Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Patrick Fischmann

Patrick Fischmann
Conteur, musicien, chanteur, Patrick Fischmann a enregistré cinq albums de chansons et huit contes musicaux. Il participe à des musiques de films et prête sa voix à des documentaires. Il est le fondateur de la Cie des Muses Do Ré, le Théâtre du Vivant.

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Le grand voyage de Goélin » de Patrick Fischmann et Benedicte Nemo et Christian Zagaria aux éditions Mazeto Square

    Marie HECKMANN sur Le grand voyage de Goélin de Patrick Fischmann - Benedicte Nemo - Christian Zagaria

    Le grand voyage de Goelin est un conte musical qui nous emportevsur une barque en compagnie de ces 2 enfants qui fuient 1 sorcière maléfique... Vont ils y parvenir ? Entre Hansel et gretel et autres contes laissez vous embarquer dans cet univers poétique..

    Le grand voyage de Goelin est un conte musical qui nous emportevsur une barque en compagnie de ces 2 enfants qui fuient 1 sorcière maléfique... Vont ils y parvenir ? Entre Hansel et gretel et autres contes laissez vous embarquer dans cet univers poétique..

  • add_box
    Couverture du livre « Contes des sages gardiens de la mer » de Patrick Fischmann et Anna Lazowski aux éditions Seuil

    Florel sur Contes des sages gardiens de la mer de Patrick Fischmann - Anna Lazowski

    http://voyagelivresque.canalblog.com/archives/2019/05/26/37382253.html

    "Corbeau fit appel à sa magie, la plus noire, la plus maligne, et se transforma en homme, petit, vilain, trapu, il raconta le torse bombé son exploit en omettant l’essentiel : sa trahison, la destruction de celle qui...
    Voir plus

    http://voyagelivresque.canalblog.com/archives/2019/05/26/37382253.html

    "Corbeau fit appel à sa magie, la plus noire, la plus maligne, et se transforma en homme, petit, vilain, trapu, il raconta le torse bombé son exploit en omettant l’essentiel : sa trahison, la destruction de celle qui l’avait sauvé."
    Conte inuit.

    A la différence des autres livres que j’ai dans cette collection, qui sont tous délimités géographiquement ou philosophiquement (samouraïs, Bretagne, Zen, Tibet, Japon, Grèce….) ce livre m’a emmenée voyager de par le monde. D’Irlande au Japon, en passant par la France et l’Italie, j’ai fait un tour d’horizon des légendes marines et visité le vaste monde en abordant la mer, merveilleuse de créatures légendaires, d’aventure et de sagesse. Comme dans tous les contes, on aborde la charité, l’aventure, l’amour, l’origine, la patience, le temps, la croyance, je ne vais donc pas m’attarder dessus, si ce n’est que pour dire que tous les contes ne sont pas égaux et que certains ont eu ma préférence par rapport à d’autre, soit à cause de l’enjeu, de la morale, de l’écriture ou de l’histoire.

    Par contre, si tous les contes du monde sont identiques, tous cependant ne sont pas accompagnés de dessin ou de graphisme particulier. Ici si.
    Si vous connaissez déjà cette collection, je ne vous apprendrai rien en vous parlant des dessins employés en rapport avec le thème, ni en vous parlant des liserés en bordure de page. Si vous ne la connaissez pas, voilà la chose faite. En effet, voilà ce que vous trouverez dans ce bouquin, une présentation recherchée en rapport avec le thème, qui vous donnera cette impression de tenir dans vos mains un objet raffiné et recherché. Même si on peut regretter que la couverture ne soit pas tissée comme les autres.

    Quoi qu’il en soit, et parce que l’eau est un élément qui nous est proche tant dans l’histoire que dans le corps, il est bon de se pencher sur ce livre afin de redécouvrir tous les trésors que le monde maritime nous a offert et peu encore nous offrir si on en prenait tous soin. Car avec cette eau souffrante, il est temps de renouer le lien ancien.
    "Là où notre espèce semble détestable, ne détournons pas les yeux. Sur les côtes, dans le corps de nos cousins aquatiques des milliers de plastiques, increvable destructeurs du vivants, s’enfoncent. Dans ce camaïeu de bleu, du turquoise au grand bleu des profondeurs, jusqu’où polluent-ils ? Jusqu’où laisserons-nous faire l’immonde contre la splendeur du monde ?"