s'effacera pas. L'homme ne peut la juger. Car l'art chante Dieu, et lui appartient en définitive."

    Dans son livre, Patti Smith nous décrit sa petite enfance puis sa venue à New York pour y devenir une artiste jusqu'aux années 70, ses débuts dans l'univers du rock'n roll. Dans ce laps de temps, elle va faire une rencontre qui la marquera à jamais, celle de Robert Mapplethorpe (célèbre photographe). Ils vont vivre d'abord une histoire d'amour qui se transformera au cours du temps en une amitié profonde qui durera jusqu'à la mort de Robert du Sida dans les années 80.
    Vous n'y connaissez rien au rock'n roll. Vous ne voyez pas qu'y sont Patti Smith et Robert Mapplethorpe. C'est pas grave. Ce qu'a essayée Patti Smith à travers son récit, c'est nous décrire comment devient-on artiste, quelles voies choisir (la poésie, le dessin, les collages.... ?). On ne devient pas artiste en passant dans des télé-réalités et autres émissions que regorgent la télé. C'est un cheminement intérieur, des essais râtés, des rencontres improbables et son propre talent que l'on travaille jusqu'à en ressortir la substantique moëlle.
    Patti Smith qui au début se voyait plutôt poétesse deviendra une chanteuse de rock adulée avec des textes poignants (le plus connu est celui qu'elle a coécrit avec Bruce Springsteen "Because the Night - 1978). Suivront des albums mondialement reconnus : Horses, Dream of Life - 1988.....
    Robert Mapplethorpe, très réticent au début malgré les encouragements répétés de Patti et de nombreuses autres personnes deviendra un des photographes les plus célèbres.
    Si on voulait résumer encore plus le livre, on pourrait dire qu'il traite du chemin que prend chacun d'entre nous dans la vie pour le meilleur et pour le pire.

    Patti Smith finit son livre ainsi : "Nous nous sommes dit adieu et j'ai quitté sa chambre. Mais quelque chose m'a fait revenir sur mes pas. Il avait sombré dans un sommeil léger. Je l'ai regardé tout un moment. Tellement paisible, comme un très vieil enfant. Il a ouvert les yeux et souri : "Déjà de retour ?" - Puis il s'est rendormi.
    Ainsi ma dernière image fut-elle semblable à la première. Un jeune homme endormi, baigné de lumière, qui ouvrait les yeux avec un sourire de reconnaissance pour celle qui n'avait jamais été une inconnue."

    Le livre est émaillé de clichés de Robert Mapplethorpe : autoportraits ou clichés de son modèle préféré, Patti Smith. Je vous ai rajouté des liens pour voir justement ces photos.

    http://www.google.fr/url?q=http://www.citizen-k.com/mapplethorpe/&sa=U&ved=0CDQQwW4wDzgUahUKEwjmoODzmojIAhVFshQKHYMmCDs&usg=AFQjCNFFvpKTrGucQ4sIIQAV57LbT5PbpQ

    http://www.google.fr/url?q=http://hqlture.com/robert-mapplethorpe-au-grand-palais/&sa=U&ved=0CBYQwW4wADgoahUKEwjsuZCMm4jIAhXJWBQKHRxtDC0&usg=AFQjCNGCS9TO0oAUk9yTJByW3iKi8QcVlQ

    http://www.google.fr/url?q=http://www.tate.org.uk/art/artworks/mapplethorpe-self-portrait-ar00226&sa=U&ved=0CCAQwW4wBTgUahUKEwirvMiMnIjIAhXLshQKHcHiAAg&usg=AFQjCNEEWP4KU8DMoom5W3YHT3kwOViMcA

    Pochette de l'album "Horses"

    http://www.google.fr/url?q=http://blog.dailyshopwindow.com/robertmapplethorpe-grandpalais-rmn/&sa=U&ved=0CCIQwW4wBjhQahUKEwiMm8mhm4jIAhUHaRQKHcVXAPw&usg=AFQjCNGhe1zJn9QXW638trmBTINhGybQIQ

  • add_box
    Couverture du livre « Glaneurs de rêves » de Patti Smith aux éditions Gallimard

    Régine Roger sur Glaneurs de rêves de Patti Smith

    Simple et sublime , ce petit livre autobiographique de Patti Smith invite à la rêverie et à la poésie.

    Son regard sur les choses et les évènements de sa vie nous emporte dans ses voyages. Ses pensées vagabondent pour revenir toujours comme par magie vers le champ des hautes herbes de son...
    Voir plus

    Simple et sublime , ce petit livre autobiographique de Patti Smith invite à la rêverie et à la poésie.

    Son regard sur les choses et les évènements de sa vie nous emporte dans ses voyages. Ses pensées vagabondent pour revenir toujours comme par magie vers le champ des hautes herbes de son enfance. A cet endroit précis où le petit peuple des glaneurs de rêves cueille sans relâche ce qui a été délaissé et pourtant adoré. Pour le rendre au nuage qui tisse les songes à l'anneau de nuit.

    Je me suis laissée emportée par la douce musicalité d'une écriture féerique. Patti Smith n'écrit pas de la poésie, elle est l'âme poétique.
    Elle est cet arbre, ce ciel, elle est cette enfant sage dessinant sur le lit à la chandelle de la lune.
    Mais elle est ailleurs, traînant toujours à ses côtés un baluchon rempli de graines enlacées aux "bouts de laine arrachés par la main du vent au ventre d'un agneau". La poésie est là, dans toutes les choses vues, senties, goûtées, entendues, que les mots limpides résonnent d'une bienfaitrice quiétude.

    Soufflez, soufflez vous aussi sur la fleur jaune offerte si généreusement par la lecture de ce livre :

    "Comme il est large, le monde. Comme il est haut. Et l'étoffe de l'esprit - l'esprit chargé se fait bouffant, disséminé comme la graine et le duvet. Car telle est la dent-de-lion. Qu'elle se dénude et qu'elle éclate en mille voeux".

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !