Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Patrick Chamoiseau

Patrick Chamoiseau
Né à Fort-de-France en 1953, Patrick Chamoiseau est l'auteur de romans, de contes, d'essais, de pièces de théâtre ainsi que de scénarios. Son oeuvre crée un imaginaire où se répondent les grands flux du monde dans une langue inédite qui se déploie en poésie depuis l'horreur ineffable du «déshumai... Voir plus
Né à Fort-de-France en 1953, Patrick Chamoiseau est l'auteur de romans, de contes, d'essais, de pièces de théâtre ainsi que de scénarios. Son oeuvre crée un imaginaire où se répondent les grands flux du monde dans une langue inédite qui se déploie en poésie depuis l'horreur ineffable du «déshumain» jusqu'à l'indicible beauté du vivant. Il a publié du théâtre, des romans (Chronique des sept misères, Solibo Magnifique, Biblique des derniers gestes), des récits (Antan d'enfance, Chemin-d'école) et des essais littéraires (Eloge de la créolité Lettres créoles, Ecrire en pays dominé). En 1992, le prix Goncourt lui a été attribué pour son roman Texaco. Bagne est sa quatrième collaboration aux ouvrages photographiques de Jean-Luc de Laguarigue.

Articles en lien avec Patrick Chamoiseau (3)

  • Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français
    Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français

    Ouragans, tsunamis, inondations, éruptions : les éléments déchaînés inspirent les auteurs français. Sans remonter jusqu’aux grands classiques (« L’Inondation », nouvelle de Zola ou « La Peste » de Camus), chaque rentrée littéraire, ou presque, livre « son roman de catastrophe ». 

  • Interview de Patrick Chamoiseau : le bruissement des mondes
    Patrick Chamoiseau : le bruissement des mondes

    Prix Goncourt pour « Texaco » en 1992, auteur des sublimes « Chroniques des sept misères » (1986) et « Solibo magnifique » (1988) chez Gallimard, Patrick Chamoiseau mime avec virtuosité l’oralité, fait revivre les contes, les légendes et le pouls de son île, la Martinique. Rencontre

  • Littérature des Antilles francophones : les trésors créoles
    Littérature des Antilles francophones

    Sous d’autres latitudes, autour de la mer des Caraïbes, la langue française résonne autrement. En témoignent les grandes œuvres de la littérature d’Haïti, de la Guadeloupe et de la Martinique. Petit voyage à travers leurs pages… 

Avis sur cet auteur (16)

  • add_box
    Couverture du livre « J'ai toujours aimé la nuit » de Patrick Chamoiseau aux éditions Sonatine

    Livresque78 sur J'ai toujours aimé la nuit de Patrick Chamoiseau

    Voici un roman très noir que nous propose Patrick Chamoiseau aux éditions Sonatine. Un huis clos particulièrement bien narré, qui me permet de découvrir l’écriture de l’auteur.
    Eloi Ephraïm reçoit à la veille de son départ en retraite, une confession inattendue d’un tueur psychopathe et...
    Voir plus

    Voici un roman très noir que nous propose Patrick Chamoiseau aux éditions Sonatine. Un huis clos particulièrement bien narré, qui me permet de découvrir l’écriture de l’auteur.
    Eloi Ephraïm reçoit à la veille de son départ en retraite, une confession inattendue d’un tueur psychopathe et sanguinaire,  ce tueur c’est Hypérion Victimaire, ancien militaire Martiniquais qui se considère comme étant droit et honnête. Hypérion nous explique comment il est devenu ce tueur, cet archange chargé de rendre ses lettres de noblesse à son île. 
    Entre Eloï et Hypérion, un point commun, celui de vouloir rendre cette Martinique tant aimée, mais bien évidemment les méthodes ne sont pas les mêmes. Bien qu’Eloï ait été un flic engagé et passionné, à tel point qu’il en a négligé sa vie personnelle, il ne peut qu’écouter avec effarement cette confession hors du commun.

  • add_box
    Couverture du livre « Frères migrants » de Patrick Chamoiseau aux éditions Seuil

    catherine airaud sur Frères migrants de Patrick Chamoiseau

    Un livre d'une très belle écriture et qui nous fera et fait regarder différemment le problème des migrants. Avec une belle écriture philosophique et poétique Patrick Chamoiseau nous parle de mondialité, d'exils, de richesses. et c'est un cri d'alarme face à des propos nauséeux. Ne pas oublier...
    Voir plus

    Un livre d'une très belle écriture et qui nous fera et fait regarder différemment le problème des migrants. Avec une belle écriture philosophique et poétique Patrick Chamoiseau nous parle de mondialité, d'exils, de richesses. et c'est un cri d'alarme face à des propos nauséeux. Ne pas oublier que derrière chaque chiffre il y a un homme avec une histoire et des espoirs. Un livre qui fait du bien en ces temps qui courent.

  • add_box
    Couverture du livre « Les neuf consciences du Malfini » de Patrick Chamoiseau aux éditions Gallimard

    Bruno BEL-AMI sur Les neuf consciences du Malfini de Patrick Chamoiseau

    Je remercie sincèrement le libraire qui m'a conseillé ce livre lors d'un passage dans une librairie à Fort de France, car à sa lecture, je retrouve les mille et une images, couleurs, odeurs, bruits que j'ai eu la chance de découvrir en Martinique ! Mais pas uniquement. On peut envisager la...
    Voir plus

    Je remercie sincèrement le libraire qui m'a conseillé ce livre lors d'un passage dans une librairie à Fort de France, car à sa lecture, je retrouve les mille et une images, couleurs, odeurs, bruits que j'ai eu la chance de découvrir en Martinique ! Mais pas uniquement. On peut envisager la lecture de ce récit sous l'angle de la fable (ainsi que le magnifique « Jonathan Livingston le goéland ») ou du plaidoyer écologique (les ravages de l'homme sur la nature). Mais c'est aussi une belle leçon sur les préjugés que l'on peut avoir sur les différences de toutes sortes, ainsi que le lent apprentissage qu'il faut mener pour surmonter justement ces préjugés. Patrick Chamoiseau nous entraîne ainsi dans les pas (ou plutôt les plumes !) d'un colibri, qu'il nomme Foufou, et d'un rapace, un Malfini. Leurs histoires, leurs relations, et l'apprentissage qu'ils feront l'un par rapport à l'autre ou avec les autres (pas évident !) seront riches de sagesse et d'enseignement. Ou comment voir en un minuscule colibri un grand "petit maître". Tout simplement superbe !

  • add_box
    Couverture du livre « Chemin D'Ecole » de Patrick Chamoiseau aux éditions Gallimard

    nathalie delhaye sur Chemin D'Ecole de Patrick Chamoiseau

    Je n'imaginais pas, avant de lire ce livre, comment pouvait se dérouler l'apprentissage scolaire à la Martinique. C'est donc avec une grande curiosité que j'ai ouvert "Chemin d'école", et j'ai découvert ce petit bonhomme qui rêvait "d'aller", de s'envoler et d'emprunter la même direction que ses...
    Voir plus

    Je n'imaginais pas, avant de lire ce livre, comment pouvait se dérouler l'apprentissage scolaire à la Martinique. C'est donc avec une grande curiosité que j'ai ouvert "Chemin d'école", et j'ai découvert ce petit bonhomme qui rêvait "d'aller", de s'envoler et d'emprunter la même direction que ses soeurs et frères, avec une impatience certaine.

    La première étape, ce qui équivaut sans doute à notre maternelle, se passe plutôt bien. Bien qu'affaibli par l'abandon provisoire pour quelques heures de sa "Manman", cela lui plaît. Une maîtresse très maternelle, justement, des activités plaisantes, que l'enfant aime à reproduire à la maison, une espèce de cocon bienveillant, tout cela n'effraie nullement sa jeune âme.

    Et puis un jour, il prend enfin le chemin des "grands". Là, tout change... Et la partie "survie" commence...

    C'est à ce moment que j'ai été surprise.
    L'apprentissage de la langue française assuré par un Maître qui, bien que Créole lui-même, utilise de drôles de moyens pour apprendre ce langage qu'ignorent la majorité de ses élèves, les mots blessants qui fusent, les punitions physiques, tout ceci m'a laissé un goût amer.
    On a peut-être connu la règle en fer sur le bout des doigts, pour avoir commis tel ou tel méfait, ou la position à genoux sur cette même règle, au coin... Mais là on bat les enfants, certains enfants surtout, ceux qui ne semblent presque rien et qui ne deviendront rien, très probablement ! Et tout cela pourquoi ? Parce qu'on exige d'eux de renier leur culture, de prononcer les "U" et de marquer les "R", c'est tout aussi difficile que d'apprendre une langue étrangère, et pourtant le français devrait être la leur et ils devraient l'acquérir de façon innée...

    Tout cela m'a bien désappointée, je n'imaginais pas, je l'ai déjà dit, de tels agissements.

    Patrick Chamoiseau nous décrit son enfance de façon poignante, avec cette écriture si particulière, usant de vocabulaire créole. Des images enfouies qui ont dû ressurgir douloureusement à la rédaction de ce livre, certaines révèlent toutefois une certaine poésie et appuient le regard de l'enfant qu'il était.