Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Patrick Grainville

Patrick Grainville
Patrick Grainville est né en 1947 à Villers (Normandie). En 1976, il a obtenu le prix Goncourt pour Les Flamboyants. Bison est son vingt-quatrième roman.

Avis sur cet auteur (18)

  • add_box
    Couverture du livre « Le démon de la vie » de Patrick Grainville aux éditions Points

    LIRE LIRE sur Le démon de la vie de Patrick Grainville

    Drôle, décalé, cru, imagé, frais, émouvant.
    Ce récit est assez détonant. Une belle surprise à laquelle je ne m'attendais pas.

    Drôle, décalé, cru, imagé, frais, émouvant.
    Ce récit est assez détonant. Une belle surprise à laquelle je ne m'attendais pas.

  • add_box
    Couverture du livre « Bison » de Patrick Grainville aux éditions Points

    LIRE LIRE sur Bison de Patrick Grainville

    De belles descriptions mais, à mon goût, un peu trop de moments similaires tout au long de cette lecture. C'est sur la fin du récit que le rythme gagne en cadence et en intensité, mais la page finale arrive trop tôt...
    Ce récit permet tout de même de passer un très bon moment en compagnie des...
    Voir plus

    De belles descriptions mais, à mon goût, un peu trop de moments similaires tout au long de cette lecture. C'est sur la fin du récit que le rythme gagne en cadence et en intensité, mais la page finale arrive trop tôt...
    Ce récit permet tout de même de passer un très bon moment en compagnie des Amérindiens -leurs croyances, leurs modes de vie- et du peintre Catlin au cœur des grands espaces d'Amérique du Nord.

  • add_box
    Couverture du livre « Les yeux de Milos » de Patrick Grainville aux éditions Seuil

    Dominique Sudre sur Les yeux de Milos de Patrick Grainville

    Dans ce roman il y a indiscutablement l'écriture de Patrick Grainville. Dense, foisonnante, érudite.
    Il y a Picasso, ses œuvres, ses femmes, ses amis, sa folie, sa longévité, Nicolas de Staël, son œuvre, son dernier tableau le concert, le suicide si jeune, l'abbé Breuil et les grandes grottes...
    Voir plus

    Dans ce roman il y a indiscutablement l'écriture de Patrick Grainville. Dense, foisonnante, érudite.
    Il y a Picasso, ses œuvres, ses femmes, ses amis, sa folie, sa longévité, Nicolas de Staël, son œuvre, son dernier tableau le concert, le suicide si jeune, l'abbé Breuil et les grandes grottes préhistoriques incontournables de la planète.
    Il y a une connaissance incontestable, foisonnante, multiple, et l'envie de la partager avec nous.
    Il y a le bleu irréel des yeux de Milos.
    Il y a ces jeunes beautés qui gravitent autour de lui, Marine, Samantha et Vivie.
    Mais il y a aussi (ou surtout ?) , l'amour, le sexe, partout, toujours et de toutes les façons.
    Un peu trop sans doute pour donner une fluidité intéressante au roman, on s'y perd, on s'y enlise parfois. Dommage, car cela rend souvent la lecture fastidieuse.
    J'ai cependant aimé découvrir les site préhistoriques de Namibie, le musée de l'homme, certains tableaux de Pablo Picasso ou de Nicolas de Staël, et tant d'autres œuvres qui m'ont permis de faire quelques recherches, et donc découvertes complémentaires sur le net.

  • add_box
    Couverture du livre « Les yeux de Milos » de Patrick Grainville aux éditions Seuil

    Regine Zephirine sur Les yeux de Milos de Patrick Grainville

    Les yeux de Milos de Patrick Grainville est un roman foisonnant, nourri d’images et de sensations, un roman qui se donne des libertés pour raconter la vie des peintres prodigieux qu’ont été Nicolas De Staël et Pablo Picasso. C’est bien d’un roman qu’il s’agit, et non de biographies, même si le...
    Voir plus

    Les yeux de Milos de Patrick Grainville est un roman foisonnant, nourri d’images et de sensations, un roman qui se donne des libertés pour raconter la vie des peintres prodigieux qu’ont été Nicolas De Staël et Pablo Picasso. C’est bien d’un roman qu’il s’agit, et non de biographies, même si le récit est parfaitement documenté, nous donnant à voir l’intimité de ces deux icones de la peinture.

    Le fil narrateur, c’est Milos, ce jeune homme dont les yeux sont du « bleu de la beauté absolue et de la folie » et qui attirent irrémédiablement l’attention et une certaine cruauté.
    Tout d’abord attiré par Nicolas De Staël, peintre de génie trop tôt disparu et dont il admire l’œuvre inachevée le « concert », Milos est vite subjugué par les photos de Picasso « ses yeux ronds, noirs, brillants, écarquillés, injectés d’une énergie frénétique, dionysiaque »
    Il est beaucoup question de regards, de mythes anciens et de lieux emblématiques dans ce roman métaphorique où la peinture est très présente. Outre les deux peintres cités, Milos, qui va devenir paléontologue, se passionne pour l’abbé Breuil, découvreur de l’art pariétal. Milos s’éprend de la Vénus de Lespugue « Rien que le nom de Lespugue lui donnait le frisson », car la sensualité de la statuette est intacte. Picasso ne s’y était pas trompé, lui qui en possédait deux répliques parmi tous ses trésors amassés. D’autres « vénus impudiques » vont émouvoir le jeune homme qui les fait découvrir à son amante Marine avec qui il chemine sur les traces de Nicolas de Staël et de Picasso. Outre Marine, il y aura d’autres amantes, toutes entrainées par Milos sur les sentes de la vie amoureuse des deux peintres et la contemplation de leurs œuvres ; L’abbé Breuil, lui, n’a pas eu de vie amoureuse, l’amour charnel s’entend, mais il aura vécu pour sa passion des peintures rupestres. Sur les traves de Breuil, Milos et son amante Vivie vont communier dans le secret des grottes avec ces représentations fantastiques « le grand tourbillon des bisons. Un tohu-bohu de masses ocrée. Cul par-dessus tête »
    S’il est bien question de peinture, celle-ci est aussi la porte d’entrée de l’amour ou plus exactement des amours tant celles-ci prennent leurs aises de page en page. Il y a, bien sûr, les découvertes sexuelles de notre jeune héros, plus ou moins induites par ses passions picturales et paléontologiques, mais aussi les amours débridées, teintées de perversité de Picasso qui aura quatre enfants nés de trois femmes. Il s’en occupera peu, voué tout entier à son art et à ses désirs orgiastiques. Le peintre est ce minotaure assoiffé de sexe, il peint ses amantes qui sont ses muses : Olga, Dora, l’athlétique et blonde, Marie-Thérèse, la très jeune Françoise Gilot et d’autres, de passage. Il les peint, les sculpte et les dévore. Et quand il s’agit de décrire les scènes de sexe, Patrick Grainville nous trousse des séquences à la sensualité débridée.
    Si la vie de Nicolas de Staël est moins présente car il s’est suicidé à 41 ans, celle de Picasso, qui a vécu jusqu’à 91 ans et qui a laissé une œuvre considérable, est omniprésente tout du long.

    Enfin, il y a ce bleu, qui nous intrigue, celui, incroyable, des yeux de Milos qui nous emmène vers les bleus picturaux, ceux de Nicolas De Staël, mais aussi les cobalts de Turner l’impressionniste, ceux de Renoir, Dufy ou encore Van Gogh. Le bleu du regard, c’est aussi l’œil du peintre mais « l’œil de la peinture est intérieur »
    L’histoire se termine sur une vision surréaliste, le rêve que fait Milos ou se mêlent dans une succession de scènes débridées et baroques où s’entrechoques les corps des amantes de Picasso, celles de Milos, où on croise peintres, matadors, et même Brigitte Bardot, bousculés par les bisons d’Altamira et c’est comme un feu d’artifice pour clore ce roman de la démesure, coloré, luxuriant où éclatent pulsions de vie et de mort.

    L’écriture est puissante, métaphorique et débridée. Elle exige du lecteur beaucoup d’attention, elle se mérite mais quel plaisir au final, même si certains passages trainent en longueur.
    Au vu de toutes les œuvres citées, je conseille vivement d’aller consulter sur la toile pour admirer ces œuvres et mieux appréhender le texte, le livre se contentant, sur sa couverture minimaliste, d’une reproduction d’un portrait de Marie-Thérèse Walter que Picasso a peint en 1937.
    Je remercie Babelio et les éditions du Seuil pour cette découverte.

Ils suivent Patrick Grainville

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !