Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Patti Smith

Patti Smith
Artiste engagée, Patti Smith est née à Chicago en 1946. Issue d'une famille modeste, elle quitte le New Jersey pour partir travailler à New York en 1967. Elle y rencontre le photographe Robert Mapplethorpe et emménage avec lui au Chelsea Hotel. Habituée des clubs punk et rock du moment parmi l... Voir plus
Artiste engagée, Patti Smith est née à Chicago en 1946. Issue d'une famille modeste, elle quitte le New Jersey pour partir travailler à New York en 1967. Elle y rencontre le photographe Robert Mapplethorpe et emménage avec lui au Chelsea Hotel. Habituée des clubs punk et rock du moment parmi lesquels le célèbre CBGB, elle crée le « Patti Smith Group ». Leur premier single, Hey Joe / Piss Factory paraît en 1974. Suivront les albums Horses, Radio Ethiopia, Easter - avec notamment le tube Because the Night (1978), co-écrit avec Bruce Springsteen - et Wave. Admiratrice des textes d'Arthur Rimbaud et de William Blake, Patti Smith reçoit la médaille de commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres en 2005 et entre au Rock and Roll Hall of Fame en 2007. Trois autres albums sont produits : Twelve, The Coral Sea et Outside Society. Son récit autobiographique, Just Kids (2010), a été récompensé par le National Book Award.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Patti Smith (1)

Avis sur cet auteur (25)

  • add_box
    Couverture du livre « M train » de Patti Smith aux éditions Gallimard

    Sophie Gauthier sur M train de Patti Smith

    Ce ne fut pas une lecture facile que ma découverte de "M Train" de Patti Smith ! Malgré toute mon admiration pour l'icône du rock et pour ses talents, je me suis souvent ennuyée devant cette "écriture du rien".

    Scandé par les tasses de café dégusté en divers endroits du globe, ce journal...
    Voir plus

    Ce ne fut pas une lecture facile que ma découverte de "M Train" de Patti Smith ! Malgré toute mon admiration pour l'icône du rock et pour ses talents, je me suis souvent ennuyée devant cette "écriture du rien".

    Scandé par les tasses de café dégusté en divers endroits du globe, ce journal revisite le passé en le reconstruisant au fil d'une mémoire sollicitée par de multiples choses, parfois infimes : rêves, photos, objets du quotidien, livres... Installée à la table de son café préféré, Patti Smith écrit sur des serviettes en papier, sur des fragments de feuilles, dans la marge de ses livres favoris. Comme une déambulation à travers son existence, elle se remémore des instants, des rencontres, des lieux et elle inscrit ces souvenirs dans le cours d'un temps qui déjà s'est échappé. C'est un peu son univers intime qu'elle entrouvre devant nous dans un mouvement qui laisse souvent émerger une sensation de solitude et de chagrin. Tout se passe comme si les morts aimés, admirés, venaient sans cesse hanter les rêveries de l'auteur. Son mari, bien sûr, mais aussi les écrivains, poètes, musiciens, artistes dont les oeuvres ont irrigué son existence et son inspiration.

    Les activités les plus quotidiennes, comme regarder les épisodes d'une série policière par exemple, donnent lieu à des méditations qui fonctionnent par associations d'idées, par images interposées entre passé et présent, rêve et réalité.
    C'est probablement ce côté prosaïque, comme un néant que l'on remplirait d'actions dérisoires, qui a généré mon ennui. Le style de ce journal minimaliste m'est apparu si feutré qu'il a souvent agi sur moi comme une berceuse. J'y ai trouvé néanmoins des passages remplis d'émotion, lorsque l'auteur évoque la disparition des êtres et des choses ou lorsqu'elle parle avec une humilité touchante des écrivains qu'elle aime. Ces moments de poésie fulgurante ont été comme des trouées magiques dans ma lecture. Je crois cependant que le livre de Patti Smith, malgré des qualités que je n'ai sans doute pas su voir, ne correspond pas à la lectrice que je suis et qui aime que les récits soient davantage "incarnés".

  • add_box
    Couverture du livre « Just kids » de Patti Smith aux éditions Gallimard

    Alex Mot-à-Mots sur Just kids de Patti Smith

    J’ai lu cet été Mr Train, que j’avais apprécié. Il me fallait lire le premier livre de Patti Smith, dont je connais très peu la musique.

    J’ai aimé lire ses jeunes années, son enfance et les débuts de sa relation avec Robert, à l’époque des collages et des poésies au débotté.

    La période où...
    Voir plus

    J’ai lu cet été Mr Train, que j’avais apprécié. Il me fallait lire le premier livre de Patti Smith, dont je connais très peu la musique.

    J’ai aimé lire ses jeunes années, son enfance et les débuts de sa relation avec Robert, à l’époque des collages et des poésies au débotté.

    La période où leur carrière respective décollent m’a moins intéressée, citation de noms et de lieux inconnus de moi (quelle ignorance crasse…).

    j’ai aimé lire la passion de Patti pour Robert, leur soutient mutuel.

    J’ai été très étonnée de lire que des années plus tard, elle se souvenait encore des vêtements qu’elle portait, des aliments qu’elle a mangé. Et toujours sa passion pour le café, les dates anniversaires et les cimetières.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des collages que réalisaient Robert et qui laissaient déjà imaginer l’étendu de son talent.

    http://alexmotamots.fr/?p=2253

  • add_box
    Couverture du livre « M train » de Patti Smith aux éditions Gallimard

    Alex Mot-à-Mots sur M train de Patti Smith

    Il y a quelques jours, je lisais le dernier Robert Galbraight dont tous les débuts de chapitres comportaient une citation tirée d’une des chansons des Blue Oyster Cult. Il se trouve que Patti Smith a écrit quelques chansons pour ce groupe…..

    Rien à voir ici, ce texte est une réflexion sur...
    Voir plus

    Il y a quelques jours, je lisais le dernier Robert Galbraight dont tous les débuts de chapitres comportaient une citation tirée d’une des chansons des Blue Oyster Cult. Il se trouve que Patti Smith a écrit quelques chansons pour ce groupe…..

    Rien à voir ici, ce texte est une réflexion sur pleins de sujets.

    Dominent toutefois son amour du café qui l’emmène boire le meilleur café du monde dans un coin reculé d’Amerique du Sud ; sa passion pour les séries télévisées et notamment The Killing ; la présence dans sa mémoire de son mari Fred ; les objets qu’elle perd ; son engouement pour les tombes d’écrivains décédés dont elle exhausse les dernières volontés ; son adhésion au club fermé des fidèles d’Alfred Wegener, le père de la théorie de la dérive des continents.

    L’écriture oscille entre rêve et réalité.

    Dans son écriture, il n’y a pas d’heures ni de jours. Le temps n’existe pas.

    Détail à vérifier : lorsque nous rêvons, nous ne voyons jamais nos propres mains.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de l’hôtel au Japon dans lequel elle passe quelques jours en solitaire à se phaser avec le temps local.

    http://alexmotamots.fr/?p=2087

  • add_box
    Couverture du livre « Just kids » de Patti Smith aux éditions Gallimard

    NADIA D'ANTONIO sur Just kids de Patti Smith

    Ce livre, Just Kids de Patti Smith, écrivaine américaine, est une autobiographie dans laquelle elle évoque son désir d’écrire, chose qu’elle a toujours voulu faire.
    C’est en même temps l’histoire de son amour avec Robert Mapplethorpe avec qui elle a formé un très jeune couple menant une vie de...
    Voir plus

    Ce livre, Just Kids de Patti Smith, écrivaine américaine, est une autobiographie dans laquelle elle évoque son désir d’écrire, chose qu’elle a toujours voulu faire.
    C’est en même temps l’histoire de son amour avec Robert Mapplethorpe avec qui elle a formé un très jeune couple menant une vie de galères mais jamais à court d’idées pour tenter de survivre, pendant les années 1960-1970.

    Patti commence par écrire des poèmes pendant que Robert se consacre à sa passion pour la photographie. Ce roman est d’ailleurs illustré par de belles photos en noir et blanc dont la plupart ont été faites par Robert.

    En fait, si c’est une autobiographie, le thème principal est l’histoire d’amour de ces deux jeunes gens et leur vie de bohème. Ils logent de préférence au Chelsea Hotel car Patti adore vivre dans un hôtel et ils fréquentent le milieu d’artistes de rock très connus tels que Andy Warhol, Janis Joplin, Lou Reed, Jimi Hendrix, Jim Morrison ou Bob Dylan et bien d’autres.
    On y voit aussi que Patti Smith voue une admiration sans borne pour Arthur Rimbaud et se rend même en France sur sa tombe.

    Just Kids est un roman dans lequel l’auteure nous démontre combien sont essentiels l’amour et la sagesse et où, malgré la faim et la misère, elle garde toujours espoir.
    Lente est sa progression vers la chanson malgré les encouragements qu’elle reçoit mais quand elle finit par céder, le succès est là et ne la quittera pas. Elle arrive enfin dans La Cour des Grands et même Bruce Springsteen – le Boss- lui prête attention.

    Avec son écriture simple, où on ne trouve aucune amertume, Patti Smith entraîne le lecteur dans les souvenirs, bons ou mauvais, en le tenant en haleine pour savoir quand elle va atteindre son but, au milieu des personnages qui l’entourent et qui mènent une vie régie par la débauche et la drogue, chose qu’elle refuse absolument de toucher.

    Depuis, elle est devenue une grande artiste sachant manier la poésie, la peinture, le chant et la musique, l’écriture, et son succès n’a jamais cessé de croître. D’ailleurs, après sa retraite anticipée de 1980 à 1994, si elle n’a sorti qu’un seul album en 1988, le public ne l’avait pas oubliée et elle remonte sur scène après la mort de son mari Fred Sonic Smith.

    Le public a suivi sa carrière à l’occasion de la sortie de ses nouveaux albums et de ses nouveaux livres, pour notre plus grand bonheur.

    Pour moi, Patti Smith est une figure emblématique de la culture rock and roll et elle a toujours gardé sa simplicité naturelle qui apparaît dans l’écriture dont de son roman.